La démocratie comorienne menacée – le pays est plongé dans la répression politique

Les Comores se démènent sous le poids de la répression politique, la liberté de parole étant remise en cause à la suite du retour d’Ahmed Abdallah Sambi, ancien président du pays à cause de son critique du régime.

Sambi, qui a dirigé les Comores de 2006 à 2011 et dont le retour a été perçu comme une menace directe pour l’avenir politique du dictateur Azali Assoumani alors qu’il s’apprête à affirmer son emprise sur la république fédérale, a été placé en résidence surveillée par le ministre de l’intérieur sous les ordres d’Azali.

L’ancien président a dénoncé une telle décision, soulignant: « avec de tels actes, c’est la démocratie du pays qui est réellement menacée ».

Avant son retour sur l’archipel, après une absence de six mois, Sambi a dénoncé la décision d’Azali de suspendre la Cour constitutionnelle et son projet de tenir un référendum pour réviser la Constitution, prévu pour le 29 juillet.

L’actuel chef de l’Etat comorien, le dictateur Azali Assoumani, n’a pas encore donné de détails sur la réforme institutionnelle qu’il projette, mais il a déjà prévu une élection présidentielle anticipée en 2019 si le référendum est approuvé.

Azali, un ancien chef du coup d’État, a été élu président en 2016. Son mandat expire théoriquement en 2021.

L’État a défendu sa décision de «détenir» l’ancien président Sambi en invoquant la sécurité nationale et la nécessité de «préserver l’ordre public».

Selon une déclaration du ministère de l’Intérieur, la décision a été prise en raison de l’action d’Ahmed Abdallah Sambi, ces derniers jours et que s’il doit voyager, une demande doit être soumise au département chargé de la sécurité publique.

Bien aimé par ses compatriotes, l’ancien président Sambi a reçu un accueil de héros alors qu’il débarquait aux Comores. Avec des milliers de personnes qui attendaient avec impatience de le saluer, il a fallu plusieurs heures à l’ancien chef de l’Etat pour effectuer le trajet de 15 minutes jusqu’à sa résidence.

Inutile de dire que la popularité de Sambi a été mal reçue dans la capitale.

En proie à des périodes d’instabilité politique depuis son indépendance de la France en 1975, les Comores ont connu plus de 20 coups d’État ou tentatives de coup d’État, avec l’assassinat de divers chefs d’État.

Si le président Azali Assoumani a été élu démocratiquement en 2016, son ascension au pouvoir a débuté par un coup d’État en 1999, alors qu’il était chef d’état-major de l’armée. Il a joué un rôle dans la chute du président Djohar et du président  intérimaire Massounde.

Mais Assoumani n’a pas réussi à consolider le pouvoir et à rétablir l’ordre sur les îles au milieu d’une rébellion.

Azali a ensuite démissionné en 2002 pour participer à l’élection démocratique du président des Comores, qu’il a remportée. Sous la pression internationale continue, en tant que dirigeant militaire qui avait initialement accédé au pouvoir par la force et qui n’était pas toujours démocratique au pouvoir, Azali a conduit les Comores à travers des changements constitutionnels qui ont permis de nouvelles élections. Une loi sur la loi des compétences a été adoptée début 2005, définissant les responsabilités de chaque organe gouvernemental, et est en cours de mise en œuvre.

Les élections de 2006 ont été remportées par Ahmed Abdallah Mohamed Sambi, un religieux musulman surnommé « l’Ayatollah » pour son temps passé à étudier l’islam en Iran. Azali a honoré les résultats des élections, permettant ainsi le premier échange de pouvoir pacifique et démocratique pour l’archipel.

Pour ainsi dire, les deux anciens rivaux politiques pourraient une fois de plus se battre pour le poste présidentiel alors que les Comores cherchent à renforcer leur base démocratique.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *