Les batailles les plus meurtrières de l’histoire

Ci-dessous la liste de 10 batailles les plus meurtrières de l’histoire de l’humanité.

10. Siège de Léningrad, 1941-1944 (1,12 million de victimes)

Le siège de Léningrad marque l’une des périodes les plus sombres de la Seconde Guerre mondiale. Les forces armées allemandes et finlandaises assiégeaient la ville de Léningrad en Union soviétique, faisant 1,12 million de victimes sur une période d’environ 872 jours. Le siège commença le 8 septembre 1941 et se poursuivit jusqu’au 27 janvier 1944. Bien que Léningrad ait mis en place ses propres défenses en guise de représailles contre les forces allemandes et finlandaises qui approchaient, la ville était presque complètement encerclée par les troupes ennemies. Les fournitures vitales pour la ville ont été coupées et les habitants ont terriblement souffert: 650 000 Léningradiens sont morts en 1942 seulement. La famine, les maladies et les bombardements des forces ennemies étaient en partie responsables du nombre important de morts observé pendant le siège de Léningrad. Seuls quelques approvisionnements obtenus sur le lac Ladoga ont permis de maintenir (même à peine) la population survivante de la ville pendant cette période. En 1943, les troupes soviétiques ont réussi à rompre l’encerclement allemand, permettant ainsi davantage les fournitures d’atteindre la ville. Finalement, en janvier 1944, l’armée soviétique chassa les Allemands et les repoussa vers l’ouest, mettant ainsi fin au siège de la ville.

9. La bataille de la Somme, 1916 (1,12 million de victimes)

L’offensive de la Somme, ou la bataille de la Somme, était une bataille épique de la Première Guerre mondiale menée dans la Somme, en France, par les forces britanniques et françaises contre celles des Allemands. Il s’est déroulé du 1er juillet 1916 au 18 novembre 1916. La bataille a coûté la vie à près de 1,12 million de civils et de militaires. Le premier jour de la bataille de la Somme a été l’un des pires de l’histoire de l’armée britannique: environ 57 470 soldats britanniques ont perdu la vie. Cette journée a également marqué la défaite de la deuxième armée allemande, qui a été chassée de ses positions par la sixième armée française. La bataille était connue pour sa concentration sur la puissance aérienne et, vers la fin, les forces alliées réussirent à pénétrer dans les 6 miles des territoires occupés par les Allemands.

8. Stalingrad, 1942-1943 (1,25 million de victimes)

La bataille de Stalingrad a marqué un tournant important dans la Seconde Guerre mondiale, les forces allemandes ayant subi une attaque et une défaite massives en Russie. La bataille s’ensuivit lorsque Hitler ordonna à ses troupes, qui avançaient vers le Caucase, de faire demi-tour et d’attaquer la ville russe de Stalingrad. Probablement sa haine extrême envers le dictateur russe Joseph Staline a provoqué sa décision d’attaquer la ville. Les forces russes n’étaient pas non plus prêtes à abandonner et, comme la ville portait le nom de Staline, la bataille se transforma en une bataille égoïste entre les dirigeants respectifs des deux nations. Les conséquences en ont été mortelles: les forces rivales se sont battues avec acharnement, se livrant souvent au combat au corps à corps pour tenter de capturer et de reprendre les rues. La bataille s’est terminée par une grave défaite subie par les troupes allemandes, qui ont ensuite été forcées de se retirer complètement de la région. 1,25 million de vies précieuses ont été perdues lors de la bataille de Stalingrad.

7. L’opération Ichi-Go, 1944 (1,3 million de victimes)

L’opération Ichi-Go, qui a fait près de 1,3 million de victimes, a été lancée par les forces japonaises le 19 avril 1944. Les objectifs de cette opération étaient de prendre le contrôle du chemin de fer reliant Beiping à Hong Kong, et les aérodromes du sud de la Chine, d’où les forces américaines lançaient les avions qui bombardaient la patrie japonaise et ses ports d’expédition. L’autre objectif était la destruction des denrées alimentaires et des cultures afin d’aggraver la crise alimentaire déjà grave en Chine. Le succès des forces japonaises à la fin de l’opération était toutefois marginal, car les forces américaines étaient toujours en mesure de bombarder le Japon depuis Saipan et d’autres bases du Pacifique.

6. Prise de Berlin, 1945 (1,3 million de victimes)

C’était le point culminant de la dernière série d’événements menant à la chute d’Hitler et des Allemands nazis. Tout a commencé le 16 avril 1945, lorsque le dictateur russe Josef Staline a déchaîné le lancement de 20 régiments de troupes de l’armée, 8 500 avions et 6 300 chars. Ils ont été envoyés avec l’objectif ultime d’écraser les forces allemandes de défense et de capturer Berlin. Bien que les forces allemandes déjà épuisées aient opposé une résistance farouche, elles ne pouvaient pas rivaliser avec les forces russes déterminées qui avaient encerclé la ville de Berlin le 24 avril. Des batailles de rue à rue et maison par maison ont été organisées, ce qui a entraîné un bain de sang massif qui a coûté la vie à près de 1,3 million de personnes. Enfin, les troupes russes sont victorieuses et le «Fuhrer», sachant que ses derniers jours sont proches, épouse sa femme de longue date dans son bunker souterrain, après quoi tous deux mettent fin à leurs jours en se suicidant. L’arrivée et la prise de Berlin par les Russes avant l’arrivée des Américains auraient un impact géopolitique énorme sur la guerre froide entre les Etats-Unis et l’URSS au cours des décennies à venir.

5. Opération Barbarossa, 1941 (1,4 million de victimes)

L’une des plus grandes opérations militaires de l’histoire de l’humanité, l’opération Barbarossa a été lancée par Hitler le 22 juin 1941 contre l’Union soviétique. Plus de 3 millions de soldats de l’Axe et 3 500 chars ont été dirigés vers l’Union soviétique dans le but de capturer les États baltes et Léningrad au nord et Moscou au centre, ainsi que les ressources économiques de l’Union soviétique situées à l’extrême sud. La victoire majeure de l’Allemagne sur la France a encouragé les forces de l’Axe à planifier l’opération Barbarossa. Bien que les forces allemandes fortes aient pu maîtriser les troupes soviétiques non préparées au début, entraînant de lourdes pertes en termes de vie, de territoire et de matériel de combat, les Soviétiques n’étaient pas prêts à abandonner. Ainsi, vers la fin de l’opération Barbarossa, les forces allemandes se heurtèrent à de lourdes représailles de la part des troupes soviétiques, entraînant cette fois de lourdes pertes du côté allemand des lignes de front. Près de 1,4 million de victimes ont été tuées au cours de cette opération.

4. Offensive allemande du printemps 1918 (1,55 million de victimes)

Au cours des dernières parties de la Première Guerre mondiale, les Allemands lancèrent une série d’attaques, appelées l’offensive de printemps, sur le front occidental, à partir du 21 mars 1918. Quatre fers de lance de l’offensive allemande participèrent à cette opération. « Michael » était l’offensive la plus importante des quatre et visait à contourner les troupes britanniques qui défendaient la Somme, tandis que les autres offensives étaient destinées à détourner les forces alliées de la cible principale de la Somme. Cependant, les représailles d’une puissante armée alliée, l’incapacité de déplacer les fournitures et les renforts allemands et les lourdes pertes du côté allemand ont entraîné le retrait des troupes allemandes à la fin d’avril 1918. Environ 1,55 million de vies ont été perdues dans cette bataille.

3. La bataille du Dniepr, 1943 (1,58 million de victimes)

En 1943, la bataille du Dniepr, l’une des plus importantes de la Seconde Guerre mondiale, a été lancée, mobilisant jusqu’à 4 000 000 de soldats des deux côtés et s’étendant sur 1 400 kilomètres du front est. Au cours de cette guerre, l’Armée rouge a réussi à récupérer la rive est du Dniepr auprès des forces allemandes. Le nombre de victimes mortelles de la bataille atteignait 1,58 million, ce qui en fait l’une des batailles les plus coûteuses de la Seconde Guerre mondiale.

2. L’offensive de Broussilov, 1916 (1,6 million de victimes)

L’offensive de Broussilov, qui s’est déroulée de juin à août 1916, a été un succès majeur pour les Russes, qui avaient jusque-là subi de grandes défaites face aux forces allemandes et à leurs alliés du pouvoir central. Lorsque, en février 1916, les forces allemandes assiégèrent la ville française de Verdun, d’autres forces alliées s’unirent pour détourner les Allemands vers d’autres régions, permettant ainsi à Verdun de se rétablir. Alors que les Britanniques organisaient leur propre offensive le long de la Somme, les Russes se montrèrent extrêmement rapides et attaquèrent les forces allemandes au lac Narocz. Les Russes échouèrent toutefois dans cette tentative qui aboutit à un massacre massif des troupes russes par les forces allemandes. Une offensive ultérieure était prévue près de Vilna. Le général Alexei Brusilov, cavalier expérimenté et commandant efficace de l’armée du Sud-Ouest, tenta de convaincre ses supérieurs d’autoriser ses supérieurs à lancer une attaque sur les Allemands. Son souhait a été exaucé et c’est ainsi que Broussilov a mené ses attaques offensives contre la 4e armée austro-hongroise, les défaisant complètement. L’attaque était si grave avec environ 1,6 million de victimes. Les forces allemandes ont été contraintes de retirer leurs propres plans pour de futures attaques et ont dû se précipiter pour aider leur nouvel allié des puissances centrales, les Austro-Hongrois. Enfin, alors que les ressources russes commençaient à manquer, l’offensive Broussilov a pris fin le 20 septembre 1916. Au final, cette bataille est devenue la bataille la plus coûteuse en vies humaines de l’histoire moderne.

1. La bataille de Bagdad, 1258 (environ 2 millions de victimes)

Bien que les neuf précédents combats meurtriers aient tous appartenu aux époques de la Première et de la Seconde Guerre mondiale, la bataille la plus meurtrière de l’histoire du monde en termes de nombre de morts a été menée il y a bien plus longtemps. Cela s’est passé en 1258, lorsque les forces mongoles ont saccagé la ville de Bagdad. L’événement s’est déroulé sur une courte période entre le 29 janvier et le 10 février 1258, mais a été suffisamment violent pour faire environ 2 millions de victimes, militaires et civils. Le siège de Bagdad fut mené à bien par Hulagu Khan, frère de Khagan (empereur) Möngke Khan. Les ordres initiaux de Möngke Khan ne visaient pas à renverser le califat abbasside à Bagdad, mais plutôt à convaincre le calife de l’époque Al-Musta’sim de se rendre discrètement aux forces mongoles. Cependant, le calife a refusé de le faire, ce qui a conduit au siège de la ville et au saccage total ultérieur de Bagdad par les Mongols conquérants. La ville baignée de sang a été contrainte de se rendre aux Mongols destructeurs 12 jours seulement après les attaques initiales. Cette bataille a également mis fin sans gloire à l’âge d’or islamique et à ses nombreuses réalisations culturelles, scientifiques et architecturales impressionnantes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *