EBITDA

Normalement, les investisseurs se concentrent sur les flux de trésorerie, le revenu net et les revenus comme mesures de base de la santé et de la valeur des entreprises. Mais ces dernières années, une autre mesure s’est glissée dans les rapports et comptes trimestriels: le bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement (EBITDA). Alors que l’EBITDA (ou BAIIA) peut être utilisé pour analyser et comparer la rentabilité entre les entreprises et les industries, les investisseurs doivent comprendre qu’il existe de sérieuses limites à ce que la mesure peut leur dire sur une entreprise. Nous examinons ici pourquoi cette mesure est devenue si populaire et pourquoi, dans de nombreux cas, elle doit être traitée avec prudence.

EBITDA: un examen rapide

L’EBITDA est une mesure des bénéfices. Bien qu’il n’y ait aucune obligation légale pour les entreprises de divulguer leur EBITDA, selon les principes comptables généralement reconnus (GAAP) des États- Unis, il peut être élaboré et déclaré en utilisant les informations trouvées dans les états financiers d’ une entreprise .

Le raccourci habituel pour calculer le BAIIA est de commencer par le bénéfice d’exploitation, également appelé bénéfice avant intérêts et impôts (BAII), puis d’ajouter la dépréciation et l’amortissement. Cependant, une formule plus simple  pour calculer le BAIIA est la suivante:

EBITDA = bénéfice net + l’intérêt + les taxes + dotations aux amortissements

On peut aussi calculer l’EBITDA avec la formule suivante:
EBITDA = bénéfice d’exploitation + dotations aux amortissements

Les chiffres des bénéfices, des impôts et des intérêts se trouvent dans le compte de résultat, tandis que les chiffres de la dépréciation et de l’amortissement se trouvent normalement dans les notes sur le résultat d’exploitation ou dans le tableau des flux de trésorerie.

La justification de l’EBITDA

L’EBITDA est apparu pour la première fois au milieu des années 80 lorsque les investisseurs à effet de levier ont examiné les sociétés en difficulté qui avaient besoin d’une restructuration financière. Ils ont utilisé l’EBITDA pour calculer rapidement si ces sociétés pouvaient rembourser les intérêts sur ces transactions financées.

Les banquiers à effet de levier ont promu le BAIIA comme un outil pour déterminer si une entreprise pouvait rembourser sa dette à court terme, disons sur un an ou deux. L’ examen du ratio de couverture de l’EBITDA sur les intérêts de l’entreprise pourrait donner aux investisseurs une idée si une entreprise pourrait faire face aux paiements d’intérêts plus lourds auxquels elle serait confrontée après la restructuration.

Depuis, l’utilisation de l’EBITDA s’est étendue à un large éventail d’entreprises. Ses partisans soutiennent que l’EBITDA offre un reflet plus clair des opérations en supprimant les dépenses qui peuvent obscurcir les performances réelles de l’entreprise.

Comprendre facilement la santé financière d’une entreprise

L’intérêt, qui est en grande partie fonction du choix de financement de la direction, est ignoré. Les impôts sont omis car ils peuvent varier considérablement en fonction des acquisitions et des pertes des années précédentes; cette variation peut fausser le revenu net. Enfin, l’EBITDA supprime les jugements arbitraires et subjectifs qui peuvent entrer dans le calcul de la dépréciation et de l’amortissement, tels que les durées d’utilité, les valeurs résiduelles et diverses méthodes d’ amortissement .

En éliminant ces éléments, l’EBITDA facilite la comparaison de la santé financière de différentes sociétés. Il est également utile pour évaluer les entreprises ayant des structures de capital, des taux d’imposition et des politiques d’amortissement différents. Dans le même temps, l’EBITDA donne aux investisseurs une idée de la quantité d’argent qu’une jeune entreprise ou une entreprise restructurée pourrait générer avant de devoir remettre des paiements aux créanciers et au fisc.

Néanmoins, l’une des principales raisons de la popularité de l’EBITDA est qu’il présente des bénéfices plus élevés que les seuls bénéfices d’exploitation. Il est devenu la métrique de choix pour les entreprises à fort effet de levier dans les industries à forte intensité de capital telles que le câble et les télécommunications.

Les inconvénients

Bien que l’EBITDA puisse être un indicateur de performance largement accepté, son utilisation comme mesure unique du résultat ou des flux de trésorerie peut être très trompeuse. Une entreprise peut rendre sa situation financière plus attrayante en vantant sa performance d’EBITDA, en détournant l’attention des investisseurs des niveaux d’endettement élevés et des dépenses inesthétiques par rapport aux bénéfices. En l’absence d’autres considérations, l’EBITDA fournit une image incomplète et dangereuse de la santé financière. Voici quatre bonnes raisons de se méfier de l’ EBITDA :

Aucun substitut aux flux de trésorerie: certains analystes et journalistes invitent les investisseurs à utiliser l’EBITDA comme mesure des flux de trésorerie. Ce conseil est illogique et dangereux pour les investisseurs: pour commencer, la fiscalité et les intérêts sont de véritables éléments de trésorerie et, par conséquent, ils ne sont pas du tout facultatifs. Une entreprise qui ne paie pas ses impôts ou  ses prêts ne restera pas en activité longtemps. Contrairement aux mesures appropriées des flux de trésorerie, l’EBITDA ne tient pas compte des variations du fonds de roulement, les liquidités nécessaires pour couvrir les opérations quotidiennes. Ceci est plus problématique dans les cas d’entreprises à croissance rapide, qui nécessitent un investissement accru dans les créances et les stocks pour convertir leur croissance en ventes. Ces investissements dans le fonds de roulement consomment de la trésorerie, mais ils sont négligés par l’EBITDA. Même si une entreprise atteint le seuil de rentabilité sur la base du BAIIA, elle ne générera pas suffisamment de liquidités pour remplacer les immobilisations de base utilisées dans l’entreprise. Le traitement de l’EBITDA comme un substitut des flux de trésorerie peut être dangereux car il donne aux investisseurs des informations incomplètes sur les dépenses en espèces. Si vous voulez connaître la trésorerie d’exploitation, il vous suffit de consulter le tableau des flux de trésorerie de l’entreprise.
Couverture des intérêts de biais: l’EBITDA peut facilement faire croire à une entreprise qu’elle a plus d’argent pour effectuer des paiements d’intérêts. Prenons une entreprise avec 10 millions de dollars de bénéfices d’exploitation et 15 millions de dollars d’intérêts. En rajoutant des dépenses d’amortissement de 8 millions de dollars, la société a soudainement un BAIIA de 18 millions de dollars et semble avoir suffisamment d’argent pour couvrir ses paiements d’intérêts.
La dépréciation et l’amortissement sont rajoutés sur la base de l’hypothèse erronée que ces dépenses sont évitables. Même si la dépréciation et l’amortissement sont des éléments non monétaires, ils ne peuvent pas être reportés indéfiniment. L’équipement s’use inévitablement et des fonds seront nécessaires pour le remplacer ou le mettre à niveau.
Ignore la qualité des revenus: tout en soustrayant les paiements d’intérêts, les charges fiscales, la dépréciation et l’amortissement des bénéfices peut sembler assez simple, différentes sociétés utilisent des chiffres de bénéfices différents comme point de départ de l’EBITDA. En d’autres termes, l’EBITDA est sensible aux méthodes de comptabilisation des résultats figurant dans le compte de résultat. Même si vous tenez compte des distorsions qui résultent des intérêts, de la fiscalité, de la dépréciation et de l’amortissement, le chiffre des bénéfices du BAIIA n’est toujours pas fiable.
Rend les entreprises moins chères qu’elles ne le sont: pire encore, le BAIIA peut faire paraître une entreprise moins chère qu’elle ne l’est en réalité. Lorsque les analystes examinent les multiples du prix des actions de l’EBITDA plutôt que les bénéfices des résultats, ils produisent des multiples plus faibles. Prenons par exemple l’opérateur de télécommunications sans fil Sprint Nextel. Le 1er avril 2006, le stock s’échangeait à 7,3 fois son EBITDA prévu. Cela peut sembler être un multiple faible, mais cela ne signifie pas que l’entreprise est une bonne affaire. En tant que multiple des bénéfices d’exploitation prévus, Sprint Nextel s’est négocié à un rythme beaucoup plus élevé 20 fois. La société s’est négociée à 48 fois son bénéfice net estimé. Les investisseurs doivent tenir compte d’autres multiples de prix en plus du BAIIA lorsqu’ils évaluent la valeur d’une entreprise.

Résumé

Malgré son utilisation généralisée, l’EBITDA n’est pas défini dans les principes comptables généralement reconnus, ou PCGR. En conséquence, les entreprises peuvent déclarer le BAIIA comme elles le souhaitent. Le problème avec cela est que l’EBITDA ne donne pas une image complète des performances d’une entreprise. Dans de nombreux cas, il est préférable pour les investisseurs d’éviter le BAIIA ou de l’utiliser en conjonction avec d’autres paramètres plus significatifs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *