Risque de liquidité

Qu’est-ce que le risque de liquidité?

La liquidité est la capacité d’une entreprise, d’une institution ou même d’un individu à payer ses dettes sans subir de pertes catastrophiques. À l’inverse, le risque de liquidité découle du manque de négociabilité d’un investissement qui ne peut être acheté ou vendu assez rapidement pour éviter ou minimiser une perte. Cela se traduit généralement par des écarts acheteur- vendeur inhabituellement larges ou des mouvements de prix importants.

Retenons
  • La liquidité est la capacité d’une entreprise, d’une institution ou même d’un individu à payer ses dettes sans subir de pertes catastrophiques.
  • Les investisseurs, les gestionnaires et les créanciers utilisent des ratios de mesure de la liquidité lorsqu’ils décident du niveau de risque au sein d’une organisation.
  • Si un investisseur, une entreprise ou une institution financière ne peut pas s’acquitter de ses obligations à court terme, il court un risque de liquidité.

Explication du risque de liquidité

La règle générale est que plus la taille du titre ou de son émetteur est petite, plus le risque de liquidité est élevé. La chute de la valeur des actions et autres titres a incité de nombreux investisseurs à vendre leurs avoirs à tout prix au lendemain des attentats du 11 septembre, ainsi que pendant la crise mondiale du crédit de 2007 à 2008. Cette ruée vers les sorties a provoqué un élargissement des écarts acheteur-vendeur et une forte baisse des prix, ce qui a encore contribué à l’illiquidité du marché.

Le risque de liquidité survient lorsqu’un investisseur, une entreprise ou une institution financière ne peut pas s’acquitter de ses obligations à court terme. L’investisseur ou l’entité pourrait ne pas être en mesure de convertir un actif en espèces sans renoncer au capital et aux revenus en raison d’un manque d’acheteurs ou d’un marché inefficace .

Risque de liquidité dans les entreprises

Les investisseurs, les gestionnaires et les créanciers utilisent des ratios de mesure de la liquidité lorsqu’ils décident du niveau de risque au sein d’une organisation. Ils comparent souvent les passifs à court terme et les actifs liquides répertoriés dans les états financiers d’une entreprise. Si une entreprise présente un risque de liquidité trop important, elle doit vendre ses actifs, générer des revenus supplémentaires ou trouver un autre moyen de réduire l’écart entre la trésorerie disponible et ses dettes.

Risque de liquidité dans les institutions financières

Les institutions financières dépendent dans une large mesure de l’argent emprunté, de sorte qu’elles sont généralement examinées pour déterminer si elles peuvent honorer leurs dettes sans réaliser de grandes pertes, ce qui pourrait être catastrophique. Les établissements sont donc soumis à des exigences de conformité strictes et à des tests de résistance pour mesurer leur stabilité financière.

La Federal Deposit Insurance Corporation (FDIC) aux USA a publié une proposition en avril 2016 qui créait un ratio de financement stable net . Il devait contribuer à accroître la liquidité des banques en période de tensions financières. Le ratio indique si les banques possèdent suffisamment d’actifs de haute qualité qui peuvent être facilement convertis en espèces en un an plutôt que dans la limite actuelle de 30 jours. Les banques dépendent moins du financement à court terme, qui a tendance à être plus volatil.

Pendant la crise financière de 2008, de nombreuses grandes banques ont échoué ou ont été confrontées à des problèmes d’insolvabilité en raison de problèmes de liquidité. Le ratio FDIC est conforme à la norme internationale de Bâle, créée en 2015, et il réduit la vulnérabilité des banques en cas de nouvelle crise financière.

Un exemple concret

Une maison de 500 000 $ peut n’avoir aucun acheteur lorsque le marché immobilier est en baisse, mais la maison peut se vendre au-dessus de son prix affiché lorsque le marché s’améliore. Le propriétaire peut vendre la maison moins cher et perdre de l’argent dans la transaction s’il a besoin d’argent rapidement, il doit donc vendre pendant que le marché est en baisse.

Les investisseurs doivent déterminer s’ils peuvent convertir leurs titres de créance à court terme en espèces avant d’investir dans des actifs non liquides à long terme pour se couvrir contre le risque de liquidité.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *