Journée du souvenir dédiée à toutes les victimes de la guerre chimique

La Journée du souvenir pour toutes les victimes de la guerre chimique est un événement annuel tenu le 29 avril en hommage aux victimes de la guerre chimique, ainsi que pour réaffirmer l’engagement de l’Organisation pour l’interdiction des armes chimiques (OIAC) envers les victimes. l’élimination de la menace des armes chimiques, promouvant ainsi les objectifs de paix, de sécurité et de multilatéralisme.  » Il est officiellement reconnu par les Nations Unies (ONU) et a été célébré depuis 2005. En 2013,  Ban Ki-moon, a prononcé un discours dans lequel il a déclaré:

« En ce jour du Souvenir, j’exhorte la communauté internationale à redoubler d’efforts pour débarrasser le monde des armes chimiques, ainsi que de toutes les autres armes de destruction massive. Travaillons ensemble pour rassembler tous les États dans le cadre de la Convention et promouvoir sa pleine mise en œuvre. C’est ainsi que nous pouvons mieux honorer les victimes passées et libérer les générations futures de la menace des armes chimiques. »

Histoire

Le 11 novembre 2005, lors du dernier jour de la dixième session de la Conférence des États membres des Nations Unies, les membres de l’ONU ont officiellement reconnu la Journée du souvenir dédiée à toutes les victimes de la guerre chimique, suite à une suggestion de Rogelio Pfirter, Directeur général du Secrétariat. En outre, la proposition de Pfirter d’ériger un monument à la Haye commémorant toutes les victimes de la guerre chimique a été approuvée. Le 29 avril a été choisi comme date de célébration car la Convention sur les armes chimiques est entrée en vigueur ce jour-là en 1997.

Bien que la majorité du monde ait abandonné ou détruit ses stocks d’armes chimiques en 2013, plusieurs pays ne l’ont pas encore fait. Cinq d’entre eux, l’Angola, la Birmanie, l’Égypte, Israël et la Corée du Nord, n’ont pas ratifié la Convention et sont soupçonnés de posséder des armes chimiques. La Syrie est également connue pour posséder un stock important et  Ban Ki-moon l’a noté dans son discours de 2013, condamnant la nation pour son prétendue exploitation d’armes chimiques dans sa guerre civile. Le 14 septembre 2013, les États-Unis et la Russie ont annoncé à Genève qu’ils avaient conclu un accord en vertu duquel la Syrie ratifierait le traité et renoncerait à ses armes chimiques. Le gouvernement syrien a coopéré et en novembre 2013, tous les sites d’armes chimiques publiquement déclarés de la Syrie, à l’exception d’un seul, ont reçu la visite d’inspecteurs internationaux qui démantèlent le programme d’armes chimiques syrien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *