Cheikh Ahmadou Bamba (Serigne Touba)

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké (Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ḥabīb Allāh) dit Khadimoul Rassoul ou Serigne Touba est un chef religieux né vers 1853 dans un village appelé Mbacké Baol, village que son grand-père a fondée. Khadim Rassoul signifie le serviteur du prophète Mahomet (PBSL).  Son nom de naissance est Aḥmad ibn Muḥammad ibn Ḥabīb Allāh Ibn Al Khair. Il est le fondateur de la grande fraternité mouride.

Les parents de Serigne Touba appartenaient au groupe ethnique toucouleur. Ses parents étaient également des descendants du prophète Muhammad (paix soit sur lui), issu de sa lignée de Cheikh Abdul Qadir Jilani.  Le nom du père de Serigne Touba en wolof est Mor Anta Sali. Il était le conseiller suprême du roi Qaki dans le district de Cayor. Il possédait l’une des plus célèbres écoles islamiques de son temps. Il a été reconnu comme l’un des plus grands Alm (érudits islamiques) de son temps. Sa mère s’appelle Mame Diarra Bousso. Elle était très célèbre au Sénégal. Au cours de sa vie, les érudits islamiques du Sénégal l’ont reconnue comme une Wali Kamil (Sainte perfectionnée). Elle était aussi connue sous le nom de Diara Tullah, la protégée d’Allah.

Cheikh Ahmadou Bamba Mbacké était un chef religieux qui a produit une quantité prodigieuse de poèmes et de tracts sur la méditation, les rituels, le travail et l’étude coranique. Il mena une lutte pacifiste contre l’empire colonial français sans mener de guerre directe contre les Français comme l’ avaient fait plusieurs marabouts de premier plan tijani.

Fondation de la Mouridiyya et Touba

Cheikh Ahmadou Bamba a fondé la confrérie des Mourides en 1883 et a pour capitale Touba, au Sénégal, qui abrite également la plus grande mosquée de l’Afrique subsaharienne, construite par les Mourides.

Les enseignements de Cheikh Ahmadou Bamba ont mis l’accent sur les vertus du pacifisme, du travail acharné et des bonnes manières à travers ce que l’on appelle communément le Jihādu nafs, qui met l’accent sur une lutte personnelle contre les « instincts négatifs ». En tant que marabout ascétique qui a écrit des tracts sur la méditation, les rituels, le travail et l’étude coranique, il est peut-être mieux connu pour son emphase sur le travail et l’esprit travailleur.

Les partisans de Bamba l’appellent un mujaddid (« renouveau de l’Islam « ), citant un hadith qui implique que Dieu enverra des renouvellements de la foi tous les 100 ans (les membres de toutes les confréries sénégalaises prétendent que leurs fondateurs étaient des renouvelleurs).

Cheikh Abdoul Ahad Mbacké, troisième calife (dirigeant mouride) et fils de Cheikh Ahmadou Bamba, a déclaré que Cheikh Ahmadou Bamba avait rencontré le prophète Muhammad dans ses rêves, un conte devenu un article de foi pour les croyants mourides. Pendant le mois de Ramadan 1895, Muhammed et ses compagnons lui apparurent en rêve à Touba pour lui conférer le rang de mujaddid de son âge et pour mettre à l’épreuve sa foi. À partir de là, Bamba aurait également reçu le rang de « Serviteur du Prophète ».

Il fonda la ville de Touba en 1887. Dans l’un de ses nombreux écrits, Matlabul Fawzeyni (la quête du bonheur dans les deux mondes), Cheikh Ahmadou Bamba décrit l’objectif de la ville, qui visait à réconcilier le spirituel et le temporel.

Face à la domination coloniale et à l’exil

Alors que la renommée et l’influence de Bamba se propageaient, le gouvernement colonial français s’inquiétait de son pouvoir croissant et de son potentiel à mener une guerre contre eux. Il avait suscité une « désobéissance anti-coloniale » et même converti un certain nombre de rois traditionnels et leurs partisans et aurait sans aucun doute pu mobiliser une force militaire énorme, comme l’ avaient précédé des dirigeants musulmans comme Umar Tall et Samory Touré. Pendant ce temps, l’armée française et le gouvernement colonial français étaient las des leaders musulmans incitant à la révolte alors qu’ils finissaient de conquérir le Sénégal.

La phobie de l’administration coloniale à l’encontre tout mouvement islamique faisait que les jugements rendus au Conseil privé constituaient souvent des poursuites intentionnelles contre des chefs religieux. Arrêté à Diéwol, Cheikh Ahmadou Bamba a été muté au bureau du gouverneur de l’administration coloniale à Saint-Louis (Sénégal). Le jeudi 5 septembre 1895, il comparut devant le Conseil d’État de Saint-Louis pour se prononcer. Cheikh Ahmadou Bamba a prié deux rakkats dans le bureau du gouverneur avant de s’adresser au Conseil, déclarant sa ferme intention d’être soumis à Dieu seul. Avec cette prière et cette attitude symboliques dans le sanctuaire des négateurs de l’islam, Bamba en est venu à incarner une nouvelle forme de résistance non-violente contre les objectifs des évangélistes coloniaux . La preuve que Bamba a récité ces prières ne figure pas dans les archives coloniales mais repose sur les témoignages de ses disciples. À la suite des prières de Bamba, le Conseil privé a décidé de l’expulser vers « un endroit où ses prédications fanatiques n’auraient aucun effet ».  Il était donc exilé dans la forêt équatoriale du Gabon, où il resta sept ans et neuf mois. Au Gabon, il a composé des prières et des poèmes célébrant Allah.

Dès le début du 19ème siècle, la politique impérialiste de la France s’est terminée par la défaite de toutes les résistances armées au Sénégal et par la mise en place d’une politique de christianisation et d’assimilation de la nouvelle colonie aux valeurs culturelles de la métropole. Cela a conduit à une politique d’éloignement ou d’élimination systématique des guides spirituels musulmans qui ont osé marquer leur méfiance. Ainsi, Cheikh Ahmadou Bamba, dont le seul tort était d’avoir osé persister ouvertement dans le sermon de sa religion ( Islam ), a été soumis pendant 32 ans à toutes sortes de privations et de tests. En exil pendant sept ans au Gabon et cinq ans en Mauritanie et placé en résidence surveillée à Diourbel, au Sénégal pendant quinze ans, Ahmadou Bamba n’a néanmoins pas cessé de défendre le message de l’islam jusqu’à sa mort en 1927.

Sur le plan politique, Ahmadou Bamba a mené une lutte pacifiste contre le colonialisme français tout en essayant de restaurer une pratique plus pure d’islam isolée de l’influence coloniale française. À une époque où la résistance armée était impossible, Cheikh Ahmadou Bamba menait une lutte spirituelle contre la culture et la politique coloniales. Bamba refusait de mener sa lutte avec les armes, et a enseigné ce qu’il appelait le jihâd al-‘akbar ou « une plus grande lutte, » qui consiste  combattre  non pas par les armes, mais par l’apprentissage et la crainte de Dieu.

En rassemblant des disciples, Bamba a enseigné que le salut passe par une soumission totale à Dieu et un travail ardu. L’ordre des Mourides a construit, à la suite de cet enseignement, une grande organisation économique, impliquée dans de nombreux aspects de l’économie sénégalaise. La culture de l’arachide en est un des premiers exemples. De jeunes adeptes ont été recrutés pour s’établir dans des terres marginales de l’est du Sénégal, fonder des communautés et créer des plantations d’arachides. Avec l’organisation et les fournitures fournies par la Confrérie, une partie des recettes a été reversée à Touba, tandis que les travailleurs, après plusieurs années, ont acquis la propriété des plantations et des villes.

Craignant son influence, les Français le condamnent à s’exiler au Gabon (1895–1902) puis à la Mauritanie (1903–1907). Cependant, ces exils ont inspiré des récits et des histoires folkloriques sur la survie miraculeuse de Bamba dans la torture, les privations et les tentatives d’exécution, et des milliers d’autres ont afflué dans son organisation.

En 1910, les Français se rendent compte que Bamba n’est pas intéressé par une guerre violente contre eux. Il est en fait très coopératif et le relâche finalement pour le ramener dans sa communauté élargie. En 1918, ils le récompensèrent par la Légion d’honneur française pour avoir enrôlé ses partisans dans la Première Guerre mondiale: il la refusa. Ils lui ont permis d’établir sa communauté à Touba , convaincus en partie que sa doctrine du dur labeur pourrait être mise au service des intérêts économiques français.

Son mouvement continua de croître et en 1926, il commença à travailler pour la grande mosquée de Touba.

Mort

Après sa mort en 1927, il fut enterré à la mosquée de Touba. Il a été succédé par ses descendants en tant que chefs héréditaires de la fraternité avec une autorité absolue sur les disciples.

Héritage

En tant que fondateur du mouridisme, Cheikh Ahmadou Bamba est considéré comme l’un des plus grands leaders spirituels de l’histoire sénégalaise et l’une des plus grandes influences sur la vie et la culture sénégalaises contemporaines. Le mouridisme est aujourd’hui l’un des quatre mouvements soufis du Sénégal, avec quatre millions de fidèles au Sénégal et des milliers d’autres à l’étranger, dont la majorité sont des émigrants sénégalais. Les adeptes du mouvement mouride, issu de la philosophie soufie traditionnelle, aspirent à vivre plus près de Dieu, à l’instar du prophète Mahomet. Ahmadou Bamba compte aujourd’hui plus de 3 millions d’adeptes et des défilés se déroulent dans le monde entier en son honneur, y compris dans diverses villes des États-Unis, de la France et de L’Italie. New York est l’une de ces villes, où les musulmans d’ascendance ouest-africaine organisent depuis plus de vingt ans un « défilé annuel de la journée Cheikh Ahmadou Bamba ». Des célébrations comme celles-ci créent des plates-formes pour « redéfinir les frontières de leurs identités africaines, faire face au stigmate de la noirceur et contrecarrer une réaction anti-musulmane ».

Chaque année, des millions de musulmans du monde entier se rendent en pèlerinage à Touba (surnommé le Magal), se rendant à la mosquée et rendant hommage à la mémoire de Cheikh Ahmadou Bamba. À une occasion durant le pèlerinage, les croyants mourides honorent Ahmadou Bamba en faisant face à l’océan Atlantique, pour commémorer la prière légendaire de Bamba sur l’eau.

Cheikh Ahmadou Bamba n’a plus qu’une photographie, dans laquelle il porte une long boubou blanc et dont le visage est principalement recouvert d’un foulard. Cette image est vénérée et reproduite dans des peintures sur les murs, les bus, les taxis, et d’autres supports partout au Sénégal . Cette photo a été prise en 1913 par « les autorités coloniales françaises ».  En tant que forme d’art et objet spirituel, la photographie de Bamba est plus qu’une simple image, mais plutôt une « présence vivante » à travers laquelle sa baraka coule.

Les mourides modernes contribuent à la fraternité, qui fournit en retour des services sociaux, des prêts et des opportunités d’affaires.

Cheikh Ahmadou Bamba est également connu pour avoir inventé le Café Touba. Bamba mélangeait traditionnellement du café et des épices à des fins médicinales et le servait à ses disciples.

Les enfants de Serigne de Touba

Au cours de sa vie, Ahmadou Bamba a eu plus de 50 enfants.

Liste des fils de Serigne Touba

  • Mouhamadou Moustapha yadaali,
  • Chaïdou Mohamadou,
  • Mouhamadou Moustapha,
  • Mouhamadou Fadhilou,
  • Mouhamadou Lamine Bara,
  • Mouhamadou Bassirou,
  • Abdoul Ahad,
  • Souhaïbou,
  • Abdou Samath,
  • Abdou Bakhi,
  • Abdou Khadre,
  • Jamil,
  • Abdou Salam,
  • Mokhtar,
  • Saliou,
  • Mouhammadou El Mokhtar,
  • Ibrahima,
  • Abdou Arona,
  • Ababacar Sadikh,
  • Cheikh A.Mouhaïminou,
  • Mouhamadou Mourtadha,
  • Abdou Khoudoss,
  • Mouhamadou Abibou,
  • Aboubakry,
  • Mouhamadou Mokhtar,
  • Cheikh Badioulaye,
  • Mouhamadou El Bachirou,
  • et Mouhamadou Bara.

Liste des filles de Serigne Touba

  • Fatimata,
  • Faty Dia,
  • Bintou Kalsoum,
  • Bintou Touré,
  • Fatimata Bintou,
  • Aïchatou,
  • Khadidiatou Diop,
  • Aminata,
  • Zeynabou,
  • Maïmouna « Kabir »,
  • Mouslimatou,
  • Assiyatou,
  • Machkoratou,
  • Khadijatou,
  • Faty Sylla,
  • Mama Faty Mariama,
  • Maïmouna « Sakhir »,
  • Sokhena Diakhaté,
  • Salimatou,
  • Rokhaya,
  • Tahiratou,
  • Astou « Gawane »,
  • Mame Faty

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *