France: les ressources énergétiques et minérales

Comparé à ses ressources agricoles, le pays est beaucoup moins bien doté en ressources énergétiques. Les réserves de charbon sont estimées à environ 140 millions de tonnes, mais le charbon français a souffert de son exploitation difficile et coûteuse et de sa qualité médiocre . En 1958, la production annuelle atteignait environ 60 millions de tonnes; 40 ans plus tard, ce total était tombé à moins de 6 millions de tonnes; et en 2004, la dernière mine de charbon a été fermée. Le charbon importé complète depuis longtemps la production locale. Les importations proviennent principalement d’Australie, des États-Unis, d’Afrique du Sud et d’ Allemagne.

Les autres ressources énergétiques sont rares. Le gaz naturel a été exploité pour la première fois dans le sud-ouest de la France (près de Lacq) en 1957. La production a ensuite augmenté de manière substantielle, pour ensuite baisser après 1978, les réserves s’épuisant. À la fin des années 90, la production était négligeable et nécessitait un niveau élevé d’importations, principalement de la Norvège, du Pays-Bas, de l’ Algérie et de la Russie. La France a peu de réserves de pétrole et la production de puits en Aquitaine et dans le bassin parisien est extrêmement limitée. L’uranium est extrait dans le Massif Central et, bien que les réserves récupérables soient estimées à environ 50 000 tonnes, plus de la moitié de la consommation annuelle doit être importée. Cependant, la France possède des rivières rapides qui sortent des hautes terres et qui lui fournissent une importante ressource hydroélectrique.

Minéraux

L’industrie métallurgique est mal approvisionnée en matières premières locales, même si, traditionnellement, la France était un important producteur de minerai de fer et bauxite. La production de minerai de fer dépassait 60 millions de tonnes au début des années 1960, principalement à partir de la Lorraine; mais la production a maintenant cessé, malgré l’existence continue de réserves. Peu riches en métaux et difficiles à agglomérer, les minerais de Lorraine ont donc été complétés pendant longtemps et sont maintenant remplacés par des réserves plus riches provenant de pays comme le Brésil , la Suède et l’Australie. La production de bauxite est négligeable, bien que d’autres mines, tels que ceux contenant du plomb, du zinc et de l’argent, soient exploités en très petites quantités. La France exploite de plus grandes quantités de potasse (extraite en Alsace), de chlorure de sodium (des mines de Lorraine et de Franche-Comté)des marais salés de l’ouest et du sud de la France) et du soufre (dérivé du gaz naturel d’Aquitaine), mais la tendance est encore à la baisse, à mesure que les réserves s’épuisent. L’offre de pierre, de sable et de gravier est relativement omniprésente .

Énergie

Au cours des années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale, l’augmentation de la demande d’énergie a suivi de près le rythme de la croissance économique. Ainsi, pendant une grande partie de cette période allant jusqu’en 1973, la consommation a augmenté rapidement. Puis, à la suite des deux augmentations des prix du pétrole de 1973 et 1979, la demande s’est stabilisée, puis a chuté au début des années 80, jusqu’à ce que les taux de croissance se soient redressés après le milieu des années 80.

La demande de différents types d’énergie a considérablement évolué au fil du temps. Au début de l’après-guerre, le charbon fournissait la majeure partie des besoins en énergie. Cependant, dans les années 60, le pétrole était de plus en plus utilisé, de sorte qu’en 1973, les deux tiers environ de la consommation d’énergie étaient imputables au pétrole brut. Depuis lors, un mode d’utilisation plus diversifié est apparu. Le charbon ne joue plus qu’un rôle mineur alors que l’utilisation du pétrole a également diminué, remplacée en partie par le gaz naturel et  par le nucléaire, qui représente désormais plus du tiers de la consommation d’énergie primaire. L’une des principales conséquences de ces changements a été la réduction de la forte dépendance du pays vis-à-vis de sources d’approvisionnement externes.

Le pétrole a longtemps été la principale importation d’énergie de la France, ce qui a conduit à la croissance d’une industrie de raffinage majeure, avec des plantes concentrées dans deux régions de la basse vallée de la Seine (Le Havre et Rouen) et dans la région de Fos-sur-Mer et la Étang de Berre. De nombreux marchés sont approvisionnés en produits pétroliers par pipeline, qui constitue également le mode de distribution du gaz naturel. Les importations algériennes arrivent sous forme de gaz naturel liquéfié (principalement du méthane) et sont déchargées dans les ports français où des installations de regazéification sont en activité.

Depuis le début des années 1980, l’un des changements les plus importants en matière d’approvisionnement en énergie a été le rôle considérablement accru joué par le nucléaire , aux dépens du fioul et du charbon; même la production d’énergie hydroélectrique s’est stabilisée, la plupart des sites appropriés ayant déjà été exploités, notamment ceux des vallées du Rhin et du Rhône, du Massif Central et des Alpes . En revanche, la production nucléaire, bénéficiant d’importants investissements publics du début des années 1970, s’est considérablement accrue dans les années 1980, notamment avec la construction de sites dans les vallées du Rhône et de la Loire, reflet du besoin de grandes quantités d’eau de refroidissement. Au 21ème siècle, plus des trois quarts de l’électricité en France proviennent du nucléaire, la plus forte proportion au monde, ce qui a permis au pays de devenir un grand exportateur de cette énergie. Plus récemment, le développement a considérablement ralenti, la demande s’est apaisée et les groupes de défense de l’environnement se sont opposés à tout investissement supplémentaire. L’industrie nucléaire française comprend également une grande usine d’enrichissement d’uranium à Pierrelatte dans la basse vallée du Rhône et une usine de traitement des déchets à La Hague, près de Cherbourg .

Au début du 21ème siècle, les énergies renouvelables , telles que l’énergie solaire et éolienne , ont pris une nouvelle importance. Bien que l’énergie éolienne ait généré moins de 3% de l’électricité consommée en France en 2010, son «potentiel éolien» était le deuxième en Europe , et de nouvelles installations ont été prévues conformément aux directives de l’UE sur les énergies renouvelables. En outre, la capacité solaire installée de la France a augmenté de près de 700% entre 2009 et 2011 et ses 2,5 gigawatts de production ont représenté près de 4% de la production totale mondiale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *