Robinson Crusoé: Résumé et analyse des chapitres IV à VII

Résumé: Chapitre IV – Je deviens planteur brésilien

Après un voyage de vingt-deux jours, Crusoé atterrit au Brésil, acceptant de nombreux cadeaux d’adieu du capitaine portugais. Après avoir rencontré son voisin anglo-brésilien, il conçoit un projet pour devenir planteur de tabac. Pendant deux ans, Crusoé ne gagne que de quoi vivre, mais la troisième année, il commence à bien faire et, rétrospectivement, manque le potentiel de travail de l’esclave Xury qu’il a vendu. Ayant informé le capitaine portugais de ses 200 livres restantes en Angleterre, le capitaine s’arrange pour envoyer cent livres à Crusoé au Brésil, ainsi que de nombreux cadeaux. Après avoir reçu ce que le capitaine a envoyé, Crusoé se sent plutôt bien. Désireux que le travail des esclaves étende ses affaires, il accepte le projet d’une connaissance de naviguer en Guinée pour des esclaves noirs, en échange de sa propre part des esclaves.

Résumé: Chapitre V – Je monte à bord dans une mauvaise heure

Après avoir rédigé un testament laissant la moitié de ses biens au capitaine portugais, Crusoé met le cap sur la Guinée le 1er septembre 1659.avec une cargaison de bibelots pour acheter des esclaves. En remontant la côte sud-américaine, le navire rencontre une tempête et deux hommes sont perdus. Crusoé craint pour sa vie. Atteignant les Caraïbes, le navire est secoué par une autre tempête qui le pousse sur le sable, brisant le gouvernail. Le navire est clairement condamné et l’équipage monte dans des bateaux pour rejoindre le rivage. Crusoé perd de vue ses compagnons quand tous sont emportés par une immense vague. Finalement, Crusoé arrive à terre, où il prie immédiatement Dieu en signe de gratitude. Il ne voit jamais le signe d’un autre membre d’équipage vivant. Après avoir bu de l’eau fraîche et trouvé un arbre pour dormir, Crusoé passe sa première nuit sur l’île.

Résumé: Chapitre VI – Je me fournis beaucoup de choses

Se réveillant le lendemain matin rafraîchi, Crusoé descend vers le rivage pour explorer les restes du navire. En nageant autour, il trouve impossible de monter à bord jusqu’à ce qu’il trouve une chaîne suspendue, par laquelle il se relève. Crusoé conçoit l’idée de construire un radeau en bois cassé, sur lequel il charge des provisions de pain, de riz, de viande de chèvre, de fromage et d’autres aliments. Il trouve également des vêtements, des armes et de l’eau fraîche. Il navigue son radeau chargé de marchandises dans une petite crique, où il le décharge. Il remarque que la terre a des oiseaux sauvages mais pas d’autres humains. Crusoé retourne au navire douze fois au cours des treize jours suivants. Lors d’un des voyages ultérieurs, il trouve trente-six livres, et il médite tristement sur le fait que l’argent ne vaut rien pour lui. Après un vent fort cette nuit-là, il se réveille pour trouver les restes du navire parti le lendemain matin.

Résumé: Chapitre VII – Je construis ma forteresse

Méfiant envers les sauvages, Crusoé décide qu’il doit construire une habitation ou une «forteresse», comme il l’appelle. Il choisit un endroit avec vue sur la mer, protégé des animaux et de la chaleur du soleil et proche de l’eau douce. Il enfonce des piquets de bois dans le sol, les utilisant comme cadre pour les murs. Crusoé dort en toute sécurité dans l’abri cette nuit-là. Le lendemain, il transporte toutes ses provisions et fournitures à l’intérieur, et accroche un hamac sur lequel dormir. Il construit également une cave. Lors d’un orage, il s’inquiète soudain de son approvisionnement en poudre, qu’il sépare des autres fournitures et magasins de la cave. Crusoé découvre des chèvres sauvages sur l’île. Il en tue un et voit alors qu’il a eu un enfant, qu’il tue ensuite aussi. Vers son douzième jour sur l’île, il érige une grande croix qu’il inscrit avec la date de son arrivée, le 30 septembre, 1659 . Il décide de couper une encoche sur la croix pour marquer chaque jour qui passe. Il commence également un journal dans lequel il enregistre les aspects bons et mauvais de son expérience, jusqu’à ce qu’il soit à court d’encre. Il surveille les navires qui passent, toujours déçu.

Analyse: chapitres IV à VII

La question de savoir si l’humanité de Crusoé survivra sur l’île, ou s’il reviendra à la sauvagerie, est subtilement soulevée dans ces chapitres. Sa relation changeante avec Xury est un exemple de test de moralité. Au cours de sa première connaissance avec le garçon, Crusoé semble vraiment aimer lui, ému par l’expression de loyauté du garçon et par leur solidarité en tant qu’esclaves du même maître. Mais alors, Crusoé, récemment esclave lui-même, vend froidement Xury au capitaine portugais sans aucun scrupule. Lorsque Crusoé pense à Xury plus tard, il ne se souvient pas des souvenirs d’une connaissance perdue depuis longtemps, mais se lamente à la place de manquer le potentiel de travail forcé: lui et son voisin planteur «voulaient tous deux de l’aide, et maintenant j’ai trouvé, plus qu’avant, J’avais mal fait en me séparant de mon garçon Xury. «Nous pourrions penser que ce qui ne va pas n’est pas sa décision commerciale, mais la vente de son ami supposé comme esclave à but lucratif. La question de savoir si la moralité est socialement adaptable ou naturellement innée a été contestée dans l’Angleterre du XVIIe siècle: le philosophe Thomas Hobbes a soutenu que les hommes sont naturellement des sauvages. Crusoé est une étude de cas sur la nature de la morale humaine.

Le sens de la religion de Crusoé semble, d’une part, se développer fortement, mais d’autre part, certains de ses propos soulèvent un doute sur ses croyances. Certes, il semble très pieux lorsque sa première réaction en atteignant la terre ferme après son naufrage est «de lever les yeux et de remercier Dieu que ma vie ait été sauvée dans un cas où il y avait quelques minutes avant que je ne puisse espérer. Mais, comme beaucoup l’ont remarqué, ses commentaires juste après cette remarque sont théologiquement malsains: «Je crois qu’il est impossible d’exprimer à la vie ce que sont les extases et les transports de l’âme lorsqu’elle est ainsi sauvée, comme je peux le dire, hors de le très grave. . . . » Comme tout chrétien pieux de l’époque de Defoe le saurait, l’âme est éternelle, et ce que Crusoé devrait plutôt dire, c’est que sa vie corporelle est sauvée. La remarque est donc un peu ignorante même au moment où il semble profondément craindre Dieu. Plus tard, quand il construit une croix sur l’île et la consacre à lui – même et à son temps sur l’île, plutôt qu’au Christ, notre doute sur sa vraie foi en Dieu grandit encore.

La relation de Crusoé aux possessions matérielles est un sujet de premier plan dans ces chapitres. Crusoé suggère à plusieurs reprises que son naufrage est une punition pour sa soif de profits et que sa recherche de richesses toujours plus matérielles a causé sa misère actuelle. Son prototype biblique Job, un autre survivant d’un désastre en mer, apprend de son épreuve à dédaigner les possessions matérielles. La survie de Crusoé sur l’île ressemble à une renaissance dans la vraie spiritualité chrétienne, une chance de vivre moins matériellement et plus religieusement. Pourtant, lorsque Crusoé ne fait pas un ou deux, mais douze voyages vers le navire pour récupérer des fournitures, nous nous demandons à quel point il est devenu non matérialiste. Il est douteux que dans sa solitude il ait besoin «d’une douzaine de bons couteaux et fourchettes». Il intitule fièrement l’un de ses chapitres. Je me meuble de beaucoup de choses. Quand il découvre trente-six livres en pièces de monnaie sur le navire, il le dédaigne d’abord avec une grande intelligence chrétienne, en disant: «Ô drogue, à quoi es-tu bon», mais ensuite il emporte l’argent avec lui quand même. Son attitude envers les possessions semble une contradiction majeure dans son caractère, et ces sortes de contradictions existent tout au long du roman


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *