L’empire du Ghana

L’empire du Ghana, appelé empire Wagadou (ou empire Wagadu) par ses dirigeants, était situé dans l’actuel sud-est de la Mauritanie, l’ouest du Mali et l’est du Sénégal. Il n’existe pas de consensus quant à son origine précise, mais son développement est lié aux changements intervenus dans le commerce au fil des siècles après l’introduction du chameau dans le Sahara occidental (IIIe siècle). Au moment de la conquête musulmane de l’Afrique du Nord au 7ème siècle, le chameau avait transformé les anciennes routes commerciales plus irrégulières en un réseau commercial allant du Maroc au fleuve Niger. Ce commerce transsaharien régulier et intensifié d’or, de sel et d’ivoire a permis le développement de grands centres urbains et a encouragé l’expansion territoriale à prendre le contrôle de différentes routes commerciales.

La dynastie dirigeante du Ghana a été mentionnée pour la première fois dans les documents écrits en 830. Le 9ème siècle est donc parfois identifié comme le début de l’empire. Dans les sources arabes médiévales, le mot «Ghana» peut faire référence à un titre royal, au nom d’une capitale ou d’un royaume. La première référence au Ghana en tant que ville est celle de al-Khuwarizmi, décédé vers 846. Des recherches sur le site de Koumbi Saleh (ou Kumbi Saleh), ville médiévale en ruines située au sud-est de la Mauritanie et qui aurait pu être la capitale de l’Empire du Ghana, suggère des débuts plus tôt. Le premier auteur à avoir mentionné le Ghana est l’astronome perse Ibrahim al-Fazari, qui, à la fin du VIIIe siècle, parle du «territoire du Ghana, le pays de l’or». Dès le IXe siècle, des auteurs arabes mentionnent l’ Empire du Ghana dans le cadre du commerce transsaharien de l’or. Al-Bakri, au 11ème siècle, décrit la capitale du Ghana comme étant composée de deux villes distantes de six milles, l’une habitée par des marchands musulmans et l’autre par le roi du Ghana. Selon la tradition des Soninkés, ils émigrèrent dans le sud-est de la Mauritanie au 1er siècle et, dès environ 100 après JC, ils créèrent une colonie qui se développerait éventuellement en empire du Ghana. D’autres sources identifient les débuts de l’empire entre le 4ème siècle et le milieu du 8ème siècle.

La Capitale: Koumbi Saleh

On pense que la capitale de l’empire se trouvait à Koumbi Saleh, au bord du désert du Sahara. Selon la description de la ville laissée par Al-Bakri en 1067/1068, la capitale était en réalité deux villes , mais « il y avait des habitations continues entre ces deux villes», elles auraient donc pu être fusionnées en une. Selon al-Bakri, la majeure partie de la ville s’appelait El-Ghaba et était la résidence du roi. Elle était protégée par un mur de pierre et fonctionnait comme la capitale royale et spirituelle de l’empire. Elle contenait un bosquet d’arbres sacré utilisé pour les rites religieux soninkés dans lequel vivaient des prêtres. Elle contenait également le palais du roi, la plus grande structure de la ville. Il y avait aussi une mosquée pour les officiels musulmans en visite. Le nom de l’autre quartier de la ville n’est pas enregistré. Il était entouré de puits d’eau douce, où étaient cultivés des légumes. Elle comptait douze mosquées, dont l’une était réservée aux prières du vendredi, et comptait un groupe complet d’érudits, de scribes et de juristes islamiques. Parce que la majorité de ces musulmans étaient des marchands, cette partie de la ville était probablement son principal quartier des affaires.

Qui est le fondateur de l’empire du Ghana?

L’empire s’est formé pour la première fois lorsqu’un certain nombre de tribus des peuples Soninkés ont été réunies sous leur premier roi, Dinga Cissé. Cependant, l’empire sera fondé plus tard par l’empereur Diabé Cissé.  Le gouvernement de l’empire était un gouvernement féodal avec des rois locaux qui rendaient hommage au roi suprême, mais contrôlaient leurs terres à leur guise.

D’où vient le nom Ghana?

« Ghana » était le mot utilisé par les Soninkés pour désigner leur roi. Les personnes vivant en dehors de l’empire utilisaient ce mot pour désigner la région. Le peuple Soninké a en fait utilisé un mot différent en parlant de leur empire. Ils l’appelaient « Wagadu ».

Quel titre portait l’empereur du Ghana?

L’empereur du Ghana portait le titre de de « Kaya-Magan » ou « roi de l’or ».

Économie et gouvernement

La principale source de richesse de l’Empire du Ghana était l’exploitation du fer et de l’or. Le fer était utilisé pour fabriquer des armes et des outils puissants qui renforçaient l’empire. L’or était utilisé pour échanger avec d’autres pays des ressources indispensables comme du bétail, des outils et des draps. Ils ont établi des relations commerciales avec les musulmans d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient. De longues caravanes de chameaux ont été utilisées pour transporter des marchandises à travers le désert du Sahara.
Selon Al-Bakri, les commerçants devaient s’acquitter d’une taxe d’un dinar sur les importations de sel et de deux sur les exportations de sel.  Al-Bakri a également mentionné le cuivre et «d’autres produits». Les importations comprenaient probablement des produits tels que les textiles et les ornements. De nombreux articles en cuir fabriqués à la main et trouvés dans l’ancien Maroc ont également leurs origines dans l’Empire du Ghana.

L’empire du Ghana, situé dans la région du Sahel au nord des gisements aurifères d’Afrique de l’Ouest, a pu tirer profit du contrôle du commerce de l’or transsaharien. Les débuts de l’histoire du Ghana sont inconnus, mais il est évident que l’Afrique du Nord avait commencé à importer de l’or de l’Afrique de l’Ouest avant la conquête arabe au milieu du VIIe siècle.

Beaucoup de témoignages sur l’ancien Ghana proviennent des visites enregistrées de voyageurs étrangers, qui, par définition, ne pouvaient fournir qu’une image fragmentaire. Les écrivains islamiques ont souvent commenté la stabilité socio-politique de l’Empire basée sur les actions apparemment justes et la grandeur du roi. Al-Bakri a interrogé des marchands qui ont visité l’empire au 11ème siècle et a écrit que le roi  était entouré de grandes richesses. Le Ghana semble avoir eu un noyau central et était entouré d’États vassaux. Une des premières sources, al-Ya’qubi, écrit en 889/890 (276 AH)  que «sous l’autorité du roi, il existe un certain nombre de rois». Ces «rois» étaient vraisemblablement les dirigeants des unités territoriales souvent appelées kafuà Mandinka.

Al-Bakri rapporte que toutes les pépites d’or des mines de l’empire étaient réservées au roi, alors que le peuple est autorisé à collecter de la poussière d’or . Néanmoins, la poussière d’or a été collectée en quantités tellement importantes que sa valeur a été perdue. Al-Bakri a également écrit que les Ghanéens se paraient de décorations en or. La force de l’armée de l’empire est également mentionnée: jusqu’à 200 000 hommes pourraient être déployés en temps de guerre.

En ce qui concerne le gouvernement de l’empire, Al-Bakri mentionne que la royauté est héritée du fils de la sœur du roi. La raison en est que même si un roi peut avoir des doutes si son fils est en fait son fils, il est certain que le fils de sa sœur serait le fils de sa sœur. De plus, Al-Bakri note que les interprètes du roi, le responsable du Trésor , ainsi que la majorité de ses ministres sont musulmans . Malgré le fait que le roi lui-même soit païen, il est enregistré comme étant amical envers les musulmans.

Déclin de l »empire du Ghana

Compte tenu des rares sources arabes et de l’ambiguïté des archives archéologiques existantes, il est difficile de déterminer quand et comment le Ghana a décliné et est tombé. Selon la tradition arabe, le Ghana est tombé lorsqu’il a été envahi par le mouvement des Almoravides en 1076-1077, mais cette interprétation a été remise en question. Conrad et Fisher (1982) ont fait valoir que la notion de conquête militaire des Almoravides n’était qu’un folklore perpétué, tirée d’une interprétation erronée des sources arabes ou d’une utilisation limitée de celles-ci. Dierke Lange était d’accord avec la théorie initiale de l’incursion militaire, mais a affirmé que cela n’excluait pas l’agitation politique almoravide, affirmant que la disparition du Ghana devait beaucoup à ce dernier. Sheryl L. Burkhalter
ont fait valoir que si l’idée de la conquête n’était pas claire, l’influence et le succès du mouvement almoravide dans la sécurisation de l’or de l’Afrique de l’Ouest et sa circulation nécessitaient largement un contrôle politique poussé. En outre, l’archéologie de l’ancien Ghana ne montre aucun signe des changements rapides et de la destruction qui seraient associés aux conquêtes militaires de l’ère Almoravide.

On suppose que la guerre qui a suivi a poussé le Ghana au bord du gouffre, mettant ainsi fin à la position du royaume en tant que puissance commerciale et militaire. Il s’est effondré en groupes tribaux et chefferies, dont certains ont été assimilés par la suite aux Almoravides, tandis que d’autres ont fondé l’empire du Mali. Malgré des preuves ambiguës, il est clair que le Ghana a été intégré à l’empire du Mali vers 1240.

Retenons

  • L’empire du Ghana, appelé empire Wagadou (ou empire Wagadu) par ses dirigeants, était situé dans l’actuel sud-est de la Mauritanie, l’ouest du Mali et l’est du Sénégal. Il n’y a pas de consensus sur la date exacte de son origine. Différentes traditions identifient ses débuts entre 100 avant notre ère et le 9ème siècle.
  • Le développement économique et la richesse éventuelle du Ghana étaient liés à la croissance du commerce transsaharien régulier et intensif de l’or, du sel et de l’ivoire, qui permettait le développement de grands centres urbains et encourageait l’expansion territoriale afin de contrôler différentes routes commerciales.
  • On pense que la capitale de l’empire se trouvait à Koumbi Saleh, au bord du désert du Sahara. Selon la description de la ville laissée par Al-Bakri en 1067/1068, la capitale était en réalité deux villes, mais «il y avait des habitations continues entre ces deux villes », elles auraient donc pu être fusionnées en une.
  • L’empire du Ghana, situé dans la région du Sahel au nord des gisements aurifères d’Afrique de l’Ouest, a pu tirer profit du contrôle du commerce de l’or transsaharien, qui a transformé le Ghana en un empire d’une richesse légendaire.
  • Le Ghana semble avoir eu un noyau central et était entouré d’États vassaux. Une des sources les plus anciennes note qu ‘«un certain nombre de rois sont sous l’autorité du roi». Ces «rois» étaient vraisemblablement les dirigeants des unités territoriales souvent appelées kafu à Mandinka.
  • Bien que les spécialistes discutent de la cause de l’effondrement du Ghana, il est clair qu’il a été intégré à l’empire du Mali vers 1240.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *