Abba

Dans la plupart des langues sémitiques, le mot Abba (également rendu Ab ou Aba ) signifie « père » (ou plus affectueusement «Papa» ). Selon les évangiles chrétiens , Jésus utilisait le mot «Abba» pour prier Dieu , qui reflétait un niveau d’intimité inédit à l’époque de l’Ancien Testament. Ainsi, nous voyons dans le développement de la foi chrétienne primitive ce qui semble être un approfondissement de la sensibilité humaine et de la relation avec Dieu, le Père, et la sensibilité plus riche concomitante concernant les représentants de Dieu au sein de la communauté de foi croissante.

Contexte du Nouveau Testament

Le mot araméen Abba, apparaît trois fois dans le Nouveau Testament (Marc 14:36; Rom. 8:15; Gal. 4: 6). Dans l’ Évangile de Marc , Jésus parle avec nostalgie, déférence et tendresse à Dieu en utilisant le mot «Abba»:
« Abba, Père, pour toi tout est possible; ôte de moi cette coupe; pas ce que je veux, mais ce que tu veux. (Marc 14:36) »
Pendant plus d’un demi-millénaire, la langue familière des juifs palestiniens était l’araméen, issu de la captivité babylonienne et de l’invasion de l’empire assyrien. Il est bien connu que Jésus est né juif et a grandi dans une famille juive en Israël. La plupart des savants croient que le Jésus historique parlait principalement l’araméen, avec un peu d’hébreu et de grec. Les villes de Nazareth et de Capharnaüm où Jésus a vécu, étaient probablement des communautés de langue araméenne et Jésus, en conséquence, s’est probablement adressé principalement à des auditoires de langue araméenne, bien qu’il connaissait également l’hébreu et le grec.

Utilisation linguistique

Arabe

Le mot arabe pour  » père est Abun , dérivé de abawun (trilitère ‘-bw). Le double est abawāni ou abāni  » deux pères « ou » mère et père « ( abai-ka signifiant » tes parents « ). Le pluriel est abiyna ( Sourate 2: 127 a abiyka « [le Dieu] de tes pères »).

li-llāhi abū-ka est une expression de louange, ce qui signifie «à Dieu est attribuable [l’excellence de] votre père».

En tant que verbe, ‘-bw signifie «devenir [comme] père de [quelqu’un]» (abawtu) ou «l’adopter comme père» ( ta’bā-hu ou ista’bā-hu ).

Dans l’état de construction, Abū est suivi d’un autre mot pour former un nom complet (par exemple: Abu Mazen, un autre nom pour Mahmoud Abbas).

Se référer à un homme par sa paternité (de progéniture mâle) est poli, de sorte que abū prend la fonction d’un honorifique, et l’utilisation d’Abu pour décrire un homme fera tomber son vrai nom en désuétude. Même un homme qui n’a pas encore d’enfant peut encore être connu sous le nom de abū du nom de son père, ce qui implique qu’il aura encore un fils appelé après son père.

La combinaison va au-delà du sens littéral: dans certains cas, les ennemis d’un homme se référeront à lui de manière à le salir, par exemple Abu Jahl, «le père de l’ignorance». Un homme peut être décrit comme étant le possesseur d’une certaine qualité, comme Abu’l Gadl, «père de la grâce» ou «le gracieux»; Abu’l Fida, «père de la dévotion» ou «le pieux». Un objet ou un lieu peut recevoir un surnom, comme Abu’l hawl, « père de la terreur » (le Sphinx de Gizeh). Abu’l fulus, «père de l’argent», est fréquemment utilisé pour désigner un endroit où des rumeurs ont été racontées au sujet d’un trésor caché là-bas.

Le mot swahili Bwana , qui signifie «monsieur», «monsieur» ou «seigneur», est dérivé de l’arabe Abuna , «notre père».

Araméen

La version syriaque ou chaldéenne du mot se trouve trois fois dans le Nouveau Testament ( Marc 14:36; Romains 8:15; Galates 4: 6), et dans chaque cas est suivie de son équivalent grec , qui se traduit par «père».  » Si le mot «Père» se trouve dans une parole authentique de Jésus , on peut supposer en toute sécurité qu’il a été traduit d’un Abba araméen original.

Le terme araméen abba est passé via le grec et le latin dans les langues européennes en tant que terme ecclésiastique, abbé (père), chef d’un monastère .

Abba ou Aba est le nom d’un rabbin important du Talmud .

Hébreu

La signification exacte de l’élément ab ou abi dans les noms personnels hébreux (tels que Ab-ram, Ab-i-ram, Ah-ab , Jo-ab ) est contestée. L’identité du -i- avec le suffixe pronominal à la première personne (comme dans Adona-i), en changeant «père» en «mon père», est incertaine, cela pourrait aussi être simplement une voyelle de connexion. Le composé peut soit exprimer une phrase nominale ( Ab [i] ram = « [mon] père est exalté ») ou simplement une apposition ( Ab [i] ram = « père de l’exaltation »). Les formes avec la voyelle de connexion et avec le suffixe pronominal étaient probablement confondues, de sorte que la traduction dépendra de ce qui est significatif en relation avec le deuxième élément.

La plupart des Israéliens modernes appellent leur père Abba comme on utiliserait «papa» ou «paère» en français.

Éthiopien

Abba est aussi un titre éthiopien (éthiosémitique) dérivé de ab (« père ») utilisé pour certains membres du clergé (parfois, bien que rarement, substitué à Abuna , « notre père »). Abbaa est un titre oromo (éthiopien couchitique) de sens de respect « père. »


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *