Léopold II: l’homme qui a tué 10 millions de Noirs

En Afrique, se trouve une région appelée le Congo. Tranchée par sa rivière, alimentée par des collines sinueuses, et dotée d’une myriade de ressources naturelles, notamment d’ivoire, de minéraux précieux et de caoutchouc. À environ 4000 km de là,  se trouve la Belgique, l’un des plus petits pays d’Europe.

Le 9 avril 1835, un homme est né à Bruxelles, en Belgique. Malgré la distance qui sépare les deux nations, ses effets sur le Congo sont indéniables. Son exploitation et la destruction de la région et de ses habitants ont engendré des problèmes qui persistent encore de nos jours. Son nom était Léopold II, roi des Belges et conquérant du Congo.

Le désir de Léopold d’améliorer son pays l’a incité à explorer le monde à la recherche d’un moyen d’accroître la richesse et l’influence de la Belgique. Pendant plusieurs années, Léopold a parcouru le monde entier, visitant une multitude de pays, dont la Turquie, la Palestine, l’Inde et l’île de Sumatra. Il devint convaincu qu’une colonie transformerait sa jeune nation en superpuissance. Étudiant l’Espagne, la France et l’Angleterre, il a reconnu l’opportunité économique que présentait l’impérialisme.

La recherche de Léopold est interrompue temporairement en mai 1865, alors que son père est tombé malade. Le 10 décembre de cette année, son père est décédé. Léopold II devint alors monarque belge à l’âge de 30 ans. Pendant près de 20 ans, Léopold a plaidé auprès du Parlement belge pour obtenir le droit de fonder une colonie. Réalisant que ses efforts étaient vains, il chercha un nouveau moyen de gagner de la richesse pour la Belgique en établissant sa propre colonie privée. Suivant les exemples de divers autres pays européens, il a tourné son intérêt impérial vers l’Afrique, dont 80% n’avaient pas encore été colonisés.

En septembre 1876, Léopold encouragea les grandes puissances européennes à se réunir à Bruxelles pour discuter de l’avenir de l’Afrique. Lors de la Conférence de Bruxelles, Léopold a appelé à l’éradication forcée du commerce arabe des esclaves, dans l’espoir d’occidentaliser le continent et ses habitants. Ici, la société africaine internationale a été fondée avec des membres comprenant des nations de toute l’Europe et même des États-Unis.

Deux ans plus tard, en janvier 1878, Léopold rencontre Henry Morton Stanley à Bruxelles. Stanley avait découvert cette région d’Afrique, le Congo, et il revint en Europe avec des récits de ce qu’il y avait vu. Les richesses, l’abondance naturelle, l’ivoire, le caoutchouc, la gomme, le bois. Cela excita le roi Léopold. Au cours de leur réunion, Stanley a accepté un contrat pour son implication dans l’établissement de la présence belge au Congo. Léopold a demandé à Stanley de retourner au Congo et de réclamer autant de terres qu’il le pouvait pour la Belgique afin d’établir un monopole sur le commerce de l’ivoire et du caoutchouc. À travers plus de 400 traités, les chefs ont cédé leurs terres à Léopold sans le savoir. Grâce à ces traités et autres manipulations, Léopold a gagné plus de 2,3 millions de kilomètres carrés de terres pour sa colonie.

En 1879, Léopold créa une société privée qui avait pour mission de libérer le peuple congolais des oppresseurs étrangers, à savoir les marchands d’esclaves arabes qui kidnappaient des villageois autochtones et les vendaient comme esclaves. À l’étranger, Léopold a assuré au monde que son régime, qu’il a appelé État indépendant du Congo, apporterait prospérité et commerce équitable au Congo, mais ses véritables objectifs étaient bien différents. Pour abolir la traite des esclaves arabes, Léopold a organisé un groupe d’officiers de l’armée européenne qui ont à leur tour envoyé des soldats congolais pour servir dans la milice de l’État, connue sous le nom de Force publique, mais l’armée a principalement été utilisée contre le peuple congolais.

Les abus dont sont victimes les autochtones sont rapidement apparus dans toutes les régions de l’État libre du Congo. L’armée de Léopold, forte de 90 000 hommes, attaquait village après village, capturant les femmes et les retenant en otage afin de les forcer à travailler dans la forêt à la collecte de caoutchouc sauvage. Un grand nombre de femmes en captivité ont été violées par des soldats.

Au milieu des années 1890, le Congo devint l’un des principaux exportateurs de caoutchouc du monde. Au Congo, chaque homme adulte devait produire de 6 à 9 litres de caoutchouc toutes les deux semaines. Le travail était dangereux et difficile. Beaucoup sont morts en tombant des grands hévéas ou attaqués par des léopards.

À la fin des années 1890, le caoutchouc était la ressource la plus rentable du Congo. Alors que la demande pour cette ressource augmentait, les agents de Force Publique devenaient de plus en plus brutaux envers les Africains. Les armées effectuaient souvent des raids dans les villes, saisissant des ouvriers et de la nourriture, et tous ceux qui résistaient ont été abattus. Une violence extrême a été utilisée pour imposer la domination de Léopold. Tout village qui ne satisfait pas aux exigences de biens de la journée est puni d’exécution publique ou incendié. Les mains droites de ceux qui ne respectaient pas le quota de caoutchouc ont été coupées – même les jeunes enfants n’ont pas été épargnés. En 1896, un journal allemand rapporta que 1308 mains avaient été rassemblées en une journée.

En Belgique, Léopold était absorbé par sa nouvelle richesse. Il a utilisé du bois du Congo pour décorer sa maison et a commencé à construire des projets en Belgique et en France. Au début, les rudes conditions qui régnaient au Congo étaient tenues secrètes de l’Europe, mais au fil du temps, des missionnaires et des hommes de charge congolais ont commencé à écrire des articles sur les violences.

En 1908, le gouvernement belge annexa le Congo en tant que colonie à l’État. Un an plus tard, Léopold mourrait de ce qui était présumé être un cancer. Avant sa mort, il s’était assuré que tous les dossiers personnels du Congo au cours des 24 dernières années étaient détruits. À la suite de la rébellion dans toute la ville de Léopoldville et de la perte de l’intérêt belge, la colonie finit par acquérir la souveraineté en 1960.

Le retrait soudain des Belges a laissé la République du Congo libérée dans un état instable. Désormais connue sous le nom de République démocratique du Congo, la nation est toujours plongée dans un conflit persistant.

Bien que rarement mentionné dans les livres d’histoire, le désir de Léopold de faire de son pays une superpuissance a coûté la vie à près de 10 millions de vies africaines. Ses actions pendant 24 ans ont laissé une marque permanente dans l’histoire congolaise.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *