Historiographie et compétences historiques en Afrique

LA RÉDACTION DE L’HISTOIRE

Le but de l’historien n’est pas de rassembler les «faits» sur le passé, mais plutôt d’acquérir un aperçu des idées et des réalités qui ont façonné le passé des vies d’hommes et de femmes des sociétés antérieures. Certaines croyances et institutions du passé peuvent nous sembler étrangères, d’autres peuvent aussi sembler trop familières. Mais dans les deux cas, lorsque nous étudions les gens du passé, ce que nous apprenons vraiment, c’est la riche diversité de l’expérience humaine. L’étude de l’histoire, cependant, est l’étude des croyances et des désirs, des pratiques et des institutions des êtres humains.

L’histoire africaine est l’étude des institutions et des cultures passées des peuples qui vivent en Afrique. Les activités économiques, politiques et sociales des personnes qui avaient autrefois vécu en Afrique sont étudiées dans le cadre de l’histoire africaine. Ce qui suit est l’importance de l’étude de l’histoire africaine.

i. L’étude de l’histoire comme d’autres disciplines permet à certains individus de gagner leur vie (aspect carrière). Il sert de source d’emploi pour les personnes qui étudient le sujet à un niveau supérieur.

ii. L’étude de l’histoire africaine a contribué à la découverte des activités de l’homme dans des temps lointains. L’Afrique a été prouvée par des chercheurs comme le Dr Louis Leakey comme étant la patrie originelle de l’homme (Homo sapiens). L’étude de l’histoire africaine conduirait à davantage de découvertes de faits cachés. Il mettra en évidence la contribution de l’Afrique à la civilisation mondiale.

iii. L’étude de l’histoire africaine donne à l’individu l’occasion de mieux relier son passé au présent. Ainsi, les différentes étapes du développement de la société qui doivent être évaluées pour comprendre la situation actuelle. On comprendra mieux la situation sociale, économique et politique de la société si l’on sait comment les choses se sont passées dans le passé. Cela leur donne la clé pour trouver des solutions aux problèmes d’aujourd’hui.

iv. L’histoire africaine a abordé la notion et l’idée fausse selon laquelle l’Afrique a contribué de manière insignifiante à l’histoire et pour dissiper l’idée de supériorité blanche, par exemple, l’hypothèse hamitique a supposé que les «  Hamites  » africains étaient des «  blancs  » semblables aux Européens comme eux et leur culture l’étaient. intrinsèquement supérieurs aux Noirs Africains et à leur culture, de sorte que partout où les Noirs Africains ont apparemment fait une avancée frappante, l’explication doit être recherchée dans l’influence «hamitique». Les premiers voyageurs arabes et européens ont rencontré des Africains dans des contextes culturels différents. L’Africain a des noms distinctifs, de la musique et des danses, des contextes politiques et religieux ainsi que des rites de passage. Parce que ces pratiques n’étaient pas conformes aux pratiques culturelles des Européens et des écrivains arabes, ils ont classé les Africains comme primitifs, arriérés ou culturellement stagnants.

v. L’histoire africaine permet à l’étudiant de développer un esprit critique et d’apprécier la variété des comportements et des motifs humains et de comprendre la politique, l’économie et la société. À cet égard, l’histoire dans le contexte africain peut accroître la tolérance humaine et le respect des différences d’opinion. La connaissance d’autres cultures par l’appréciation de l’histoire encourage les étudiants en histoire à entreprendre une analyse critique de leur propre culture et société et à comprendre et critiquer leurs propres hypothèses.

vi. L’étude de l’histoire africaine est bénéfique car elle permet d’acquérir des connaissances sur les traditions, la culture, les normes et les valeurs africaines et d’en être fière et de les présenter. On est capable de percevoir et de reconnaître la signification des événements dans une perspective autre que la nôtre pour apprécier la diversité des croyances et des cultures humaines.

vii. L’histoire africaine permet à l’étudiant en histoire d’acquérir la connaissance de son propre pays et du continent africain.

viii. L’histoire africaine a une utilisation pratique dans les relations internationales et la diplomatie. Son étude favorise la compréhension et la sympathie internationales.

ix. L’étude de l’histoire africaine permettra à l’étudiant en histoire d’acquérir les compétences et les valeurs que notre passé peut donner. Les étudiants en histoire africains peuvent être inspirés par les événements et les actes de personnes formidables qui leur inspireront un sentiment de fierté.

X. Un examen approprié du passé peut nous en dire long sur la façon dont nous sommes devenus qui nous sommes.

xi. On étudie l’histoire africaine pour pouvoir apprécier l’utilisation d’autres sources dans l’écriture et la reconstruction de l’histoire africaine en dehors des sources écrites.

xii. Il permet à l’étudiant de développer un sens précis de la chronologie historique africaine.

 

SOURCES DE L’HISTOIRE AFRICAINE

La plupart des communautés rurales de pays comme le Libéria, la Sierra Leone, le Nigéria, la Gambie et le Ghana tirent leur eau potable de ruisseaux ou de puits creusés à la main. On peut décrire ces ruisseaux et puits comme la source d’approvisionnement en eau d’une communauté. De même, les historiens utilisent le terme sources historiques pour désigner les moyens par lesquels les informations historiques sont obtenues. Encore une fois, par des sources historiques, l’historien entend des traces que le passé a laissées de lui-même dans le présent, sous forme de documents, d’artefacts, de bâtiments, de châteaux et de forts, de pièces de monnaie, d’institutions, de traditions, de festivals, de coutumes, etc.

 

TYPES OU SOURCES D’HISTOIRE AFRICAINE

Il existe deux sources pour l’écriture de l’histoire. Ce sont les sources primaires et secondaires

  • Sources primaires

Les sources primaires sont des documents produits par les personnes ou groupes directement impliqués dans l’événement ou le sujet en discussion, en tant que participants ou en tant que témoins. Certaines sources primaires sont des documents écrits tels que des lettres, des journaux intimes, des articles de journaux et de magazines, des discours, des autobiographies, des traités, des données de recensement et des registres de mariages, de naissances et de décès. De plus, les historiens examinent souvent des sources primaires qui ne sont pas écrites. Des exemples sont des œuvres d’art, des films, des enregistrements, des vêtements, des objets ménagers, des outils et des vestiges archéologiques.

  • Les sources orales (entretiens) et les témoignages oculaires peuvent être utilisés comme sources primaires.

 

SOURCES DOCUMENTAIRES OU ÉCRITES DE L’HISTOIRE AFRICAINE

Il s’agit de documents ou de comptes rendus écrits qui donnent des informations sur des événements passés concernant des personnes. Des exemples de sources documentaires sont:

i. Journaux

ii. Journaux

iii. Compte des voyageurs

iv. Journaux

v. Rapports des commissions d’enquête

vi. Parties du Manifeste

vii. Documents officiels du gouvernement

viii. Procès-verbaux des réunions

ix. Lettres privées

X. Rapports officiels des officiers

xi. Dossiers judiciaires

xii. Livres

xiii. Brochures d’anniversaire

xiv. Hommages

xv. Magazines, etc.

 

IMPORTANCE OU AVANTAGES DES SOURCES ÉCRITES DE L’HISTOIRE AFRICAINE

i. Facile à utiliser

Il est plus facile d’utiliser des sources écrites dans la reconstruction de l’histoire africaine. C’est parce que les livres ou les documents peuvent souvent être transportés d’un endroit à un autre où le lecteur ou l’écrivain veut l’utiliser. Cela ne peut pas être fait dans les sources non documentaires.

ii. Des faits précis et fiables

Les comptes rendus écrits des problèmes contemporains donnent des informations de première main qui sont naturellement plus précises et fiables. C’est parce que les dates et les événements sont bien enregistrés chronologiquement. Par exemple, les procès-verbaux des réunions donnent la date exacte et exacte, ainsi que l’heure à laquelle la réunion a eu lieu. De même, les enregistrements écrits dans les journaux sont enregistrés sur place au fur et à mesure que les événements se produisent ou peu de temps après. Cela a aidé les historiens à connaître les dates exactes, par exemple l’Asante a combattu avec les Britanniques parce que les guerres étaient documentées. Les sources écrites aident à réduire toute tendance de l’historien à utiliser des hypothèses dans son travail.

iii. Moyens efficaces de tenir des registres

Il est très difficile de tenir des registres précis des événements, en particulier lorsque les sources écrites font défaut et que les gens se fient uniquement à la tradition orale. On peut donc dire que les sources écrites sont des moyens ou des méthodes plus efficaces pour conserver des enregistrements d’événements passés.

iv. Promotion de la recherche

Les sources écrites de l’histoire africaine favorisent les travaux de recherche. Par exemple, lorsque les lecteurs estiment qu’il y a une lacune dans un récit écrit, ils sont encouragés à creuser davantage afin de contribuer à une connaissance plus approfondie et plus précise de la question.

v. Aide à la vérification croisée des informations

Les sources écrites aident à recouper les données ou les informations collectées à partir de sources orales et autres de connaissances historiques. Cela aide à tirer des conclusions fiables.

vi. Fourniture d’informations détaillées

Les documents fournissent des informations plus détaillées que les sources orales, par exemple les dates, les images illustratives, les noms des participants à des événements, etc.

 

FAIBLESSES / INCONVÉNIENTS / LIMITATIONS DES SOURCES ÉCRITES DE L’HISTOIRE AFRICAINE

i. Facile à détruire

Les sources écrites peuvent facilement être détruites par les termites, les rongeurs, le feu, les inondations, les tremblements de terre, l’humidité, etc. Les archives écrites détruites par l’une de ces catastrophes ne peuvent pas être récupérées contrairement aux sources orales qui peuvent être racontées. Les termites et les rongeurs peuvent également ronger des informations vitales sous forme écrite.

ii. Biais et distorsions de condition

Une autre limitation majeure des sources écrites de l’histoire est qu’elles peuvent contenir des biais et des distorsions. L’écrivain peut volontairement écrire en fonction de ses opinions ou laisser de côté certains aspects des événements qui ne lui plaisent pas. Par exemple, certains livres écrits par des écrivains européens déclarent que la traite des esclaves est une bénédiction pour les peuples de l’Afrique de l’Ouest. D’autres ont écrit dans leurs livres que jusqu’à l’arrivée des Européens en Afrique de l’Ouest, l’histoire de l’Afrique de l’Ouest n’était que guerres et misère.

iii. Fausse information

Encore une fois, l’un des plus grands inconvénients de la source écrite est qu’une fois que certains documents ou informations ont été écrits, les gens les considèrent comme des faits même s’ils ne sont pas vérifiés par recoupement. Toutes les informations contenues dans les écrits ou les livres ne doivent pas être considérées comme une vérité historique; il pourrait y avoir un peu d’exagération, de partialité ou de préjugé.

iv. Cher

Les documents écrits sont chers. L’écrivain a besoin de matériel comme du papier, un stylo, un livre, un agenda, etc. pour signaler les événements. De plus, avant d’obtenir des documents écrits, ils peuvent avoir à utiliser d’autres sources comme l’archéologie, la linguistique, etc.

v. Difficile à obtenir

Encore une fois, les documents écrits sont difficiles à trouver, en particulier en Afrique où l’art d’écrire a commencé tard. Même en Afrique où ils sont disponibles, ils sont fragmentaires et espacés. Puisque l’écriture a commencé très tardivement en Afrique en dehors de l’Égypte ancienne, les documents écrits sont généralement rares et rares. Cela signifie que l’historien doit s’appuyer davantage sur les sources non documentaires, ce qui rend le travail plus difficile.

vi. Se perdre

Les documents écrits peuvent se perdre, privant ainsi les gens des informations historiques s’ils sont les seules sources d’information.

vii. Analphabétisme

Les sources documentaires sont des documents écrits qui ont été mis par écrit et pour pouvoir lire, il faut être alphabétisé (capable de lire et d’écrire). De nombreux Africains ne savent ni lire ni écrire, ce qui rend les sources écrites de l’histoire africaine déficientes dans la reconstruction de l’histoire africaine.

viii. Consulter des experts

Enfin, pour produire des documents écrits authentiques, les services d’experts dans les autres disciplines comme l’archéologie, la linguistique, etc. sont nécessaires afin d’interpréter correctement les événements historiques.

 

SOURCES NON DOCUMENTAIRES OU NON ÉCRITES DE L’HISTOIRE AFRICAINE

Cela fait référence à des éléments d’information sur des événements passés recueillis à partir de sources historiques autres que des livres et d’autres documents écrits. Ceci explique pourquoi cette section fait référence à des sources non écrites. Des exemples de sources non documentaires sont l’archéologie, la tradition orale, la linguistique, l’ethnographie, les formes d’art / histoire, l’ethnobotanique, l’ethnozoologie, l’ethnomusicologie, la numismatique et la sérologie.

 

LA TRADITION ORALE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

La tradition orale fait référence aux récits des traditions du passé transmises de génération en génération par le bouche à oreille ou par d’autres méthodes. Il est généralement transmis sous la forme d’une histoire, d’une légende, d’une chanson, d’un mythe, de contes populaires, de coutumes ou d’autres formes de musique. Il existe deux formes de traditions orales:

1. Le type de texte fixe

2. Type de texte libre

Le type de texte fixe des traditions orales a un format et un contenu inchangés et doit être mémorisé et transmis de génération en génération. Des exemples de type «texte fixe» sont des mots de musique folklorique, des chants de louange, de la musique de tambour et de la musique pour cor.

Un exemple de musique de tambour est les tambours Mpintin de Denkyira qui rappellent l’hégémonie passée et la richesse de cet état en deux lignes laconiques: ‘kotoko som amponsem’ (le porc-épic c’est-à-dire Asante sert Amponsem-le roi de Denkyira) et ‘Boa Amponsem a odi sika atomprada ‘(le roi Boa Amponsem qui utilise constamment de l’or frais).

De même, la musique du cor d’Abuakwa immortalise la valeur de la reine Dokuaa d’Abuakwa à l’Akatamanso (1826), ils chantent «  Dokua obaa basia a oko oprem ano  » (Dokua la vaillante femme qui s’est battue avant le canon).

Le type de texte libre se compose de récits d’événements habituellement des histoires de selles (dynastiques) et des traditions familiales ou villageoises. Par exemple, certains fonctionnaires des tribunaux peuvent mémoriser certains aspects de l’histoire de l’État et peuvent en raconter d’autres si nécessaire. Certains fonctionnaires de la cour comprennent le linguiste (okyeame), les hérauts de la cour (esen) et les bourreaux (abrafo) dans les États Akan. De même, au Mali, le (griot) et le Togo (evne) ont joué des rôles similaires.

 

MERITES / AVANTAGES / AVANTAGES DE LA TRADITION ORALE EN TANT QUE SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

i. Accès facile

La tradition orale est facilement accessible en ce sens que la collecte d’informations par l’historien n’implique pas beaucoup de travail. Dans chaque communauté, ville ou village en Afrique, on peut trouver des anciens prêts à transmettre les traditions et les événements historiques de la région. L’historien, d’une manière ou d’une autre, n’a besoin de contacter que des informateurs et des répondants bien informés pour obtenir les informations nécessaires.

ii. Principale source d’histoire

En l’absence d’autres sources, la tradition orale devient l’une des seules sources de l’écriture de l’histoire. Dans une situation où il n’y a pas de documents écrits ou d’autres éléments d’information tels que les journaux personnels, les procès-verbaux de réunions, les journaux, etc., l’historien s’appuie souvent dans une large mesure sur les informations fournies par la tradition orale pour compiler ses conclusions.

iii. Aide d’autres sources

La tradition orale en tant que source de l’histoire africaine a contribué à confirmer des faits historiques provenant d’autres sources. Par exemple, il aide l’archéologue à confirmer ses découvertes, jetant ainsi plus de lumière sur les découvertes de l’histoire d’un lieu. Encore une fois, l’archéologue devrait être dirigé par une histoire de la population locale avant d’aller fouiller le site. Par conséquent, sans tradition orale, le travail de l’archéologue devient difficile.

iv. Tendances et événements historiques

La tradition orale aide l’historien à déterminer les tendances et les événements historiques. Grâce à la comparaison de plusieurs traditions orales, l’historien peut éliminer les préjugés, les incohérences ou les inexactitudes dans les documents écrits qu’ils utilisent, pour en sortir avec un récit historique précis du passé.

v. Interprétation des découvertes archéologiques

La tradition orale a également contribué à l’interprétation des données archéologiques extraites du sol. Cela est nécessaire car les objets trouvés sont à la fois anonymes et fragmentaires. Par exemple, si un archéologue a déterré des squelettes humains avec des membres perdus apparemment coupés par des matériaux tranchants, il peut en déduire que le site fouillé était une fosse commune où des personnes décédées après un conflit armé ont été enterrées. Ils peuvent ne pas conclure avec cela, mais plutôt valider leurs preuves en se lançant dans une enquête personnelle, en interrogeant des groupes cibles dans la région. S’ils ont de la chance, ils auraient des informations sur des événements similaires à ce qu’ils ont spéculé.

vi. Préservation de l’histoire

La tradition orale a beaucoup contribué à la reconstruction de l’histoire africaine, car les Africains se sont appuyés sur les traditions orales pour préserver leur histoire pendant des siècles. Elle est encore une fois la seule source vivante de reconstruction historique car elle laisse place à un questionnement et une analyse plus poussés des informations données pour assurer leur validité ou leur véracité.

 

DÉFAUTS / INCONVÉNIENTS / LIMITATIONS / FAIBLESSES / DÉFAUTS DE LA TRADITION ORALE EN TANT QUE SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

i. Pas précis en détail

En premier lieu, la tradition orale n’est pas précise dans le détail. Le narrateur peut donner des informations de manière longue et maladroite sans aucun point précis. Des aspects importants des événements et de leurs séquences sont oubliés au fur et à mesure que les informateurs avancent en âge. Au fur et à mesure que ces histoires sont racontées aux générations suivantes, elles sont remplies de fausses représentations des faits.

ii. Exagérations

La tradition orale est pleine d’exagération, de préjugés et de préjugés. Le narrateur peut ajouter des informations non pertinentes ou laisser de côté des informations qui ne correspondent pas à ses intérêts. Les narrateurs oublient généralement ces aspects de l’histoire, consciemment ou inconsciemment, menant à des informations unilatérales qui ne peuvent pas servir de base solide à l’écriture historique.

iii. Chiffres inexacts

De plus, la tradition orale ne peut être datée avec certitude. Le narrateur peut oublier une partie des événements ou des dates importantes. Les gens ont tendance à perdre la trace des événements sans aucune faute de leur part et oublient donc la date et l’heure auxquelles un événement particulier a eu lieu. Par exemple, les situations où un événement se produit fréquemment, cela apporte de la confusion en termes de détails puisque le narrateur fait beaucoup de conjectures.

iv. Décès des informateurs

Une autre lacune de la tradition orale est que la mort ou la calamité affectant les gens peut entraîner la perte d’un aspect important de la tradition orale puisque seuls les vivants peuvent le dire et non les morts. Pour couronner le tout, si des personnes étaient affectées par une calamité entraînant la perte de vies, y compris les informateurs clés, alors les informations de la zone touchée seraient perdues à jamais.

v. Mélanger les faits

De plus, en utilisant la tradition orale comme principale source de reconstruction de l’histoire africaine, les détails et les séquences d’événements pourraient être oubliés avec le temps puisque l’esprit humain garde l’histoire, on pourrait oublier certains points importants au fil des années.

vi. Difficile à contre-vérifier

En effet, le recoupement devient difficile dans la tradition orale si le narrateur est la seule source d’information. Il est un fait que la tradition orale est plus susceptible de contenir des inexactitudes et des échecs de collaboration, les informations recueillies à partir d’une autre source pourraient produire un travail de mauvaise qualité, d’où la nécessité de recouper et de tester les événements.

vii. Accent sur les personnalités et les événements

La tradition orale a tendance à mettre davantage l’accent sur des personnalités comme les rois, les dirigeants et les dirigeants ainsi que sur des événements comme les guerres et les migrations, au détriment des aspects sociaux et économiques de l’histoire des gens, rendant ainsi l’approche historique quelque peu étroite, aux inconvénients de l’érudition et de la postérité. .

viii. Les traditionnistes oraux sont des hommes, et il y a donc un biais sexiste dans ce qui est rappelé et la façon dont il est rappelé, ce qui peut diminuer le rôle que les femmes ont joué dans le passé africain.

 

L’ARCHÉOLOGIE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

L’archéologie est l’étude de la culture d’un peuple des années passées par la fouille et l’examen des vestiges matériels trouvés. C’est la compréhension des actions humaines dans le passé à travers une étude de ce qu’ils ont fait plutôt que de ce qu’ils ont dit d’eux-mêmes. Là encore, l’archéologie fournit des informations sur la manière dont les sociétés ont adapté leurs modes de vie à leur environnement naturel ou sur la manière dont elles ont modifié leur environnement en fonction de leur mode de vie. Les informations archéologiques sont obtenues par la fouille ou le creusement de sites spécialement choisis.

En Europe, l’archéologie a été une source utile de preuves historiques depuis le 19ème siècle après JC alors qu’en Afrique, elle a été utile dans la reconstruction du passé depuis la seconde moitié du 20ème siècle.

L’archéologue utilise la datation au radio-carbone (datation au carbone 14) pour déterminer l’âge des objets. L’utilisation de cette technique pour examiner le fonctionnement des maisons, des outils et des armes, etc. a énormément contribué à la reconstruction de l’histoire africaine. Parmi les preuves figurent les célèbres œuvres d’art d’Ife en bronze et en poterie, qui ont été portées à la connaissance du monde par des fouilles archéologiques en 1910. Deuxièmement, des sites fouillés à Igbo Ukwu dans le sud d’Enugu-Nigéria ont montré qu’une société très avancée existait dans cette partie du Nigéria au 10ème siècle après JC. Troisièmement, dans la région de Brong-Ahafo du Ghana moderne, les fouilles menées à Begho ont fourni des preuves des industries du cuivre et du fer.

 

AVANTAGES / IMPORTANCE / AVANTAGES / MERITES / FORCES DE L’ARCHÉOLOGIE

i. L’existence de la civilisation il y a longtemps

Les informations archéologiques montrent que les sociétés africaines ont atteint des niveaux élevés de civilisation et de développement à l’époque pré-européenne. Un exemple est le site fouillé à Igbo Ukwu et Ife au Nigeria qui ont révélé des sociétés très avancées où la technologie du bronze et de la poterie était pratiquée.

ii. Contacts commerciaux

L’archéologie aide à révéler le type de contacts commerciaux qui existaient entre les gens dans le passé. Un bon exemple est celui des fouilles menées à Begho dans la région de Brong Ahafo au Ghana, qui ont montré que bien avant l’arrivée des Européens, les Africains étaient en contact avec la Chine, l’Indonésie, l’Arabie et la Phénicie, depuis la porcelaine, les pièces de monnaie, les pipes et des bouteilles de ces zones ont été trouvées.

iii. Révélation de la culture

À travers les études d’archéologie, nous avons une idée de l’organisation politique des personnes, de leurs croyances religieuses / traditionnelles et de leurs activités économiques, etc. Celles-ci se révèlent lorsque les archéologues déterrent des matériaux que les experts les examinent et les relient. Par exemple, si le personnel linguiste d’un chef est retrouvé après des fouilles, on peut le relier à une croyance ou à une autorité religieuse / traditionnelle.

iv. Outils anciens

L’archéologie fournit également des informations sur la manière dont différentes personnes se sont adaptées à leur environnement, par exemple en révélant les outils qu’elles ont fabriqués à des fins diverses.

v. Rendre les autres sources claires

Les archéologues aident à confirmer ce qui peut être connu d’autres sources, par exemple la tradition orale

vi. Principales sources de la préhistoire

L’archéologie a aidé les historiens à écrire l’histoire des temps préhistoriques. Depuis que l’écriture a commencé tardivement dans la plupart des régions du continent, l’archéologie est devenue la principale source d’information pour la reconstruction de l’histoire africaine d’un passé lointain.

vii. Comment vivaient les anciens

Les archéologues ont révélé dans leurs études ce que nos ancêtres ont fait et contribuent ainsi à fournir des preuves utiles sur lesquelles écrire. Grâce à l’archéologie, la culture matérielle des gens dans le passé est connue. Ce n’est que par les fouilles que nous allons connaître le type de bâtiment que les gens ont construit et l’occupation dans laquelle ils se sont engagés. Par exemple, les ruines au Zimbabwe, Kumbi-Saleh (empire de Ghāna) et les pyramides en Égypte.

viii. Origine de l’humanité

Des études archéologiques ont montré que les êtres humains sont originaires d’Afrique. De cette source, il a été prouvé que l’Afrique était la première patrie de l’homme (Homo sapiens). Cela a été prouvé par les fossiles découverts par le Dr et Mme Leakey à Olduvai Gorge dans le nord de la Tanzanie.

ix. Dates des événements

Les études archéologiques nous aident à dater l’événement, par exemple l’utilisation de la datation au carbone 14 ou la datation au carbone radio.

X. Source fiable

Il a été une source fiable d’histoire puisque les artefacts pouvaient être vus et ressentis.

 

DEMERITS / INCONVÉNIENTS / LIMITATIONS DE L’ARCHÉOLOGIE

i. Deviner le travail

En archéologie, on est obligé d’utiliser beaucoup de devinettes dans la reconstruction du passé, conduisant ainsi à des informations inexactes. De plus, l’utilisation de la datation au radiocarbone est toujours des dates approximatives. Les artefacts trouvés sont anonymes et n’ont pas la séquence de la vie quotidienne. Les fabricants et les utilisateurs de ces artefacts ne sont généralement pas connus. Cela incite l’archéologue à faire des suppositions.

ii. Très cher

L’utilisation de l’archéologie comme source d’écriture de l’histoire africaine est coûteuse. Cela coûte cher compte tenu du coût élevé de la main-d’œuvre pour les machines d’excavation, la recherche du site choisi, l’obtention du permis, les dépenses de laboratoire et les outils spéciaux, entre autres. L’utilisation de la datation au carbone radio (carbone 14) pour déterminer l’âge d’une découverte archéologique est très complexe et coûteuse.

iii. Nature du climat / condition climatique

La nature du climat tropical en Afrique rend difficile la préservation des découvertes archéologiques (restes de matériaux) dans le sol. La forêt tropicale humide a des températures et des précipitations élevées qui favorisent la décomposition des restes fossiles ainsi que l’altération chimique. Ces conditions facilitent la dégradation des fossiles et l’altération des roches en laissant peu ou pas de traces de peintures rupestres ou de gravures qui sont des sources d’informations très utiles pour les historiens dans leur tentative de reconstituer le passé africain.

iv. Conservation accidentelle

L’une des principales limites de l’archéologie est que les moyens par lesquels les informations sont conservées ne sont pas délibérés, de sorte que la plupart des découvertes découvertes lors des fouilles sont accidentelles. Avec cela, nous avons l’intuition d’acquérir des connaissances, mais nous serions d’abord en même temps des «jeux de hasard».

v. Vue non exhaustive

Les découvertes archéologiques ne sont pas en mesure de fournir une vue et une analyse complètes du passé car elles ne renseignent pas sur les aspects idéologiques et sociologiques de la vie. Tous ces facteurs limitent la portée des informations dont dispose l’historien.

vi. Informations irrégulières

Les informations dérivées de l’archéologie sont souvent irrégulières car les informations sont généralement obtenues en fonction des matériaux trouvés.

vii. Difficile à interpréter

L’archéologie a malheureusement besoin de la connaissance de nombreuses disciplines pour interpréter l’information. Par exemple, la chimie, la botanique, la géologie, l’art, l’histoire, etc. Autrement dit, il n’est pas facile de trouver une personne ayant des connaissances sur ces disciplines, ce qui rend l’interprétation difficile.

viii. Dépendre d’autres sources

L’archéologie s’appuie sur les informations fournies par la tradition orale et les sources écrites. Dans la plupart des cas, les archéologues doivent recevoir des informations sur un site ou lire un livre sur un site avant que les fouilles puissent avoir lieu. Sans recevoir d’informations de la population locale sur un site de ruines, l’écriture de l’histoire africaine devient difficile car l’archéologue peut être handicapé.

 

LA LINGUSITIQUE COMME SOURCE D’ÉCRITURE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

La linguistique est l’étude scientifique de l’origine, de la structure et des changements d’une langue qui se produisent dans les langues sur une période de temps. Les langues changent de vocabulaire et de grammaire au fil du temps. De tels changements peuvent informer l’historien de l’adoption de nouvelles idées par les gens. Certaines langues, lorsqu’elles sont étudiées étroitement, se rapportent à l’autre (Ga et Adangbe; Wali et Dagari; Ewe et Fon; Fante et Bono; et Dagomba et Mossi etc.). On pourrait projeter que ces langues se sont peut-être développées à partir d’une seule langue parentale. L’étude comparative de ces langues apparentées peut fournir des informations utiles.

 

MERITES / AVANTAGES DE LA LINGUISTIQUE

L’étude linguistique présente plusieurs avantages et une importance dans la reconstruction de l’histoire africaine.

i. Origine du groupe ethnique

La linguistique nous aide à retracer l’origine des personnes et le peuplement des lieux, par exemple la brebis, l’akan, les bantous, etc. Des études menées par un linguiste JHGreenberg sur l’origine des bantous et d’autres langues ouest-africaines ont aidé à conclure que les locuteurs bantous d’alors dispersés dans toute l’Afrique orientale et australe proviennent de la région frontalière entre le Nigéria et le Cameroun.

ii. Confirmation d’origine

Les études linguistiques peuvent aider à confirmer ou à remettre en question les histoires d’origine, par exemple la brebis par rapport aux histoires d’origine ga de l’est du Ghana. En reconstituant l’histoire de l’Afrique, la linguistique a confirmé les faits établis selon lesquels les brebis ont autrefois séjourné avec les Yoruba à Ketu, au Bénin et au Togo avant de s’installer au Ghana. Cela peut être trouvé dans la langue des locuteurs de Ewe dans les pays d’Afrique de l’Ouest.

iii. Identification des groupes ethniques

La linguistique aide à identifier les personnes dans des groupes ethniques, par exemple Ewe, Akan, Ga-Adange, etc. En effet, la langue joue un rôle très important dans l’identification d’un groupe de personnes. Par exemple, ce sont les Ewe qui parlent la langue Ewe; aussi Twi est parlé par les Asantes.

iv. Emprunt de mots

La linguistique aide encore une fois à mettre en lumière les relations qui ont existé entre les peuples. Par exemple, l’existence de mots communs indiquerait des échanges entre des personnes autrement non liées. En outre, les mots Akan pour les affaires politiques et autres en langue Ga, et les mots d’origine mandé en twi et dans d’autres langues d’Afrique de l’Ouest, sont un bon exemple. Influence étrangère

De plus, la linguistique nous éclaire sur les influences qui sont venues aux gens de l’extérieur, par exemple l’existence de mots portugais dans les langues ghanéennes comme paano (pain), bokiti (seau), asopatre (pantoufles), krataa (papier) et prete (assiette) .

vi. Nouvelles idées

La linguistique nous aide à montrer l’adoption de nouvelles idées par des personnes avec des changements de vocabulaire et de grammaire. Les changements qui se produisent dans les langues peuvent être étudiés pour savoir s’il y a eu adoption de nouvelles idées et développements historiques généraux. Exemple, des mots Akan en langue Ga comme ‘anokwaley’, ‘abotaley’ etc.

vii. Émergence de la même source

Les études linguistiques des langues bantoue et ouest-africaine ont établi que les ancêtres des locuteurs bantous modernes étaient originaires de la zone frontalière entre le Nigéria et le Cameroun. L’étude des langues apparentées peut montrer qu’elles sont issues de la même source, probablement une proto-langue appelée «Kwa».

viii. Langues apparentées

Par l’étude de la linguistique, les historiens peuvent établir si les locuteurs de langues étroitement liées ont une racine commune, par exemple Ga et Adangbe, Wali et Dagari; Ewe et Fon; Fante et Bono; et Dagomba et Mossi. Le professeur Abena Dolphyne de l’Université du Ghana a étudié les langues Akan des Asante, Fante et Bono. Elle a conclu que la langue Bono est plus liée à la langue Fante qu’à aucun des deux de la langue Asante. Ceci est confirmé par la tradition orale des Fante selon laquelle ils sont restés à Takyiman avant de déménager dans leur maison actuelle.

 

DEMERTIS / LIMITES DE LA LINGUISTIQUE

i. Difficile à étudier

Il est difficile d’étudier et d’analyser une langue particulière si le chercheur n’en a pas une connaissance préalable. La linguistique est une étude si complexe qu’il y a très peu d’unanimité ou d’accord parmi les linguistes eux-mêmes sur leurs conclusions.

ii. Les changements peuvent ne pas aider

La linguistique ne peut pas indiquer clairement les changements de langue sur une période de temps. Cela peut conduire à une fausse représentation, à une perte ou à une distorsion de la réalité dans l’histoire, rendant ainsi très difficile la connaissance des véritables origines ou des événements nécessaires à l’écrivain.

iii. Moins développé en Afrique

La linguistique n’a pas réussi à reconstruire l’histoire africaine, car en tant que discipline, elle est moins développée en Afrique. Par conséquent, il ne contribue pas beaucoup, comme les autres sources, à l’écriture de l’histoire africaine, même si ces derniers temps, des linguistes aux États-Unis et ailleurs font des recherches sur l’histoire de l’Afrique.

iv. Fiez-vous à d’autres sources

Linguistique dans la plupart des cas, l’historien doit largement s’appuyer sur les autres sources pour la validation et la collaboration des informations obtenues.

v. Coïncidence dans l’utilisation des mots

Certaines conclusions tirées par des linguistes sur la base de similitudes de mots peuvent être une pure coïncidence. Dans de tels cas, trouver des preuves concluantes reste difficile.

 

ETHNOGRAPHIE / ETHNOLOGIE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

L’ethnographie est l’étude des institutions sociales actuelles ainsi que de l’artisanat et des compétences artistiques des gens. Un exemple est la collaboration de festivals, le processus de fabrication de poterie, de perles, de tissage, de construction, etc.

 

AVANTAGES / IMPORTANCE DE L’ETHNOGRAPHIE

i. Comprendre la technologie actuelle

Les conclusions tirées de l’étude et de l’examen de ces institutions et artefacts lors de l’examen de ces institutions et artefacts sous leur forme actuelle aident à comprendre et à expliquer pleinement l’influence du passé sur la formation des compétences / techniques actuelles.

ii. Comprendre le passé

Les conclusions tirées de l’étude et de l’examen de ces institutions et artefacts lors de l’examen de ces institutions et artefacts sous leur forme actuelle aident à comprendre et à expliquer pleinement le passé.

iii. Festivals d’étude

L’ethnographie offre une occasion utile d’étudier les rituels et les festivals africains qui sont principalement des reconstitutions d’événements historiques (par exemple, la performance des guerriers pendant le festival Egungun des Yoruba). Aussi, si la performance de l’Alaketu (souverain de Ketu) lors de son installation démontre un play-back des expériences du premier Alaketu dans l’établissement de l’état de Ketu. De même, parmi les brebis, le festival Hogbetsotso est célébré chaque année pour commémorer leur exode et leur libération du règne tyrannique de Togbui Agorkoli I de Notsie.

 

DÉMÉRITES DE L’ETHNOGRAPHIE

i. Pas facile d’obtenir des significations

L’un des défauts de l’ethnographie est que l’étude de l’institution sociale actuelle ne donne pas la signification exacte de certaines pratiques traditionnelles. La modernisation et l’occidentalisation rapides de nos valeurs traditionnelles ont peut-être balayé certains aspects importants de notre patrimoine culturel.

ii. Retracer l’ascendance

Les Africains sont capables grâce à l’ethnographie de retracer leur ascendance ou d’enregistrer des événements importants comme Homowo, Hogbetsotso, Egungun festival.

iii. Influence des religions

L’introduction du christianisme et de l’islam dans la société traditionnelle africaine a réduit la concentration dans la célébration des fêtes et des rites traditionnels. Au lieu de cela, il y a plus de célébration de Noël, Pâques, Eid-il-fitr entre autres

 

LA NUMISMATIQUE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

La numismatique est l’étude des pièces de monnaie. Cette étude nous aide à savoir où les pièces ont été frappées et trouvées.

i. Économie avancée

Les études numismatiques ont prouvé que les Africains avaient une économie avancée dans la frappe des pièces de monnaie. La numismatique met en lumière les contacts commerciaux entre les personnes. Par exemple, la découverte de 240 pièces à Kilwa sur la côte est-africaine montre qu’à partir du 13ème siècle après JC, les sultans de Kilwa avaient leur propre monnaie.

ii. Date précise

Numismatic donne des dates, des noms, des lieux et des événements précis. Par exemple, la liste des rois de Kilwa est apparue lorsque les 240 pièces ont été découvertes. Il montrait les sultans de la côte swahili.

iii. Fiable

Les pièces découvertes peuvent être vues, ressenties ou touchées, rendent l’histoire vivante, plus intéressante ou plus fiable.

iv. Haut niveau de civilisation

La numismatique montre le niveau de civilisation aux gens en utilisant des pièces de monnaie. Par exemple, au 13ème siècle après JC, les sultans de la côte est-africaine avaient leur propre monnaie pour produire leurs pièces à des fins commerciales et autres. En outre, les poids en or représentaient le moyen de déterminer les quantités d’or dans la société Akan où la poussière d’or était la monnaie normale. La valeur de l’or à utiliser dans une transaction monétaire a été évaluée par des pondérations.

v. Domination politique

La numismatique montre la domination politique dans les sociétés utilisant des pièces de monnaie. Pendant la domination coloniale, la monnaie du Ghana avait la figure et le nom de la couronne britannique.

vi. Conservation pendant de plus longues périodes.

Numismatique contrairement aux autres artefacts, une pièce de monnaie peut être conservée pendant une période relativement plus longue.

vii. Liens commerciaux

Grâce aux activités de numismatique, on sait que dès les IXe et Xe siècles après JC, les peuples d’Afrique de l’Est et de Chine avaient établi des liens commerciaux.

 

DEMERITS DE LA NUMISMATIQUE

i. Donne des informations limitées

La numismatique donne des informations limitées dans l’histoire qu’elle raconte. Il ne peut identifier qu’une classe dirigeante de la société engagée dans une activité commerciale qui a utilisé la pièce. Cela rend la numismatique handicapée pour retracer les autres aspects de la vie culturelle des sociétés utilisatrices.

ii. Fiez-vous à d’autres sources

Sans la consultation d’autres sources comme l’archéologie et la tradition orale, la numismatique peut d’une manière ou d’une autre être impuissante à révéler toute l’histoire culturelle d’une société. C’est aussi parce que toutes les sociétés préhistoriques n’ont pas frappé et utilisé des pièces de monnaie.

 

ETHNOBOTANIE ET ​​ETHNOZOOLOGIE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

L’ethnobotanique est l’étude scientifique d’anciens vestiges de plantes que l’on appelle flore. L’ethnozoologie est l’étude scientifique des restes d’animaux du passé appelés faune. Ces études permettent de retracer l’origine des plantes et des animaux dont nos ancêtres se nourrissaient et exploitaient autrefois. C’est grâce à ces études que les cultures sont classées comme indigènes et non indigènes.

 

AVANTAGES DE L’ETHNOBOTANIE ET ​​DE L’ETHNOZOOLOGIE

i. Progrès dans l’agriculture

Grâce à l’étude de l’ethnobotanique, il a été établi que les Africains étaient avancés dans l’agriculture. Par exemple, l’ethnobotanique a révélé que le (Dahomey Gap) au Bénin moderne dans la ceinture forestière côtière ouest-africaine est le berceau de la culture de l’igname. De plus, des animaux comme la chèvre naine d’Afrique de l’Ouest, les porcs, le bétail, les chiens, les chats et les pintades sont tous indigènes en Afrique.

ii. Contacts de personnes

L’ethnobotanique montre les interrelations ou les contacts entre les peuples et la présence de certaines cultures et fruits comme la goyave, la mandarine, la mangue, l’avocat, la poire et l’ananas sont connus pour avoir des origines européennes. Il a été observé que les Bantous avaient longtemps compté sur la banane comme source de nourriture et, par conséquent, il a été suggéré que la propagation de la banane vers d’autres parties de l’Afrique dépendait dans une large mesure de la migration des Bantous.

iii. Détermine l’établissement des personnes

L’ethnobotanique et l’ethnozoologie aident à localiser l’installation des personnes. Certaines plantes et certains animaux déterminent l’établissement de personnes depuis que génération après génération les ont utilisés comme aliments de base et régimes alimentaires.

iv. Événements de rencontres

L’étude de l’ethnobotanique et de l’ethnozoologie a aidé à dater les événements de la société.

v. Datation des cernes

L’ethnobotanique a aidé les historiens grâce à l’utilisation de la méthode de datation des cernes. C’est la méthode utilisée pour dater les morceaux de bois trouvés dans les fouilles afin de déterminer l’âge de leur utilisation.

 

DEMERITS D’ETHNOBOTANIE ET ​​D’ETHNOZOOLOGIE

i. Inexactitude des prévisions

Les informations sur les cultures et les animaux indigènes ou non indigènes peuvent ne pas être exactes. Cela est dû au fait que les conditions météorologiques et climatiques ainsi que la durée de la récolte dans une zone particulière peuvent être si longues qu’il y a une probabilité de prédiction inexacte.

ii. Généralisations

Un problème remarquable associé à l’ethnobotanique est la généralisation. Par exemple, il est établi que Tetteh Quarshie a apporté du cacao au Ghana depuis Fernando Po, mais une autre source prétend que les missionnaires de Bâle ont apporté du cacao du Surinam avant Tetteh Quarshie. Il sera incorrect de généraliser que le cacao est venu au Ghana de Fernando Po ou du Surinam parce que les conditions climatiques dans ces endroits sont les mêmes.

iii. Dépendez des autres sources

L’ethnobotaniste doit travailler en conjonction avec d’autres sources d’écriture de l’histoire africaine avant de pouvoir établir la validité ou non de leur découverte. Sans cette approche interdisciplinaire, l’ethnobotanique sera impuissante.

 

 

L’ETHNOMUSICOLOGIE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

L’ethnomusicologie est l’étude scientifique de la musique (musicologie) qui se concentre sur l’étude des formes musicales dans leur perspective culturelle. Il traite du rôle de la musique dans l’histoire culturelle d’un groupe de personnes et de la manière dont les structures formelles de la musique évoluent dans différents contextes historiques.

i. Confirmation des événements

L’ethnomusicologie confirme et soutient les événements de l’histoire. La plupart des chansons folkloriques et des formes musicales anciennes font généralement référence à des événements socio-économiques importants et à des événements politiques dans la vie des personnes qui les ont composées et chantées. Par exemple, les chansons Asafo des Fante font référence aux exploits de leurs trois seigneurs de guerre, dont Obunumakoma, Odapagyan et Oson. En outre, le rôle de la guerrière Akyem Abuakwa, la reine-mère Dokuah, dans la femme courageuse qui se bat avec l’arme. Ceci décrit la contribution de Dokuah à l’État d’Akyem Abuakwa. De même, chez les peuples mandé, l’épopée de Sunjata Keita raconte la formation de l’empire du Mali.

ii. Magasin d’informations

C’est aussi un réservoir d’informations historiques sous forme de tambours, de cor, de musique, de chants et de louanges. Par exemple, pendant le festival de Damba des Dagombas, ils jouent de la batterie qui transmettent des messages sur Toharjie – le grand guerrier qui les a conduits dans leurs colonies actuelles. Les tambours sont l’un des grands livres vivants de l’Afrique.

iii. Des changements se produisent dans la musique

L’étude des changements qui se produisent dans les formes musicales des gens sur une période de temps est également une autre source d’histoire, par exemple, une étude des chants religieux du Ga a révélé que la musique ainsi que la chanson appartiennent à un groupe ethnique différent. Cela confirme l’affirmation de la tradition orale guanique selon laquelle ils occupaient les hauts plateaux de l’État de Ga avant l’arrivée du Ga. De plus, le changement des instruments de musique africains dans le Nouveau Monde a donné beaucoup d’informations sur l’histoire de la diaspora.

 

DEMERITS DE L’ETHNOMUSICOLOGIE

i. Authenticité des paroles

L’un des défauts majeurs de l’ethnomusicologie est l’authenticité du texte ou des paroles véhiculés par la chanson.

ii. Difficile de retracer les origines des chansons

Une autre lacune de l’ethnomusicologie est qu’aucune culture africaine n’a jamais développé de système de notation pour son organisation du son musical culturellement défini. Cela implique qu’il y a peu d’espoir d’entendre de la musique africaine avec une précision quelconque pour retracer le son réel de la musique à une profondeur de temps substantielle.

 

ARTS FORMES / HISTOIRE DES ARTS COMME FORME D’HISTOIRE AFRICAINE.

L’histoire de l’art est l’étude des formes d’art telles que les gravures, les peintures, les sculptures et la sculpture sur la surface de la pierre, les tombes, les dalles ou les murs des grottes, des palais et des sanctuaires.

 

AVANTAGES DE L’HISTOIRE DE L’ART

i. Activités des êtres humains

Les formes artistiques ou l’histoire aident à découvrir les activités économiques, les croyances religieuses, la culture et le pouvoir politique d’un groupe de personnes dans le passé. Par exemple, les œuvres d’art trouvées dans les grottes du Tassili suggèrent que les zones sèches de l’Afrique du Nord n’ont peut-être pas été aussi sèches dans le passé qu’elles le sont aujourd’hui.

ii. Habitudes alimentaires

Les peintures de cultures vivrières trouvées dans les tombes du Sahara donnent l’impression que les premiers habitants de cette région auraient pu compter sur les céréales comme source de nourriture. Cela aide les historiens à connaître et à déterminer les habitudes alimentaires et les occupations des premiers habitants des régions sahariennes.

iii. La vie au Sahara

Une autre peinture trouvée dans les roches du Sahara aurait pu montrer que le Sahara avait à un moment donné abrité des animaux aquatiques. Cela a donné l’impression que le Sahara n’a toujours pas été aussi sec qu’aujourd’hui.

 

DÉMERITS DE L’HISTOIRE DES ARTS

i. Difficile à obtenir

Les peintures rupestres propres aux formes d’art ne sont pas courantes sur le continent africain, en particulier en Afrique subsaharienne. Cela est dû au fait que la peinture était limitée aux surfaces périssables telles que les textiles, le bois, les murs des maisons, entre autres, et ne pouvaient donc pas survivre aux conditions climatiques très humides de l’environnement.

ii. Dépendre d’autres sources

L’historien de l’art rencontre le problème de la datation de sa découverte artistique. D’ailleurs, ils recourent à l’archéologue pour dater des choses telles que l’art préhistorique.

 

LA SÉROLOGIE COMME SOURCE DE L’HISTOIRE AFRICAINE

La sérologie est la branche de la médecine concernée par l’étude des groupes sanguins. Il traite des composants du sérum sanguin qui protègent le sang contre les maladies.

 

AVANTAGES DE LA SÉROLOGIE

i. La composition du sang humain varie d’une personne à l’autre en ce sens que certains gènes présents chez certaines personnes chez certaines personnes sont absents chez d’autres. Pour cette question, les gens peuvent être classés en fonction de leurs groupes sanguins. Il est donc possible qu’une connaissance adéquate d’un groupe sanguin prédominant dans une autre région ou région permette d’établir une sorte d’hypothèse selon laquelle les habitants de la région A doivent avoir fait partie de la région B.

ii. Appartenant à une source

Les études sur la fréquence de la drépanocytose devraient être en mesure de donner l’indice que les gens appartiennent à une source particulière. Un très bon exemple de la façon dont les études sur la fréquence de la drépanocytose peuvent aider la recherche historique pourrait être trouvé sur la côte du vent au Libéria. Dans cette région, le peuple Kru est presque dépourvu du trait drépanocytaire. Pourtant, c’est très fréquent chez les voisins. Cela confirme le fait que les Kru ont été une communauté proche qui ne s’est pas mariée avec leurs voisins.

 

MÉTHODES UTILISÉES POUR LA COLLECTE / COLLECTE D’INFORMATIONS POUR LA RÉDACTION DE L’HISTOIRE AFRICAINE

Pour collecter des données pour la reconstruction de l’histoire africaine, l’historien ne doit pas s’appuyer uniquement sur des sources écrites ou non documentaires mais plutôt les méthodes suivantes doivent être employées pour vérifier les biais, les préjugés et les exagérations.

i. Enquête personnelle et entretien

Une méthode de collecte d’informations à partir de sources non documentaires de l’histoire africaine consiste à interroger des personnes bien informées sur la culture d’une communauté particulière. Cela veut dire que l’historien doit interroger des personnes sur les informations du passé telles que des témoins oculaires ou des historiens traditionnels comme des linguistes de cour, des fonctionnaires plus âgés et des personnes âgées. L’historien peut enregistrer ces entretiens et ensuite jouer, rédiger et analyser les informations données.

ii. Approche interdisciplinaire

Une autre méthode de collecte d’informations sur l’histoire africaine est l’approche interdisciplinaire. La coopération avec des universitaires dans d’autres domaines de la connaissance donne des informations sur l’histoire de l’Afrique. L’historien doit coopérer avec des spécialistes comme les linguistes, les archéologues, les botanistes, les ethnographes entre autres pour obtenir des matériaux qui peuvent être utilisés pour reconstruire l’histoire africaine. Le chercheur collabore avec ces chercheurs pour recueillir des informations importantes afin de tirer des conclusions valables.

Révision

En écrivant l’histoire de l’Afrique, on peut utiliser la méthode d’examen pour obtenir des informations en examinant les sources écrites telles que les livres, les journaux, les revues, les émissions, les journaux intimes, les manifestes et les lettres privées, entre autres, en examinant la recherche à travers des sources écrites à la fois primaires et secondaires. pour les informations qu’ils examinent et contre-vérifient. Même si ces documents écrits présentent des lacunes et des insuffisances, ils peuvent être examinés par l’historien pour garantir une image fidèle du passé. Cela aide à produire une histoire impartiale qui est étayée par des preuves.

Questionnaire

Pour obtenir les meilleurs résultats de collecte de données pour l’écriture de l’histoire africaine, il faut utiliser un questionnaire soigneusement rédigé qui doit couvrir les aspects politiques, économiques, sociaux, religieux et technologiques. Dans cette situation, une série de questions bien structurées sont adressées aux personnes qui connaissent le passé pour solliciter des informations. Les réponses à ces questions sont rassemblées et analysées par l’historien afin de tirer une conclusion raisonnable.

Observation personnelle et registres

Grâce à l’observation personnelle en visitant des lieux d’importance historique comme les sites d’esclaves, les châteaux, les forts, etc. et en enregistrant personnellement des événements tels que les festivals, les funérailles et autres, des découvertes importantes peuvent aboutir à la collecte de données pour l’écriture de l’histoire africaine. Ces détails sont nécessaires car ils constituent des informations de première main car les événements se sont déroulés sous leurs propres yeux, c’est-à-dire le récit de témoins oculaires. Ces récits peuvent être comparés et des questions sont posées à leur sujet pour avoir une vision fiable de ce qui s’est réellement passé dans le passé.

Fiabilité des sources pour l’étude de l’histoire africaine

Malgré le fait que les sources écrites et non écrites de l’histoire africaine présentent des lacunes, nous pouvons toujours les décrire comme suffisamment fiables, puisque le travail d’un historien est basé sur des méthodes historiques où ils utilisent des méthodes scientifiques pour tirer des conclusions. Les archives écrites de l’histoire ont un haut niveau de précision et très fiable. Toutes les sources documentaires, par exemple les journaux, les lettres personnelles, les journaux intimes, les journaux, les manifestes, etc. peuvent être examinées et vérifiées par recoupement pour une évaluation juste du passé. Ce processus aide à se débarrasser des préjugés, des préjugés pour assurer la véracité. En mettant les documents écrits côte à côte avec d’autres formes de preuves, l’historien peut établir une conclusion objective.

La fiabilité des sources non écrites de l’histoire ne peut être sous-estimée puisqu’elles impliquent toutes des méthodes scientifiques dans la réalisation des recherches. Par exemple, la linguiste ghanéenne, le professeur Abena Dolphyne, a entrepris une recherche sur les populations Bono, Asante et Fante et est arrivée à une conclusion importante. Elle a découvert que la langue Asante est moins liée au Fante. En outre, l’archéologie qui est notre principale source d’information sur l’histoire de l’Afrique utilise des méthodes scientifiques telles que la reconnaissance, la stratification, les méthodes de datation au radiocarbone et au potassium-argon et l’analyse des données. Ces méthodes aident les archéologues à parvenir à des conclusions précises et fiables importantes pour l’écriture historique. La reconnaissance implique le processus de découverte des sites et de les tracer pour creuser.

Cependant, l’archéologie en tant que source non documentaire de l’histoire africaine présente quelques défauts. C’est un fait regrettable qu’il n’y ait pas de système conscient de préservation des connaissances archéologiques. D’ailleurs, ce que les archéologues découvrent peut être une préservation accidentelle. Dans ce cas, on se lance dans des fouilles archéologiques avec l’idée d’acquérir des connaissances mais en s’appuyant sur le hasard sinon la chance. Encore une fois, les vestiges archéologiques sont soumis à l’usure, aux intempéries et à la défiguration et sont donc susceptibles de présenter des difficultés dans la tentative des historiens d’en tirer des informations très fiables. Le procédé de datation au radiocarbone est très coûteux et cela constitue un frein à une recherche efficace.

De plus, la tradition orale est pleine d’exagération sur l’établissement d’informations adaptées à l’intérêt du narrateur. Souvent, ils ont tendance à présenter l’histoire d’une manière qui non seulement exclurait des parties qui ne répondent pas à leur intérêt, mais pire encore, il pourrait ne pas être en mesure de donner des détails spécifiques en raison d’une véritable perte de mémoire. Encore une fois, la tradition orale a tendance à mettre tellement l’accent sur les personnalités et les événements comme les guerres, tout en minimisant les aspects sociaux et économiques du passé. Avec cela, l’information devient très rare au détriment de l’érudition et de la postérité.

En conclusion, nous pouvons en déduire que les preuves documentaires et non documentaires doivent être utilisées pour se compléter dans l’écriture de l’histoire africaine. Puisque les deux sont l’œuvre d’êtres humains, l’un ne peut être plus fiable que l’autre car les gens ont tendance à être subjectifs, biaisés et impressionnistes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *