Journée mondiale des baleines 2020

La Journée mondiale des baleines vise à sensibiliser le public à la nécessité de protéger les baleines, les mammifères les plus emblématiques des océans menacés par des activités liées aux activités humaines. Elle est célébrée chaque année le troisième samedi du mois de février. Cette année 2020, elle a lieu le 15 fevrier.

Malgré l’interdiction de la chasse à la baleine entrée en vigueur en 1986, les géants des océans font toujours face à plusieurs menaces. Le Japon, pays asiatique qui n’a pas été perturbé par le massacre de ces cétacés pacifiques «à des fins scientifiques», représente un danger notoire , contournant ainsi l’interdiction.

Le Japon, cependant, n’est pas le seul à avoir violé le moratoire établi par la Commission baleinière internationale (CBI): la Norvège et l’Islande figurent toujours sur la liste. Ce dernier est également le seul pays au monde à chasser le rorqual commun ( Balaenoptera physalus ), une espèce en voie de disparition .

Menaces sur les baleines

  • La Chasse
    Comme on l’a dit ci-haut, les baleines sont chassés dans certains pays malgré l’interdiction de la chasse à la baleine
  • Prises  accessoires et captures accidentelles dans les engins de pêche
    L’enchevêtrement dans les filets et les engins de pêche, ou les prises accessoires, constituent la plus grande menace pour les dauphins, les marsouins et les baleines.L’enchevêtrement désigne spécifiquement l’enroulement de lignes, de filets ou d’autres matériaux d’origine anthropique autour du corps d’un animal, tandis que les prises accessoires désignent la capture non intentionnelle d’espèces telles que les petits cétacés dans les filets de pêche.Des centaines de milliers d’individus meurent des suites d’une noyade liée à des pratiques de pêche visant à capturer des espèces de poisson d’importance commerciale. Il a poussé certaines espèces de baleines au bord de l’extinction. Il reste moins de 450 baleines droites de l’Atlantique Nord ( Eubalaena glacialis), le reste de la population étant menacé par l’enchevêtrement et la collision de navires.
  • Les collisions avec des navires
    Les collisions entre cétacés et navires  sont une cause importante de décès et de traumatismes. La lutte contre cette menace pour les cétacés de la planète est gênée par le fait que la sous-déclaration ou la non-déclaration des collisions avec des navires est toujours la norme dans le monde. Depuis 2009, plus de 1 200 incidents ont été signalés à la Commission baleinière internationale (IWC). La plupart des rapports de collisions entre les baleines et les navires impliquent de grandes baleines, mais toutes les espèces peuvent être touchées. Les collisions avec de grands navires passent souvent inaperçues et non signalées. Les animaux peuvent être blessés ou tués et les navires peuvent subir des dommages.
  • La Pollution
     il a été prouvé que les matières plastiques et les toxines telles que les polluants organiques persistants et les perturbateurs endocriniens  avaient un impact sur la santé des cétacés. Ces niveaux de toxines peuvent être si élevés pour nuire à la fois à la reproduction et au système immunitaire des cétacés. Les chercheurs pensaient à l’origine que les baleines à dents, les dauphins et les marsouins étaient plus exposés, car ils se situaient plus haut dans la chaîne alimentaire et seraient donc plus susceptibles aux toxines bioaccumulatives. Les recherches actuelles montrent toutefois que les toxines et les polluants ont également un impact négatif sur les baleines à fanons.
  • Changement climatique
    Les changements météorologiques et océanographiques entraînant une augmentation de la température de la mer dans les régions polaires menacent l’écologie de nombreuses espèces de cétacés sur les aires d’alimentation de l’Arctique et de l’Antarctique. Le narval, le béluga et la baleine boréale, trouvés toute l’année dans l’Arctique, sont particulièrement touchés et des changements dans l’aire de répartition des espèces sont évidents avec l’observation tardive du béluga et de la baleine boréale dans les eaux irlandaises et peuvent affecter les autres comme la baleine à bosse.
  • Industrie du pétrole et du gaz
    Les activités humaines impliquant l’industrie pétrolière et gazière mettent en évidence trois menaces distinctes: perte d’habitat, dommages directs ou indirects aux cétacés pouvant entraîner une perte d’audition temporaire ou permanente, voire la mortalité et la pollution. L’exploration et l’extraction de pétrole et de gaz peuvent perturber les cétacés dans des habitats importants pour l’alimentation, le repos et la reproduction. Les études sismiques, en particulier, se sont avérées causer de graves dommages à l’audition des cétacés. En 1992, des rorquals à bosse au large de Terre-Neuve, au Canada, ont été trouvés bloqués, endommagés au niveau de l’oreille interne, à la suite d’un dynamitage sous-marin utilisé pour la construction d’installations pétrolières. Les explosions sismiques menées par l’industrie pétrolière en Alaska ont également endommagé l’ouïe des baleines dans la région.
  • La destruction des habitats
    La destruction de l’habitat essentiel pour les cétacés est directement liée à l’augmentation de l’ activité humaine dans le milieu marin, des ports, des sites d’enfouissement, les canaux maritimes de pêche et de l’aquaculture. Toutes les activités anthropiques susmentionnées peuvent amener les cétacés à éviter d’importantes zones de reproduction et d’alimentation ou à causer des dommages directs à l’écosystème marin.

Pourquoi les baleines sont importantes?

Les baleines jouent un rôle important en équilibrant la chaîne alimentaire et en veillant à ce que certaines espèces animales ne surpeuplent pas l’océan. Par exemple, un rorqual bleu peut consommer jusqu’à 40 millions de krill par jour. Les baleines contrôlent donc la population de krill.

Les baleines agissent comme une pompe qui recircule les poissons et le zooplancton qu’elles ont ingérés vers la surface sous forme de matières fécales riches en azote. Le caca de baleine est important! Ces nutriments sont essentiels à la production primaire de l’écosystème marin.

Les baleines sont des sentinelles de la santé des milieux marins. On les trouve dans tous les océans du monde, des zones côtières aux grands fonds. Comme les baleines se situent au sommet de la pyramide alimentaire, tout changement dans l’état de leur population est une indication des modifications de l’écosystème.

Lorsque les baleines meurent, leurs carcasses coulent et servent de nourriture à une multitude d’organismes épurateurs qui les décomposent en éléments nutritifs disponibles pour les autres organismes.

Une lueur d’espoir

Néanmoins, il y a une lueur d’espoir. En fait, certaines espèces sont en plein essor, telles que la baleine grise du Pacifique occidental et les baleines à bosse qui vivent au large des côtes de l’Australie occidentale.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *