Pourquoi les chrétiens ne mangent-ils pas de viande le vendredi?

Les catholiques s’abstiennent de viande le mercredi des cendres, le vendredi saint et le vendredi du carême.

L’abstinence est l’une de plus anciennes traditions chrétiennes. «À partir du premier siècle, le jour de la crucifixion a traditionnellement été observé comme un jour d’abstention de viande (« jeûne noir ») pour honorer le Christ qui a sacrifié sa chair un vendredi».

Jusqu’en 1966, la loi de l’Église interdisait la viande tous les vendredis pendant toute l’année. La nouvelle loi a été promulguée en 1983 dans le Code de droit canonique révisé, qui stipule qu ‘«il faut observer l’abstinence le mercredi des cendres et le vendredi de la Passion et de la mort de notre Seigneur Jésus-Christ». «Toutes les personnes qui ont terminé leur quatorzième année sont soumises à la loi de l’abstinence». La Conférence des évêques catholiques des États-Unis (USCCB) a étendu cette loi à tous les vendredis du carême.

Les archidiocèses de Saint-Paul et de Minneapolis expliquent également qu’au début de l’histoire de l’Église, la viande n’était pas un aliment traditionnel sur la table du dîner, contrairement à l’époque moderne. C’était associé aux célébrations et aux jours de fête. Par conséquent, abandonner quelque chose qui est en corrélation avec le festin était considéré comme un sacrifice.

Puisque Jésus a sacrifié sa chair pour son peuple le vendredi saint, les chrétiens s’abstiennent de manger de la viande de chair en son honneur le vendredi. La viande de chair comprend la viande de mammifères et de volaille, et les principaux aliments qui relèvent de cette rubrique sont le bœuf et le porc, le poulet et la dinde. Bien que la chair soit interdite, les produits autres que la chair de ces animaux ne le sont pas, comme le lait, le fromage, le beurre et les œufs.

Le poisson n’appartient pas à la catégorie de la chair. Le mot latin pour viande, caro, d’où nous tirons le mot français carnivore, s’applique strictement à la chair carnée et n’a jamais été compris comme incluant le poisson. En outre, jadis, la viande de chair était plus chère, ne se mangeait que de temps en temps et était associée à des festins et des réjouissances; tandis que le poisson était bon marché, mangé plus souvent et ne faisait pas partie des célébrations.

L’abstinence est une forme de pénitence. La pénitence exprime le chagrin et la contrition pour les actes répréhensibles, indique l’intention de se détourner du péché et de revenir à Dieu et de réparer les péchés, contribue à annuler la dette et à payer les pénalités encourues pour les transgressions.

L’abstinence est une forme d’ascèse, la pratique du renoncement à soi pour grandir dans la sainteté. Jésus demande à ses disciples de se nier et de prendre leur croix. L’abstinence est une façon sobre de pratiquer la simplicité et l’austérité, de nier les envies de nos corps afin d’honorer Jésus qui a pratiqué la forme ultime de renoncement de soi quand il a donné son corps pour ses fidèles sur la Croix. Ainsi, renoncer à la viande le vendredi, pour se régaler du poisson, c’est vaincre le but ascétique de l’abstinence. Moins est plus! Il existe d’innombrables options pour les dîners sans viande du vendredi: crêpes, gaufres, soupe et petits pains, thon ébréché sur du pain grillé, macaronis au fromage, sandwichs aux œufs au plat, sandwichs au fromage grillé, pizza au fromage et bien sûr, poisson.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *