Les thèmes principaux évoqué dans Robinson Crusoé

L’ambivalence de la maîtrise

Le succès de Crusoé à maîtriser sa situation, à surmonter ses obstacles et à contrôler son environnement montre la condition de maîtrise sous un jour positif, du moins au début du roman. Crusoé atterrit dans un environnement inhospitalier et en fait sa maison. Son apprivoisement et sa domestication des chèvres sauvages et des perroquets avec Crusoé comme leur maître illustre son nouveau contrôle. De plus, la maîtrise de Crusoé sur la nature fait de lui un maître de son destin et de lui-même. Au début du roman, il se reproche souvent d’avoir désobéi aux conseils de son père ou blâme le destin qui l’a conduit à la mer. Mais dans la dernière partie du roman, Crusoé cesse de se considérer comme une victime passive et frappe une nouvelle note d’autodétermination. En se construisant une maison sur l’île, il se rend compte qu’il est maître de sa vie – il subit un sort difficile et trouve toujours la prospérité.

Mais ce thème de la maîtrise devient plus complexe et moins positif après l’arrivée de vendredi, lorsque l’idée de maîtrise vient s’appliquer davantage aux relations déloyales entre humains. Au chapitre XXIII, Crusoé enseigne vendredi le mot «[m] aster» avant même de lui apprendre «oui» et «non», et en effet il lui fait «savoir que ce devait être le nom [de Crusoé]». Crusoé n’a jamais l’idée de considérer vendredi un ami ou un égal – pour une raison quelconque, la supériorité lui vient instinctivement. Nous remettons en outre en question le droit de Crusoé d’être appelé «[m] aster» lorsqu’il se réfère plus tard à lui-même comme «roi» sur les indigènes et les Européens, qui sont ses «sujets». En bref, alors que Crusoé semble digne d’éloges dans la maîtrise de son destin, la louange de sa maîtrise sur ses semblables est plus douteuse. Defoe explore le lien entre les deux dans sa représentation de l’esprit colonial.

La nécessité du repentir

Les expériences de Crusoé ne constituent pas simplement une histoire d’aventure dans laquelle des choses passionnantes se produisent, mais aussi un conte moral illustrant les bonnes et les mauvaises façons de vivre sa vie. Cette dimension morale et religieuse du conte est indiquée dans la préface, qui déclare que l’histoire de Crusoé est publiée pour instruire les autres dans la sagesse de Dieu, et une partie vitale de cette sagesse est l’importance de se repentir de ses péchés. S’il est important d’être reconnaissant pour les miracles de Dieu, comme Crusoé l’est quand son grain pousse, il ne suffit pas simplement d’exprimer sa gratitude ou même de prier Dieu, comme Crusoé le fait plusieurs fois avec peu de résultats. Crusoé a le plus besoin de se repentir, comme il l’apprend de la figure angélique ardente qui vient à lui pendant une hallucination fiévreuse et dit: «Voyant que toutes ces choses ne t’ont pas amené à la repentance, maintenant tu mourras. »Crusoé croit que son péché majeur est son comportement rebelle envers son père, qu’il appelle son« péché originel », semblable à la première désobéissance d’Adam et Eve à Dieu. Cette référence biblique suggère également que l’exil de Crusoé de la civilisation représente l’expulsion d’Adam et Eve d’Eden.

Pour Crusoé, la repentance consiste à reconnaître sa misère et sa dépendance absolue au Seigneur. Cet aveu marque un tournant dans la conscience spirituelle de Crusoé, et est presque une expérience née de nouveau pour lui. Après le repentir, il se plaint beaucoup moins de son triste sort et voit l’île de manière plus positive. Plus tard, lorsque Crusoé est sauvé et sa fortune rétablie, il se compare à Job, qui a également regagné la faveur divine. Ironiquement, cette vision de la nécessité de la repentance finit par justifier le péché: Crusoé n’aurait peut-être jamais appris à se repentir s’il n’avait jamais désobéi pécheur à son père en premier lieu. Ainsi, aussi puissant que soit le thème du repentir dans le roman, il n’en est pas moins complexe et ambigu.

L’importance de la conscience de soi

L’arrivée de Crusoé sur l’île ne le fait pas revenir à une existence brute contrôlée par des instincts animaux et, contrairement aux animaux, il reste conscient de lui-même à tout moment. En effet, son existence insulaire approfondit en fait sa conscience de soi alors qu’il se retire du monde social extérieur et se tourne vers l’intérieur. L’idée que l’individu doit tenir un compte minutieux de l’état de sa propre âme est un point clé de la doctrine presbytérienne que Defoe a pris au sérieux toute sa vie. Nous voyons que dans ses activités quotidiennes normales, Crusoé tient des comptes de lui-même avec enthousiasme et de diverses manières. Par exemple, il est significatif que le calendrier improvisé de Crusoé ne marque pas simplement le passage des jours, mais marque plutôt de manière plus égocentrique les jours qu’il a passés sur l’île: il s’agit de lui, une sorte de calendrier auto-conscient ou autobiographique avec lui en son centre. De même, Crusoé tient de façon obsessionnelle un journal pour enregistrer ses activités quotidiennes, même lorsqu’elles ne représentent rien de plus que de trouver quelques morceaux de bois sur la plage ou d’attendre à l’intérieur pendant qu’il pleut. Crusoé ressent l’importance de rester conscient de sa situation à tout moment. Nous pouvons également sentir l’impulsion de Crusoé vers la conscience de soi dans le fait qu’il apprend à son perroquet à dire les mots: «Pauvre Robin Crusoé. . . . Où étais-tu? » Ce genre de pensée d’auto-examen est naturel pour quiconque est seul sur une île déserte, mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi. Crusoé tient de façon obsessionnelle un journal pour enregistrer ses activités quotidiennes, même si elles ne représentent rien de plus que de trouver quelques morceaux de bois sur la plage ou d’attendre à l’intérieur pendant qu’il pleut. Crusoé ressent l’importance de rester conscient de sa situation à tout moment. Nous pouvons également sentir l’impulsion de Crusoé vers la conscience de soi dans le fait qu’il apprend à son perroquet à dire les mots: «Pauvre Robin Crusoé. . . . Où étais-tu? » Ce genre de pensée d’auto-examen est naturel pour quiconque est seul sur une île déserte, mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi. Crusoé tient de façon obsessionnelle un journal pour enregistrer ses activités quotidiennes, même si elles ne représentent rien de plus que de trouver quelques morceaux de bois sur la plage ou d’attendre à l’intérieur pendant qu’il pleut. Crusoé ressent l’importance de rester conscient de sa situation à tout moment. Nous pouvons également sentir l’impulsion de Crusoé vers la conscience de soi dans le fait qu’il apprend à son perroquet à dire les mots: «Pauvre Robin Crusoé. . . . Où étais-tu? » Ce genre de pensée d’auto-examen est naturel pour quiconque est seul sur une île déserte, mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi. Crusoé ressent l’importance de rester conscient de sa situation à tout moment. Nous pouvons également sentir l’impulsion de Crusoé vers la conscience de soi dans le fait qu’il apprend à son perroquet à dire les mots: «Pauvre Robin Crusoé. . . . Où étais-tu? » Ce genre de pensée d’auto-examen est naturel pour quiconque est seul sur une île déserte, mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi. Crusoé ressent l’importance de rester conscient de sa situation à tout moment. Nous pouvons également sentir l’impulsion de Crusoé vers la conscience de soi dans le fait qu’il apprend à son perroquet à dire les mots: «Pauvre Robin Crusoé. . . . Où étais-tu? » Ce genre de pensée d’auto-examen est naturel pour quiconque est seul sur une île déserte, mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi. mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi. mais on lui donne une intensité étrange quand on se souvient que Crusoé a passé des mois à apprendre à l’oiseau à le lui dire. Crusoé apprend à la nature elle-même à exprimer sa propre conscience de soi.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *