La civilisation Sao

La civilisation Sao a prospéré en Afrique centrale à partir du 6ème siècle avant notre ère jusqu’au 16ème siècle de notre ère. Ils vivaient au bord du fleuve Chari, au sud du lac Tchad, dans des parties du Cameroun et du Tchad modernes.

Depuis plus de 2000 ans, le bassin tchadien est habité par des agriculteurs et des sédentaires. La région est devenue un carrefour de civilisations. Le plus ancien d’entre eux était le légendaire Sao, connu aujourd’hui uniquement pour ses artefacts et ses histoires orales. Ils n’ont laissé aucune trace écrite et ne sont connus que par les découvertes archéologiques et l’histoire orale de leurs successeurs sur le territoire. Malheureusement, on en sait peu sur la culture ou l’organisation politique des Sao. Une théorie de l’origine des Sao affirme qu’ils sont descendus des Hyksos, qui ont conquis l’Egypte ancienne puis se sont ensuite dirigés vers le sud, de la vallée du Nil au centre de l’Afrique, après avoir fui les envahisseurs.

Les artefacts Sao montrent qu’ils étaient des ouvriers qualifiés dans le bronze, le cuivre et le fer. Ils ont fabriqué des sculptures en bronze et des statues en terre cuite représentant des animaux et des humains, des urnes funéraires et des poteries très décorées. Les Sao étaient constitués de plusieurs clans patrilinéaires qui étaient unis dans un même régime politique avec une langue, une race et une religion.

La fin du Sao peut être due à la conquête, à l’islamisation ou à une combinaison des deux. Les contes traditionnels disent que le Sao occidental du lac Tchad est tombé aux mains des «Yéménites» de l’est. Si cela est vrai, les nouveaux arrivants seraient peut-être des raiders arabes bédouins ou Sayfuwa venus de l’est, qui se sont installés dans la région au XIVe siècle de notre ère. Bien que certains érudits estiment que la civilisation sao au sud du lac Tchad a duré jusqu’au XIVe ou XVe siècle, l’opinion majoritaire est qu’elle a cessé d’exister en tant que culture distincte au cours du XVIe siècle de notre ère.

Les Sao sont tombés sous l’empire Kanem, le premier et le plus durable des empires qui se sont développés dans la bande sahélienne du Tchad à la fin du premier millénaire. Le pouvoir de Kanem et de ses successeurs reposait sur le contrôle des routes commerciales transsahariennes traversant la région.

Aujourd’hui, plusieurs groupes ethniques du nord du Cameroun et du sud du Tchad, en particulier les Sara, affirment être des descendants des Sao. Les Sara sont un groupe ethnique qui réside dans le sud du Tchad et en République centrafricaine. Ils représentent 27,7% de la population totale du Tchad (recensement de 1993). D’autres groupes ethniques dans la zone du bassin du lac Tchad, notamment les Buduma, les Gamergu, les Kanembou, les Kotokos et les Mousgoum, affirment également être des descendants des Sao.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *