Religion de l’Égypte antique

La religion de l’Égypte ancienne a duré plus de 3 000 ans et était polythéiste, ce qui signifie qu’il existait une multitude de divinités censées résider dans les forces de la nature et les contrôler. Les pratiques religieuses étaient profondément ancrées dans la vie des égyptiens, qui tentaient de subvenir aux besoins de leurs dieux et de gagner leurs faveurs. La complexité de la religion était évidente car certaines divinités existaient sous différentes manifestations et avaient de multiples rôles mythologiques. Le panthéon incluait des dieux ayant des rôles majeurs dans l’univers, des divinités mineures (ou «démons»), des dieux étrangers et parfois des humains, y compris des pharaons décédés.

La pratique religieuse formelle était centrée sur le pharaon ou le dirigeant de l’Égypte, que l’on croyait être divin, et qui servait d’intermédiaire entre le peuple et les dieux. Son rôle était de soutenir les dieux pour qu’ils puissent maintenir l’ordre dans l’univers et l’État dépensait généreusement ses ressources pour construire des temples et organiser des rituels. Le pharaon était associé à Horus (et plus tard à Amon) et était considéré comme le fils de Râ. À sa mort, le pharaon était entièrement divinisé, directement identifié à Râ et associé à Osiris, le dieu de la mort et de la renaissance. Cependant, les individus pouvaient faire appel directement aux dieux à des fins personnelles par la prière ou des demandes de magie; à mesure que le pouvoir du pharaon déclinait, cette forme personnelle de pratique devenait plus forte. La pratique religieuse populaire impliquait également des cérémonies autour de la naissance et de la nomination.

Cosmologie

L’univers égyptien est centré sur Maât, un mot qui a plusieurs significations en français, notamment vérité, justice et ordre. C’était fixe et éternel (sans cela le monde s’effondrerait), et il y avait des menaces constantes de désordre qui obligeaient la société à travailler pour le maintenir. Les habitants du cosmos comprenaient les dieux, les esprits des êtres humains décédés et des êtres vivants, dont le plus important était le pharaon. Les humains devraient coopérer pour y parvenir et les dieux devraient fonctionner en équilibre. Maât a été renouvelé par des événements périodiques, tels que l’inondation annuelle du Nil, qui faisait écho à la création originale. Le plus important de ceux-ci était le voyage quotidien du dieu soleil Râ.

Les Égyptiens voyaient la terre comme un terrain plat (le dieu Geb), surmonté par le ciel (déesse Nout); ils ont été séparés par Shou, le dieu de l’air. Sous la terre, il y avait un monde parallèle  et sobre, et au-delà des cieux gisait Noun, le chaos avant la création. Douât était une région mystérieuse associée à la mort et à la renaissance, et chaque jour, Râ traversait Douât après avoir parcouru la terre pendant la journée.

Les Mythes

Les mythes égyptiens sont principalement connus par les cantiques, les textes rituels et magiques, les textes funéraires et les écrits de Grecs et de Romains. Le mythe de la création voyait le monde émerger comme un espace aride dans l’océan primordial du chaos, marqué par le premier soulèvement de Ra. D’autres formes du mythe ont vu le dieu primordial Atoum se transformer en éléments du monde et le discours créateur du dieu intellectuel Ptah.

Le mythe le plus important était celui d’Osiris et d’Isis. Le souverain divin Osiris a été assassiné par Seth (dieu du chaos), puis ressuscité par sa sœur et épouse Isis pour concevoir un héritier, Horus. Osiris devint alors le souverain des morts, tandis qu’Horus finissait par venger son père et devenait roi. Ce mythe place les pharaons et leur succession en ordre pour lutter contre le chaos.

Les mythes de la création

La vie des anciens Égyptiens était centrée sur le Nil. Il leur donnait de l’eau à boire, de l’eau pour se baigner et nager, du poisson pour manger, de l’eau pour les cultures, des crocodiles pour le culte et la peur, et une voie commerciale pour l’échange de marchandises. Il pourrait être serein et paisible et il pourrait être méchant et sans cœur quand il inondait. Il est également devenu populaire dans beaucoup de leurs mythes de création.

Le principal mythe de la création expliquait qu’avant le début des temps, Atoum était sorti de l’obscurité. Il s’est créé uniquement par la force de sa volonté et de ses propres pensées. Une fois qu’il s’est levé, il a créé une colline car il n’y avait aucun endroit où se tenir.

Seul au monde, Atoum n’était ni un homme ni une femme. Atoum avait un œil qui voyait tout et qui avait la capacité de parcourir l’univers. Atoum a rejoint son ombre pour produire une fille et un fils. Il a appelé son fils Shou et il est devenu le dieu de l’air. Il a appelé sa fille Tefnout, et elle est devenue déesse de la brume et de l’humidité.

Le fils et la fille ont été chargés de séparer le chaos qui régnait entre stabilité, loi et ordre. Ils ont séparé le chaos en lumière et obscurité. L’ordre s’appelait Maât et formait les principes de la vie. Maât était une plume légère et pure. Shôu et Tefnout ont produit Nout , le dieu du ciel et Geb, le dieu de la terre.

Quand ils sont apparus, Geb et Nout étaient enchevêtrés . Shou poussa Nout dans le ciel où elle jeta un coup d’œil sur son compagnon, Geb. Même s’ils voulaient être ensemble, Maât les a forcés à remplir leurs fonctions terrestres et à être séparés. Nout a fait pleuvoir pour Geb et avec elle, Geb a aidé à faire pousser des choses sur la terre comme des fleurs et des arbres. Nout a donné naissance au soleil tous les jours, de l’aube au coucher du soleil.

Shou et Tefnout ont produit d’autres divinités. Ils ont produit Isis , reine des dieux, Hathor, la déesse de l’amour et de la beauté, Osiris, le dieu de la sagesse et de la justice et Seth, le dieu du mal. Ils ont produit Thoth, le dieu de la sagesse et Nephthys, protecteur des morts.

Malgré tout, Maât n’était pas encore pleinement compris et le chaos était omniprésent. Shou et Tefnout ont été perdus à l’intérieur de Noun. Atoum voulait retrouver ses enfants, alors il envoya son oeil. Après un certain temps, Shou et Tefnout revinrent avec l’oeil de leur père. Atoum était si heureux de voir ses enfants qu’il pleura de joie. Quand les larmes ont touché la terre, ils sont devenus les tout premiers hommes.

Les hommes qui peuplaient maintenant la terre étaient tenus de maintenir l’équilibre de Maât. C’était le travail de l’homme de s’occuper de la terre et d’adorer les dieux. En retour, les dieux protégeaient et aimaient les hommes.

La vie après la mort

Les égyptiens étaient très préoccupés par le sort de leurs âmes après la mort et ont construit des tombeaux, créé des biens funéraires et fait des offrandes pour préserver les corps et les esprits des morts. Ils croyaient que les humains possédaient le ka, ou force de vie, qui a quitté le corps à la mort. Après la mort, le ka doit continuer à recevoir des offrandes de nourriture. cela pourrait en consommer l’essence spirituelle. Les humains possédaient également un ba, un ensemble de caractéristiques spirituelles propres à chaque personne, qui restaient dans le corps après la mort. Les rites funéraires étaient censés libérer le ba pour qu’il puisse se déplacer, rejoindre le ka et continuer à vivre comme un akh. Cependant, le ba revenant dans le corps la nuit, le corps doit donc être préservé.

La momification impliquait des pratiques d’embaumement élaborées et un drapé, ainsi que divers rites, dont la cérémonie d’ouverture de la bouche. Les tombes étaient à l’origine des mastabas (structures en briques rectangulaires), puis des pyramides.

Cependant, à l’origine, cela ne s’appliquait pas aux gens ordinaires: ils passèrent dans un royaume sombre  qui était l’opposé de la vie. Les nobles ont reçu des tombeaux et des cadeaux funéraires du pharaon. Finalement, vers 2181 avant notre ère, les Égyptiens ont commencé à croire que chaque personne avait un ba et pouvait accéder à la vie après la mort. Par le Nouvel Empire, l’âme devait faire face aux dangers du Douât avant d’avoir un jugement définitif, appelé Pesée du cœur, où les dieux comparaient les actes des défunts vivants à Maât, pour voir s’ils étaient dignes. Si tel est le cas, le ka et le ba sont unis dans un akh, qui ensuite voyage dans le monde souterrain luxuriant, ou voyage avec Râ dans son voyage quotidien, ou même retourne dans le monde des vivants pour effectuer de la magie.

Montée et chute des dieux

Certains dieux ont acquis un statut primordial avec le temps, puis sont tombés lorsque d’autres dieux les ont dépassés. Ceux-ci comprenaient le dieu soleil Ra, le dieu créateur Amon et la déesse mère Isis. À une certaine époque, l’Égypte était monothéiste, sous le pharaon Akhénaton et son dieu protecteur, Aton.

Les relations des divinités

De même que les forces de la nature entretenaient des relations complexes, les divinités égyptiennes aussi. Les divinités mineures peuvent être liées ou les divinités peuvent s’assembler en fonction de la signification des nombres dans la mythologie égyptienne (c’est-à-dire que les couples représentent la dualité). Les divinités peuvent également être liées par le syncrétisme, créant une divinité composite.

Représentations artistiques des dieux

Les représentations artistiques des dieux n’étaient pas des représentations littérales, car leur vraie nature était considérée comme mystérieuse. Cependant, des images symboliques ont été utilisées pour indiquer cette nature. Un exemple était Anubis, un dieu funéraire, présenté comme un chacal pour contrer sa signification traditionnelle de charognard et créer une protection pour la momie.

Temples

Les temples étaient la méthode utilisée par l’État pour soutenir les dieux, car leurs images physiques étaient hébergées et soignées; ils n’étaient pas un lieu de culte pour une personne ordinaire. Ils étaient tous  des temples mortuaires pour servir des pharaons décédés et des temples pour les dieux protecteurs. À partir de structures simples, ils sont devenus de plus en plus élaborés et de plus en plus construits en pierre, avec un plan commun. Les tâches rituelles étaient normalement exécutées par des prêtres ou des représentants du gouvernement exerçant ce rôle. Dans le Nouvel Empire, le sacerdoce professionnel est devenu courant et leurs richesses rivalisent avec celles du pharaon.

Rituels et festivals

Outre de nombreux rituels de temple, y compris la cérémonie d’offrande du matin et les reconstitutions de mythes, il y avait des cérémonies de couronnement et la fête-Sed, un renouveau de la force du pharaon pendant son règne. La fête d’Opet à Karnak a impliqué une procession portant l’image du dieu pour visiter d’autres sites importants.

Culte des animaux

Sur de nombreux sites, les Égyptiens ont vénéré des animaux spécifiques qu’ils croyaient être des manifestations de divinités. Les exemples incluent le taureau Apis (du dieu Ptah), et les chats momifiés et autres animaux.

Utilisation des oracles

Les roturiers et les pharaons posaient des questions sur les oracles et des réponses pourraient même être utilisées pendant le Nouvel Empire pour régler des différends juridiques. Cela peut impliquer de poser une question pendant le transport d’une image divine et d’interpréter les mouvements ou de tirer au sort.

Retenons

  • La religion de l’Égypte ancienne a duré plus de 3 000 ans et était polythéiste, ce qui signifie qu’il existait une multitude de divinités censées résider dans les forces de la nature et les contrôler.
  • La pratique religieuse formelle était centrée sur le pharaon ou le dirigeant de l’Égypte, que l’on croyait être divin, et qui servait d’intermédiaire entre le peuple et les dieux. Son rôle était de soutenir les dieux afin qu’ils puissent maintenir l’ordre dans l’univers.
  • L’univers égyptien est centré sur Maât, qui a plusieurs significations en français, notamment vérité, justice et ordre. C’était fixe et éternel; sans elle, le monde s’effondrerait.
  • Le mythe le plus important était celui d’Osiris et d’Isis. Le souverain divin Osiris a été assassiné par Seth (dieu du chaos), puis ressuscité par sa sœur et épouse Isis pour concevoir un héritier, Horus.
  • Osiris devint alors le souverain des morts, tandis qu’Horus finissait par venger son père et devenait roi.
  • Les Égyptiens étaient très préoccupés par le sort de leurs âmes après la mort. Ils croyaient que le ka (force de vie) quittait le corps à la mort et devait être nourri. Ba, ou spiritualité personnelle, est restée dans le corps. Le but était de réunir ka et ba pour créer akh.
  • Les représentations artistiques des dieux n’étaient pas des représentations littérales, car leur vraie nature était considérée comme mystérieuse. Cependant, des images symboliques ont été utilisées pour indiquer cette nature.
  • Les temples étaient la méthode utilisée par l’État pour soutenir les dieux, puisque leurs images physiques étaient hébergées et soignées; les temples n’étaient pas un lieu de culte pour une personne ordinaire.
  • Certains animaux ont été vénérés et momifiés en tant que représentants des dieux.
  • Les oracles étaient utilisés par toutes les classes.

Ressources externes

https://fr.wikipedia.org
https://www.museede


Une opinion sur “Religion de l’Égypte antique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *