Le gouvernement français (cadre constitutionnel)

Lorsque la France tomba dans la tourmente politique après l’insurrection de mai 1958 en Algérie (qui était alors encore une colonie française), le général Charles De Gaulle, critique la constitution de l’après-guerre. Il forma un gouvernement et, par la loi constitutionnelle de juin 1958, se vit confier la responsabilité de rédiger une nouvelle constitution. Avec l’aide de Michel Debré, Charles de Gaulle a rédigé la constitution de la Ve République. La rédaction de la constitution de la Ve République et sa promulgation du 4 octobre 1958 se distinguent principalement par les constitutions antérieures de 1875 (Troisième République) et de 1946 (IVe République): premièrement, le Parlement n’a pas participé à sa rédaction, ce qui a été fait par un groupe de travail gouvernemental assisté d’un comité consultatif de la constitution et du Conseil d’État; deuxièmement, les territoires français d’outre-mer ont participé au référendum qui l’a ratifié le 28 septembre 1958; et, troisièmement, l’acceptation initiale était répandue, contrairement à la constitution de 1946 qui, à la première ébauche a été rejetée par référendum populaire puis, sous une forme révisée, n’a été approuvée que de manière étroite. En revanche, la constitution de 1958 était votée par 85% des électeurs, dont 79% étaient en faveur; parmi les territoires d’outre-mer, seule la Guinée a rejeté la nouvelle constitution et s’est donc retirée de la Communauté française .

Le double système exécutif

Afin de parvenir à la stabilité politique qui faisait défaut dans la troisième et la quatrième république, la constitution de 1958 adopta une forme de gouvernement mixte (semi-présidentielle), combinant des éléments des systèmes parlementaire et présidentiel. En conséquence, le parlement est une législature bicamérale composée de membres élus de l’Assemblée nationale (chambre basse) et du Sénat (chambre haute). Le président est élu séparément au suffrage universel direct et exerce les fonctions de chef de l’Etat. La constitution donne au président le pouvoir de nommer le premier ministre, qui supervise l’exécution de la législation. Le président nomme également le conseil des ministres, ou cabinet, qui, conjointement avec le premier ministre, est désigné sous le nom de gouvernement.

Le rôle du Président

Le système français se caractérise par le rôle important du président de la république. Le bureau du président est unique en ce qu’il a le pouvoir de contourner le parlement en soumettant des référendums directement au peuple, voire de dissoudre le parlement. Le président préside le Conseil des ministres et les autres hauts conseils, signe les décrets les plus importants, nomme des hauts fonctionnaires et des juges, négocie et ratifie les traités et est commandant en chef des forces armées. Dans des circonstances exceptionnelles, l’article 16 permet la concentration de tous les pouvoirs de l’État dans la présidence. Cet article, appliqué en 1961 pendant la crise algérienne, a été vivement critiqué, s’étant avéré d’une valeur pratique limitée en raison des conditions strictes attachées à son fonctionnement.

La grande influence de De Gaulle et les pressions exercées par des conditions politiques instables tendaient à renforcer l’autorité de la présidence aux dépens du reste du gouvernement. Alors que la constitution (article 20) charge le gouvernement de « déterminer et de diriger » la politique de la nation, De Gaulle s’accorde le droit de prendre les décisions les plus importantes, en particulier concernant les politiques étrangère, militaire et institutionnelle, et ses successeurs ont adopté un modèle de comportement similaire. La constitution de 1958 prévoyait un mandat présidentiel de sept ans, mais lors d’un référendum en 2000, le mandat a été réduit à cinq ans à compter des élections de 2002.

Le rôle du Premier ministre, cependant, a progressivement gagné en stature. Constitutionnellement, le bureau du premier ministre est responsable de la détermination de la politique gouvernementale et exerce un contrôle sur la fonction publique et les forces armées. De plus, alors que toutes les décisions importantes avaient tendance à être prises à l’Élysée (résidence du président) sous De Gaulle, la responsabilité de la politique, du moins dans les affaires internes, a lentement été transférée au chef du gouvernement. Surtout depuis le milieu des années 1970, un partenariat de travail entre le président et le Premier ministre a eu tendance à être établi. Enfin, le pouvoir du président est lié au pouvoir parlementaire des partis qui le soutiennent et qui forment la majorité à l’Assemblée nationale. Il est toutefois possible que les partis du président deviennent une minorité dans l’assemblée, auquel cas le président doit nommer un Premier ministre issu de la faction majoritaire. À partir de 1986, la France a connu plusieurs périodes de gouvernement divisé, appelées «cohabitation »,

Composition et fonctions parlementaires

L’Assemblée nationale est composée de 577 députés qui sont élus au suffrage direct pour un mandat de cinq ans dans les circonscriptions uninominales, sur la base d’un système de scrutin majoritaire à deux tours, qui prévoit qu’un second scrutin ait lieu si aucun candidat n’a obtenu la majorité absolue dès le premier tour de scrutin. Le système de représentation proportionnelle a été abandonné pour les élections générales de 1986, mais il a été réintroduit pour les élections de 1988 et est resté en place depuis. En 2012 le Sénat était composé de 348 sénateurs élus indirectement pour six ans par un collège électoral composé principalement de conseillers municipaux de chaque département , une des unités administratives au sein de laquelle la France est divisée. Le parlement conserve sa double fonction de législation et de contrôle sur l’exécutif, mais dans une moindre mesure que par le passé. Le domaine du droit (article 34) se limite à déterminer les règles de base et les principes fondamentaux concernant des questions telles que le droit civil , le droit fiscal, le droit pénal, le droit électoral, les libertés civiles, le droit du travail, l’amnistie et le budget. Dans ces domaines, le parlement est souverain , mais le gouvernement peut établir les détails de l’application des lois.

Conformément à l’article 37 de la constitution, le gouvernement est responsable de toutes les autres affaires et les assemblées ne peuvent en aucun cas intervenir. Le Conseil constitutionnel est chargé de veiller au respect de ces dispositions. Le parlement peut déléguer temporairement une partie de son pouvoir législatif au gouvernement, qui légifère ensuite par ordonnances. Cette procédure a été utilisée pour des questions concernant l’Algérie, la sécurité sociale , les catastrophes naturelles, l’ intégration européenne et le chômage. Enfin, le gouvernement et le parlement sont conseillés par un conseil économique et social, composé de 230 représentants de divers groupes (syndicats, organisations d’employeurs et d’agriculteurs, par exemple) qui doivent être consultés sur les programmes à long terme et sur l’évolution de la situation et peuvent être consultés sur tous les projets de loi concernant les questions économiques et sociales.

Le droit d’initiative législative est partagé par le gouvernement et le parlement. Les projets de loi sont étudiés par des comités parlementaires, bien que le gouvernement contrôle le programme. Le gouvernement peut également, à tout moment du débat sur un projet de loi, demander un vote unique sur l’ensemble du texte du projet de loi. Le contrôle parlementaire sur le gouvernement peut être exercé. Les ministres se posent des questions sur différents aspects de la performance, mais elles sont peu fréquentes et constituent principalement des occasions de débats de moindre importance et ne conduisent pas à un contrôle efficace des pratiques du gouvernement. Les enquêtes de comité sont également relativement rares. L’Assemblée nationale a cependant le droit de censurer le gouvernement, mais, afin d’éviter les excès survenus avant 1958 (à la suite desquels les gouvernements tombaient souvent une ou deux fois par an), la motion de censure était soumise à des restrictions considérables. Lors des cinquante premières années de la Ve République, en 1962, une seule motion de censure fut adoptée par l’Assemblée nationale, qui bloqua le référendum de De Gaulle sur l’élection directe du président au suffrage universel, qui fut finalement approuvé. Le gouvernement est également renforcé par son pouvoir constitutionnel de demander un vote de confiance sur sa politique générale ou sur un projet de loi. Dans ce dernier cas, un projet de loi est considéré comme adopté sauf si une motion de censure a obtenu la majorité absolue.

Le rôle des référendums

Les citoyens peuvent être invités à ratifier par un référendum (article 89), un amendement déjà adopté par les deux chambres du parlement. La constitution prévoit des référendums législatifs aux termes desquels le président de la république a le pouvoir de soumettre au peuple un projet de loi relatif à l’organisation générale de l’État (article 11).

Cette procédure a été utilisée à deux reprises pour régler la question algérienne de l’indépendance, la première en janvier 1961, visant à approuver l’autodétermination dans L’Algérie (lorsque 75% ont voté pour), puis à nouveau en avril 1962, approuvant l’Accord d’Évian, qui accordait l’indépendance de l’Algérie à la France (91% ayant voté pour). L’utilisation de cette dernière procédure pour modifier la constitution sans passer par la phase préalable d’obtention de l’approbation du Parlement est discutable sur le plan constitutionnel, mais elle a abouti à un résultat significatif lorsqu’en octobre 1962, l’élection du président au suffrage universel fut approuvée par 62% d’électeurs. En avril 1969, cependant, lors d’un référendum sur la transformation du Sénat en conseil économique et social et sur la réforme de la structure régionale de la France, moins de la moitié a voté pour, ce qui a entraîné la démission du président De Gaulle.

À la fin du XXe siècle, les référendums nationaux ont connu une faible participation électorale. La procédure a été utilisée en 1972 pour l’élargissement de la Communauté économique européenne (CEE) avec l’ajout proposé du Danemark, de l’Irlande, de la Norvège et du Royaume-Uni; en 1988 pour le statut futur proposé du territoire d’outre-mer de Nouvelle-Calédonie; et en 1992 pour l’approbation du traité de Maastricht , qui a créé l’ Union européenne. En 1995, lorsque des modifications mineures ont été apportées à la constitution, le référendum a été élargi pour inclure le projet de législation relatif à la vie économique et sociale du pays. En 2000, un référendum a raccourci le mandat présidentiel de sept à cinq ans. Un référendum de 2005 sur un projet de constitution pour l’Union européenne a été complètement rejeté, et l’échec a contraint les fonctionnaires de l’UE à envisager d’ autres moyens de renforcer l’intégration européenne.

Le rôle du Conseil constitutionnel

Le Conseil constitutionnel est nommé pour neuf ans et est composé de neuf membres, chacun étant nommé par le président, l’Assemblée nationale et le Sénat. Il supervise le déroulement des élections législatives et présidentielles et examine la constitutionnalité des lois organiques (qui affectent fondamentalement le gouvernement) et les règles de procédure parlementaire. Le conseil est également consulté sur les accords internationaux, sur les différends entre le gouvernement et le parlement et, surtout, sur la constitutionnalité de la législation. Ce pouvoir s’est accru au fil des ans et le conseil s’est vu attribuer un poste comparable à celui de la Cour suprême des États-Unis.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *