Comment Israël aide le gouvernement birman à exterminer les musulmans Rohingyas

Les musulmans de Birmanie se font massacrer par l’armée gouvernementale birmane et la communauté bouddhiste du pays avec le soutien du gouvernement israélien.
Israël a refusé d’arrêter de fournir des armes à l’armée du Myanmar, que les groupes de défense des droits de l’homme disent impliqués dans le nettoyage ethnique des musulmans Rohingyas.  Selon le journal  Middle East Eye (MEE), Israël explique son geste en mettant en avant ses relations diplomatiques  avec la Birmanie.

Non seulement cela, les entreprises d’armes israéliennes comme TAR Ideal Concepts ont même formé les forces spéciales du Myanmar dans l’état de Rakhine où la plupart des violences contre le Rohingya ont eu lieu, a ajouté MEE.

Les armes qu’Israël a vendues au Myanmar incluent plus d’une centaine de chars, des armes et des bateaux utilisés pour surveiller sa frontière, ont déclaré des groupes de défense des droits de l’homme et des fonctionnaires birmanes.

Les États-Unis d’Amérique et l’Union européenne (UE) ont imposé un embargo sur les armes au Myanmar. Les États-Unis citent la loi internationale sur la liberté religieuse et utilisent l’embargo sur les pays qui ont «engagé ou toléré des violations particulièrement graves de la liberté religieuse».
Quant à l’embargo de l’UE sur le Myanmar fait référence à l’interdiction de vente de «matériel pouvant être utilisé pour la répression interne».

Selon l’agence Associated Press (AP), le dernier coup de violence qui a commencé le 25 août et qui a été déclenché par une attaque sur les postes de police au Myanmar,  a coûte la vie à plusieurs centaines  de Rohingyas. Plus de 146 000 musulmans Rohingyas ont fui le pays en quelques semaines vers le Bangladesh voisin. Les images satellites montrent des dizaines de villages Rohingyas brûlés au sol par l’armée du Myanmar. Mardi dernier,  le Secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a exprimé sa préoccupation en expliquant que la violence contre les Rohingyas pourrait se transformer en une «catastrophe humanitaire».

En décembre dernier, des avocats israéliens et des militants des droits de l’homme ont écrit au ministère de la Défense d’Israël pour  leur demander de suspendre une livraison d’armes  commandées par l’armée du Myanmar. Ils ont déclaré que le Myanmar commet encore des violations des droits de l’homme contre des groupes minoritaires, a rapporté The Irrawaddy, un site Web dirigé par des exilés du Myanmar en Thaïlande.

« Il est surprenant de constater que l’Etat d’Israël continue à lutter pour des sanctions contre l’Iran, mais  a  l’air d’ignorer les sanctions américaines et européennes contre la Birmanie pour les crimes les plus graves qui y sont commis »,  a mentionné la lettre.

En janvier dernier, à la suite de visites de fonctionnaires israéliens au Myanmar et vice versa, pour discuter des accords sur les armes, des militants israéliens ont déposé une pétition demandant à leur gouvernement d’arrêter les exportations d’armes vers le Myanmar.

La pétition devrait être entendue plus tard ce mois-ci, mais en mars dernier, dans une réponse préliminaire, le ministère israélien de la Défense a déclaré que le tribunal n’avait pas le droit d’aborder ce problème. Le ministère a déclaré que les ventes d’armes au Myanmar étaient «clairement diplomatiques», a déclaré MEE.

Liens entre le Myanmar et l’Israël

« En fait, les liens diplomatiques et militaires entre Israël et le Myanmar se sont développés même pendant la dictature militaire de la Birmanie », a déclaré Iss Neiman, militant israélien des droits de l’homme, à MEE.

En septembre 2015, deux mois avant la première élection du pays en 25 ans, l’un des chefs de la junte de Myanmar, le général Min Aung Hlaing, qui est maintenant chef des forces armées, s’est rendu en Israël lors d’un «voyage d’achats» d’équipements militaires , a rapporté Haaretz d’Israël. Sa délégation a rencontré le président Reuven Rivlin et d’autres fonctionnaires militaires, y compris le chef d’état-major de l’armée. Hlaing a également visité les bases militaires et les entrepreneurs de défense Elbit Systems et Elta Systems, a ajouté Haaretz.

En juin 2015, le chef du ministère israélien des exportations de défense, le général Michel Ben Baruch, s’est rendu en Birmanie et a rencontré des dirigeants de l’armée birmane, a rapporté The Irawaddy.

La relation d’Israël avec le Myanmar est liée à l’occupation israélienne du territoire palestinien en Cisjordanie, a déclaré Neiman, activiste israélien des droits de l’homme, à MEE.

« Cette politique est fortement liée à l’oppression d’Israël et à la dépossession du peuple palestinien. Les armes conçues pour être utilisées contre les Palestiniens sont vendues  à certains des pires régimes de la planète afin d’être d’abord testées ailleurs sur le terrain « , a déclaré Nieman à MEE.

« Il n’est pas du tout surprenant que la dernière escalade du génocide du Rohingya au Myanmar n’a pas poussé  l’Etat israélien à cesser son approvisionnement en armes à l’armée du Myanmar », a déclaré Penny Green, directeur de l’International State Crime Initiative à l’Université Queen Mary de Londres, à MEE.

« Son propre bilan de la violence et de la terreur contre le peuple palestinien de Gaza est une preuve assez claire que le gouvernement israélien est immobile quant aux préoccupations d’éthiques et des droits de l’homme », a ajouté Green.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *