Journée mondiale de lutte contre l’exploitation sexuelle 2020

La Journée mondiale de lutte contre l’exploitation sexuelle est célébrée chaque année le 4 mars.

Bien qu’il y ait des exceptions, l’exploitation sexuelle touche essentiellement les femmes et les enfants et constitue un problème de taille mondiale. On estime que chaque jour de l’année, en moyenne huit femmes, filles et souvent de jeunes garçons sont piégés par des réseaux criminels internationaux dont le seul but est de les exploiter sexuellement, de les trafiquer et de les asservir.

Ce processus les prive évidemment de leurs droits humains fondamentaux , notamment de leur droit à la liberté, de leur dignité, de leur droit de vivre où bon leur semble et du droit de contrôler leur propre corps.

Bien que le problème soit mondial, certains endroits sont plus vulnérables que d’autres. Il s’agit de zones situées en Asie du Sud-Est, en Europe orientale et dans certains pays d’Amérique latine et des Caraïbes. Les femmes victimes de la traite de ces régions sont généralement emmenées dans des pays du monde dit développé à des fins de prostitution.

Bien que les adolescentes plus âgées puissent être impliquées dans ce trafic, les filles et les garçons plus jeunes impliqués dans l’exploitation sexuelle resteront généralement proches de leur région d’origine. L’UNICEF estime que plus de 3 millions d’enfants dans le monde sont victimes de prostitution et que les enfants représentent plus du tiers de tous les travailleurs du sexe en Asie.

Souvent, cette situation se produit lorsque des parents mal informés et mal éduqués, sans ressources, ne peuvent pas élever leurs enfants dans des conditions acceptables. Ils sont approchés par des personnages louches qui leur donnent l’assurance que si les enfants leur sont volontairement confiés, on leur garantira un avenir brillant et meilleur loin de leur environnement appauvri actuel.

Une fois coupés de leur famille et de leurs amis, les enfants perdent leur identité et deviennent la proie facile des syndicats du crime qui les exploitent en les forçant à se prostituer.

L’ Organisation internationale du travail (OIT) estime que près d’un million de personnes font l’objet d’un trafic chaque année à des fins d’exploitation sexuelle. Bien que 98% soient des femmes et des filles, ce nombre inclut également un nombre important de garçons et de jeunes hommes.

Les principaux crimes internationaux sont le trafic de drogue et d’armes, mais le trafic sexuel suit de près et constitue à présent une industrie criminelle internationale extrêmement lucrative. Selon l’OIT, la « vente » initiale coûterait entre 7 et 12 milliards de dollars par an à la traite des êtres humains aux fins d’exploitation sexuelle. Toutefois, une fois que les victimes de la traite arriveront dans le pays de destination et seront exploitées, 32 milliards de dollars US supplémentaires seront générés par « l’industrie ».

Bien que des sommes d’argent considérables soient gagnées, les victimes en reçoivent rarement, faisant de la traite des êtres humains une forme moderne d’esclavage.

La prostitution n’est qu’un élément du secteur de l’exploitation sexuelle. Un autre est le tourisme sexuel. Dans certains pays, notamment en Asie du Sud-Est, les restrictions ont toujours été moins restrictives que dans d’autres parties du monde. Cela a favorisé le développement d’une industrie dans laquelle les touristes, principalement les hommes, se rendraient dans des pays où ils pourraient s’adonner à des activités sexuelles avec des garçons et des filles mineurs.

Les organismes de bienfaisance de la protection de l’enfance ont averti qu’environ 250 000 personnes voyagent à l’étranger chaque année dans le but d’avoir des relations sexuelles avec des mineurs. Le tourisme sexuel est de plus en plus responsable de la prostitution d’enfants dans le monde.

Dans le passé, de nombreux pédophiles avaient échappé à la justice en raison d’un manque de coopération judiciaire transfrontalière, mais ces dernières années, ce problème a été sévèrement réprimé par les organismes de bienfaisance, l’industrie du voyage et les forces de l’ordre internationales. Dans de nombreux cas, il est désormais possible de poursuivre en justice des pédophiles dans leur pays d’origine pour des infractions commises à l’étranger.

Un autre problème est la pornographie enfantine. La représentation d’actes pornographiques impliquant des mineurs est universellement considérée comme une forme majeure de maltraitance à enfant et, par conséquent, le fait que l’acte pornographique soit forcé ou consensuel est considéré comme sans importance.

Dans la plupart des pays, il est illégal d’utiliser Internet pour accéder à du matériel contenant des images de certains actes sexuels, en particulier d’implication d’enfants ou de jeunes. En plus de son caractère abusif, la majeure partie de ce matériel n’aurait été produite qu’après une forme de coercition. Chaque fois que de tels contenus sont visionnés, les producteurs sont encouragés à en produire davantage, ce qui entraîne davantage d’abus d’enfants.

La Journée mondiale de la lutte contre l’exploitation sexuelle a pour objectif d’attirer l’attention sur ce problème mondial majeur. Comme cela se produit souvent avec des problèmes qui se développent dans les secteurs les plus sombres de la société et sont au bord de l’illégalité, l’exploitation sexuelle passe souvent inaperçue.

Même les pays riches sont touchés. Un rapport publié en 2001 indiquait qu’aux États-Unis, 300 000 enfants couraient un risque d’exploitation sexuelle que l’on pourrait qualifier de commercial.

La triste vérité est que ce commerce désagréable est capable de détruire la vie d’innombrables personnes chaque année, mais c’est un commerce qui ne peut fonctionner que par suite des demandes pervers des autres. La solution est d’éliminer ces demandes et il n’y aura plus besoin d’approvisionnement, mais c’est une tâche très ardue.

Au moins, en organisant une journée spéciale, il est possible d’améliorer le profil international du problème et c’est certainement un pas dans la bonne direction.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *