La littérature française

La littérature française a une longue et riche histoire. Traditionnellement, il est réputé d’avoir commencé en 842 avec le Serment de Strasbourg , un pacte politique entre Louis le Germanique et Charles le Chauve, dont le texte subsiste en ancien français. Le Moyen Âge est particulièrement réputé pour ses poèmes épiques tels que La Chanson de Roland ( vers 1100), les romans arthuriens de Chrétien de Troyes et la poésie lyrique exprimant l’amour romantique. Au 16ème siècle, la Renaissance a fleuri et des figures telles que le poète Pierre de Ronsard, le satiriste et humoriste François Rabelais, ainsi que l’essayiste par excellence Michel de Montaigne, devaient être reconnus internationalement. Le drame français néoclassique a atteint son apothéose au cours des cent prochaines années dans les tragédies de Pierre Corneille et Jean Racine. Au cours de la même période, Molière déploie ses talents vastes et variés au théâtre, notamment comme auteur de comédies; Jean de La Fontaine a produit des vers moralistes dans ses fables ; et Madame de La Fayette a créé le classique La Princesse de Clèves (1678), généralement considéré comme le premier roman français psychologique .

Voltaire , Denis Diderot et Jean-Jacques Rousseau ont dominé le XVIIIe siècle, en particulier par leurs écrits philosophiques, bien qu’ils aient apporté une contribution majeure à tous les genres. Le roman de Voltaire, Candide (1759), est remarquable pour sa qualité littéraire et sa synthèse des idéaux des Lumières. Parmi les autres auteurs de cette période, on compte le dramaturge Pierre-Augustin Caron de Beaumarchais, connu pour des œuvres telles que Le Mariage de Figaro (1784 ) et Pierre Choderlos de Laclos, connu pour son roman épistolaire Les Liaisons dangereuses (1782). Le 19ème siècle a vu l’émergence d’une série d’écrivains qui ont considérablement influencé le développement de la littérature dans le monde, notamment les romanciers Honoré de Balzac , Stendhal , Gustave Flaubert et Émile Zola, ainsi que les poètes Charles Baudelaire, Stéphane Mallarmé et Arthur Rimbaud. À cela s’ajoute l’écrivain romantique Victor Hugo, dont l’énergie créatrice s’exprime dans toutes les formes littéraires, ainsi que dans la peinture.

La littérature française du XXe siècle a conservé les traditions antérieures et les a transformées. Les auteurs français ont remporté de nombreux prix Nobel de littérature. Alors que la complexité de la poésie française persistait dans les œuvres de Paul Valéry, Guillaume Apollinaire, Paul Claudel, Saint-John Perse, Paul Éluard, Louis Aragon, René Char et Yves Bonnefoy, l’art du roman réorienté par Marcel Proust , dans À la recherche du temps perdu (1913-1927). La première moitié du siècle a également produit des écrivains notables tels qu’André Gide, François Mauriac, André Malraux, Albert Camus et Jean-Paul Sartre, le dernier représentant sans doute le principal représentant de la philosophie existentialiste. Leur travail a été suivi dans les années 1950 par le nouveau roman et par l’émergence d’écrivains tels qu’Alain Robbe-Grillet, Nathalie Sarraute, Michel Butor, Claude Mauriac, Marguerite Duras et Claude Simon. Depuis les années 1970, Michel Tournier , Patrick Modiano , Erik Orsenna et Georges Perec sont devenus des romanciers reconnus. Les écrivaines féministes, notamment Hélène Cixous , Annie Leclerc, Jeanne Champion et Marie Cardinal, ont également apporté une contribution importante.

La littérature du XXe siècle était remarquable par son ouverture aux écrivains non indigènes: l’écrivain irlandais Samuel Beckett, par exemple, l’expatrié tchèque Milan Kundera, l’émigré russe Andreï Makine et l’exilé chinois Gao Xingjian ont tous produit d’importantes œuvres en français. Georges Simenon et Marguerite Yourcenar, tous deux nés en Belgique en 1903, étaient considérés comme des écrivains français, même s’ils vivaient souvent hors de France. La littérature postcoloniale de la fin du 20e siècle et du début du 21siècle a permis de mieux comprendre les tensions identitaires interculturelles d’écrivains francophones d’Afrique du Nord , d’Afrique subsaharienne et des Caraïbes.

Les œuvres de dramaturges français jouissent d’une renommée internationale depuis des siècles, du théâtre comique de Molière du XVIIe siècle aux productions de cabaret du XIXe siècle connues sous le nom de Grand Guignol. Au théâtre des XXe et XXIe siècles, on peut discerner trois courants importants. L’écriture dramatique traditionnelle a été largement reprise par Jean Anouilh, Claudel, Jean Giraudoux , Henry de Montherlant et Camus, mais l’expérimentation de la forme et du contenu s’est également développée. Avant la Seconde Guerre mondiale , Jean Cocteau en particulier avait fait sa marque (comme dans une moindre mesure Claudel), mais l’ innovation est venue avec Fernando Arrabal, Arthur Adamov, Beckett, Jean Genet et l’exilé roumain Eugène Ionesco . Depuis les années 1950, les producteurs ont également apporté une contribution importante au théâtre. Roger Planchon , Jean-Louis Barrault , Peter Brook , Marcel Maréchal et Ariane Mnouchkine en particulier ont participé à la création de nouvelles œuvres et à la revitalisation des œuvres traditionnelles.

La philosophie et la critique ont toujours joué un rôle central dans la vie intellectuelle et culturelle française. Le mouvement surréaliste , dirigé notamment par André Breton, a prospéré dans les années 20 et 30. L’existentialisme, à la fois chrétien et athée, était une force puissante au milieu du XXe siècle et était défendu par Sartre, Étienne Gilson , Gabriel Marcel et Camus (bien qu’il ait rejeté l’étiquette). Plus largement, le catholicisme romain et le marxisme, sous des formes orthodoxes ou révisées, ont influencé un grand nombre d’écrivains créatifs, y compris le catholique romain Georges Bernanos et Sartre, qui était un marxiste. Depuis les années 1950, une nouvelle critique, qui a débuté avec le structuralisme – qui s’est largement inspirée du travail anthropologique de Claude Lévi-Strauss dans Mythologiques , 4 vol. (1964-1971) et Tristes Tropiques (1955) – a détenu le monopole de l’approche historique des œuvres d’art et plus particulièrement de la littérature. Ne se limitant pas à la critique littéraire, le structuralisme était un élément important de la philosophie de partisans tels que Louis Althusser. L’expression la plus populaire de cette approche était peut-être le travail de Roland Barthes, notamment Mythologies (1957), mais son travail s’est fragmenté en différentes branches  – linguistique, génétique, psychobiographique, socioculturelle – chacune avec ses exposants et ses disciples de plus en plus impliqués dans des débats académiques, souvent abstrus. Après le structuralisme, le poststructuralisme a été associé à des personnalités telles que Jacques Derrida, Michel Foucault, Jacques Lacan, Julia Kristeva, Gilles Deleuze, Hélène Cixous, Luce Irigaray et Jean-François Lyotard. Parmi les autres philosophes récents, on compte André Glucksmann, Bernard Henri-Lévy et Michel Serres.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *