Couches de l’océan

L’océan a différentes couches, chacune avec ses propres caractéristiques. La couche de surface reçoit la plus grande quantité de lumière solaire, permettant aux organismes photosynthétiques comme le phytoplancton de convertir la lumière solaire en énergie. La zone crépusculaire reçoit seulement une lumière solaire filtrée et faible, ne permettant à aucun organisme photosynthétique de survivre. De nombreux animaux se sont adaptés à la quasi-obscurité avec leurs grands yeux et leur contre – éclairage. L’océan profond (ou zone aphotique) n’est pas éclairé du tout; les animaux créent leur propre lumière bioluminescente et ont des yeux sensibles à la lumière pour détecter la lumière bioluminescente des autres animaux.

Divisions verticales

Pour mieux comprendre les régions de l’océan, les scientifiques définissent la colonne d’eau en fonction de la profondeur. Ils divisent l’océan tout entier en deux zones verticalement, basées sur le niveau de lumière. Les grands lacs sont divisés en régions similaires. La lumière du soleil ne pénètre dans la surface de la mer qu’à une profondeur d’environ 200 m, créant ainsi la zone photique ou zone épipélagique (constituée de la zone de lumière du soleil et de la zone de crépuscule). Les organismes photosynthétiques dépendent de la lumière du soleil pour se nourrir et sont donc limités à la zone photique. Étant donné que de minuscules organismes photosynthétiques, appelés phytoplancton , fournissent la quasi-totalité de l’énergie et des nutriments au reste de la chaîne alimentaire marine, la plupart des autres organismes marins vivent dans la zone photique, ou du moins la visitent. Dans la zone aphotique(comprenant la zone de minuit et les abysses), il n’ya pas assez de lumière pour la photosynthèse. La zone aphotique constitue la majeure partie de l’océan, mais sa vie est relativement réduite, tant par sa diversité de types que par son nombre.

La zone aphotique est subdivisé en 4 régions mineures qui sont:

  • Zone mésopélagique – Sous la zone épipélagique se trouve la zone mésopélagique, qui s’étend de 200 mètres (1 000 pieds) à 1 000 mètres (3 281 pieds). La zone mésopélagique est parfois appelée zone crépusculaire ou zone semi-marine. La lumière qui pénètre à cette profondeur est extrêmement faible. C’est dans cette zone que nous commençons à voir les lumières scintillantes des créatures bioluminescentes. On y trouve une grande diversité de poissons étranges et bizarres.
  • Zone bathypélagique – La couche suivante est appelée zone bathypélagique. On l’appelle parfois la zone de minuit ou la zone sombre. Cette zone s’étend de 1 000 mètres (4 281 pieds) à 4 000 mètres (13 124 pieds). Ici, la seule lumière visible est celle produite par les créatures elles-mêmes. La pression de l’eau à cette profondeur est immense, atteignant 5 850 livres par pouce carré. Malgré la pression, un nombre étonnamment grand de créatures peut être trouvé ici. Les cachalots peuvent plonger à ce niveau à la recherche de nourriture. La plupart des animaux qui vivent à ces profondeurs sont de couleur noire ou rouge en raison du manque de lumière.
  • Zone abyssopélagique – La couche suivante s’appelle la zone abyssopélagique, également appelée zone abyssale ou simplement abysse. Il s’étend de 4 000 mètres (6 124 pieds) à 6 000 mètres (19 686 pieds). Le nom vient d’un mot grec signifiant « pas de fond ». La température de l’eau est proche du point de congélation et il n’y a pas de lumière du tout. Très peu de créatures peuvent être trouvées à ces profondeurs écrasantes. La plupart d’entre eux sont des invertébrés tels que des étoiles à panier et de minuscules calmars. Les trois quarts des fonds océaniques se trouvent dans cette zone. Le poisson le plus profond jamais découvert a été découvert dans la tranchée de Porto Rico à une profondeur de 8 372 mètres (27 460 pieds).
  • Zone hadopélagique – Au-delà de la zone abyssopélagique, se trouve la zone interdépendante hadalpélagique appelée zone hahopélagique. Cette couche s’étend de 6 000 mètres (19 686 pieds) jusqu’au fond des parties les plus profondes de l’océan. Ces zones se trouvent principalement dans les tranchées et les canyons en eau profonde. Le point le plus profond de l’océan se situe dans la fosse des Mariannes, au large des côtes du Japon, à 10 000 mètres d’altitude. La température de l’eau est juste au-dessus du point de congélation et la pression est incroyable de huit tonnes par pouce carré. C’est à peu près le poids de 48 Boeing 747. Malgré la pression et la température, la vie peut toujours être trouvée ici. Les invertébrés tels que les étoiles de mer et les vers à tube peuvent prospérer à ces profondeurs.

Divisions horizontales

Le fond marin est également divisé en zones décrites ci-dessus, mais l’océan lui-même est également divisé horizontalement par la distance qui le sépare du rivage. La zone intertidale , la zone située entre les marques de marée haute et basse, est la plus proche de la côte . Cette caractéristique de la zone intertidale est le changement, où l’eau est constamment soumise aux mouvements des vagues, des marées et des courants océaniques. La terre est parfois sous l’eau et parfois exposée. La zone néritique se situe à partir de la ligne de marée basse et descend progressivement vers le bord du plateau continental situé du côté de la mer. Un peu de soleil pénètre ici dans le fond marin. La zone océanique est le reste de l’océan depuis le bord inférieur de la zone néritique, où la lumière du soleil n’atteint pas le fond.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *