Commerce en Égypte antique

Les premiers exemples de commerce égyptien comprenaient le contact avec la Syrie au Ve siècle avant notre ère et l’importation de poteries et de matériaux de de construction de Canaan au IVe siècle avant notre ère. À cette époque, l’expédition était courante et l’âne, le chameau et le cheval étaient domestiqués et utilisés pour le transport. Du cèdre libanais a été retrouvé dans les tombes de Nekhen, datées des périodes Naqada I et II. Au cours de cette période, les égyptiens ont également importé de l’obsidienne d’Éthiopie, de l’or et de l’encens de la Nubie au sud, des pichets d’huile de Palestine et d’autres produits provenant des oasis du désert occidental et des cultures de la Méditerranée orientale. Des objets égyptiens de cette époque ont été découverts à Canaan et dans des parties de l’ancienne Mésopotamie. Dans la seconde moitié du IVe siècle avant notre ère, le lapis-lazuli, une pierre précieuse, était importé de Badakhshan (Afghanistan moderne).

Juste avant la première dynastie, l’Égypte avait une colonie dans le sud de Canaan qui produisait de la poterie égyptienne pour exportation en Égypte. Au cours de la deuxième dynastie, Byblos a fourni du bois de qualité qu’on ne pouvait pas trouver en Égypte. Dès la cinquième dynastie, le commerce avec Pount fournit aux Egyptiens de l’or, des résines aromatiques, de l’ébène, de l’ivoire et des animaux sauvages. L’Égypte a également échangé avec l’Anatolie de l’étain et du cuivre afin de fabriquer du bronze. Les partenaires commerciaux méditerranéens ont fourni de l’huile d’olive et d’autres produits de qualité.

L’Égypte exportait couramment du grain, de l’or, du lin, du papyrus et des produits finis, tels que des objets en verre et en pierre.

Routes de commerce terrestre

Une route terrestre très fréquentée allant du Nil à la mer Rouge, traversant le Ouadi Hammamat, était connue depuis l’époque prédynastique. Cet itinéraire a permis aux voyageurs de se déplacer de Thèbes au port d’Elim sur la mer Rouge et a conduit à la montée en puissance des villes anciennes.

Un autre itinéraire, Darb el-Arbain, était utilisé depuis l’Ancien royaume d’Égypte pour échanger de l’or, de l’ivoire, des épices, du blé, des animaux et des plantes. Cette route passait par Kharga au sud et par Assiout au nord et constituait une route majeure entre la Nubie et l’Égypte.

Routes commerciales maritimes

Les Égyptiens construisirent des navires dès 3000 avant notre ère en assemblant des planches de bois et en comblant les trous avec des roseaux.

On sait que le pharaon Sahouré de la cinquième dynastie a envoyé des navires au Liban pour importer du cèdre et au pays de Pount pour la myrrhe, la malachite et l’électrum. La reine Hatchepsout envoya des navires chercher de la myrrhe à Pount et étendit le commerce égyptien à la Somalie et à la Méditerranée modernes.

Le pharaon Sésostris II ou III de la douzième dynastie aurait créé une forme ancienne du canal de Suez afin de relier le Nil à la mer Rouge.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *