Le milieu culturel français

La culture française est issue d’une civilisation ancienne composée d’un mélange complexe d’éléments celtiques, gréco-romains et germaniques. Les monuments, en particulier ceux de l’occupation romaine, sont nombreux et comprennent l’amphithéâtre d’Arles , les arènes de Paris et l’aqueduc du Pont du Gard .

Au cours du Moyen Âge, une riche culture s’est développée, favorisée notamment par les moines et les érudits des monastères et des universités, et encouragée jusqu’au XVIIIe siècle par un système de patronage royal et aristocratique. Des foires commerciales importantes dans des villes en croissance telles que Paris, Nancy , Strasbourg et Lyon ont permis la diffusion d’idées artistiques et de tendances culturelles vers et depuis d’autres régions, plaçant la France au centre d’une haute culture européenne naissante qui atteindrait sa plus haute expression Renaissance . À partir du début des années 1700 et avec le développement d’une classe moyenne, la bourgeoisie, la culture est devenue plus accessible. C’était l’âge des Lumières, d’enquête et de question. L’activité culturelle est restée largement concentrée à Paris, mais des villes plus petites telles qu’Aix-les-Bains , Grenoble et Lyon étaient vitales. La culture des Lumières s’est construite sur la raison et l’argumentation analytique , comme le remarquait le politologue Alexis de Tocqueville , dans le discours de la Révolution française.

Attrait pour les théories générales, pour les systèmes législatifs généraux, la symétrie exacte des lois… le même désir de refaire la constitution entière en suivant les règles de la logique et conformément à un plan unique, au lieu de chercher le moyen de modifier ses parties.

Parmi ses principes, il y avait l’idée de la méritocratie , ou une aristocratie de capacité et d’intelligence, qui accordait une place centrale aux intellectuels inconnus de la plupart des sociétés et ouvrait les écoles françaises aux élèves des provinces sans distinction de classe sociale .

L’enseignement primaire gratuit étant obligatoire à la fin du 19e siècle, l’alphabétisation de base permettait d’élever le niveau culturel général. Cette augmentation a été facilitée par l’augmentation du nombre de journaux et, plus tard, par le développement de la radio, du cinéma, de la télévision et de l’Internet. Après la Seconde Guerre mondiale, le développement intellectuel et social des groupes à faibles revenus a bénéficié de la décision de rendre obligatoire l’enseignement secondaire gratuit jusqu’à l’âge de 16 ans. L’alphabétisation culturelle s’est développée parallèlement à la circulation des journaux, les bibliothèques de crédit se sont multipliées et, en 1954, une révolution du livre de poche. Ce dernier développement a rencontré un énorme succès, offrant aux personnes de tous âges et de toutes classes un accès beaucoup plus grand à la littérature et à d’autres formes de connaissances spécialisées.

Le ministère de la Culture et des Communications supervise les principales institutions culturelles du pays. Le département, d’abord dirigé par le romancier André Malraux, cherche à redoubler la sensibilisation aux arts parmi les gens ordinaires, à soutenir la création de nouveaux arts et à protéger les formes et les biens français existants, aussi variés que les monuments et la langue. La carte culturelle de la France reste fermement centrée sur Paris, malgré l’augmentation des dépenses consacrées aux activités culturelles par les autorités locales à la suite de la législation sur la décentralisation du début des années 1980. Pourtant, tout en servant, souvent consciemment, les intérêts de la nation tout entière, la capitale est consciente de ses propres différences internes. La plupart des arrondissements de la ville(districts municipaux) ont des groupes qui recherchent activement leur histoire et leurs traditions, et les expositions d’art locales et les concerts sont encouragés. Dans le reste du pays, la culture provinciale est forte et souvent défendue avec acharnement, par exemple en Bretagne, dans le sud du pays et en Alsace .

La culture française a ressenti l’impact des immigrés, en particulier ceux d’ Afrique du Nord à partir des années 1960. Les communautés musulmanes qui se sont formées, notamment à Paris et à Marseille, n’ont pas échappé à la discrimination, mais leurs contributions à la cuisine, à la musique, à la danse, à la peinture et à la littérature sont largement reconnues. Verlan, un argot du français standard qui inverse et remanie les syllabes et orthographes françaises, trouve ses racines dans le 19ème siècle, mais a été ravivé par les communautés d’immigrants d’après-guerre et a pénétré ces dernières décennies dans la société en général. À partir des années 1980, les Nord-Africains de deuxième et troisième générations ont souvent été appelés les beurs et le cinéma beur, la bande dessinée beur et la radio beur, entre autres formes d’expression, ont trouvé un large public. Le label beur est lui-même un terme verlan pour arabe , le mot français pour arabe. En outre, les immigrés asiatiques et africains subsahariens ont acquis une notoriété en tant qu’artistes, écrivains et musiciens dans la société de plus en plus multiculturelle française.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *