Culture et religion en Arabie préislamique

Le but de ce cours est d’expliquer l’importance du polythéisme et du monothéisme en Arabie préislamique

La religion en Arabie pré-islamique était un mélange de polythéisme, de christianisme, de judaïsme et de religions iraniennes. Le polythéisme arabe, le système de croyance dominant, était basé sur la croyance en des divinités et autres êtres surnaturels tels que les djinns. Les dieux et les déesses étaient adorés dans les sanctuaires locaux, comme la Kaaba à La Mecque. Certains érudits postulent qu’Allah pourrait avoir été l’un des dieux de la religion mecquoise à qui le sanctuaire était dédié, bien qu’il semble qu’il ait peu de pertinence dans la religion. De nombreuses descriptions physiques des dieux pré-islamiques sont attribuées à des idoles, en particulier près de la Kaaba, qui en aurait contenu jusqu’à 360.

Kaaba

D’autres religions étaient représentées à des degrés divers et moindres. L’influence des empires romains, axumites et sassanides adjacents a entraîné des communautés chrétiennes dans le nord-ouest, le nord-est et le sud de l’Arabie. Le christianisme a eu un impact moindre, mais a obtenu quelques conversions dans le reste de la péninsule. À l’exception du nestorianisme dans le nord-est et le golfe Persique, la forme dominante du christianisme était le monophysisme. La péninsule arabique est sujette à la migration juive depuis l’époque romaine, ce qui s’est traduit par une communauté de la diaspora complétée par des convertis locaux. De plus, l’influence de l’Empire sassanide a entraîné la présence de religions iraniennes. Le zoroastrisme existait à l’est et au sud, et il existe des preuves de la pratique du manichéisme ou peut-être du mazdakisme à La Mecque.

Polythéisme en Arabie préislamique

Avant la montée de l’islam, la plupart des tribus bédouines pratiquaient le polythéisme, le plus souvent sous forme d’animisme. Les animistes croient que les entités non humaines (animaux, plantes et objets ou phénomènes inanimés) possèdent une essence spirituelle. Le totémisme et l’idolâtrie, ou l’adoration de totems ou d’idoles représentant des phénomènes naturels, étaient également des pratiques religieuses courantes dans le monde préislamique. Les idoles étaient hébergées dans la Kaaba, un ancien sanctuaire de la Mecque. Le site abritait environ 360 idoles et attirait des fidèles de toute l’Arabie. Selon le saint texte musulman, le Coran, Ibrahim, avec son fils Ismaël, a élevé les fondations d’une maison et a commencé à travailler sur la Kaaba vers 2130 avant notre ère.

Le principal dieu de l’Arabie préislamique était Hubal, le dieu syrien de la lune. Les trois filles de Hubal étaient les principales déesses de la mythologie arabe mecque: Allāt, Al-‘Uzzá et Manāt. Allāt était la déesse associée aux enfers. Al-‘Uzzá, « La plus puissante » ou « La plus forte », était une déesse de la fertilité, et elle a été appelée pour la protection et la victoire avant la guerre. Manat était la déesse du destin; le Livre des idoles la décrit comme la plus ancienne de toutes ces idoles. Le livre des idoles décrit les dieux et les rites de la religion arabe, mais critique l’idolâtrie de la religion préislamique.

Le Monothéisme en Arabie préislamique

Judaïsme

Les monothéistes les plus connus étaient les Hébreux, bien que les Perses et les Mèdes aient également développé le monothéisme. Le judaïsme est l’une des plus anciennes religions monothéistes.

Une communauté florissante de tribus juives existait en Arabie pré-islamique et comprenait des communautés sédentaires et nomades. Les Juifs ont migré en Arabie à partir de l’époque romaine. Les Juifs arabes parlaient l’arabe ainsi que l’hébreu et l’araméen et avaient des contacts avec les centres religieux juifs de Babylonie et de Palestine. Les Himyarites yéménites se sont convertis au judaïsme au 4ème siècle, et certains des Kindah, une tribu en Arabie centrale qui étaient les vassaux des Himyarites, ont également été convertis au 4ème / 5ème siècle. Il existe des preuves que les juifs convertis dans le Hedjaz étaient considérés comme juifs par d’autres juifs et non-juifs, et ont demandé conseil aux rabbins babyloniens sur les questions de tenue vestimentaire et de nourriture casher. Dans au moins un cas, on sait qu’une tribu arabe a accepté d’adopter le judaïsme comme condition pour s’installer dans une ville dominée par des habitants juifs. Certaines femmes arabes à Yathrib / Médine auraient juré de faire de leur enfant un juif si l’enfant survivait, car elles considéraient les juifs comme des gens «de la connaissance et du livre». L’historien Philip Hitti déduit des noms propres et du vocabulaire agricole que les tribus juives de Yathrib étaient principalement composées de clans judaïsés d’origine arabe et araméenne.

Christianisme

Après que Constantin ait conquis Byzance en 324 EC, le christianisme s’est propagé en Arabie. Les principales tribus qui ont embrassé le christianisme étaient les Himyar, Ghassan, Rabi’a, Tagh’ab, Bahra et Tunukh, des parties des Tay et Khud’a, les habitants de Najran et les Arabes de Hira. Traditionnellement, les juifs et les chrétiens croient au Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, pour les juifs le Dieu du Tanakh, pour les chrétiens le Dieu de l’Ancien Testament, le créateur de l’univers. Les deux religions rejettent l’idée que Dieu est entièrement transcendant et donc séparé du monde, en tant que Dieu inconnu grec préchrétien. Les deux religions rejettent également l’athéisme d’une part et le polythéisme d’autre part.

Les principales zones d’influence chrétienne en Arabie se trouvaient aux frontières nord-est et nord-ouest et dans ce qui allait devenir le Yémen au sud. Le nord-ouest était sous l’influence de l’activité missionnaire chrétienne de l’Empire romain, où les Ghassanides, résidents d’un royaume client des Romains, ont été convertis au christianisme. Au sud, notamment à Najran, un centre de christianisme s’est développé sous l’influence du royaume chrétien d’Axoum basé de l’autre côté de la mer Rouge en Ethiopie. Les Ghassanides et les chrétiens du sud ont adopté le monophysisme. La propagation du christianisme a été stoppée en 622 EC par la montée de l’islam, bien que la ville de La Mecque ait fourni un emplacement central pour un mélange des deux cultures. Par exemple, en plus des idoles animistes,

Culture et poésie nomade

Comme les cultures ultérieures de la région, les tribus bédouines accordent une grande importance à la poésie et à la tradition orale comme moyen de communication. La poésie était utilisée pour communiquer au sein de la communauté et encourageait parfois la propagande tribale. Les tribus ont construit des versets contre leurs ennemis, discréditant souvent leur peuple ou leurs capacités de combat. Les poètes ont maintenu des lieux sacrés dans leurs tribus et communautés parce qu’ils étaient censés être divinement inspirés. Les poètes écrivaient souvent en arabe classique, qui différait du dialecte tribal commun. La poésie était également une forme de divertissement, car de nombreux poètes ont construit de la prose sur la nature et la beauté qui entourent leur vie nomade.

La musique

La musique arabe s’étendait des peuples islamiques d’Arabie à l’Afrique du Nord, à la Perse et à la Syrie. Bien que les principaux écrits sur la musique arabe soient apparus après l’aube de l’islam (622 EC), la musique était déjà cultivée depuis des milliers d’années. La musique arabe pré-islamique était principalement vocale, et elle peut être passée de simples chants de caravane (huda) à un chant profane plus sophistiqué (nasb). Les instruments étaient généralement utilisés seuls et ne servaient qu’à accompagner le chanteur. Le luth court (‘ud), le luth long (tunbur), la flûte (qussaba), le tambourin (duff) et le tambour (tabl) étaient les instruments les plus populaires.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *