Évaluation des investissements

L’évaluation des investissements  consiste à choisir des projets qui ajoutent de la valeur à une entreprise. Le processus d’évaluation des investissements peut impliquer presque tout, y compris l’acquisition de terrains ou l’achat d’immobilisations comme un nouveau camion ou de la machinerie. Les sociétés sont généralement tenues, ou du moins recommandées, d’entreprendre les projets qui augmenteront la rentabilité et augmenteront ainsi la richesse des actionnaires.

Cependant, le taux de rentabilité jugé acceptable ou inacceptable est influencé par d’autres facteurs spécifiques à l’entreprise ainsi qu’au projet. Par exemple, un projet social ou caritatif n’est souvent pas approuvé en fonction du taux de rentabilité, mais davantage en fonction du désir d’une entreprise de favoriser la bonne volonté et de contribuer à sa communauté.

Retenons
  • L’évaluation des investissements est le processus par lequel les investisseurs déterminent la valeur d’un projet d’investissement potentiel.
  • Les trois approches les plus courantes de la sélection des projets sont le délai de récupération (PB), le taux de rentabilité interne (TRI) et la valeur actuelle nette (VAN).
  • Le délai de récupération détermine le temps qu’il faudrait à une entreprise pour voir suffisamment de flux de trésorerie pour récupérer l’investissement initial.
  • Le taux de rentabilité interne est le rendement attendu d’un projet. Si le taux est supérieur au coût du capital, c’est un bon projet. Sinon, ce n’est pas le cas.
  • La valeur actuelle nette montre la rentabilité d’un projet par rapport aux alternatives, et est peut-être la plus efficace des trois méthodes.

Comprendre l’évaluation des investissements

L’évaluation des investissements est importante car elle crée une responsabilisation et une mesurabilité. Toute entreprise qui cherche à investir ses ressources dans un projet, sans comprendre les risques et les retours impliqués, serait tenue pour irresponsable par ses propriétaires ou actionnaires. De plus, si une entreprise n’a aucun moyen de mesurer l’efficacité de ses décisions d’investissement, il y a de fortes chances qu’elle ait peu de chances de survivre sur le marché concurrentiel.

Les entreprises (en dehors des organisations à but non lucratif) existent pour réaliser des bénéfices. Le processus de budgétisation des immobilisations est un moyen mesurable pour les entreprises de déterminer la rentabilité économique et financière à long terme de tout projet d’investissement.

Une décision de budget d’investissement est à la fois un engagement financier et un investissement. En prenant un projet, l’entreprise prend un engagement financier, mais elle investit également dans sa direction à plus long terme qui aura probablement une influence sur les projets futurs que l’entreprise envisage.

Fonctionnement d’évaluation des investissements

Lorsqu’une décision de budgétisation des immobilisations est présentée à une entreprise, l’une de ses premières tâches consiste à déterminer si le projet s’avérera rentable ou non. Les méthodes du délai de récupération (PB) , de taux de rentabiltét interne (TRI) et de valeur actuelle nette (VAN) sont les approches les plus courantes pour la sélection des projets. Bien qu’une solution idéale d’évaluation des investissements soit telle que les trois mesures indiqueront la même décision, ces approches produiront souvent des résultats contradictoires. Selon les préférences et les critères de sélection de la direction, l’accent sera mis sur une approche plutôt qu’une autre. Néanmoins, ces méthodes d’évaluation largement utilisées présentent des avantages et des inconvénients communs.

Délai de récupération

Le délai de récupération calcule la durée nécessaire pour récupérer l’investissement initial. Par exemple, si un projet de budgétisation des immobilisations nécessite un décaissement initial de 1 million de dollars, le PB révèle combien d’années sont nécessaires pour que les entrées de trésorerie correspondent à la sortie d’un million de dollars. Une courte période PB est préférée car elle indique que le projet « se rentabilisera » dans un délai plus court.

Les délais de récupération sont généralement utilisées lorsque la liquidité présente un problème majeur. Si une entreprise ne dispose que d’un montant limité de fonds, elle pourrait ne pouvoir entreprendre qu’un seul projet majeur à la fois. Par conséquent, la direction se concentrera fortement sur la récupération de son investissement initial afin d’entreprendre des projets ultérieurs. Un autre avantage majeur de l’utilisation du PB est qu’il est facile à calculer une fois les prévisions de flux de trésorerie établies.

Il y a des inconvénients à utiliser la métrique PB pour déterminer les décisions d’évaluation des investissements. Premièrement, le délai de récupération ne tient pas compte de la valeur temps de l’argent (TVM) . Le simple calcul du PB fournit une mesure qui met le même accent sur les paiements reçus la première et la deuxième année. Une telle erreur viole l’un des principes fondamentaux de la finance. Heureusement, ce problème peut être facilement résolu en mettant en œuvre un modèle de délai de récupération actualisée. Fondamentalement, le délai d’actualisation PB tient compte de TVM et permet de déterminer combien de temps il faut pour que l’investissement soit récupéré sur la base d’une actualisation des flux de trésorerie.

Un autre inconvénient est que les délais de récupération et les délais de récupération actualisées ignorent les flux de trésorerie qui se produisent vers la fin de la vie d’un projet, tels que la valeur de récupération . Ainsi, le PB n’est pas une mesure directe de la rentabilité.

La méthode de récupération présente d’autres inconvénients, notamment la possibilité que des investissements en espèces soient nécessaires à différentes étapes du projet. De plus, la durée de vie de l’actif acheté doit être prise en compte. Si la durée de vie de l’actif ne s’étend pas bien au-delà du délai de récupération, il se peut que le temps ne soit pas suffisant pour générer des bénéfices du projet.

Étant donné que le délai de récupération ne reflète pas la valeur ajoutée d’une décision d’évaluation des investissements, elle est généralement considérée comme l’approche d’évaluation la moins pertinente. Cependant, si la liquidité est une considération vitale, les périodes PB sont d’une importance majeure.

Taux de rentabilité interne

Le taux de rentabilité interne (ou rendement attendu d’un projet) est le taux d’actualisation qui se traduirait par une valeur actuelle nette de zéro. Étant donné que la VAN d’un projet est inversement corrélée avec le taux d’actualisation – si le taux d’actualisation augmente, les flux de trésorerie futurs deviennent plus incertains et ont donc une valeur moindre – le point de référence pour les calculs du TRI est le taux réel utilisé par l’entreprise pour actualiser après -taxes de trésorerie . Un TRI qui est supérieur au coût moyen pondéré du capital suggère que le projet d’investissement est une entreprise rentable et vice versa.

La règle IRR est la suivante:

TRI> Coût du capital = Accepter le projet

TRI <coût du capital = rejet du projet

Le principal avantage de la mise en œuvre du taux de rentabilité interne en tant qu’outil de prise de décision est qu’il fournit un chiffre de référence pour chaque projet qui peut être évalué en fonction de la structure du capital d’une entreprise . Le TRI produira généralement les mêmes types de décisions que les modèles de valeur actuelle nette et permettra aux entreprises de comparer les projets sur la base des rendements du capital investi .

Bien que l’IRR soit facile à calculer avec une calculatrice financière ou des progiciels, il y a quelques inconvénients à utiliser cette métrique. Semblable à la méthode PB, le TRI ne donne pas une véritable idée de la valeur qu’un projet ajoutera à une entreprise – il fournit simplement un chiffre de référence pour quels projets devraient être acceptés en fonction du coût du capital de l’entreprise. Le taux de rentabilité interne ne permet pas une comparaison appropriée des projets mutuellement exclusifs ; par conséquent, les gestionnaires pourraient être en mesure de déterminer que le projet A et le projet B sont tous deux bénéfiques pour l’entreprise, mais ils ne seraient pas en mesure de décider lequel est le meilleur si un seul pouvait être accepté.

Une autre erreur résultant de l’utilisation de l’analyse IRR se présente lorsque les flux de trésorerie d’un projet ne sont pas conventionnels, ce qui signifie qu’il y a des sorties de trésorerie supplémentaires après l’investissement initial. Les flux de trésorerie non conventionnels sont courants dans la budgétisation des investissements, car de nombreux projets nécessitent de futures dépenses en capital pour l’entretien et les réparations. Dans un tel scénario, un TRI pourrait ne pas exister ou il pourrait y avoir plusieurs taux de rendement internes.

Le TRI est une mesure d’ évaluation utile lors de l’analyse de projets individuels de budgétisation des investissements, et non de ceux qui s’excluent mutuellement. Il offre une meilleure alternative d’évaluation à la méthode PB, mais ne répond pas à plusieurs exigences clés.

Valeur actuelle nette

L’approche de la valeur actuelle nette est l’approche d’évaluation la plus intuitive et la plus précise des problèmes d’évaluation des investissements. L’actualisation des flux de trésorerie après impôt par le coût moyen pondéré du capital permet aux gestionnaires de déterminer si un projet sera rentable ou non. Et contrairement à la méthode IRR, les VAN révèlent exactement la rentabilité d’un projet par rapport aux alternatives.

La règle de la VAN stipule que tous les projets qui ont une valeur actuelle nette positive doivent être acceptés tandis que ceux qui sont négatifs doivent être rejetés. Si les fonds sont limités et que tous les projets VAN positifs ne peuvent pas être lancés, ceux dont la valeur actualisée est élevée doivent être acceptés.

Par exemple, en supposant un taux d’actualisation de 10%, et que les projets A et B ont des VAN respectives de 126 000 $ et 1 200 000 $. Ces résultats indiquent que les deux projets de budgétisation des immobilisations augmenteraient la valeur de l’entreprise, mais si l’entreprise n’a que 1 million de dollars à investir pour le moment, le projet B est supérieur.

Certains des principaux avantages de l’approche VAN incluent son utilité globale et le fait que la VAN fournit une mesure directe de la rentabilité ajoutée. Il permet de comparer simultanément plusieurs projets mutuellement exclusifs, et même si le taux d’actualisation est susceptible de changer, une analyse de sensibilité de la VAN peut généralement signaler toute préoccupation future écrasante. Bien que l’approche de la VAN fasse l’objet de critiques justes selon lesquelles le chiffre de la valeur ajoutée ne tient pas compte de l’ampleur globale du projet, l’indice de rentabilité (IR) , une métrique dérivée des calculs des flux de trésorerie actualisés peut facilement résoudre ce problème.

L’indice de rentabilité est calculé en divisant la valeur actuelle des flux de trésorerie futurs par l’investissement initial. Un IR supérieur à 1 indique que la VAN est positive tandis qu’un IR inférieur à 1 indique une VAN négative. Le coût moyen pondéré du capital (CMPC) peut être difficile à calculer, mais c’est un moyen solide de mesurer la qualité des investissements.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *