Coût du capital

Le coût du capital est le rendement requis nécessaire pour que le projet de budgétisation des immobilisations, comme la construction d’une nouvelle usine, en vaille la peine. Lorsque les analystes et les investisseurs discutent du coût du capital, ils signifient généralement la moyenne pondérée du coût de la dette d’une entreprise et du coût des capitaux propres confondus.

La mesure du coût du capital est utilisée par les entreprises en interne pour juger si un projet d’investissement vaut la dépense de ressources et par les investisseurs qui l’utilisent pour déterminer si un investissement vaut le risque par rapport au rendement. Le coût du capital dépend du mode de financement utilisé. Il se réfère au coût des capitaux propres si l’entreprise est financée uniquement par des capitaux propres, ou au coût de la dette si elle est financée uniquement par des dettes.

De nombreuses entreprises utilisent une combinaison de dettes et de capitaux propres pour financer leurs activités et, pour ces sociétés, le coût global du capital est dérivé du coût moyen pondéré de toutes les sources de capital, largement connu sous le nom de coût moyen pondéré du capital (CMPC).

Que vous dit le coût du capital?

Le coût du capital représente un taux d’obstacle qu’une entreprise doit surmonter avant de pouvoir générer de la valeur, et il est largement utilisé dans le processus de budgétisation des investissements pour déterminer si une entreprise doit poursuivre un projet.

Le concept du coût du capital est également largement utilisé en économie et en comptabilité. Une autre façon de décrire le coût du capital est le coût d’opportunité d’un investissement dans une entreprise. Une direction d’entreprise avisée n’investira que dans des initiatives et des projets qui produiront des rendements supérieurs au coût de leur capital.

Du point de vue d’un investisseur, le coût du capital est le rendement attendu par celui qui fournit le capital pour une entreprise. En d’autres termes, il s’agit d’une évaluation du risque de fonds propres d’une entreprise. Ce faisant, un investisseur peut examiner la volatilité (bêta) des résultats financiers d’une entreprise pour déterminer si un certain titre est trop risqué ou ferait un bon investissement.

Retenons
  • Le coût du capital représente le rendement dont une entreprise a besoin pour entreprendre un projet d’immobilisations, comme l’achat de nouveaux équipements ou la construction d’un nouveau bâtiment.
  • Le coût du capital comprend généralement le coût des capitaux propres et de la dette, pondéré en fonction de la structure du capital préférée ou existante de l’entreprise, connu sous le nom de coût moyen pondéré du capital (CMPC).
  • Les décisions d’investissement d’une entreprise pour de nouveaux projets devraient toujours générer un rendement supérieur au coût de l’entreprise du capital utilisé pour financer le projet, sinon le projet ne générera pas de rendement pour les investisseurs.

Coût moyen pondéré du capital

Le coût du capital d’une entreprise est généralement calculé en utilisant la formule du coût moyen pondéré du capital qui tient compte du coût de la dette et des capitaux propres. Chaque catégorie du capital de l’entreprise est pondérée proportionnellement pour arriver à un taux mixte, et la formule tient compte de chaque type de dette et de capitaux propres dans le bilan de l’entreprise, y compris les actions ordinaires et privilégiées, les obligations et autres formes de dette.

Trouver le coût de la dette

Chaque entreprise doit définir sa stratégie de financement à un stade précoce. Le coût du capital devient un facteur essentiel pour décider de la voie de financement à suivre: dette, capitaux propres ou une combinaison des deux.

Les entreprises en phase de démarrage ont rarement des actifs importants à donner en garantie du financement par emprunt, de sorte que le financement par actions devient le mode de financement par défaut pour la plupart d’entre elles. Les sociétés moins établies ayant des antécédents d’exploitation limités paieront un coût du capital plus élevé que les sociétés plus anciennes ayant de solides antécédents, car les prêteurs et les investisseurs exigeront une prime de risque plus élevée pour les premières.

Le coût de la dette n’est que le taux d’intérêt payé par l’entreprise sur sa dette. Cependant, comme les intérêts débiteurs sont déductibles d’impôt, la dette est calculée après impôt comme suit:

Le coût de la dette = (Charges d’intérêts / dette totale) * (1 – T)


Charges d’intérêts= Intérêt payé sur la dette courante de l’entreprise
T= Taux d’imposition marginal de l’entreprise

Le coût de la dette peut également être estimé en ajoutant un écart de crédit au taux sans risque et en multipliant le résultat par (1 – T).

Trouver le coût de l’équité

Le coût des capitaux propres est plus compliqué car le taux de rendement exigé par les investisseurs en actions n’est pas aussi clairement défini que par les prêteurs. Le coût des capitaux propres est approximé par le modèle de tarification des immobilisations comme suit:

Coût des capitaux propres= Rf + β( Rm – Rf)
où:
Rf  =taux de rendement sans risque
Rm  =taux de rendement du marché

Le bêta est utilisé dans la formule  pour estimer le risque, et la formule nécessiterait le bêta des actions d’une entreprise publique. Pour les entreprises privées, un bêta est estimé sur la base du bêta moyen d’un groupe d’entreprises publiques similaires. Les analystes peuvent affiner cette version bêta en la calculant sur une base après impôt sans effet de levier. L’hypothèse est que le bêta d’une entreprise privée deviendra le même que le bêta moyen de l’industrie.

Le coût global du capital de l’entreprise est basé sur la moyenne pondérée de ces coûts. Par exemple, considérons une entreprise dont la structure du capital comprend 70% de capitaux propres et 30% de dettes; son coût des capitaux propres est de 10% et le coût de la dette après impôt est de 7%.

Par conséquent, son CMPC serait:
(0,7 * 10 %) + (0,3 * 7 %) = 9,1 %

Il s’agit du coût du capital qui serait utilisé pour actualiser les flux de trésorerie futurs de projets potentiels et d’autres opportunités pour estimer leur valeur actuelle nette (VAN) et la capacité de générer de la valeur.

Les entreprises s’efforcent d’atteindre la combinaison de financement optimale en fonction du coût du capital pour diverses sources de financement. Le financement par emprunt a l’avantage d’être plus avantageux sur le plan fiscal que le financement par actions, car les intérêts débiteurs sont déductibles d’impôt et les dividendes sur les actions ordinaires sont payés en dollars après impôt. Cependant, un endettement excessif peut entraîner un effet de levier dangereusement élevé, entraînant des taux d’intérêt plus élevés recherchés par les prêteurs pour compenser le risque de défaut plus élevé.

Le coût du capital et les considérations fiscales

Un élément à prendre en compte pour décider de financer des projets d’immobilisations par capitaux propres ou par emprunt est la possibilité de réaliser des économies d’impôt sur l’endettement, car les intérêts débiteurs peuvent réduire le revenu imposable d’une entreprise, et donc son impôt sur le revenu.

Cependant, le théorème de Modigliani-Miller  déclare que la valeur de marché d’une entreprise est indépendante de la façon dont elle se finance et montre que, selon certaines hypothèses, la valeur des entreprises à effet de levier par rapport aux entreprises sans effet de levier est égale, en partie parce que les autres coûts compensent les économies d’impôt qui découlent de l’augmentation du financement par emprunt.

Exemple du coût du capital utilisé

Chaque industrie a son propre coût du capital. Pour certaines entreprises, le coût du capital est inférieur à leur taux d’actualisation. Certains services financiers peuvent réduire leurs taux d’actualisation pour attirer des capitaux ou les augmenter progressivement pour constituer un coussin en fonction du niveau de risque auquel ils sont à l’aise.

En janvier 2019, les sociétés chimiques diversifiées affichaient le coût du capital le plus élevé, à 10,72%. Le coût du capital le plus bas peut être réclamé par les sociétés de services financiers non bancaires et d’assurance à 3,44%. Le coût du capital est également élevé parmi les sociétés biotechnologiques et pharmaceutiques, les fabricants d’acier, les grossistes alimentaires, les sociétés Internet (logiciels) et les sociétés pétrolières et gazières intégrées.

Ces industries nécessitent généralement d’importants investissements en capital dans la recherche, le développement, l’équipement et les usines. Parmi les industries dont les coûts en capital sont plus faibles, on trouve les banques monétaires, les hôpitaux et les établissements de soins de santé, les sociétés d’électricité, les fiducies de placement immobilier (FPI), les réassureurs, les épiceries et les entreprises alimentaires de détail, et les services publics (généraux et eau). Ces sociétés peuvent nécessiter moins d’équipement ou bénéficier de flux de trésorerie très stables.

La différence entre le coût du capital et le taux d’actualisation

Le coût du capital et le taux d’actualisation sont quelque peu similaires et sont souvent utilisés de manière interchangeable. Le coût du capital est souvent calculé par le service financier d’une entreprise et utilisé par la direction pour fixer un taux d’actualisation (ou taux de haies) qui doit être dépassé pour justifier un investissement.

Cela dit, la direction d’une entreprise devrait contester son coût du capital généré en interne, car il peut être si conservateur qu’il décourage l’investissement. Le coût du capital peut également différer selon le type de projet ou d’initiative; une initiative très innovante mais risquée devrait entraîner un coût du capital plus élevé qu’un projet de mise à jour d’équipements ou de logiciels essentiels aux performances éprouvées.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *