Population Wallis et Futuna 2020

La population actuelle de Wallis et Futuna est basée sur les projections des dernières données des Nations Unies. L’ONU estime la population au 1er juillet 2020 à 11 239 habitants.
Le taux de croissance de Wallis et Futuna est de -1,69%.

Wallis et Futuna n’est pas un pays mais est plutôt classé comme une collectivité d’outre-mer. Cela signifie qu’il est semi-autonome mais reste une division administrative de la France. Elle a été considérée comme un territoire d’outre-mer dans les années 1950 avant de devenir une collectivité d’outre-mer en 2003. Wallis et Futuna est située dans le Pacifique Sud, au nord-est des Fidji et à l’ouest des Samoa. La superficie totale de Wallis et Futuna est de près de 142 km². Avec une population de 11 239 habitants en 2020, est de 11558, la densité de population est de 79 personnes par kilomètre carré.

La capitale de Wallis et Futuna est Mata-Utu, qui est également la plus grande ville. Mata-Uta est située sur l’île d’Uvea (également connue sous le nom de Wallis) et compte une population de près de 1 200 personnes. Wallis et Futuna est composé de trois îles volcaniques avec de nombreux îlots. Il existe deux principaux groupes d’îles: les îles Uvea et Hoorn, également connues sous le nom d’îles Futuna. Plus de 72% de la population vit sur l’île de Wallis.

Le principal groupe ethnique de cette région insulaire est polynésien. Les autres groupes minoritaires comprennent les personnes d’origine française métropolitaine et les Blancs d’origine française. Près de 60% de la population parle le wallisien, tandis que près de 28% parlent le futunan. Plus de 12% parlent français. Presque tout le monde à Wallis et Futuna est de confession catholique romaine, pratiquée par 99% des habitants.

La population de cette région insulaire était en augmentation de la fin des années 1960 au début des années 2000, atteignant un pic de près de 15 000 habitants en 2003. Cependant, au moment du recensement de 2008, la population avait diminué et continuait de baisser à chaque recensement quinquennal depuis. Cela est principalement dû au manque de possibilités d’emploi et d’éducation qui poussent les jeunes insulaires en Nouvelle-Calédonie . Les tensions politiques sur l’île principale ont également contribué au déclin de la population.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *