Comment déterminer les coûts moyens pondérés du capital

Toutes les entreprises doivent réunir des fonds appelés capitaux pour financer leurs opérations. Généralement, le capital provient de deux sources: les investisseurs et la dette.

Pensez à une entreprise qui débute. Le propriétaire d’entreprise peut lever des capitaux par le biais d’investisseurs ou en vendant des actions, appelées financements par actions . Tout financement non financé par des fonds propres est financé par la dette, y compris les prêts et les obligations.

Aucun type de capital n’est sans inconvénients: aucun n’est gratuit. Les dettes et les capitaux propres ont tous deux un prix à payer. Les actionnaires exigent des dividendes et les banques exigent le paiement des intérêts sur les prêts. Les entreprises doivent suivre le coût de la mobilisation de capitaux pour garantir que les opérations sont financées de la manière la plus rentable possible.

Utilisation du coût moyen pondéré du capital

Lors de l’évaluation de l’efficacité d’une stratégie de financement d’entreprise, les analystes utilisent un calcul appelé le coût moyen pondéré du capital (CMPC) pour déterminer combien une entreprise finit par payer pour les fonds qu’elle recueille.

Cette moyenne pondérée est calculée en appliquant d’abord des pondérations spécifiques aux coûts des capitaux propres et de la dette. Le coût pondéré de la dette est ensuite multiplié par l’inverse du taux d’imposition des sociétés, ou 1 moins le taux d’imposition, pour tenir compte du bouclier fiscal qui s’applique aux paiements d’intérêts. Enfin, les coûts pondérés des capitaux propres et de la dette sont additionnés pour rendre le coût moyen pondéré total du capital.

CMPC = ( E / V∗Ke )+( D / V )∗Kd∗( 1-taux d’imposition)

  • E = Valeur marchande des actions
  • V = Valeur marchande totale des capitaux propres et de la dette
  • Ke = coût des capitaux propres
  • D = Valeur marchande de la dette
  • Kd = coût de la dette
  • Taux d’imposition = Taux d’imposition des sociétés

Calculer les coûts du capital peut être assez délicat, notamment en termes d’équité. Cependant, la détermination de leurs poids respectifs est assez simple. Étant donné que cette équation suppose que tout le capital provient de la dette ou des capitaux propres, c’est aussi simple que de calculer la proportion du capital total qui provient de chaque source.

Par exemple, supposons qu’une nouvelle startup lève 500 000 $ en capitaux propres auprès des investisseurs et contracte un prêt bancaire totalisant 300 000 $. Le rendement requis sur l’investissement des actionnaires, ou coût des capitaux propres (COE), est de 4% et le taux d’intérêt sur le prêt est de 8,5%. Le taux d’imposition des sociétés pour l’année, également appelé taux d’actualisation , est de 30%. Étant donné que le montant total des capitaux levés est de 800 000 $, la proportion des capitaux propres par rapport au capital total est de 500 000 $ / 800 000 $, ou 0,625. La dette et les capitaux propres étant les seuls types de capital, la proportion de la dette est égale à 1,0 moins la proportion des capitaux propres, soit 0,375. Ceci est confirmé en effectuant le calcul d’origine en utilisant la dette au lieu des capitaux propres: 300 000 $ / 800 000 $ = 0,375.

Pour calculer le CMPC, appliquez les pondérations calculées ci-dessus à leurs coûts respectifs de capital et incorporez le taux d’imposition des sociétés:

(0,625 * .04) + (0,375 * .085 * (1-.3)) = 0,473, soit 4,73% .
Les valeurs de la dette et des capitaux propres peuvent être calculées à l’aide de la valeur comptable ou de la valeur marchande . La valeur comptable fait référence à la valeur d’un actif telle qu’elle est inscrite au bilan ou à sa valeur réelle en espèces, tandis que la valeur de marché fait référence à la valeur d’un actif s’il était négocié dans le cadre d’une enchère.

Étant donné que les valeurs de la dette et des capitaux propres affectent intrinsèquement le calcul de leurs pondérations respectives, il est important de déterminer le type d’ évaluation le plus approprié, compte tenu du contexte. Les calculs impliquant le coût prévu du nouveau capital, comme dans l’exemple ci-dessus, utilisent la valeur marchande du capital.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *