Entérovirus non poliomyélitiques : Symptômes, traitement et prévention

Symptômes

La plupart des personnes infectées par des entérovirus non poliomyélitiques ne tombent pas malades ou souffrent seulement d’une maladie bénigne, comme le rhume. Les nourrissons, les enfants et les adolescents sont plus susceptibles que les adultes d’être infectés et de tomber malades parce qu’ils n’ont pas encore l’immunité (protection) contre les expositions antérieures aux virus. Les adultes peuvent également être infectés, mais ils sont moins susceptibles d’avoir des symptômes, ou leurs symptômes peuvent être plus légers. Les symptômes de la maladie peuvent inclure:
– fièvre,
– nez qui coule, éternuements, toux,
– démangeaison de la peau,
– ampoules buccales,
– douleurs musculaires.

Certaines infections à entérovirus non poliomyélitiques peuvent causer une conjonctivite virale, la maladie mains-pieds-bouche, une méningite virale (infection de la couverture de la moelle épinière et / ou du cerveau), une encéphalite virale (infection du cerveau), une myocardite (infection du cœur), une péricardite (infection du sac autour du cœur),  une paralysie flasque aiguë (apparition soudaine d’une faiblesse dans un ou plusieurs bras ou jambes) et une maladie musculaire inflammatoire (faiblesse musculaire lente et progressive).

Les nourrissons et les personnes ayant un système immunitaire affaibli ont plus de chance d’avoir ces complications.

Les personnes qui développent une myocardite peuvent souffrir d’insuffisance cardiaque et nécessiter des soins à long terme. Certaines personnes qui développent une encéphalite ou une paralysie peuvent ne pas se rétablir complètement.

Les nouveau-nés infectés par un entérovirus non poliomyélitique peuvent développer une septicémie (réaction massive de l’organisme à une infection pouvant entraîner des lésions tissulaires, une défaillance des organes et la mort). Mais c’est très rare.

Les infections à entérovirus non poliomyélitique peuvent jouer un rôle dans le développement du diabète de type 1 chez les enfants.

Transmission

Les entérovirus non poliomyélitiques peuvent être trouvés chez une personne infectée dans les  excréments (selles), et dans les sécrétions oculaires, nasales et buccales (comme la salive, le mucus nasal ou les expectorations) ou  dans le fluide de boursouflure.

On peut être exposé au virus après avoir :
– un contact rapproché, comme toucher ou serrer la main, avec une personne infectée
– touché des objets ou des surfaces sur lesquels le virus est présent, puis toucher les yeux, le nez ou la bouche avant de se laver les mains
-changé les couches d’une personne infectée, puis toucher les yeux, le nez ou la bouche avant de se laver les mains.
Les femmes enceintes qui sont infectées par un entérovirus non poliomyélitique peu avant l’accouchement peuvent transmettre le virus à leur bébé.

Les mères qui allaitent devraient consulter leur médecin si elles sont malades ou pensent qu’elles peuvent avoir une infection.

Si on est infecté par un entérovirus non poliomyélitique, on peut  laisser (transmettre de son corps dans l’environnement) le virus dans ses selles pendant plusieurs semaines ou plus après avoir été infecté. On peut excréter le virus de ses voies respiratoires, par exemple en toussant ou en éternuant, pendant 1 à 3 semaines ou moins. Les personnes infectées peuvent excréter le virus même si elles n’ont pas de symptômes.

 

Prévention

De nombreuses personnes infectées par des entérovirus non poliomyélitiques ne présentent pas de symptômes mais peuvent néanmoins transmettre le virus à d’autres personnes. Cela fait qu’il est difficile de les empêcher de se propager. Mais le meilleur moyen de se protéger et de protéger les autres contre les infections à entérovirus non poliomyélitiques est de :
– se laver souvent les mains avec du savon et de l’eau, surtout après avoir utilisé les toilettes et changé les couches,
– éviter les contacts rapprochés, comme toucher et serrer la main, avec les personnes malades
– nettoyer et désinfecter les surfaces fréquemment touchées.

Il n’y a pas de vaccin pour vous protéger contre l’infection à entérovirus non-poliomyélitique.

Traitement

Il n’y a pas de traitement spécifique pour l’infection à entérovirus non poliomyélitique. Les personnes atteintes d’une maladie bénigne causée par une infection par un entérovirus non poliomyélitique n’ont généralement besoin que d’un traitement symptomatique. Cela inclut boire suffisamment d’eau pour rester hydraté et prendre des médicaments contre le rhume au besoin. Ils récupèrent généralement complètement. Cependant, certaines maladies causées par des entérovirus non poliomyélitiques peuvent être suffisamment graves pour nécessiter une hospitalisation.

Si vous êtes préoccupé par vos symptômes, vous devriez contacter votre fournisseur de soins de santé.

 

Grossesse et infection à entérovirus non-poliomyélitique

Si une femme enceinte est infectée par un entérovirus non poliomyélitique peu de temps avant l’accouchement, il est possible qu’elle transmette le virus à son bébé. Ces bébés ont généralement une maladie bénigne, mais dans de rares cas, ils peuvent avoir une infection grave.

Les entérovirus non poliomyélitiques sont très répandus, de sorte qu’une femme enceinte risque d’être exposée à un moment quelconque de sa grossesse. Mais la plupart des femmes enceintes, comme les autres adultes, ont une immunité (protection) contre les expositions antérieures aux entérovirus non poliomyélitiques. Donc, si elle est infectée, elle n’aura probablement pas de symptômes ou n’aura qu’une maladie bénigne. Les femmes enceintes qui ne sont pas immunisées contre les entérovirus non poliomyélitiques ont plus de risques d’être infectées et de présenter des symptômes.

Rien n’indique clairement que l’infection à entérovirus non poliomyélitique pendant la grossesse augmente le risque de complications graves comme une fausse couche, une mortinaissance ou des malformations congénitales.

Voir aussi :
Entérovirus D68


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *