Hatchepsout

Hatchepsout, reine de l’Egypte antique, est née vers 1508 av.JC et décédée en 1458 avant notre ère.

Une princesse

Hatshepsut est née une princesse égyptienne. Son père était le pharaon Thoutmôsis I. Elle a grandi dans la grande cour royale d’Egypte avec sa sœur et ses deux frères. Malheureusement, les frères et la soeur d’Hatshepsut sont morts alors qu’ils étaient encore jeunes. Maintenant, elle était fille unique. Sans fils qui hériterait du trône, Thoutmôsis s’inquiétait de savoir qui serait le pharaon après sa mort. Il décida de nommer l’un des demi-frères d’Hatshepsut comme héritier. C’est là que les choses deviennent bizarres. Hatchepsout était mariée à son demi-frère afin de préserver la ligne royale. Cela semble vraiment étrange aujourd’hui, mais c’était courant pour la royauté égyptienne.

Une reine et Pharaon

Le père d’Hatchepsout est décédé peu de temps après son mariage et son mari est devenu le pharaon Thoutmôsis II. Hatchepsout était maintenant reine d’Egypte. Thoutmôsis II, cependant, était un homme maladif. Il n’a gouverné que quelques années avant de mourir. Pendant ce temps, Hatchepsout avait commencé à jouer un rôle actif dans la gestion du pays. L’Égypte a toutefois rencontré un problème. Hatchepsout n’avait pas eu de fils avec Thoutmôsis II.  Le seul héritier du trône était un jeune garçon qui était le neveu de Hatchepsout, Thoutmôsis III. Il a été couronné jeune pharaon de l’Égypte, mais Hatchepsout a été nommé régent. Elle dirigerait le pays pour lui.

Hatchepsout était une dirigeante puissante et intelligente. Il y avait des membres du gouvernement qui lui étaient très loyaux. Après quelques années en tant que régente, elle décida de devenir pharaon. Elle s’appelait elle-même Pharaon. Elle a pris en charge le pays.

Hatchepsout a régné en Égypte de 1478 à 1458 avant notre ère, au cours de la dix-huitième dynastie, plus longtemps que toute autre femme appartenant à une dynastie égyptienne autochtone. Selon l’égyptologue James Henry Breasted, elle était «la première grande femme de l’histoire dont nous ayons connaissance». Elle était la fille de Thoutmôsis I et de son épouse Ahmès. Le mari de Hatchepsout, Thoutmôsis II, était également un enfant de Thoutmôsis I, mais a été conçu avec une autre femme. Hatchepsout avait une fille appelée Néférourê avec son mari, Thoutmôsis II. Thoutmôsis II a également engendré Thoutmôsis III avec Iset, une épouse secondaire. Hatchepsout est monté sur le trône en tant que co-régent avec Thoutmôsis III, qui est monté sur le trône alors qu’il était âgé de deux ans.

Réseaux de commerce

Hatshepsut a établi des réseaux commerciaux qui ont contribué à bâtir la richesse de la dix-huitième dynastie. Cela comprenait une mission réussie au pays de Pount la neuvième année de son règne, qui apporta des arbres de myrrhe et de l’encens vivants (qu’Hatchepsut utilisait comme eye-liner kohl) en Égypte. Elle a également envoyé des expéditions d’assaut à Byblos et dans le Sinaï et a peut-être mené des campagnes militaires contre la Nubie et Canaan.

Projets de construction

Hatchepsout était une bâtisseuse, commandant des centaines de projets de construction et de statuaires. Elle fit construire des monuments au temple de Karnak et restaura le quartier d’origine de Mout à Karnak, ravagé par l’occupation égyptienne des Hyksos. Elle a installé deux obélisques (les plus hauts du monde à cette époque) à l’entrée de ce temple, dont l’un est toujours debout. La chapelle rouge de Karnak était censée être un sanctuaire pour sa vie et aurait pu se tenir avec ces obélisques.

Le temple de Pakhet était un monument à Bast et à Sekhmet, déesses de la guerre des lionnes. Plus tard au cours de la dix-neuvième dynastie, le roi Séti Ier tenta de prendre le crédit de ce monument. Cependant, le chef-d’œuvre d’Hatchepsout était un temple mortuaire à Deir el-Bahri; le point focal était le Djeser-Djeseru («le sublime des sublimes»), une structure à colonnades construite 1 000 ans avant le Parthénon grec. L’aiguille Hatshepsut, un obélisque de granit, est considérée comme un autre grand accomplissement.

Femme souveraine mais pas la seule

Hatchepsout n’était pas la première femme souveraine d’Egypte. Elle avait été précédée par Merneith de la première dynastie, Nimaathapi de la troisième dynastie, Nitocris de la sixième dynastie, Néférousobek de la douzième dynastie, Iâhhotep I de la dix-septième dynastie, Ahmès-Néfertary, etc. Cependant, le règne d’Hatchepsout fut plus long et plus prospère; elle a supervisé une ère paisible et riche. Elle était également compétente en auto-promotion, ce qui était rendu possible par sa richesse.

Le mot «roi» était considéré comme non sexiste et les femmes pouvaient prendre le titre. Pendant le règne de son père, elle occupa le puissant rôle de l’épouse de Dieu et, en tant qu’épouse de son mari, Thoutmôsis II, elle prit un rôle actif dans l’administration du royaume. En tant que pharaon, elle n’a rencontré que peu de difficultés, même de la part de son corégné, qui dirigeait la puissante armée égyptienne et aurait pu la renverser s’il avait choisi de le faire.

Statut des femmes en Egypte

La femme moyenne en Egypte a été assez libérée pour la période. Même si son rôle principal était celui de mère et d’épouse, une femme moyenne aurait pu travailler dans le tissage, la fabrication de parfums ou le divertissement. Les femmes peuvent posséder leur propre entreprise, posséder et vendre des biens, faire office de témoins devant les tribunaux, être en compagnie d’hommes, divorcer et se remarier et avoir accès à un tiers des biens de leur mari.

La mort d’Hatchepsout

Hatchepsout mourut en 1458 avant notre ère à l’âge mûr; aucune cause de décès n’est connue, bien qu’elle puisse avoir eu un diabète et un cancer des os, probablement à cause d’une lotion cutanée cancérogène. Howard Carer a découvert sa momie dans la vallée des rois en 1903, mais l’identité de la momie n’était pas encore connue à l’époque. En 2007, il a été constaté que la momie correspondait à une dent manquante qui aurait appartenu à Hatchepsout.

Après sa mort, principalement sous le règne de Thoutmôsis III, des tentatives hasardeuses furent entreprises pour soustraire Hatchepsout à certains documents historiques et pharaoniques. Amenhotep II, le fils de Thoutmôsis III, pourrait en être responsable. Selon l’hypothèse de Tyldesley, Thoutmôsis III aurait peut-être décidé de tenter de réduire le rôle d’Hatchepsout à celui de régent plutôt que de reine.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *