La Gaule

1. Portée géographique et historique

La Gaule, dans ce contexte, ne signifie que ce que les Romains, de leur point de vue, ont appelé Gaule Transalpine (Gallia Transalpina ou «la Gaule à travers les Alpes»). De manière générale, il comprend toutes les terres des Pyrénées et de la côte méditerranéenne de la France moderne à la Manche et de l’océan Atlantique au Rhin et aux Alpes occidentales. Les Romains ont connu une seconde Gaule, la Gaule Cisalpine (Gallia Cisalpina ou «La Gaule de ce côté des Alpes»), située dans le nord de l’Italie; n’appartenant cependant pas à l’histoire de la France. La Gaule transalpine a vu le jour comme une entité historique distincte au milieu du 1er siècle avant notre ère, à travers les campagnes de Jules César ( 100-44 avant notre ère), et a disparu à la fin du 5ème siècle. L’héritier de César, l’empereur Auguste  divise le pays en 4 provinces administratives: Narbonensis, Lugdunensis , Aquitania (Aquitaine) et Belgica. Réalisant l’impossibilité d’une expansion à grande échelle au-delà du Rhin, les dirigeants de la dynastie flavienne (69-96) annexa la région située entre le Rhin moyen et le haut Danube, à peu près la région de la Forêt-Noire, pour assurer la communication entre les garnisons romaines, établies à ce moment-là de manière permanente sur les deux fleuves. Cette zone s’appelait Agri Decumates, qui pourrait avoir fait référence à un règlement antérieur composé de 10 cantons. Sa frontière orientale, appelée conventionnellement le limes, a pris sa forme définitive, en tant que palissade et fossé défendus, sous Antoninus Pius (138-161). Les Agri Decumates étaient rattachés à la Haute-Allemagne (Germania Superior), l’une des deux nouvelles provinces frontalières (l’autre étant la Basse-Allemagne [Germania Inférieur]) créée par le dernier empereur flavien, Domitien (règne 81–96). Pour une plus grande efficacité administrative, l’empereur Dioclétien (284-305) a subdivisé les 6 provinces gauloises en 13 provinces.

2. les gens

La Gaule était avant tout une terre celte, mais elle contenait également des Liguriens et des Ibères pré-celtes au sud et au sud-ouest et des immigrants germaniques plus récents au nord-est. Les communautés celtes voisines sur le Danube et dans le nord de l’Italie n’ont toutefois pas été incluses. De plus, le sud avait été fortement influencé par la colonie grecque de Massilia (Marseille, fondée  600 avant JC ) et ses villes filles. En bref, la Gaule qui a fondé la France médiévale n’est pas une unité «naturelle», mais une construction romaine, résultat de la décision de défendre l’Italie des Alpes.

3. La conquête romaine

Au 2ème siècle AVANT NOTRE ÈRE, Rome est intervenu sur le côté de Massilia dans sa lutte contre les tribus de l’arrière – pays, son principal objectif étant la protection de la route de l’Italie à ses nouvelles possessions en Espagne. Le résultat fut la formation, en 121 avant JC , de « la Province »   (Provincia, d’où Provence ), une région allant de la Méditerranée au lac Léman, avec sa capitale à Narbo (Narbonne). De 58 à 50 avant JC,  César a saisi le reste de Gaule. Bien que motivé par l’ambition personnelle, César pouvait justifier sa conquête en faisant appel à la peur romaine profonde des bandes de guerre celtiques et d’ autres incursions germaniques (la fin du 2ème siècle AVANT NOTRE ÈRE, les Cimbres et les Teutons avaient envahi la province et a menacé l’Italie). En raison de rivalités internes chroniques, la résistance gauloise était facilement brisée, bien que Vercingétorix  a eu des succès notables avant son expiration dans le siège cruel d’Alésia (Alise-Sainte-Reine).

3.a. Gaule sous le grand empire (  50 avant JC – 250 après JC, )

Les premiers siècles de domination romaine ont été remarquables par l’assimilation rapide de la Gaule au monde gréco-romain. C’était une conséquence à la fois de la main légère de l’administration impériale romaine et de la nature très réceptive de la société gallo-celtique. La culture celtique avait pris naissance sur le Danube supérieur il y a environ 1200 ANS. Son expansion vers l’ouest et le sud, par la diffusion et la migration, a été stimulée par le passage du traitement du bronze au travail du fer. Sur le plan archéologique, le type de culture en développement de l’âge du fer celtique classiquement classifié comme Hallstatt est apparu en Gaule à partir d’environ 700 avant notre ère; sous sa forme de La Tène, il s’est fait sentir en Gaule après environ 500 ans avant notre ère. Au début, les Romains, qui n’avaient pas oublié la prise de leur ville par Brennus, le chef des groupes de guerre celtiques, méprisaient et craignaient les Celtes en tant que sauvages barbares. Jusqu’à la fin du premier siècle avant notre ère, ils dénigraient la Gaule au-delà de la province sous le nom de Gallia Comata, se moquaient et exploitaient le désir de vin des Gaulois et, d’une manière générale, gênaient la province elle-même.

Cependant, la Gaule n’était pas loin derrière Rome dans son évolution. Dans le Sud, les communautés liguriennes ont longtemps imité la culture hellénique de Massilia, comme on peut le voir dans la colonie d’Entremont (près d’Aquae Sextiae [Aix-en-Provence]). Dans le noyau celtique, César a trouvé de grandes nations (soncivites ) fusionnant en tribus plus petites ( pagi ) et établissant des centres urbains (oppida —eg, Bibracte [mont Beuvray], près d’ Augustodunum [Autun]), qui, bien que très différentes des cités-états classiques, assumaient d’importantes fonctions économiques et administratives. Après le remplacement de la République romaine corrompue par l’empire et son gouvernement plus prudent, ces avancées en Gaule transalpine pourraient être exploitées pour le bien impérial. La province, maintenant Narbonensis , était peuplée de colonies de soldats romains à la retraite (coloniae , «colonies» – eg, Arelate [Arles]); elle est rapidement devenue une terre de cités et a été comparable à l’Italie dans son mode de vie. Dans les «trois Gaulois» restants, à savoir Luddunensis, Aquitania et Belgica, ces colonies étaient peu nombreuses; là, les civites ont été conservées, ainsi que l’habitude d’une rivalité féroce entre leurs dirigeants. La concurrence a toutefois été détournée de la guerre: le statut était désormais mesuré en termes de degré de romanisation atteint à la fois par l’individu et par sa communauté .

La Gaule du Nord est donc devenue une terre romanisée également. Cela se reflète de manière spectaculaire dans la domination du latin en tant que langue d’enseignement et de gouvernement. Le français devait être une langue romane. Sur le plan archéologique, cependant, la romanisation en Gaule est particulièrement évidente dans l’émergence de la cité gréco-romaine. Bien que les civites soient trop grandes pour agir en tant que véritables cités-États, elles contenaient des villes, déjà existantes (par exemple, Lutetia Parisiorum [Paris]) ou de création récente (par exemple Augustodunum [«Augustusville»]), qui pourraient être désignées comme centres administratifs et développées par les magnats locaux à leurs propres frais, conformément aux critères classiques. Ainsi, ces civitas- capitales, comme les appellent les érudits, étaient caractérisées par des quadrillages de rues en damier et d’imposants bâtiments administratifs et de loisirs tels que des forums, des bains et des amphithéâtres. Bien qu’ils présentent des traits architecturaux vernaculaires , ils suivent essentiellement le meilleur de la mode méditerranéenne. La plupart étaient sans muraille – un indicateur de la Pax Romana , une période tranquille d’environ 150 ans.

La marque de Rome est également perceptible à la campagne, sous la forme de villas . Les villas de cette période étaient cependant des fermes en activité autant que des demeures de campagne romanisées – des manoirs, pas des palais. Les survivants de la grande aristocratie gauloise de la période préromaine, qui adoptèrent d’abord les voies romaines et qui auraient construit historiquement des palais ruraux, ont persisté jusqu’au Ier siècle de notre ère mais semblaient avoir été éclipsés par moins de propriétaires terriens.

Les chercheurs se demandent dans quelle mesure la masse de la population gauloise (environ 10 millions, soit 15 personnes par kilomètre carré [39 personnes par mile carré], importante pour une économie préindustrielle), libre ou esclave, a bénéficié des nouvelles conditions, mais Il ne fait aucun doute que les propriétaires terriens ont prospéré. L’un des principaux moteurs de leur richesse est l’armée du Rhin, qui stimule les échanges commerciaux en s’approvisionnant à l’intérieur du pays. Le commerce était grandement facilité par un réseau routier et un système de transport fluvial étendus et améliorés sous l’administration romaine. Ce n’est pas un hasard si la capitale de la haute Gaule impériale était Lugdunum (Lyon), principal carrefour gaulois et grand port intérieur de la voie fluviale menant au nord à Colonia Agrippinensis (Cologne), chef-lieu des deux provinces allemandes.

Il n’est donc pas surprenant qu’il y ait eu relativement peu de résistance à la Domination romaine et que la rébellion de Vercingetorix fut finalement infructueuse. Des révoltes localisées ont eu lieu entre le 21e siècle et entre 69–70, mais elles ont été facilement réprimées.

3.b. Gaule sous l’Empire romain tardif ( 250- 400)

La Haute Gaule romaine a pris fin dans une crise régnant dans tout l’empire, caractérisée par des invasions étrangères et une succession rapide de gouvernants, alors que la pression accrue exercée sur les frontières de l’empire exacerbait ses faiblesses économiques et politiques internes. La priorité a été donnée à la tenue du Danube et de l’Est; Malgré les visites sporadiques d’empereurs, l’Occident est négligé. En 260 et 276, la Gaule a été victime de la déprédation de deux récentes confédérations de Peuples germaniques , les Alemanni et les Francs (faisant face à la Haute et à la Basse Allemagne , respectivement). La guerre civile qui a suivi a affaibli la Gaule, la Grande – Bretagne et (pendant un certain temps) l’Espagne gouvernée par une lignée d’empereurs «gaulois» (commençant par Postumus [ entre 260 et 268]). Ces terres ont été reconquises par l’empereur romain Aurélien en 274, bien que la révolte se poursuive vers 279–80. Bien que l’unité et l’ordre aient été rétablies par Aurélien (régna 270-275), Probus (276-282) et Carinus (283–285), le pays était très altéré. Par exemple, environ 260 Agri Decumates (champs Décumates) ont été abandonnés et, à partir du règne de Probus, un vaste programme de fortification de la ville a été lancé. Cependant, rien ne fut fait pour exploiter la crise afin d’obtenir son indépendance: «l’empire gaulois», bien qu’il implique étroitement les principaux civils gaulois, dépendait de la loyauté de l’armée du Rhin; elle défendait ainsi les intérêts gallo-romains et non gaulois (essentiellement le maintien d’une frontière forte avec le Rhin).

Après que Dioclétien et ses successeurs eurent radicalement réformé l’empire à la fin du IIIe et au début du IVe siècle, la Gaule jouit d’une nouvelle stabilité et même d’un rôle accru dans la vie impériale. La raison en était la volonté renouvelée de l’empire de défendre l’Italie du Rhin. Pour assurer la loyauté de la garnison du Rhin et de la population civile qui en dépendait pour sa protection, la représentation impériale dans la région frontalière devint permanente. Un fonctionnaire du plus haut rang, un préfet du prétoire , y était basé et une série d’empereurs et d’usurpateurs (en particulier, Constantin Ier [régna 306–337], Julian [355–363], Valentinian I [364–375], Gratien [375–383], et Magnus Maximus [383–388]) y résident pendant au moins une partie de leur règne. Leur siège de gouvernement était généralement Augusta Treverorum (maintenant Trèves, Allemagne), ancienne capitale du Treveri et capitale de la Belgique, devenue «la Rome de l’Ouest» (une exception intéressante à la règle était Julian, qui, avec Trêves rendue inhospitalière par la guerre, hiverna à Paris, donnant à cette ville un avant-goût de sa grandeur future.)

La prospérité économique s’est quelque peu rétablie, même si elle était fragile et inégale. La perception d’impôts en nature plutôt qu’en espèces peut avoir affaibli le commerce, et l’installation de barbares captifs sur les terres indique une pénurie de main-d’œuvre rurale. Trèves était dotée de bâtiments magnifiques, mais la plupart des villes gauloises n’ont pas retrouvé leur grandeur classique. Les nantis, qui pour la plupart n’étaient probablement pas issus de l’aristocratie de la haute Gaule romaine (détruite par la crise du 3ème siècle), avaient de plus grandes ambitions que leurs prédécesseurs. Au-delà des civilisations, ils recherchent ardemment des postes au sein de l’administration impériale, désormais à portée de main, fondant leur droit à l’avancement sur leur apprentissage. (L’éducation gallo-romaine, tirant sa vitalité de son amour de l’éloquence gallo-celtique, était réputée depuis longtemps, mais elle s’épanouit pleinement au 4ème siècle dans des universités célèbres telles que celle de Burdigala [Bordeaux].) les Gaulois instruits sont devenus extrêmement puissants; les plus connus, Ausonius (310 – 393), poète et professeur à Burdigala, fut nommé tuteur du futur empereur Gratien et en devint son conseiller. Ces aristocrates mondains, quand ils n’étaient pas à la cour, favorisaient la vie à la campagne. D’autres Gaulois cherchaient à servir une puissance encore plus élevée. Le christianisme, qui aurait été introduit dans la région vers 250 environ par Saint-Denis de Paris, s’est enraciné profondément dans le pays au siècle suivant. Une hiérarchie épiscopale (basée sur les provinces et civites romaines ) a été développée et le monachisme a été introduit par Martin de Tours ( 316–397).

4. La fin de la Gaule romaine ( 400- 500)

A partir de 395, la division de la L’empire romain à moitié est et ouest renforça les tensions politiques internes aiguës qui favorisaient la pénétration barbare de la région du Danube et même de l’Italie . La frontière rhénane est à nouveau négligée et le siège de la préfecture de la Gaule est transféré à Arelate. Le résultat fut une invasion germanique, le plus dramatique étant le franchissement massif du Rhin de 405 à 406 et la guerre civile. En 418, les Francs et Bourguignons s’établirent à l’ouest du Rhin et les Wisigoths s’installèrent en Aquitaine (Aquitaine). Ces Allemands, cependant, étaient nominalement alliés de l’empire et, principalement en raison de l’énergie du général romain Flavius ​​Aetius, ils ont été tenus en échec. La mort d’Aetius en 454 et la débilité croissante d’un gouvernement impérial occidental, paralysée par la perte de l’Afrique par les Vandales, créèrent un vide de pouvoir en Gaule. Il fut rempli par les Wisigoths, d’abord indirectement par la nomination de l’empereur Avitus (règne de 455 à 456), puis directement par leurs propres rois, le plus important étant le roi Euric (466 à 484). Entre 460 et 480, il y avait un empiétement wisigothique constant sur le territoire romain à l’est; les Bourguignons ont emboîté le pas, s’étendant vers l’ouest à partir de Sapaudia (maintenant la Savoie). En 476, les derniers biens impériaux en Provence furent officiellement cédés aux Wisigoths.

La Gaule a beaucoup souffert de ces guerres et invasions. Les communautés proches du Rhin ont été détruites par la guerre. Les réfugiés ont fui vers le sud, en territoire romain, pour se retrouver accablés par une fiscalité paralysante et par la corruption administrative. Cependant, le pouvoir économique et le style de vie de l’aristocratie gallo-romaine restèrent remarquablement résistants, que ce soit sous l’empereur romain ou les rois barbares. De nombreux aristocrates, comme par exemple Sidonius lui-même, ont également confirmé leur position dans leurs communautés en devenant évêques. Jusqu’au milieu du Ve siècle, les dirigeants de la société gauloise, laïques et cléricaux, tout en apprenant à vivre avec les nouveaux arrivants barbares, se tournaient toujours vers Rome pour des postes de responsabilité et de protection. Par la suite, ils coopèrent de plus en plus avec les dirigeants allemands en tant que généraux et conseillers. Ainsi, au moins dans le centre et le sud du pays, l’héritage culturel gallo-romain a été légué intact aux royaumes successeurs.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *