Excisée à 8 ans, mariée de force à 13 ans, Diaryatou Bah milite contre l’excision

Mariée à 13 ans et demi à un polygame de 30 ans son aîné, elle quitte son pays, la Guinée,  pour rejoindre ce quasi-inconnu aux Pays-Bas. Le couple s’installera en France 4 ans après.

A son arrivée en Europe, Diaryatou Bah ne savait parler que la langue Peul. Sans papier, son mari peul la laissait souvent seule à la maison sans argent pour aller rejoindre ses autres femmes.

« Je ne parlais pas français, je n’avais jamais pris le métro, je n’avais pas de papiers, j’étais coupée du monde », témoigne-t-elle.

Un soir, après quatre ans de vie conjugale qui lui en ont « paru quarante », elle tombe sur une émission où témoignent des femmes victimes de violences. A 17 ans, devant son écran, elle note le mot « assistante sociale » pour pouvoir « sortir de l’enfermement ».

Aujourd’hui Diaryatou Bah a 31 ans et  milite contre les mutilations sexuelles. Elle est ambassadrice de la campagne de prévention baptisée « Excision, parlons-en! »

Employée en France dans une association qui vient en aide aux exclus et aux femmes en fragilité, Diaryatou Bah sort en 2006 un livre intitulé « On m’a volé mon enfance » pour dénoncer la pratique de l’excision.

Elle est aujourd’hui engagée à alerter sur les risques encourus par les adolescentes qui passent les vacances dans le pays d’origine de leurs parents. Elle partage sa douloureuse expérience.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *