Comores: Une Vie Culturelle

Au fil des siècles, divers peuples se sont unis pour former le mélange culturel complexe des Comores. La culture comorienne contemporaine reflète ces nombreuses influences. Les villes des îles, par exemple, mélangent les styles architecturaux de l’Afrique continentale, de la France et du Moyen-Orient , et la cuisine comorienne s’inspire de nombreuses traditions. Une forme d’islam culturellement libérale est la base de l’observance religieuse au cours de l’année et fournit le cadre de la vie quotidienne. Les femmes comoriennes traditionnelles portent des robes colorées ressemblant à des sari appelées shiromani et ornent leur visage d’une pâte de bois de santal moulu et de corail appelée msindanu. L’organisation sociale est générationnelle, les tâches religieuses et rituelles incombant principalement aux aînés, qui jouissent également d’une domination politique.

1. Vie quotidienne et coutumes sociales

Les mariages publics élaborés et coûteux d’une durée de trois semaines sont courants. En règle générale, les unions sont organisées entre un homme âgé et une femme plus jeune, et il incombe à cet homme de payer pour les festivités et de fournir une dot à sa fiancée. Ces événements nourrissent souvent toute la communauté et les touristes sont généralement les bienvenus. Cette coutume, appelée grand mariage à la Grande Comore, est si cher que seuls les plus riches peuvent se le permettre. Un homme qui organise un grand mariage est par la suite considéré comme un grand notable, une personne de haut rang social. Ali Soilihi, président du pays au milieu des années 1970, a tenté d’interdire cette pratique au motif qu’elle imposait un stress financier inutile à une société déjà appauvrie et empêchait les pauvres de participer à la vie politique, mais sans succès.

La mosquée est le centre religieux de la culture comorienne , mais le centre de la vie quotidienne est la place publique, souvent une simple petite place nichée derrière des immeubles d’habitation au bout d’un dédale de ruelles. Sur les places publiques de la Grande Comore, les hommes se rassemblent, classés par clan, âge et statut social , afin que les plus honorés aient les meilleures places. d’un autre côté, parfois séparés par une cloison en bois ou en tissu, des femmes assises, ordonnées de la même manière par statut. Là, ils se rencontrent pour partager des nouvelles et des opinions, boire du thé, jouer aux échecs et au jeu de mraha wa ntso. Les étudiants de la société comorienne constatent que les jeunes  préfèrent souvent se rassembler dans des restaurants, des clubs et des discothèques, et il est à craindre que la place publique diminue en importance et même peut-être disparaître en une ou deux générations.

La cuisine comorienne est un mélange de ragoûts à base de racines d’Afrique de l’Est et de plats au curry à base de riz de l’océan Indien (en particulier d’Asie du Sud et d’Indonésie). Les épices cultivées localement, telles que la vanille, la coriandre, la cardamome et la noix de muscade, jouent un rôle important dans la cuisine régionale, tout comme le poisson frais et la viande de cabri. Les styles français ont également influencé la table comorienne.

2. Les arts

Les arts traditionnels incluent la vannerie, la sculpture sur bois (notamment les portes et les meubles), la broderie élaborée sur les vêtements et les chapeaux et la fabrication de bijoux en filigrane d’or et d’argent.

La musique est une forme d’expression culturelle largement partagée. Les places publiques et autres lieux de rassemblement présentent des groupes et des artistes locaux. La musique populaire comorienne mêle des influences arabes, africaines, indiennes et occidentales pour produire un son de danse entraînant avec une voix lyrique et harmonisée. L’instrumentation courante comprend les accordéons, les guitares, les gongs, les tambours et les hochets. De nombreux musiciens à succès se sont installés en France et plusieurs ont trouvé une large audience parmi le public européen.

Le pays n’a produit que quelques écrivains de renommée internationale, notamment Salim Hatubou, Soilihi Mohamed Soilihi et Aboubacar Said Salim.

3. Sports et loisirs

Aux Comores, de nombreux sports sont pratiqués, dont le football (football), le basketball, l’athlétisme (athlétisme), la natation, le tennis et le cyclisme, qui ont pour la plupart été introduits pendant la période du colonialisme français. Les Comores participent à plusieurs compétitions régionales et internationales, telles que l’Aces Cup (une compétition de basket-ball Comores-Mayotte), les Jeux de l’Océan Indien et les Jeux de la Francophonie.

Le football est le sport le plus pratiqué. Chaque ville a au moins une équipe et les fans sont farouchement fidèles. Cependant, avec la création d’une fédération de basketball à la fin des années 1990, le basketball est rapidement devenu aussi populaire. En 1999, pour la première fois depuis l’indépendance, les équipes masculine et féminine de basket-ball Maorais ont affronté celles représentant la Grande Comore, un échange culturel et sportif remarquable entre les deux îles.

Médias et édition

Al Watwan , un hebdomadaire parrainé par le gouvernement journal , est publié en français et en Shingazidja, local dialecte qui est parlé sur la Grande Comore. La Gazette des Comores et Masiwa Komor sont des journaux indépendants.  Il existe plusieurs stations de radio et de télévision.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *