L’histoire politique de la France (850-1180)

La fragmentation du pouvoir politique résultant du déclin des Carolingiens a contraint les rois de France à se lancer dans des rivalités, des alliances et des conflits avec les princes, qui ont été pendant de nombreuses générations les véritables dirigeants de leurs territoires. Même après qu’une nouvelle dynastie , les Capétiens, aient repris la couronne en 987, il leur a fallu plusieurs siècles avant de pouvoir imposer leur autorité à la plus grande partie de la France actuelle.

Principautés au nord de la Loire

En dehors du domaine royal dynastique (autour de Paris), les plus grandes puissances du nord étaient Flandre, Normandie, Anjou, Bretagne, Blois-Champagne et Bourgogne.

La plus septentrionale d’entre elles était la Flandre, dont le fondateur, Baudouin Ier (règne 862–879) réussit non seulement à enlever la fille du roi carolingien et à l’épouser, mais également à obtenir l’approbation de ce roi en tant que comte de Gand. Son autorité a été consolidée sous son fils Baldwin II (879–918) et petit-fils Arnulf I (918–965), ce dernier était un prince violent et ambitieux qui s’était engagé à restaurer l’église flamande comme s’il était un empereur. Fertile et précoce dans le commerce, la Flandre abrite un réseau dense de villes et de monastères prospères. Les moines de Saint-Bertin et de Gand fêtèrent les prouesses dynastiques des comtes.

Au temps de Robert Ier (1071–93), des efforts ont été déployés pour systématiser la domination du comte sur les châteaux ainsi que ses droits fiscaux, mais les résultats n’ont pas permis de lui donner un pouvoir souverain effectif . Quand Charles le Bon (1119-1127), né à l’étranger, essaya de pacifier le comté aux dépens de familles moins légendaires, il fut assassiné.La stabilité et un nouveau mode de comptabilité fiscale centralisé ont été réalisés par Thierry d’Alsace (1128–118) et son fils Philip (1163–191). Vers 1180, la Flandre était une puissance majeure du nord de la France.

Le duché de La Normandie a été créée en 911, lorsque le chef viking Rollo (Hrolf) a accepté des terres autour de Rouen et d’Evreux du roi Charles III (le Simple). Avec ses pâturages, ses pêcheries et ses forêts, ce territoire constituait un riche prix et les successeurs de Rollo en étendirent leur domination de manière agressive. La première histoire normande est  cependant plus obscure que flamande, sans les disques que seuls les clercs chrétiens pourraient écrire. Les acquisitions du deuxième duc de Normandie, Guillaume Ier (927–942), ont été menacées lorsqu’il a été assassiné par Arnulf Ier de Flandre en 942. Ce n’est que sous le règne de son fils, Richard Ier (942–996), que l’on parvint à une continuité administrative fondée sur la succession aux domaines fiscaux et au contrôle de l’église.Les ducs (comme on les appelait alors plus tard), alliés du duc ascendant, le duc Hugh Capet, avaient peu à perdre de l’accession de ce dernier à la royauté en 987; c’est à cette époque qu’une nouvelle aristocratie normande sous contrôle ducal prend forme.  Sous Robert Ier (le diable; 1027-1035), la prospérité agraire et commerciale favorisa la multiplication des castellanies et des chevaliers; Le duc Guillaume II (1035–1087; Guillaume le Conquérant) dut endiguer une montée dangereuse de barons et castellans normands en 1047 avant de procéder, en conséquence délibérée, à l’établissement d’un contrôle fermement central des châteaux sans précédent en France. Sa conquête de l’Angleterre en 1066 fait de William le souverain le plus puissant de France. Dans le même temps, des chevaliers de familles d’élite inférieure de Normandie établissaient des seigneuries territoriales dans le sud de l’Italie.

La seigneurie ducale normande était rudimentaire mais efficace. Sous Henri Ier (1106-1035), une exploitation unifiée du mécénat, des châteaux et des revenus fut développée pour le royaume d’Angleterre et le duché de Normandie. La Normandie passa à Henry, fils du comte Geoffrey d’Anjou, en 1135;  et à son petit-fils Henri II (1150 – 89), dont il devint le cœur d’un empire dynastique angevin.

L’Anjou , dans la basse vallée de la Loire, faisait partie des terres déléguées à Robert le Fort en 866. Au 10ème siècle, une série de comtes vigoureux constitua un patrimoine dynastique qui se développa sous le grand Fulk III Nerra (987-1040) et son fils Geoffrey Martel (1040-1060) pour inclure Maine et Touraine.

La Bretagne , à l’ouest de l’Anjou et de la Normandie, se distingue par sa tradition fortement celtique. Il a atteint l’identité au 9ème siècle sous le chef indigène Nomenoë, qui s’empare de Nantes et de Rennes au mépris de Charles le Chauve. Ses successeurs, malmenés par les Vikings, ont été reconnus comme ducs au 10ème siècle, mais ont été incapables de consolider leur pouvoir sur les comtes mineurs et les castellans. Ne disposant que d’une indépendance peu convaincue, le duché persista jusqu’au XIIe siècle. Une série de crises de succession permit au roi Henri II d’Angleterre de l’assujettir aux domaines de Plantagenêt. Ce n’est qu’après 1166 que les Bretons ont senti l’impact de l’administration territoriale systématique.

La zone autour de Blois, à l’est de la Touraine, avait également été confié à Robert le Fort et est resté entre les mains de sa famille jusqu’à environ 940, quand Theobald I (le Vieux) en prit le contrôle et fonda une lignée de comtes de Blois. Ses successeurs, notamment le redoutable Eudes II (996-1037), annexèrent les comtés de Sancerre (1015) et de Champagne (1019-1023), créant ainsi une principauté comparable en force à la Flandre et plus menaçante au roi dont elle entoure les domaines patrimoniaux. Agrégat dynastique dépourvu de cohésion naturelle, Blois-Champagne a réalisé sa plus grande force sous Theobald IV (le grand; Theobald II de Champagne, 1125-1152), qui était un redoutable rival des rois Louis VI et Louis VII. Les terres principales ont été divisées sous ses fils Theobald V (1152–91) et Henri (1152–81), eux-mêmes seigneurs prestigieux; et la champagne de Henri le Libéral était parmi les terres françaises les plus riches, les mieux organisées et les plus cultivées de son époque.

Enfin, il y avait la Bourgogne, au sud de la Champagne (à ne pas confondre avec l’ancien royaume et le dernier comté impérial de Bourgogne), qui acquit pour la première fois une identité princière sous Richard le Justicier (880–921). Vainqueur des Magyars et des Vikings, Richard était considéré comme un roi. Le pouvoir ducal a été contesté et diminué par la suite, mais il a survécu en tant que patrimoine d’une famille capétienne jusqu’en 1361.

Ainsi, à la fin du XIIe siècle, la France au nord de la Loire était composée de plusieurs grandes principautés (certaines associées à la couronne anglaise) coexistant entre elles et avec le roi, qui luttait pour leur imposer sa seigneurie.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *