Afrique de l’Ouest et organisations internationales

Depuis la fin du second monde, les nations du monde ont travaillé ensemble pour faire en sorte que la catastrophe que cette guerre a amenée à l’humanité ne se répète jamais. C’est dans un tel contexte que des organismes internationaux tels que l’Organisation des Nations Unies (ONU) ont été créés pour favoriser la paix et la stabilité dans le monde. Depuis le début des années 1960, le mandat et la structure de l’ONU ont également engendré des associations similaires en Afrique, notamment l’Organisation continentale de l’unité africaine (OUA), son successeur, l’Union africaine (UA) et une demi-douzaine d’autres organismes sous-régionaux tels que la Communauté économique des États-Unis. États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et ses armes de maintien de la paix, le Groupe de surveillance du cessez-le-feu de la CEDEAO (ECOMOG).

Il est également important de reconnaître d’autres types d’organisations internationales et la relation de l’Afrique de l’Ouest avec elles. Il s’agit notamment de grandes ONG telles qu’Oxfam et MSF, ainsi que de fondations privées telles que la Fondation Bill et Melinda Gates. Toutes ces organisations se rapportent ensemble de différentes manières aux relations de l’Afrique de l’Ouest avec le monde.

 

L’Afrique de l’Ouest et l’ONU

La Charte des Nations Unies, qui définit le rôle, la structure et la vision de l’organisme, est entrée en vigueur en octobre 1945. L’ONU s’est engagée à «maintenir la paix et la sécurité internationales»; «développer des relations amicales entre les nations fondées sur le respect du principe de l’égalité des droits et de l’autodétermination des peuples»; «réaliser la coopération internationale pour résoudre les problèmes internationaux de caractère économique, social, culturel ou humanitaire» et être un centre d’harmonisation des actions des nations dans la réalisation de ces objectifs communs ». Ce sont des idéaux que chaque pays membre doit respecter en théorie et en pratique.

Les liens entre l’ONU et l’Afrique de l’Ouest ont commencé avec l’entrée du Libéria en tant que membre à part entière en novembre 1945. En effet, à bien des égards, le Libéria peut se considérer fièrement comme l’un des membres fondateurs de l’ONU car il était le seul pays africain à l’époque qui était pleinement indépendante et souveraine. En 1957, le Ghana a été admis à l’ONU quelques mois après avoir obtenu son indépendance de la Grande-Bretagne. La Guinée-Conakry l’a rejoint peu après avoir expulsé les dirigeants coloniaux français en octobre 1958. Le Nigéria a rejoint l’ONU en 1960, la Sierra Leone en 1961 et la Gambie en 1965.

Pourtant, les pays d’Afrique de l’Ouest ont rapidement fait leur marque sur l’ONU de diverses manières. En 1960, par exemple, le président ghanéen Kwame Nkrumah a prononcé un discours poignant et hautement loué à l’Assemblée générale des Nations Unies, au cours duquel il a clairement exprimé son souhait que l’Afrique soit traitée comme un partenaire égal au sein du comité des nations, suggérant qu ‘«  un siège permanent devrait être créé pour l’Afrique au Conseil de sécurité, compte tenu non seulement du nombre croissant de membres africains des Nations Unies, mais aussi de l’importance croissante du continent africain dans les affaires mondiales ». Nkrumah a également joué un rôle déterminant dans l’envoi par l’ONU d’une force de maintien de la paix au Congo à l’été 1960 pour aider à mettre fin à un mouvement sécessionniste au Katanga (sud de la RDC, riche en cuivre) initié par l’ancienne puissance coloniale belge. Ghana, Guinée,

Les pays d’Afrique de l’Ouest ont continué de contribuer au développement de l’ONU par d’autres moyens tels que la diplomatie. Le diplomate ghanéen, le Dr Robert Gardiner, a été secrétaire général adjoint des Nations Unies pendant de nombreuses années; tandis que le diplomate et érudit sierra-léonais, le Dr Davdison Nicol, occupait également ce poste dans les années 1960. En 1964, Alex Quayson Sackey du Ghana est devenu le premier Africain à être élu président (président) de l’Assemblée générale des Nations Unies et a reçu de nombreux éloges pour l’efficacité et le décorum qu’il a apportés à cet organe suprême de l’organisation.

D’autres diplomates ouest-africains tels que Mme Angie Brooks (Libéria); Amara Essy (Côte d’Ivoire), Joseph Garba (Nigéria) ont également eu l’honneur singulier d’être élus président des 25 membres du Conseil de sécurité de l’ONU. Pour couronner les réalisations des Africains de l’Ouest à l’ONU, le Dr Kofi Annan du Ghana a été élu Secrétaire général des Nations Unies en 1996 et a rempli deux mandats complets.

Les pays d’Afrique de l’Ouest bénéficient également de l’ONU grâce au soutien multilatéral offert par des organes des Nations Unies tels que l’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO), en particulier pour le soutien à la formation des enseignants et aux activités culturelles; l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) pour l’amélioration des variétés de semences et l’irrigation; et le Fonds d’urgence des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) qui soutient les activités de garde d’enfants.

 

L’Afrique de l’Ouest et l’OUA / UA

L’Organisation de l’unité africaine (OUA) a été créée en mai 1963 par les pays africains indépendants pour servir de plate-forme où les États africains pourraient renforcer l’unité et la coopération, s’unir pour éliminer les vestiges du colonialisme sur le continent et mettre fin à l’apartheid (ségrégation raciale ) règne en Afrique du Sud, règne minoritaire en Rhodésie d’alors et règne colonial portugais, qui a continué dans ses colonies jusqu’en 1974. C’étaient de nobles objectifs et à l’époque également très appropriés et opportuns car les États nouvellement indépendants se séparaient en de nombreux blocs de pouvoir qui menaçait de semer la désunion entre eux.

Par exemple, à l’indépendance dans les années 1960, le continent était divisé en blocs politiques à savoir:

Groupe de Monrovia: Libéria, Nigéria, Somalie, Sierra Leone, Togo, Éthiopie, Sénégal

Groupe de Casablanca: Ghana, Mali, Guinée, Maroc, Egypte, Libye

Groupe de Brazzaville: Congo (Brazzaville), Côte d’Ivoire, Sénégal, Mauritanie, Haute-Volta, Niger, Dahomey (Bénin), Tchad, Gabon, République centrafricaine, Cameroun et Madagascar.

Chacun de ces groupements a tiré dans des directions différentes et leurs dirigeants n’ont pas hésité à se verser du vitriol les uns sur les autres en public, y compris à l’Assemblée générale de l’ONU.

Le conflit congolais de septembre 1960 à 1965; L’indépendance du Nigéria en 1960, qui a conduit au début de la rivalité malsaine Ghana-Nigéria pour la domination régionale, et le différend frontalier Mauritanie-Maroc de 1960, ont été quelques-uns des facteurs de cette fissure. Les intrigues néocoloniales étaient bien sûr également en jeu, les anciens maîtres coloniaux cherchant à exercer un contrôle ouvert sur leurs anciennes colonies.

En effet, en octobre 1960, toute l’Afrique indépendante était divisée en ces blocs. Il y avait un grand risque d’une plus grande balkanisation du continent au lieu d’une unité telle qu’épousée par l’esprit panafricain semé quelques années plus tôt. Ajoutez à ce clivage l’effondrement de la Fédération du Mali en 1960, qui a réuni le Sénégal et le Mali dans une unité éphémère, et le désespoir monté parmi les panafricanistes d’Afrique qui ne cessent de s’unir.

Les blocs politiques ont persisté et ont bien sûr plu aux détracteurs, principalement d’anciens maîtres coloniaux, qui se délectaient de la perspective imminente d’une Afrique divisée et affaiblie incapable de prendre sa place en tant que puissante contre-force du néocolonialisme et de l’impérialisme. Pour que l’esprit du panafricanisme soit rétabli, ces blocs ont dû être fusionnés en une organisation supracontinentale dédiée à la construction d’une seule voix africaine.

L’espoir a été rétabli quoique progressivement. En 1961, des pays africains indépendants se sont réunis avec d’autres pays émergents du tiers monde en Yougoslavie pour former le Mouvement des pays non alignés, un organe puissant qui cherchait à se débarrasser des blocs occidentaux ou orientaux impliqués dans la guerre froide. La nouvelle organisation est devenue un point de rencontre pour les trois principaux blocs africains et a aidé les États africains à former un front uni, en particulier contre le colonialisme et l’apartheid.

D’autres facteurs pour lesquels les dirigeants africains ont décidé de mettre fin au système de blocs étaient la série de coups d’État d’inspiration étrangère contre des États africains nouvellement indépendants, la montée et le renforcement de l’apartheid en Afrique du Sud et l’émergence de guerres anticoloniales dans les colonies portugaises. La montée du mouvement des droits civiques aux États-Unis et les efforts diplomatiques de l’empereur Haile Sellasie d’Éthiopie ont également contribué à fusionner les dirigeants africains en un groupe appelé l’OUA formé le 25 mai 1963.

Une deuxième réalisation de l’esprit panafricain, outre la fin de la domination coloniale sur le continent, est donc la création de l’OUA. Bientôt, l’OUA est devenue l’avant-garde la plus importante vers la réalisation des objectifs et des aspirations du projet panafricain. L’OUA a rapidement créé un comité et un fonds de libération qui cherchaient à aider le mouvement de libération à éliminer toutes les formes de régime colonial en Afrique. En effet, en 1975, toute l’Afrique, à l’exception de l’Afrique du Sud, de la Namibie et du Zimbabwe, était libre de toute domination étrangère. L’OUA a également uni les Africains dans la lutte contre l’apartheid en Afrique du Sud en exigeant que ses États membres n’aient rien à voir avec l’Afrique du Sud et en insistant sur le boycott économique et culturel de l’État d’apartheid, en plus de l’aide qu’elle apporte à l’ANC et à d’autres forces anti-apartheid par le biais du Fonds de libération.

Mais l’OUA n’a pas été en mesure d’atteindre son objectif premier de forger l’unité menant aux proverbiales États-Unis d’Afrique.C’est pourquoi en 2000, les dirigeants africains se sont réunis à Syrte en Libye pour réorienter l’OUA en un nouvel organe appelé l’Union africaine (UA). qui cherche à œuvrer à la réalisation de l’unité continentale. Maintenant que l’Afrique n’avait pas à s’inquiéter de l’odieux régime d’apartheid ou du colonialisme sur le continent, il était jugé opportun d’aller plus vite vers l’unité. C’est pourquoi l’UA a un Parlement panafricain basé au Cap, en Afrique du Sud, un Conseil de paix et de sécurité et une Commission des droits de l’homme, entre autres organes. Ces organes sont chargés de la formulation des lois, du maintien de la paix et de la stabilité et de la protection des droits humains fondamentaux sur le continent. Divers pays d’Afrique de l’Ouest comme la Gambie (2006), Le Nigéria (2003) a accueilli deux fois par an les sommets des chefs d’État de l’UA. Alpha Omar Konaré du Mali et Amara Essy de Côte d’Ivoire avaient été présidents du secrétariat de l’UA. Présidents Alpha Condé de Guinée (2017-2018); John Kufour du Ghana (2006-2007) et Olusegun Obasanjo du Nigéria (2003-2004) avaient été président de l’Assemblée des chefs d’État de l’UA.

 

Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO)

En mai 1975, les dirigeants ouest-africains sous la présidence du Président Yakubu Gowon du Nigéria se sont réunis à Lagos pour créer une organisation économique et politique sous-régionale connue sous le nom de CEDEAO. Comme son nom l’indique, cet organisme était censé servir de catalyseur à une coopération économique et monétaire rapide entre les 15 États d’Afrique de l’Ouest, telle que la libre circulation des biens et des personnes. Il y avait à l’époque des divisions basées sur l’histoire coloniale, puisque les colonies françaises avaient légué une monnaie standard (le CFA) à leurs colonies, à l’exception de la Guinée-Conakry.

La CEDEAO a donc commencé avec sa mission déclarée de promouvoir l’intégration économique dans toute la région. Un autre objectif de la CEDEAO est de favoriser «l’autosuffisance collective de ses États membres en créant un seul grand bloc commercial en construisant une union économique et commerciale à part entière».

Les visas ont été supprimés pour les citoyens visitant les États membres de la CEDEAO et les barrières commerciales entre les États membres. Cependant, le déclenchement de la guerre civile au Libéria en 1989 a contraint la CEDEAO à élargir ses horizons au-delà de la simple intégration économique au maintien de la paix et à la promotion de la démocratie et de l’État de droit dans les États membres.

Par conséquent, en 1990, lors de son sommet à Banjul, en Gambie, les dirigeants de la CEDEAO ont convenu de former une force de maintien de la paix appelée Ecowas Ceasefire Monitoring Group (ECOMOG) pour aider à rétablir la paix au Libéria. Le succès de l’ECOMOG dans la mise en place d’un cessez-le-feu et le rétablissement de la démocratie au Libéria a encouragé les dirigeants de la CEDEAO à conserver l’ECOMOG en tant que composante permanente de l’organisation et est depuis intervenu militairement pour restaurer la démocratie en Sierra Leone (1998), en Côte d’Ivoire (2003), Guinée-Bissau (2012) et Gambie (2017). La CEDEAO a également créé un Parlement, une Cour de justice communautaire et a déclaré la tolérance zéro pour les coups d’État militaires et les prises de pouvoir illégales similaires afin de renforcer les références démocratiques de la région (autrefois le foyer des coups d’État militaires).

Commonwealth et Afrique de l’Ouest

La Gambie, le Ghana, le Nigéria et la Sierra Leone appartiennent au Commonwealth, l’association lâche d’anciennes colonies britanniques qui compte aujourd’hui 52 États membres. Tous les membres ont leur mot à dire, quelle que soit leur taille ou leur stature économique. Cela garantit que même les plus petits pays membres ont voix au chapitre pour façonner le Commonwealth. Tous les membres souscrivent aux valeurs et principes du Commonwealth énoncés dans la Charte du Commonwealth.

Les principes fondamentaux de la Charte sont le respect des droits de la personne, des valeurs démocratiques et de la primauté du droit. Les États membres doivent être perçus comme respectant l’esprit et la lettre de la Charte pour conserver leur adhésion. En effet, ce qui unit les États membres du Commonwealth en plus de l’utilisation de la langue anglaise, ce sont ces valeurs fondamentales.

Les dirigeants des pays membres façonnent les politiques et les priorités du Commonwealth. Tous les deux ans, ils se réunissent pour discuter des problèmes affectant le Commonwealth et le reste du monde lors de la réunion des chefs de gouvernement du Commonwealth (CHOGM). Bien que la reine Elizabeth d’Angleterre soit à la tête du Commonwealth, il s’agit plutôt d’une position symbolique qu’autre chose. Le Secrétariat du Commonwealth à Londres, dirigé par un secrétaire général, gère les affaires quotidiennes de l’organisation. Le chef diplomate nigérian Emeka Anyouku a été secrétaire général de 1990 à 2000.

Le président Yahya Jammeh a retiré unilatéralement la Gambie du Commonwealth en octobre 2013. Cependant, le président nouvellement élu Adama Barrow s’est engagé à renvoyer le pays dans l’organisation à la mi-2018. Les athlètes ghanéens et nigérians se sont produits avec distinction aux Jeux du Commonwealth qui se tiennent tous les quatre ans. , tandis que des écrivains tels que Ben Okri et le romancier Helon Habila (tous deux du Nigéria) et le poète sierra-léonais Syl Cheney Coker ont remporté le prestigieux Prix des écrivains du Commonwealth.

 

Mouvement des pays non alignés et Afrique de l’Ouest

Le Mouvement des non-alignés (NAM) est un groupe d’États qui ne sont pas formellement alignés avec ou contre un bloc de puissance majeur. En 2012, le mouvement compte 120 membres, ce qui en fait le deuxième plus grand groupement international en dehors de l’ONU. Tous les pays africains, à l’exception du Soudan du Sud, font partie de l’organisation. Fondée à Belgrade, en Yougoslavie, en 1961, les présidents Nkrumah du Ghana et Sekou Touré de Guinée figuraient parmi les fondateurs de l’organisation qui vise à assurer «l’indépendance nationale, la souveraineté, l’intégrité territoriale et la sécurité des pays non alignés».

Le Mouvement était en grande partie un produit de la guerre froide qui opposait le bloc communiste soviétique à l’Occident. Les membres du Mouvement ont prétendu être neutres dans cette lutte américano-soviétique pour la domination et l’hégémonie.

Le Mouvement a soutenu ses membres dans leur «  lutte contre l’impérialisme, le colonialisme, le néocolonialisme, le racisme et toutes les formes d’agression, d’occupation, de domination, d’ingérence ou d’hégémonie étrangères ainsi que contre les grandes puissances et les politiques de bloc  ».

La fin de la guerre froide et la fin de l’apartheid ont amené le Mouvement à réorienter sa position et se concentre désormais sur des questions telles que la réforme du Conseil de sécurité de l’ONU, le développement durable, l’allégement de la dette des pays pauvres et les droits culturels.

 

Organisation de la Conférence / Coopération Islamique (OCI)

L’Organisation de la Conférence islamique a été créée en 1969 à la suite de l’incendie de la mosquée Al-Asqa, (la deuxième mosquée la plus vénérée de l’Islam), à Jérusalem, Israël a occupé la Palestine par un militant dérangé. L’incendie a provoqué tant de colère dans le monde musulman que le grand imam de Jérusalem a appelé à une réunion d’urgence des chefs d’État musulmans pour discuter de l’incident. Ce rassemblement de chefs d’État de pays principalement arabophones a été la naissance de l’OCI. Aujourd’hui, il compte 57 membres, dont la Gambie, la Sierra Leone et le Nigéria. Une condition essentielle pour devenir membre est que 30% de la population du pays doit professer l’islam en tant que religion. Son siège est à Djeddah, en Arabie saoudite. L’organisation se considère comme «la voix collective du monde musulman» et œuvre pour «sauvegarder et protéger les intérêts du monde musulman dans un esprit de promotion de la paix et de l’harmonie internationales». L’OCI vise à préserver les valeurs sociales et économiques islamiques; promouvoir la solidarité entre les États membres; et maintenir la paix et la sécurité internationales. Elle œuvre également à l’avancement de l’éducation, en particulier dans les domaines de la science et de la technologie à travers son bras appelé Science islamique, éducation, organisation culturelle (ISESCO).

Contrairement à l’ONU ou au Commonwealth, l’OCI ne promeut pas les questions de démocratie et de droits de l’homme dans ses États membres. C’est pourquoi il est généralement attaqué par des organisations de défense des droits de l’homme qui l’accusent de protéger ses membres tels que l’Iran et l’Arabie saoudite, qui ont de très mauvais antécédents en matière de droits de l’homme, d’une évaluation critique. Mais l’OCI mobilise toujours l’opinion internationale contre les atrocités israéliennes contre les Palestiniens. Les pays d’Afrique de l’Ouest comme le Sénégal ont joué un rôle clé au sein de l’OCI. En 2008, Dakar, a accueilli le sommet de l’OCI; pendant la guerre Iran-Irak de 1980 à 1988, le président gambien Sir Dawda Jawara était président de la mission de paix de l’OCI chargée de ramener la paix entre les deux membres voisins de l’OCI. L’OCI a été rebaptisée Organisation de la coopération islamique en 2011. En 2019, la Gambie accueillera le sommet de l’OCI.

 

ONG: La Fondation Bill et Melinda Gates

De nombreuses ONG internationales sont désormais présentes en Afrique de l’Ouest, travaillant aux côtés des ONG locales bien établies et très efficaces. Leur rôle est contesté, car dans certains cas ils sont intervenus directement pour financer des campagnes politiques (comme ce fut le cas récemment avec Oxfam au Sénégal). Dans d’autres cas, ils peuvent jouer un rôle dans les urgences sanitaires, comme cela a été le cas avec l’épidémie d’Ebola de 2014.

Des fondations privées sont également impliquées. Un exemple est la Fondation Bill et Melinda Gates. Aussi appelée Fondation Gates, il s’agit d’une fondation humanitaire privée fondée par le magnat de l’informatique et milliardaire Bill Gates et son épouse Melinda en 2000. Le couple a utilisé une partie importante de sa richesse pour répondre à des crises sanitaires et sociales internationales urgentes telles que la lutte contre le paludisme. , Prévention du sida et vaccination contre la polio. La fondation a également pour objectif fort de lutter contre la pauvreté et d’améliorer l’accès des filles à l’éducation.

Grâce à son programme de soutien phare appelé le Fonds mondial contre la tuberculose, le sida et le paludisme (GFATM), les pays d’Afrique de l’Ouest ont pu réduire de moitié l’infection par le paludisme et le sida dans leurs pays. Le Nigéria a récemment reçu 76 millions de dollars de la fondation pour financer des campagnes de vaccination contre la polio dans le nord du pays où les maladies restent répandues.

 

Conclusion

Bien que l’adhésion à ces organisations continue de profiter aux pays d’Afrique de l’Ouest, le manque de financement entrave le bon fonctionnement d’organismes tels que l’ONU et l’UA. Un autre obstacle au bon fonctionnement de ces organisations est leur domination par les grandes puissances, comme en témoigne le droit de veto des cinq membres permanents du Conseil de sécurité de l’ONU. De plus, ces organisations sont de plus en plus critiquées pour leur bureaucratie et leur gaspillage et pour leur incapacité à rester pertinentes pour les questions urgentes d’aujourd’hui telles que le radicalisme religieux, le chômage des jeunes et la propagation de maladies telles qu’Ebola.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *