Les Comoriens ont boycotté le référendum mais le gouvernement s’est autoproclamé vainqueur

Les Comoriens ont boycotté massivement le référendum qui allait permettre au président Azali Assoumani de se présenter à nouveau au prochaines élections présidentielles. Mais le gouvernement avec la complicité de la CENI, s’est autoproclamé vainqueur.

Ahmed Mohamed Djaza, président de la Commission électorale nationale des Comores (CENI), a déclaré mardi que le « oui » était soutenu par 92,74% des électeurs, soit 172 240 personnes.

S’exprimant lors d’un point de presse dans la capitale, Moroni, Djaza a indiqué que le taux de participation au référendum de lundi était de 63,9%.

NB: Pour la CENI, les bulletins NULS ne sont pas prises en compte. Les pourcentages des OUI et NON sont  calculés à base de « suffrage exprimé » et non en fonction du nombre de votants. C’est bien une erreur mathématique qui a valu à Djaza le nom de 104% pour ceux qui ne comprennent pas sa façon de faire les calculs.

Cependant, les critiques du gouvernement et les observateurs électoraux remettent en question la légitimité du vote, qui a été boycotté par l’opposition et s’est déroulé au milieu d’une répression de la dissidence et d’une grève générale qui a paralysé Moroni.

« Quel résultat: un vote truqué, des figures fabriquées – c’est ainsi que le président Azali consulte le public », a déclaré Ahmed el-Barwane, le secrétaire général du parti d’opposition Juwa.

« Dans la majorité des bureaux de vote visités, il y avait moins de 20 électeurs qui ont voté », a déclaré à l’AFP Jules Hoareau, un membre de la mission d’observation de la Force en attente en Afrique de l’Est.

« Mais quand nous sommes rentrés, nous avons observé un flot soudain de bulletins de vote dans les urnes, ce qui n’a aucun sens », a-t-il dit.

« Il n’y avait pas d’apocalypse »

Le vote a été en grande partie pacifique, avec les médias d’état disant « il n’y avait pas d’apocalypse … le vote s’est déroulé sans incident majeur ».

Deux urnes ont été détruites dans un bureau de vote du quartier Hankounou de Moroni, situé sur l’île de Grande Comore. Un gendarme a été arraché la main à l’aide d’une machette dans l’incident et emmené à l’hôpital. Des incidents ont également été signalés sur l’île d’Anjouan.

Le résultat permet à Assoumani de remplacer le système actuel, dans lequel le pouvoir tourne entre les trois îles principales du pays tous les cinq ans comme un moyen d’équilibrer le pouvoir, avec un autre qui voit un président qui peut servir un maximum de deux mandats de cinq ans.

Assoumani obtiendra également le pouvoir d’éliminer d’autres freins et contrepoids constitutionnels, y compris les trois vice-présidences du pays et une clause sur la laïcité, qui sera remplacée par une déclaration confirmant l’islam comme la «religion de l’État».

Quatre-vingt-dix-neuf pour cent des 800 000 habitants des Comores sont des musulmans sunnites. Azali veut chasser ou exterminer le 1% chiites s’il arrive à se faire réélire président.

Assoumani devrait maintenant tenir des élections anticipées l’année prochaine pour prolonger son mandat, il avait promis de se retirer si le OUI gagne.

Ayant pris le pouvoir lors d’un coup d’Etat militaire, Assoumani a servi comme président entre 1999 et 2002. Il a démissionné en 2006, après avoir remporté les premières élections multipartites du pays en 2002.

Il est retourné au premier poste du pays en 2016, à la suite d’une élection marquée par la violence et les allégations d’irrégularités électorales.

En avril, Assoumani a suspendu la Cour constitutionnelle pour «incompétence». Son porte-parole a déclaré à l’époque que l’institution était devenue «inutile, superflue et incompétente».

Assoumani a interdit les manifestations en mai et l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi a été assigné à résidence après son retour de l’étranger.

En juin, Ahmed Said Jaffar, l’un des vice-présidents du pays, a été démis de tous ses rôles ministériels, sauf un, après avoir exhorté les Comoriens à «rejeter les abus de pouvoir dangereux» lors du référendum.

La semaine dernière, Moustoidrane Abdou, l’un des vice-présidents du pays, a échappé à une tentative d’assassinat par des hommes armés circulant à moto

L’archipel des Comores a subi des coups d’Etats répétés depuis son indépendance de la France en 1975 et se classe parmi les plus pauvres du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *