Infections des voies urinaires : Causes, symptômes, traitements et prévention

Le tractus urinaire (système urinaire) composé des reins, de la vessie et des tubes qui vont et viennent à partir de ces organes (les uretères et l’urètre) produit de l’urine et l’élimine du corps.
D’abord, les reins produisent de l’urine tout en filtrant les déchets du sang. L’urine se déplace des reins à la vessie pour le stockage à travers deux tubes appelés uretères. La vessie en forme de ballon se vide en poussant l’urine à travers un tube au fond de la vessie appelé l’urètre. L’urine sort du corps en passant par l’orifice urinaire.

La santé des voies urinaires se réfère à la façon dont le système fonctionne pour éliminer les déchets, produire et contrôler l’urine, ainsi que tous les troubles ou problèmes qui pourraient survenir dans le tractus urinaire. Ces problèmes peuvent affecter le tractus dans son ensemble, ou seulement certaines parties du tractus urinaire, telles que la vessie.
Les infections des voies urinaires (IVU) sont le deuxième type d’infection le plus courant dans le corps.
Une infection des voies urinaires (IVU) est une infection dans n’importe quelle partie du système urinaire – les reins, les uretères, la vessie et l’urètre. La plupart des infections touchent les voies urinaires inférieures – la vessie et l’urètre.

Les femmes sont plus à risque de développer une infection urinaire que les hommes. L’infection limitée à la vessie peut être douloureuse et gênante. Cependant, des conséquences graves peuvent survenir si une infection urinaire se propage jusqu’aux reins.

Symptômes

Les infections des voies urinaires ne causent pas toujours des signes et des symptômes, mais quand ils le font, ils peuvent inclure:
– Douleur ou brûlure quand on urine
– Fièvre, fatigue ou tremblements
– Une envie d’uriner souvent
– Pression dans le bas de votre ventre
– Urine qui sent mauvais ou qui a l’air trouble ou rougeâtre
– Douleur dans le dos ou le côté sous les côtes

Causes

Les infections des voies urinaires se produisent généralement lorsque les bactéries pénètrent dans les voies urinaires par l’urètre et commencent à se multiplier dans la vessie. Bien que le système urinaire soit conçu pour empêcher de tels envahisseurs microscopiques, ces défenses échouent parfois. Lorsque cela se produit, les bactéries peuvent s’installer et se transformer en une infection à part entière dans les voies urinaires.
Les infections urinaires les plus courantes se produisent principalement chez les femmes et affectent la vessie et l’urètre.

Infection de la vessie (cystite). Ce type d’infection urinaire est généralement causé par Escherichia coli (E. coli), un type de bactérie communément trouvé dans le tractus gastro-intestinal (GI). Cependant, parfois d’autres bactéries sont responsables.

Facteurs de risque

Les infections des voies urinaires sont fréquentes chez les femmes et beaucoup de femmes subissent plus d’une infection au cours de leur vie. Les facteurs de risque spécifiques aux femmes pour les infections urinaires comprennent:
– Anatomie féminine :
Une femme a un urètre plus court qu’un homme, ce qui raccourcit la distance que les bactéries doivent parcourir pour atteindre la vessie.
– Rapport non protégés :
Les femmes qui ont plusieurs partenaires et qui ont recours a des rapports non protégés ont plus de risque de développer une infection urinaire.
– Certains types de contrôle des naissances :
Les femmes qui utilisent des diaphragmes pour le contrôle des naissances peuvent être plus à risque, ainsi que les femmes qui utilisent des spermicides.
– Ménopause.
Après la ménopause, une diminution de l’œstrogène circulant provoque des changements dans les voies urinaires qui rendent les femmes plus vulnérables à l’infection.
Les autres facteurs de risque pour les infections urinaires comprennent:
– Anomalies du tractus urinaire :
Les bébés nés avec des anomalies du tractus urinaire qui ne permettent pas à l’urine de quitter le corps normalement ou de faire remonter l’urine dans l’urètre ont un risque accru d’infections urinaires.
– Blocages dans les voies urinaires :
Les calculs rénaux ou une hypertrophie de la prostate peuvent piéger l’urine dans la vessie et augmenter le risque d’infections urinaires.
– Un système immunitaire affaibli :
Le diabète et d’autres maladies qui nuisent au système immunitaire – la défense du corps contre les germes – peuvent augmenter le risque d’infections urinaires.
– Utilisation du cathéter :
Les personnes qui ne peuvent pas uriner seules et utiliser un cathéter pour uriner ont un risque accru d’IVU. Cela peut inclure les personnes hospitalisées, les personnes ayant des problèmes neurologiques qui rendent difficile le contrôle de leur capacité à uriner et les personnes paralysées.
– Intervention récente sur l’appareil urinaire :
La chirurgie urinaire ou un examen des voies urinaires impliquant des instruments médicaux peuvent augmenter le risque de développer une infection des voies urinaires.

Complications

Lorsqu’elles sont traitées rapidement et correctement, les infections des voies urinaires basses entraînent rarement des complications. Mais non traitée, une infection des voies urinaires peut avoir de graves conséquences. Les complications d’une infection urinaire peuvent inclure:
– Infections récurrentes, en particulier chez les femmes qui éprouvent deux ou plusieurs infections urinaires dans une période de six mois ou quatre ou plus dans l’année.
– Dommages rénaux permanents dus à une infection rénale aiguë ou chronique (pyélonéphrite) due à une infection urinaire non traitée.
– Risque accru chez les femmes enceintes d’avoir un bébé prématuré ou avec un poids insuffisant à la naissance.
– Chez les hommes, il peut avoir un rétrécissement urétral (sténose), de l’urétrite récurrente ou la septicémie.

Traitement

Les médecins traitent généralement les infections des voies urinaires avec des antibiotiques. Mais vous pouvez prendre des mesures pour réduire vos chances d’obtenir une infection urinaire en premier lieu.

Prévention

On peut prendre ces mesures pour réduire votre risque d’infections des voies urinaires:
– Boire beaucoup de liquides, en particulier de l’eau. L’eau potable aide à diluer l’urine et fait en sorte qu’on urine plus fréquemment, ce qui permet de chasser les bactéries du système urinaire avant qu’une infection puisse commencer.
– Boire du jus de canneberge. Bien que les études ne soient pas concluantes que le jus de canneberge prévient les infections urinaires, il n’est probablement pas nocif.
– Essuyez d’avant en arrière. Le faire après avoir uriné et après une selle aide à empêcher les bactéries dans la région anale de se répandre dans l’urètre.
– Videz la vessie peu de temps après une partie de jambes en l’air.

Voir aussi:
Cystite


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *