Le Processus politique en France

Le suffrage universel à 21 ans existe en France depuis 1848 pour les hommes et depuis 1944 pour les femmes; l’âge d’admissibilité est passé à 18 ans en 1974. La législation promulguée à la fin des années 90 réprime les partis politiques qui ne maintiennent pas une parité suffisante entre les candidats hommes et femmes. Les candidats à l’Assemblée nationale doivent recueillir la majorité. Si aucun candidat ne dispose de la majorité absolue, un deuxième tour de scrutin a lieu la semaine suivante et le poste est attribué au vainqueur du scrutin. Les élections suivent le modèle des circonscriptions uninominales plutôt que la représentation proportionnelle dans un district. Le vote en deux phases est également utilisé pour la présidence, à l’exception du fait que, si la majorité absolue n’est pas atteinte après le premier tour de scrutin, seuls les deux votes les plus élevés sont pris en compte pour le deuxième tour de scrutin, qui est souvent organisé deux semaines plus tard.

Historiquement, les partis politiques français ont été à la fois nombreux et faibles, ce qui est généralement accepté comme la raison pour laquelle les gouvernements ont souvent chuté avant l’avènement de la Ve République en 1958. Depuis lors, une certaine rationalisation a été opérée, même si, en particulier parmi les groupes centristes, les partis sont encore mal organisés et très personnalisés. En effet, de nombreuses vicissitudes ont eu lieu dans le destin des principaux partis depuis la fin des années cinquante. Dans les années 1960 et au début des années 1970, le parti de centre-droit de Charles De Gaulle – nommé pour la première fois Union pour la nouvelle république (UNR) et plus tard Rassemblement pour la République (RPR) –  a dominé les élections. Après l’élection du président Valéry Giscard d’Estaing à la présidence en 1974, le parti gaulliste déclina, tandis que les centristes (à partir de 1978, l’Union pour la démocratie française; UDF) et les socialistes gagnaient en force. À partir de 1981 et avec l’élection du président socialiste François Mitterrand , le parti socialiste est devenu dominant et ses gains ont été réalisés principalement aux dépens des communistes. C’est la première fois depuis 1958 que la gauche prend la tête de la politique française. Alors que les gaullistes a réalisé un come – back avec la nomination de Édouard Balladur comme premier ministre en 1993 et l’élection de Jacques Chirac en tant que président en 1995, les socialistes ont repris le contrôle du gouvernement au cours de 1997-2002, lorsque Lionel Jospin a été Premier ministre. En 2002, Chirac a été réélu à la présidence sous la bannière de la coalition de l’Union pour la majorité présidentielle (UMP), écrasant de manière décisive Jean-Marie Le Pen du Front national d’extrême droite, qui en avait surpris beaucoup avec sa forte performance au premier tour de scrutin. L’UMP a conservé le contrôle de la présidence et du gouvernement après l’élection de Nicolas Sarkozy en 2007 , mais il a été balayé de ses fonctions par les socialistes en 2012. François Hollande a défait le président sortant Sarkozy dans la course à la présidence et le bloc socialiste a remporté une nette majorité à l’Assemblée nationale.

Le système des partis français a continué d’afficher de la volatilité, bien que moins que par le passé. Parce que la domination du parti gaulliste a été relativement brève et que d’autres groupes du centre ont perdu de sa vigueur, la base parlementaire des gouvernements de centre-droit a été réduite. Cela était d’autant plus vrai que les centristes restaient une confédération lâche de plusieurs groupements, chacun ayant tendance à adopter une tactique différente. La précarité de l’équilibre politique a été soulignée par les récentes périodes de cohabitation entre les présidents et les premiers ministres des partis opposés.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *