Les atouts naturels et humains du développement économique de la côte d’ivoire

Introduction

Située en Afrique occidentale, la Côte d’Ivoire à une superficie de 322 463 km. Elle est
entièrementsituée en zone intertropicale (entre 4° et 10° de latitude nord). Elle est limitée au nord par le Burkina
Faso et le Mali, au sud par l’océan atlantique, à l’est par le Ghana et à l’ouest par la Guinée et le
Libéria. Son relatif succès économique est dû à ses potentialités naturelles et humaines.

I- Les atouts naturels  de la côte d’ivoire

1- Un relief peu accidenté

Le relief Ivoirien est plat dans l’ensemble et composé de plaines et de plateaux à l’exception de l’ouest où on trouve quelques montagnes : des plaines côtières au sud ; des plateaux qui succèdent aux plaines en allant du centre au nord. Ces plateaux sont parsemés de collines.
A l’ouest dans la région des montagnes marqué par un massif montagneux (le mont nimba, le mont momi).

Remarque : le relief Ivoirien facilite l’installation humaine, la mise en valeur du territoire (agriculture) et la construction des infrastructures de communication.

2- Un climat humide

En côte d’ivoire on distingue deux milieux bioclimatiques.

  • le milieu subéquatorial très humide caractérisé par de fortes précipitations (pluies de 2000 mm par an). Il fait chaud toute l’année (27°) en moyenne. C’est la zone forestière (forêt dense et claire) qui repose sur des sols ferralitiques profonds favorables aux cul
    tures d’exportations (café -cacao-hévéa).-
  • le milieu tropical humide au nord caractérisé par des précipitations peu abondantes (800
    à 1500mm) par an. Il fait chaud toute l’année (28°) en moyenne et les saisons sèches sont marquéespar l’harmattan. C’est la zone de savane sur sol ferrugineux peu profond favorable aux cultures d’exportations telles que le coton, l’anacarde, la mangue…

Remarque : l’ensemble bioclimatique Ivoirien favorise une bonne production agricole variée et
complémentaire.

3 – un important réseau hydrographique

La cote d’ivoire est suffisamment arrosée par différent cours d’eaux :

  • 4 grands fleuves (COMOE, SASSANDRA, BADAMAN, CAVALLY)
  • les lagunes (ébrié, tadjo, aby)
  • les lacs artificiels (kossou, taabo, buyo)
  • l’océan atlantique environ 560 km de côte

Les cours d’eaux Ivoiriens jouent un important rôle économique car ils permettent de produire de l’électricité grâce aux barrages hydro-électriques, faire la pêche et l’irrigation et de faire des échanges directement avec l ’extérieur à parti du port d’ABIDJAN et de SAN PEDRO.

4- d’importante ressources du sous-sol

Le sous-sol regorge d’importantes ressources minières (nickel, diamant, or, bauxite, fer ;manganèse…), énergétiques (pétrole et gaz naturel) Avec la mise en exploitation de ces gisements, le secteur minier Ivoirien participe de plus en plus au développement économique de la Côte d’Ivoire.

Conclusion partielle

Le milieu naturel Ivoirien est un atout réel au développement économique de la Côte d’Ivoire.

II-Les atouts humains du développement économique de la côte d’ivoire

La Côte d’Ivoire bénéficie d’une population dynamique et nombreuse estimée à environ 23 millions d’habitants.

  1.  Une population jeune
    La population ivoirienne est jeune, plus de 55 pour cent de cette population à moins de 20 ans. C’est une population qui croit très rapidement (taux de croissance annuelle est de 3,5 pour cent).
    Cela constitue un réservoir inépuisable de main d’œuvre de plus en plus qualifiée et un vaste marché de consommation.
  2.  Une importante population étrangère
    Pays d’ouverture, la Côte d’Ivoire a bénéficié de l’arrivée massive d’une forte population étrangère en provenance pour la plupart des pays de la sous-région (burkinabés, maliens, nigérien, nigérian), environ 36 pour cent de la population. C’est une population très entreprenante qui participe énormément au développement économique de la Côte d’Ivoire :
    – la création de grandes plantations, des infrastructures socio-économique et la multiplication de PME et PMI.
  3. Le rôle de l’Etat

L’Etat a choisi dès son accession à l’indépendance le libéralisme économique ; mais dans lequel l’Etat intervient (capitalisme d’Etat). Ainsi l’Etat a ouvert la Côte d’Ivoire aux investisseurs étrangers et a participé lui-même au programme de développement et aux recouvrements des impôts et taxes.

Conclusion

Le développement économique de la Côte d’Ivoire a été possible grâce à l’effort conjugué des atouts naturels et humains.

Par Jean Amos Achi


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *