Comores: géographie et démographie

Les Comores  sont un archipel de 4 îles situées dans l’océan indien, plus précisément dans le canal de Mozambique, entre Madagascar et Mozambique. Elles sont constituées d’un État indépendant (l’Union des Comores), composé de trois des îles, et d’une quatrième île – Mayotte-  illégalement occupée  par la France mais revendiquée par l’Union des Comores.

Les îles volcaniques de l’archipel des Comores sont aussi appelées les «îles aux parfums» en raison de leur flore odorante et sont réputées pour leur grande beauté. Les quatre îles principales de l’archipel – «quatre petites pierres effervescentes, coincées entre la grande île rouge voisine [Madagascar] et la côte mozambicaine», selon les mots de l’écrivaine comorienne Sitti Saïd Youssouf, associent des éléments africains, arabes et malgaches.

Bien que le début de l’histoire des îles soit incertain, on pense qu’elles ont été explorées par les marchands arabes et persans de l’Antiquité et, comme Madagascar, un petit nombre de peuples malayo-indonésiens s’y sont installés. Les premiers habitants de l’archipel sont des bantous. On pense que les Perses Shirazi sont arrivés plus tard, établissant l’islam sunnite comme religion dominante. Les sultanats shirazi qui s’ensuivirent ont établi des relations commerciales avec d’autres pays riverains de l’océan Indien et ont développé une économie florissante basée sur la vente d’épices et d’esclaves. L’ouverture du canal de Suez a considérablement réduit l’importance des îles en tant qu’entrepôt, mais pas leur valeur stratégique. Les puissances coloniales européennes ont convenu que l’archipel des Comores entrerait sous la domination française en 1886–1887 et qu’il serait devenu un territoire d’outre-mer de la France en 1947. Trois de ces îles ont accédé à l’indépendance en 1975.

Les Comores sont pauvres et assistent à un exode continu de travailleurs qualifiés et instruits en France et à une baisse constante du produit intérieur brut . La capitale, Moroni , située sur l’île de Grande Comore (N’gazidja), possède la plupart des installations commerciales et des industries modernes situées dans le pays. En l’absence d’autres possibilités, la plupart des habitants de l’île doivent compter sur une agriculture de subsistance . Avec des kilomètres de belles plages, les touristes ont toujours été attirés par les Comores. L’histoire des troubles politiques dans les îles a toutefois entravé les efforts de promotion du tourisme.

1. Géographie

Les Comores sont un groupe d’îles situées à l’extrémité nord du canal de Mozambique de l’ océan Indien , entre Madagascar et le continent africain, à environ 290 km de la côte est de l’Afrique. Les îles du nord-ouest au sud-est incluent Grande Comore (N’gazidja), Mohéli (Mwali), Anjouan (Ndzuwani) et Mayotte (Mahore).

1.a. Relief, drainage et sols

Les îles prennent naissance au fond de l’océan Indien à la suite de l’activité volcanique. Les récifs coralliens constituent des barrières occasionnelles aux mers tumultueuses de l’océan Indien et des briseurs caractérisent certaines des meilleures zones de plongée du monde. Le long du littoral, de vastes étendues de plages de sable ouvertes sont interrompues par des groupes isolés de cocotiers ou de mangroves. Quelques zones côtières se distinguent par l’enchevêtrement sombre et dur des dernières coulées de lave, tandis que d’autres sont couvertes de roches arrondies et lisses, rappelant l’érosion de l’activité volcanique ancienne.

La Grande Comore est la plus grande et la plus haute des îles. Il culmine près de son extrémité sud dans un volcan en activité, le mont Karthala, qui culmine à 2361 mètres (7 746 pieds).Le Karthala a fait irruption plus d’une douzaine de fois au cours des deux derniers siècles. La capitale, Moroni, se trouve à l’ombre du volcan qui longe la côte ouest de l’île; la ville de Mitsamiouli est située sur la côte nord. Au nord du mont Karthala, se trouve un vaste plateau d’une altitude moyenne de 2 000 pieds (600 mètres). La surface est généralement rocheuse et les sols peu profonds. Il n’y a pas de cours d’eau pérennes et la côte, sans grands bras de mer, est mal adaptée à la navigation.

Mohéli est la plus petite île du groupe. Composée en grande partie d’un plateau dont l’altitude moyenne est d’environ 300 mètres (1000 pieds), l’île se termine à l’ouest par une arête atteignant plus de 2 600 pieds (790 mètres) au dessus du niveau de la mer. Les vallées sont généralement fertiles et les collines recouvertes d’épaisses forêts. Une forte houle entrave la navigation. Les villes principales de Mohéli sont Fomboni sur la côte nord et Nioumachoua au sud-ouest.

Anjouan est une île triangulaire située au centre d’un massif volcanique (mont Ntingui) qui atteint une altitude d’environ 1 580 mètres (5 200 pieds). Bien que la couverture du sol soit bonne, il y a eu beaucoup d’érosion et de nombreuses zones ne sont plus arables. Il n’y a pas de bons ports naturels. Moutsamoudou, sur la côte nord-ouest, est le chef-lieu; ses installations portuaires ont été modernisées au milieu des années 1980.

Mayotte est la plus ancienne des quatre îles. Elle est revendiquée par les Comores (une revendication reconnue par l’Assemblée générale des Nations Unies), mais son statut est incertain et elle continue d’être administré par la France .

1.b. Climat

Les Comores connaissent un climat tropical a deux saisons bien marquées par une période sèche et plus fraîche entre mai et octobre et une saison plus chaude et humide entre novembre et avril. En novembre, la mousson d’été ( kashkazi ) apporte les températures les plus élevées de l’après-midi: environ 33 ° C. Les précipitations mensuelles les plus fortes se produisent en janvier avec environ 275 à 375 mm (11 à 15 pouces), et la saison des pluies est la saison de la plus grande fréquence de cyclones tropicaux . En juillet, les températures maximales atteignent environ 29 ° C (84 ° F) pendant la saison sèche. La pluviométrie annuelle moyenne varie entre 1 100 et 2 900 mm (43 et 114 pouces) et atteint son maximum sur les côtés nord-est des îles.

La pluie s’enfonce si profondément dans la lave durcie et les roches poreuses de la Grande Comore que les puits sont difficiles à forer. Traditionnellement, l’approvisionnement en eau de la Grande Comore provenait essentiellement de réservoirs remplis pendant la saison des pluies et de sources d’eau douce situées le long des côtes ( foumbous).

1.c. Faune et flore

Moins d’un sixième des terres restent couvertes de forêts et la déforestation rapide due principalement à la consommation de bois de chauffage domestique menace de réduire davantage les terres forestières des îles. Une zone côtière de mangroves est suivie de cocotiers, de manguiers et de bananiers à une profondeur d’environ 400 mètres (1 300 pieds), au-dessus de laquelle une zone forestière s’élève à 1 800 mètres environ. Les acajous et les orchidées se limitent principalement aux pentes accidentées des montagnes. Sur les plus hauts sommets, seuls les genêts , les bruyères et les lichens poussent. Des plantes aromatiques supplémentaires telles que la frangipane ( Plumeria ), le jasmin et la citronnelle confèrent un parfum délicieux aux îles.

La vie animale, semblable à celle de Madagascar , comprend les oiseaux terrestres (pintades et aigrettes) et les espèces de lémuriens et de roussettes qui sont propres aux îles. Les tortues abondent le long des côtes et sont exportées. Les eaux comoriennes sont l’un des habitats du coelacanthe , un poisson rare jadis supposé éteint, dont les restes fossiles remontent à environ 400 millions d’années. Outre ces espèces uniques, les îles abritent également des civettes, des petits lézards et des crabes géants. L’augmentation de la population humaine a mis un certain nombre d’espèces sauvages en danger d’extinction.

2. Les habitants

Les insulaires reflètent une diversité d’origines. Les immigrants malais et les commerçants arabes et persans se sont mélangés à des peuples de Madagascar et à divers peuples africains. La plupart des habitants des îles parlent des variétés de comorien (Shikomori), une langue bantoue liée au swahili et écrite en écriture arabe. Le comorien, l’arabe et le français sont les langues officielles. Le français est la langue de l’administration. La plupart des Comoriens sont des musulmans sunnites et l’islam est la religion d’État.

Environ les trois quarts de la population vivent dans des zones rurales et la majeure partie de la population est concentrée dans les deux plus grandes îles. La Grande Comore regroupe environ la moitié de la population du pays, Anjouan environ les deux cinquièmes et Mohéli moins d’un dixième. La capitale, Moroni, est la zone urbaine la plus peuplée du pays. Les taux de natalité et de mortalité sont élevés aux Comores et, bien que la mortalité infantile soit un problème majeur, le taux de croissance de la population est environ le double de la moyenne mondiale. Environ les deux cinquièmes de la population ont moins de 15 ans.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *