Le résumé de l’œuvre Tribaliques « la bouteille de whisky » d’Henri lopes

La vie de l’auteur

Monsieur Henri lopes est un Congolais, écrivain, diplomate et homme politique. Il est né au Congo le 12 septembre 1937 et était l’ambassadeur du Congo en France Monsieur lopes a plusieurs œuvres à son nom notamment;

  1. Tribaliques
  2. Une enfant de poto-poto
  3. le chercheur d’Afrique.

Tribaliques est une œuvre paru en 1971 à Yaoundé au Cameroun, et est une œuvre de 102 pages.

A travers Tribaliques, il a obtenu le grand prix littéraire en 1972.

Aussi, Lopes utilise un style qui lui est particulier, c’est-à-dire « le flash-back’. Il commence toujours ses nouvelles soit par un souvenir ou par la fin de l’histoire pour expliquer les événements qui suivent.

Pourquoi « Tribaliques » comme titre de l’œuvre?

C’est d’abord une œuvre qui comprend 8 nouvelles, qui sont les portraits explicits de la société, cette œuvre n’apporte que les réflexions et analyses sur la société moderne.

Œuvre présente des images vivantes  issues de son temps surtout après l’indépendance.

Monsieur Lopes essaie de présenter la situation de la femme africaine, son évolution lente et les conflits autour de celle-ci.

Alors Tribaliques avec un « s » indiques les différents problèmes ou conflits de  société et montre comment les femmes sont touchées.

Les personnages 

  • Majeur :

Kalala – docteur,

Ndozi – ingénieur,

Maître Epayo – avocat.

  • Mineur

Pina (il est le cousin de Kalala).

Le résumé du texte

Kalala est un docteur qui aime son travail. Il a fait ses études en France avec un ensemble de camarades qui sont tous devenus cadres. Ndozi et Kalala se retrouvaient un soir autour d’une bouteille de whisky et commentèrent l’arrestation d’un de leurs collègues, maître Epayo. Ndozi sortit une pétition déjà signée par trois collègues. Kalala refusa de signer et opta plutôt pour une audience. Ils l’obtinrent et le président s’évertua, « preuves à l’appui », à leur démontrer la culpabilité de leur ami Epayo. Sortis abattus et révoltés, ils quittèrent le bureau du président et les jours qui suivirent, ils commencèrent par distribuer nuitamment  des tracts pour dénoncer le régime. Malheureusement, ils ont été tous appréhendés.

La structure

Cette œuvre a écrit au Congo, après leur indépendance, c’est-à-dire le période poste colonial. L’auteur a utilisé les choses qui venir en Afrique lorsque quelques pays ont gagné leur indépendance. Par exemple des musiques blues. (p. 77 ; ligne 12, p. 78 ; ligne 12) etc.

Les thèmes

Dans l’ouvrage, on constate des trois majeurs thèmes qui ont formé l’histoire et ils sont :

  • Le népotisme ou favoritisme

Il est la tendance de certains supérieurs ecclésiastiques, évêques et papes, et par extension de certains dirigeants d’autres institutions, à favoriser l’ascension des membres de leurs familles dans la hiérarchie qu’ils dirigent, au détriment des processus de sélection ordinaires, du mérite et le plus souvent, de l’intérêt général (p. 80 ; ligne 20, p. 79 ; ligne 24).

  • La corruption

Elle est la perversion ou le détournement d’un processus ou d’une interaction avec une ou plusieurs personnes dans le dessein, pour le corrupteur, d’obtenir des avantages ou des prérogatives particuliers ou, pour le corrompu, d’obtenir une rétribution en échange de sa complaisance (p. 84 ; ligne 2)

  • Le patriotisme

Il désigne le dévouement d’un individu envers son pays qu’il reconnait comme étant sa patrie. Dans l’ouvrage, Kalala et maître Epayo sont les patriotiques mais maitre Epayo, celui le prendre plus loin que Kalala. Il a envoyé une lettre à un étudiant de sa famille, il a dit

« Ici, tout va normalement. Le « timonier » guide comme il peut, plus comme un piroguier que comme un pilote de navire moderne. Mais l’équipage corrompu lui est soumis et les passagers n’osent rien dire. Nous attendons que le bateau fasse naufrage pour en présenter un autre… »(p. 89 ; ligne 28).

L’idée générale

J’ai tiré cette phrase dès l’œuvre,

« Si vous laissez une pamplemousse véreuse dans un panier rempli de pamplemousse saines, toutes seront rapidement infectées. Il faut aussi belle soit-elle jeter immédiatement la pamplemousse pourrie » (p. 89 ; ligne 5).

Aussi, ont vu que l’intertextualité existe dans tous ce qu’on a fait au début da « la fuite de la main habile » présenté par M. Obinna jusqu’à mon sujet même le complot.

Elosi Paschal Ikem

Note Bien


Cet article nous a été envoyé par un lecteur de ce site, Zakweli ne peut pas être tenu responsable quant à la qualité de son contenu. Vous avez envie de publiez un cours, une biographie, un exposé, cliquez ici.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *