France: groupes ethniques, langues et religions

La France est un pays où l’on trouve diverses ethnies, plusieurs langues et beaucoup de religions.

1. Groupes ethniques

Paradoxalement, les Français sont très conscients de leur appartenance à une seule nation, mais ils ne constituent guère un groupe ethnique unifié, à en juger par les scientifiques. Avant la découverte officielle des Amériques à la fin du XVe siècle, la France, située à l’extrémité occidentale de l’Ancien Monde, était considérée pendant des siècles par les Européens comme se situant au bord du monde connu. Des générations de différents migrants du Moyen-Orient et de l’ Afrique voyageant par la Méditerranée  et par l’Eurasie centrale et les terres nordiques se sont installées de manière permanente en France. Le reflet le plus ancien de ces migrations est peut-être fourni par les  basques , qui vivent dans une région isolée à l’ouest des Pyrénées, en Espagne et en France, parlent une langue sans lien avec d’autres langues européennes et dont l’origine reste inconnue. Les tribus celtiques, connues des Romains sous le nom de Gaules, étaient la composante importante de la population française, en particulier dans le centre et l’ ouest. À la chute de l’ empire romain , il y avait une puissante pénétration des peuples germaniques (teutoniques), en particulier dans le nord et l’est de la France. L’incursion des Nordiques (Vikings ) a encore renforcé l’influence germanique. Outre ces nombreuses migrations, la France a été, au fil des siècles, le théâtre de nombreuses batailles et d’occupations prolongées avant de devenir, au 19e et surtout au 20e siècle, le principal destinataire de l’immigration étrangère en Europe, ajoutant encore d’autres mélanges au melting pot ethnique.

2. Les langues

Le français est la langue nationale parlée et enseignée partout. Les brogues et les dialectes sont répandus dans les zones rurales et beaucoup de gens ont tendance à conserver leurs coutumes linguistiques régionales, soit par tradition, soit par un retour volontaire et délibéré à un dialecte régional spécifique . Cette tendance est la plus forte dans les régions frontalières de la France. L’Alsace et le Flamand ( néerlandais ) sont des langues germaniques dans l’est et le nord du pays. Au sud, l’occitan (provençal ou languedocien), la corse et le catalan témoignent de l’influence du latin. Le breton est une langue celtique liée aux langues parlées dans certaines parties occidentales des îles britanniques (notamment au Pays de Galles), et le basque est une langue isolée. À la suite de l’introduction de l’enseignement primaire universel au cours de la Troisième République en 1872, l’usage des langues régionales est rigoureusement réprimé dans l’intérêt de l’unité nationale et les élèves qui l’utilisent sont punis. Plus récemment, en réaction à la montée du sentiment régional , ces langues ont été introduites dans un certain nombre d’écoles et d’universités, principalement parce que certaines d’entre elles, comme l’occitan, le basque et le breton, ont conservé une tradition littéraire. L’immigration récente a introduit diverses langues non européennes, notamment l’arabe .

3. Religion

Environ les trois cinquièmes des Français appartiennent à l’ Église catholique romaine. Cependant, seule une minorité participe régulièrement au culte religieux; la pratique est la plus grande parmi les classes moyennes. Le nord-ouest (Bretagne-Vendée), l’est (Lorraine, Vosges , l’ Alsace , le Jura , le Lyonnais et les Alpes du Nord), le nord (Flandres), le Pays basque et la région située au sud du Massif Central présentent un pourcentage plus élevé de pratiquants catholiques que le reste du pays. Le recrutement de prêtres est devenu plus difficile, même si l’Église, historiquement autonome , est très progressiste et œcuménique .

Reflétant la présence d’immigrés d’Afrique du Nord – d’Algérie et du Maroc- la France compte l’une des plus grandes populations musulmanes d’Europe : on estime à 5 000 000 le nombre de musulmans, dont un pourcentage non négligeable vivant à Marseille et dans les environs, dans le sud-est de la France, ainsi qu’à Paris et Lyon. Les protestants, qui sont au nombre de 700 000, appartiennent à plusieurs dénominations différentes. Ils sont nombreux en Alsace, dans le nord du Jura, dans le sud-est du Massif central et dans la région de l’Atlantique central. Il y a plus de 700 000 adeptes du judaïsme, concentrés dans le Grand Paris, Marseille, l’Alsace et les grandes villes de l’est. En plus des groupes religieux, il existe également plusieurs sociétés de libres penseurs, dont la plus célèbre est la maçonnerie française. Cependant, un grand nombre d’entre eux, surtout parmi la classe ouvrière et la population jeune, ne professent aucune croyance religieuse.

Au début du XXIe siècle, le gouvernement approuva un certain nombre de mesures reflétant l’engagement de la France d’être un État laïc , principe connu sous le nom de laïcité , ainsi que l’ ambivalence et, dans certains cas, l’hostilité ressentie par certains Français à l’égard de la population musulman. En 2004, le gouvernement a interdit les foulards musulmans et autres symboles religieux dans les écoles publiques. Une autre législation controversée adoptée en 2010 interdisait les vêtements dissimulant le visage, c’est-à-dire les voiles recouvrant entièrement le visage d’une femme, dans les lieux publics.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *