Afghanistan: géographie et démographie

Afghanistan , pays multiethnique sans littoral situé au cœur de l’Asie centrale et du sud . L’ Afghanistan, objectif recherché de longue date par les bâtisseurs d’empires,  longe d’importantes routes commerciales reliant le sud et l’est de l’Asie à l’Europe et au Moyen-Orient. Depuis des millénaires, de grandes armées tentent de le maîtriser, laissant des traces de leurs efforts. Le paysage de montagnes et de déserts du pays a mis de nombreuses ambitions impériales au repos, de même que la résistance infatigable de ses peuples farouchement indépendants.

Les frontières modernes de l’Afghanistan ont été établies à la fin du XIXe siècle dans le contexte d’une rivalité entre la Grande – Bretagne impériale et la Russie tsariste, que Rudyard Kipling a qualifiée de «grand jeu». L’Afghanistan moderne est devenu un pion dans les luttes pour idéologie politique et influence commerciale. Au cours du dernier quart du XXe siècle, l’Afghanistan a subi les effets dévastateurs de la guerre civile, exacerbé par l’invasion et l’occupation militaires de l’Union soviétique (1979-1989). Dans les luttes armées opposant le régime communiste aux insurgés islamiques (1989-1992) et, suivant un bref règlement des groupes de moudjahidines, un mouvement austère d’étudiants en religion – Les talibans – rejoignent les partis au pouvoir et les seigneurs de la guerre et ont mis en place un régime théocratique (1996-2001), qui est rapidement tombé sous l’influence d’un groupe d’islamistes bien financés, dirigé par un Saoudien en exil, Oussama Ben Laden . Le régime des talibans s’est effondré en décembre 2001 à la suite d’une campagne militaire soutenue dirigée par les États-Unis et visant les talibans et les combattants de l’organisation al-Qaïda de Ben Laden . Peu de temps après, les forces anti-talibans ont convenu d’une période de direction transitoire et d’une administration qui conduiraient à une nouvelle constitution et à la mise en place d’un gouvernement élu démocratiquement.

La capitale de l’Afghanistan est sa plus grande ville, Kaboul . Une ville sereine des mosquées et des jardins sous le règne de l’empereur étagés Babur (1526-1530), fondateur de la dynastie moghole , et pendant des siècles un important lieu sur la route de la soie , Kaboul tombe en ruines suite à la longue et violente guerre en Afghanistan . De même, une grande partie du pays tombe ruine, l’économie s’effondre. Au début du XXIe siècle, une génération entière d’Afghans était parvenue à l’âge adulte sans connaître la guerre.

1. Géographie

L’Afghanistan est un pays d’Asie complètement enclavé (la côte la plus proche se trouve le long de la mer d’Arabie , à environ 480 km au sud) et, en raison de son isolement et de son histoire politique instable , il reste l’une des régions les plus mal étudiées au monde.  Il est délimité à l’est et au sud par le Pakistan (y compris les régions du Cachemire administrées par le Pakistan mais revendiquées par l’Inde), à ​​l’ouest par l’ Iran et au nord par les États d’Asie centrale du Turkménistan , de l’Ouzbékistan et du Tadjikistan . Il a également une courte frontière avec le Xinjiang, en Chine , à la fin du long et étroit Vākhān(Couloir Wakhan), à l’extrême nord-est. Sa superficie totale est d’environ 652 864 km2.

1.a. Relief

1.a.1. Le hindu kush

La forme de l’Afghanistan a été comparée à une feuille dont la bande, le Vākhān, nichée haut dans le Pamir , forme la tige. La particularité géographique de l’Afghanistan est sa chaîne de montagnes, la Hindu Kush . Cette formidable étendue crée la grande pente de l’Afghanistan du nord-est au sud-ouest et, avec ses autres chaînes, divise l’Afghanistan en trois régions géographiques distinctes, que l’on peut désigner à peu près comme les hauts plateaux du centre, les plaines du nord et le plateau du sud-ouest. L’Hindu Kush atteint un point situé à environ 160 km au nord de Kaboul, il s’étend et se poursuit vers l’ouest sous la forme d’une série de chaînes portant les noms de Bābā, Bāyan, Sefīd Kūh (Paropamisus), et d’autres, et chaque section à son tour envoie des éperons dans des directions différentes. Les monts Torkestān, qui s’étendent vers le nord-ouest, sont l’un de ces éperons. Le Sīāh Kūh, au sud du Harīrūd, est un autre domaine important; et les montagnes eṣār, qui s’étendent vers le nord. Un certain nombre d’autres chaînes, y compris celles de Mālmand et de Khākbād, s’étendent au sud-ouest. Sur la frontière orientale avec le Pakistan, plusieurs chaînes de montagnes isolent efficacement l’intérieur du pays des vents chargés d’humidité qui soufflent de l’ océan Indien . Cela explique la sécheresse du climat.

1.a.2. Régions physiographiques

Les hautes terres centrales – en font une partie de la Chaîne himalayenne— inclut la principale gamme de Hindu Kush. Sa superficie d’environ 414 000 km2  est une région de vallées profondes et étroites et de hautes montagnes, dont certains sommets dépassent 6 400 mètres (21 000 pieds). Les cols de haute montagne, généralement situés à une altitude comprise entre 12 000 et 15 000 pieds (3 600 à 4 600 mètres d’altitude) , revêtent une grande importance stratégique et comprennent Shebar Pass , situé au nord-ouest de Kaboul, où les monts Bābā partent de Hindu Kush, et le quartier Khyber Pass , qui mène au sous-continent indien, à la frontière pakistanaise au sud-est de Kaboul. La région de Badakhshān , dans la partie nord-est des hauts plateaux du centre, abrite les épicentres de la plupart des quelque 50 séismes qui se produisent chaque année dans le pays.

La région des plaines du nord, au nord des hauts plateaux du centre, s’étend à l’est de la frontière iranienne jusqu’aux contreforts du Pamir, près de la frontière avec le Tadjikistan. Il comprend environ 103 000 km2 de plaines et de contreforts fertiles en pente douce vers l’Amou Darya (l’ancienne rivière Oxus). Cette région fait partie de la plus grande steppe d’ Asie centrale, à partir de laquelle elle est séparée par l’Amou Darya. L’altitude moyenne est d’environ 2 000 pieds (600 mètres). La région des plaines du nord est intensément cultivée et densément peuplée. Outre des sols fertiles, la région possède de riches ressources minérales, notamment des gisements de gaz naturel .

Le sud-ouest du plateau, au sud des hauts plateaux centraux, est une région de hauts plateaux, de déserts sablonneux et de semi-désertiques. L’altitude moyenne est d’environ 3 000 pieds (900 mètres). Le plateau du sud-ouest couvre environ 130 000 km2 . Le plus petit  désert de marais salants et de steppes désolées de Mārgow se situe à l’ouest de Rīgestān. Plusieurs grandes rivières traversent le plateau sud-ouest; parmi eux, la rivière Helmand et son principal affluent, l’Arghandāb.

La majeure partie de l’Afghanistan se situe entre 600 et 3 000 mètres d’altitude. Le long de l’Amu Darya au nord et du delta de la rivière Helmand au sud-ouest, l’altitude est d’environ 2 000 pieds (600 mètres). leLa dépression de Sīstān sur le plateau sud-ouest atteint une altitude d’environ 1 500 à 1 700 pieds (450 à 500 mètres).

1.b. Drainage

Pratiquement tout le système de drainage de l’Afghanistan est confiné dans le pays. À l’est, seules les rivières, qui drainent une superficie de 83 000 km2, atteignent la mer. La rivière Kābul , le principal cours d’eau de l’est, se jette dans l’Indus au Pakistan, qui se jette dans la mer d’Arabie de l’ océan Indien . Presque tous les autres fleuves importants du pays sont originaires de la région centrale des hautes terres et se jettent dans des lacs intérieurs ou se dessèchent dans des déserts sablonneux. Les principaux systèmes de drainage sont ceux des fleuves Amu Darya, Helmand, Kābul et Harīrūd.

Le fleuve Amu Darya , 2 540 km de long, prend sa source dans les glaciers du Pamir et draine une superficie d’environ 241 000 kmdans le nord-est et le nord du pays. Il forme la frontière entre l’Afghanistan et les républiques du Tadjikistan et de l’ Ouzbékistan sur environ 1000 km de son cours supérieur. Deux de ses principaux affluents afghans , le Kowkcheh et le Qondūz, se dressent dans les montagnes des provinces de Badakhshān et de Kondoz. L’Amou Darya devient navigable depuis son confluent avec le Kowkcheh, à 100 km à l’ouest de la ville de Feyẕābād .

Le système de drainage nord-ouest est dominé par la rivière Harīrūd , prenant sa source sur les versants occidentaux des monts Bābā, à une altitude de 2 000 mètres (9 000 pieds). La rivière coule vers l’ouest, juste au sud de Herāt et à travers la large vallée de Herāt. Après avoir irrigué les terres fertiles de la vallée, le Harīrūd se dirige vers le nord à environ 130 km à l’ouest de Herat et forme la frontière entre l’Afghanistan et l’ Iran sur une distance de 105 km. Il passe ensuite au Turkménistan et disparaît dans le désert de Karakum .

La principale rivière du sud-ouest est la Helmand , qui prend sa source dans les monts Bābā à environ 80 km à l’ouest de Kaboul et a un parcours d’environ 1 150 km. Avec ses nombreux affluents, principalement l’Arghandab, il draine plus de 259 000 km2. Au cours de sa traversée du sud de l’Afghanistan, le Helmand coule au nord de Rīgestān , traverse le désert de Mārgow et se déverse dans des lacs de saison très salins dans la dépression du Sīstān le long de la frontière afghano-iranienne.

Le plus grand système de drainage dans la région sud-est est celui du fleuve Kābul, qui coule vers l’est depuis les pentes de la chaîne de Paghmān pour rejoindre la rivière Indus au Pakistan. Son principal affluent au sud est le Lowgar.

L’Afghanistan compte peu de lacs d’une taille considérable. Les deux plus importants sont le Ṣāberī ( salière qui est parfois inondée) au sud-ouest et le lac salin Īstādeh-ye Moqor, situé à 100 km au sud de Ghaznī, au sud-est. Il y a cinq petits lacs dans les monts Bābā connus sous le nom des lacs Amir; ils se distinguent par leurs nuances inhabituelles de couleur, allant du blanc laiteux au vert foncé, une condition causée par le substrat rocheux sous-jacent.

1.c. Les sols

Les hauts plateaux du centre ont des sols du type steppe désertique ou steppe steppique. Les plaines du nord présentent des sols extrêmement riches, fertiles et semblables à ceux des loess, tandis que le plateau du sud-ouest présente des sols désertiques stériles, sauf le long des rivières, où se trouvent des dépôts alluviaux. L’érosion est très présente dans les hauts plateaux du centre, en particulier dans les régions touchées par la mousson saisonnière et les fortes précipitations.

1.d. Climat

En général, l’Afghanistan a des hivers extrêmement froids et des étés chauds, caractéristiques d’un climat de steppe semi-aride. Il existe cependant de nombreuses variations régionales. Alors que les régions montagneuses du nord-est ont un climat subarctique avec des hivers secs et froids, les régions montagneuses situées à la frontière pakistanaise sont influencées par la mousson indienne qui survient généralement entre juillet et septembre et qui apporte des masses d’air tropical avec de l’humidité et des pluies. En outre, des vents violents soufflent presque quotidiennement dans le sud-ouest pendant l’été. La variation locale est également produite par les différences d’altitude. Les conditions météorologiques en hiver et au début du printemps sont fortement influencées par les masses d’air froid venant du nord et par la dépression de l’Atlantique venant du nord-ouest; ces deux masses d’air entraînent des chutes de neige et un froid intense dans les hautes terres et des pluies plus basses.

Les températures varient considérablement en Afghanistan. Les températures diurnes dépassent les 35 ° C (95 ° F) dans la région du plateau du sud-ouest frappée par la sécheresse. Dans Jalālābād, une des localités les plus chaudes du pays, la température la plus élevée, 49 ° C (120 ° F), a été enregistrée en juillet. Dans les régions de haute montagne, les températures de janvier peuvent chuter à -15 ° C (-15 ° C) et moins, tandis qu’à Kaboul, à une altitude de 5 900 pieds (1 800 mètres), un minimum de -24 ° F ( −31 ° C) a été enregistré.

Dans les montagnes, les précipitations annuelles moyennes augmentent d’ouest en est; là-bas, comme dans la région de la mousson du sud-est, elle atteint en moyenne environ 400 mm (16 pouces). Des précipitations nationales extrêmes ont été enregistrées dans le col Sālang de l’Hindu Kush, avec des précipitations annuelles maximales de 1 350 mm (53 pouces), et dans la région aride de Farāh, à l’ouest, avec seulement 75 mm (3 pouces) par an. La plupart des précipitations dans le pays ont lieu de décembre à avril; Dans les hautes terres, la neige tombe de décembre à mars, tandis que dans les basses terres, il pleut par intermittence de décembre à avril ou mai. Les mois d’été sont chauds, secs et sans nuages ​​partout sauf dans la région de la mousson.

1.e. La vie végétale et animale

La végétation est rare dans le sud du pays, en particulier vers l’ouest, où prédominent les régions sèches et les déserts sablonneux. Les arbres sont rares et ce n’est que pendant la saison des pluies du début du printemps que le sol est recouvert d’herbes et de plantes à fleurs. La couverture végétale se densifie vers le nord, où les précipitations sont plus abondantes et où la végétation est presque luxuriante, notamment dans la région montagneuse située au nord de Jalālābād., où le climat est influencé par la mousson. Les hautes montagnes regorgent de grands arbres forestiers, parmi lesquels prédominent les conifères, tels que pins et sapins. Certains de ces arbres ont une hauteur de 55 mètres. L’altitude moyenne de la ligne de sapin est supérieure à 3 000 mètres. Aux basses altitudes, entre 1700 et 2200 mètres (5 500 à 7 200 pieds), le cèdre est abondant; sous les lignes de sapin et de cèdre, on trouve des chênes, des noyers, des aulnes, des frênes et des genévriers. Il y a aussi des arbustes, plusieurs variétés de roses, de chèvrefeuille, d’aubépine, de cassis et de groseille à maquereau.

La plupart des animaux sauvages de la zone tempérée subtropicale habitent en Afghanistan. Les grands mammifères, autrefois abondants, sont maintenant beaucoup moins nombreux et le tigre a disparu. Il existe encore une grande variété d’animaux sauvages errant dans les montagnes et les contreforts, y compris les loups, les renards, les hyènes rayées et les chacals. Les gazelles, les chiens sauvages et les chats sauvages, tels que les léopards des neiges, sont très répandus. Des chèvres sauvages, y compris le markhor ( Cabra falconeri , sont très recherchées pour ses longues cornes tordues) et le bouquetin (avec de longues cornes recourbées vers l’ arrière), se trouvent dans les Pamir , et les moutons sauvages, y compris l’urial et mouflon (ou Marco Polo mouton), habitent le Pamir et le Hindu Kush. Les ours bruns se trouvent dans les montagnes et les forêts. De plus petits animaux, tels que la mangouste, les taupes, les musaraignes, les hérissons, les chauves-souris et plusieurs espèces de rats kangourous (jerboas) peuvent être trouvés dans de nombreuses zones isolées et peu peuplées.

Les oiseaux de proie incluent les vautours, qui sont nombreux, et les aigles. Les oiseaux migrateurs abondent au printemps et à l’automne. Il y a aussi beaucoup de faisans, cailles, grues, pélicans, bécassines, perdrix et corbeaux.

Il existe de nombreuses variétés de poissons d’eau douce dans les rivières, les ruisseaux et les lacs, mais leur nombre n’est pas grand, sauf sur les pentes nord de l’Hindu Kush, où les rivières sont bien approvisionnées en truite brune.

2. Les habitants

2.a. Groupes ethniques

Aucun recensement national n’a été effectué en Afghanistan depuis un dénombrement partiel en 1979 et des années de guerre et de déplacement de la population ont rendu impossible un dénombrement ethnique précis. Les estimations actuelles de la population sont donc des approximations, qui montrent que les Pachtounes représentent environ les deux cinquièmes de la population. Les deux plus grands pachtounes,  sont les groupes tribaux Durrānī et Ghilzay . Les Tadjiks devraient représenter environ un quart des Afghans et Ḥazāra près du cinquième. Les Ouzbeks et les Chahar Aimak représentent chacun un peu plus de 5% de la population et les Turkmènes une proportion encore plus réduite.

L’Hindu Kush divise le pays en régions du nord et du sud, qui peuvent être subdivisées en fonction de la topographie , des schémas de peuplement nationaux et ethnolinguistiques ou des traditions historiques. Le nord de l’Afghanistan, par exemple, peut être subdivisé en deux régions: la région de Badakhshān-Vākhān à l’est et la région de Balkh-Meymaneh à l’ouest. L’est, qui est principalement un conglomérat de montagnes et de hauts plateaux, est habité principalement par les Tadjiks. Bien qu’il existe également des poches de Tadjiks dans d’autres régions du pays, à l’est, ils sont sédentaires dans les plaines – où ils sont principalement des agriculteurs et des artisans – et semi-centrés dans les hautes vallées. Les Tadjiks ne sont pas divisés en groupes tribaux bien définis. Il y a aussi un petit nombre des Kirghizes dans le Vākhān, à l’extrême nord-est, où ils pratiquent l’élevage.

L’ouest, principalement constitué de plaines d’altitude relativement basse, comprend un mélange de peuples dans lequel Ouzbeks et Turkmènes, tous deux d’origine turque, prédominent. Les Ouzbeks sont généralement des agriculteurs, tandis que les Turkmènes sont traditionnellement des éleveurs semi-nomades. Les Ouzbeks sont le plus grand groupe de langue turcophone en Afghanistan. Il existe également d’autres groupes turco-mongols plus petits.

Le sud de l’Afghanistan peut être subdivisé en quatre régions: celles de Kaboul , Kandahār, Herāt et Ḥazārajāt. La région de Kaboul regroupe la zone drainée par la rivière Kābul et le haut plateau de l’est de l’Afghanistan, délimité au sud par la rivière Gowmal (Gumal). Cette région est le couloir principal reliant les autres régions et leurs peuples. La patrie traditionnelle des Pachtounes est située à l’est, au sud et au sud-ouest de Kaboul, mais ce groupe est également bien représenté à l’ouest et au nord. Les Pachtounes sont divisés en un certain nombre de tribus, certaines sédentaires et d’autres nomades, et beaucoup vivent sur un territoire contigu au Pakistan . Cette région est également habitée par les Tadjiks, et les Nuristani habitent une zone d’environ 13 000 km2   au nord et à l’est de Kaboul.

La région de Kandahār est une partie peu peuplée du sud de l’Afghanistan. Les Durrānī Pashtun, qui constituent le noyau traditionnel de l’élite politique et sociale afghane, vivent dans les environs de la ville de Kandahār, située dans une oasis fertile près de la rivière Arghandāb, et Ghilzay habite la région située entre Kaboul et Kandahār. En outre, il y a un petit nombre de Balochi (Baluchi) et de Brahui dans la région.

La région de Herāt , ou l’ouest de l’Afghanistan, est habité par un mélange de Tadjiks, de Pachtounes et de Chahar Aimak. La vie de la région tourne autour de la ville de Herāt. Les Chahar Aimak sont probablement d’origine turque ou turco-mongole, à en juger par leur apparence physique et leur logement (yourtes à la mongole). Ils sont situés principalement dans la partie occidentale de la région montagneuse centrale.

La région montagneuse de Ḥazārajāt occupe la partie centrale du pays et est habitée principalement par le Ḥazāra. Cependant, à cause de la rareté des terres, beaucoup ont migré vers d’autres régions du pays. Bien que Ḥazārajāt soit situé au cœur du pays, ses hautes montagnes et ses moyens de communication médiocres en font la partie la plus isolée de l’Afghanistan.

2.b. Les langues

Le peuple de L’Afghanistan forme une mosaïque complexe de groupes ethniques et linguistiques. Pachtoune et persan (Dari ), les deux langues indo-européennes , sont les langues officielles du pays. Plus des deux cinquièmes de la population parlent le pachtoune, la langue des Pachtounes, tandis qu’environ la moitié parle un peu le dialecte persan. Alors que le dialecte afghan du persan est généralement appelé «dari», un certain nombre de dialectes sont parlés parmi les peuples tadjik , Ḥazāra , Chahar Aimak et Kizilbash , y compris des dialectes plus proches du persan parlé en Iran (farsi) ou des Persan parlé au Tadjikistan(Tadjik). Les dialectes dari et tadjik contiennent un certain nombre de mots turcs et mongols, et la transition d’un dialecte à l’autre à travers le pays est souvent imperceptible. Le bilinguisme est assez courant et la corrélation entre la langue et le groupe ethnique n’est pas toujours exacte. Certains non-Pachtounes, par exemple, parlent le pachtou, alors qu’un plus grand nombre de Pachtounes, en particulier dans les zones urbaines, ont adopté l’un des dialectes du persan.

Parmi les autres langues indo-européennes, parlées par des groupes plus restreints, figurent l’occidental. Dardic (Nuristani ou Kafiri),Le balochi et un certain nombre de langues indiennes et pamiri parlées principalement dans les vallées isolées du nord-est.Les langues turcophones , une sous- famille des langues altaïques , sont parlées par les peuples ouzbek et turkmène , les derniers colons, apparentés aux peuples des steppes de l’Asie centrale . Les langues turciques sont étroitement liées; en Afghanistan, ils comprennent les ouzbeks, les turkmènes et les kirghizes, le dernier parlé par un petit groupe de l’extrême nord-est. L’Afghanistan compte de très petits groupes ethniques de locuteurs de dravidien. Les langues dravidiennes sont parlées par le Brahuis , résidant dans l’extrême sud.

La population actuelle de l’Afghanistan contient un certain nombre d’éléments qui, au cours de son histoire et à la suite de migrations à grande échelle et de conquêtes, se sont superposés. Les Dravidiens, les Indo-Aryens, les Grecs, les Scythes, les Arabes, les Turcs et les Mongols ont habité le pays à différentes époques et influencé sa culture et son ethnographie. Le mélange des deux principaux groupes linguistiques est évident chez des peuples tels que les Ḥazāra et le Chahar Aimak, qui parlent des langues indo-européennes mais présentent des traits physiques et culturels habituellement associés aux peuples turcique et mongol de l’Asie centrale.

2.c. Religion

Pratiquement tout le peuple afghan est Musulman, dont les trois quarts sont des sunnites de la branche Ḥanafī. Les autres, en particulier les Hazaras et Kizilbash, suivent soit Ithna’Asharī ou Ismā’īlī chiite. Le soufisme est largement pratiqué. Les Nuristani sont des descendants d’un groupe ethnique important, les Kafir, qui ont été convertis de force à l’islam en 1895; le nom de leur région a ensuite été changé de Kāfiristān («pays des infidèles») à nūrestān («pays de lumière»). Il y a aussi quelques milliers d’hindous et de sikhs.

2.d. Les types de peuplement

2.d.a. Le peuplement urbain

La plupart des établissements urbains se sont développés le long de la route qui va de Kaboul au sud-ouest de Kandahār, puis au nord-ouest de Herāt , au nord-est de Mazār-e Sharīf et au sud-est de Kaboul. La population rurale d’agriculteurs et de nomades est répartie de manière inégale sur le reste du pays, principalement concentrée le long des rivières. La partie la plus peuplée du pays se situe entre les villes de Kaboul et Chārīkār . On trouve d’autres concentrations de population à l’est de la ville de Kaboul, près de Jalālābād , dans l’oasis de Herāt et la vallée de Harīrūd au nord-ouest et dans la vallée de la rivière Qondūz au nord-est. Les hautes montagnes de la partie centrale du pays et les déserts au sud et au sud-ouest sont peu peuplés ou inhabités.

Les principales villes d’Afghanistan sont Kaboul, Kandahār, Herāt, Baghlān , Jalālābād, Kondoz, Chārīkār et Mazār-e Sharīf. Kaboul est la capitale administrative du pays. Elle se situe au sud de la Hindu Kush, au carrefour des routes commerciales entre le sous-continent indien et l’Asie centrale, ainsi qu’entre le Moyen-Orient et l’Asie de l’Est. Il est construit des deux côtés de la rivière Kābul et constitue le principal centre d’activité économique et culturelle. Kandahār , la ville la plus peuplée après Kaboul, se situe sur l’autoroute asiatique dans la partie centre-sud du pays, entre Kaboul et Herat. Kandahār devint la première capitale de l’Afghanistan moderne en 1747 sous Aḥmad Shah Durrānī .

2.d.b. Le peuplement rural

Les agriculteurs sédentaires vivent généralement dans de petits villages, la plupart d’entre eux dispersés près des terres irriguées dans les vallées des principaux fleuves. En règle générale, ces villages sont construits sous la forme de petits forts. Chaque fort-village contient plusieurs maisons de boue habitées par des familles étroitement liées qui forment une communauté défensive .

Les paysans, qui élèvent du bétail et cultivent quelques cultures, vivent dans les hautes vallées alpines. Comme les terres cultivables y sont rares, ils vivent dans des hameaux isolés et dispersés. Chaque ménage possède quelques têtes de bétail, qui sont déplacés en été vers les hauts plateaux. La population se divise généralement en deux groupes en été: un groupe reste dans le hameau pour s’occuper des cultures, tandis que l’autre accompagne le bétail dans les hautes terres.

Les nomades sont principalement des éleveurs pachtounes; il existe également plusieurs milliers de nomades baloutches et kirghizes. Ils se déplacent en groupes (tribus ou clans) de pâturages d’été à d’hiver, vivent dans des tentes et, lorsqu’ils sont en déplacement, rangent leurs affaires sur le dos de chameaux, d’ânes et de bétail. Entre un sixième et un cinquième de la population totale ont été classés comme nomades dans le passé. Depuis 1977, cependant, certains nomades se sont installés dans les plaines situées au nord de Hindu Kush ou dans la zone du projet de la vallée de Helmand (irrigation). Plus important encore, la longue période de conflit civil a perturbé les schémas migratoires des nomades et, par conséquent, leur nombre a fortement diminué.

2.c. Tendances démographiques

L’établissement de la République démocratique d’Afghanistan en 1978,  l’invasion soviétique du pays l’année suivante, et la poursuite du conflit qui a suivi le retrait de l’Union soviétique en 1989 ont gravement perturbé la structure de la population du pays. La guerre civile et la destruction de villes et de villages ont provoqué des mouvements massifs de population dans deux directions principales: l’émigration, principalement vers le Pakistan et l’ Iran , ou la réinstallation interne dans la sécurité relative de Kaboul . On estime que la population de Kaboul a doublé de taille. Kaboul a grandi pour englober près de la moitié de la population urbaine du pays. La population afghane est principalement rurale; plus des deux cinquièmes de la population ont moins de 15 ans. L’espérance de vie est d’environ 47 ans pour les hommes et de 46 ans pour les femmes.

À la fin des années 1980, environ 6 millions de personnes, probablement le tiers de la population afghane à l’époque se sont réfugiés dans les pays voisins. Quelque 3,5 millions vivaient au Pakistan et peut-être 2 autres en Iran. Bien que beaucoup aient été rapatriés dans les années 90, le nombre de personnes déplacées à l’intérieur et à l’extérieur du pays a encore augmenté après 2000 en raison de la persistance de troubles civils, de difficultés économiques et d’une sécheresse prolongée et sévère.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *