Robinson Crusoé: Résumé et analyse des chapitres VIII à XII

Résumé: Chapitre VIII – Le Journal

Crusoé nous fait connaître le journal qu’il tient un moment, à commencer par une entrée datée du « 30 septembre 1659 », qui inaugure son récit de la vie sur «l’île du désespoir», comme il l’appelle. Il raconte des événements déjà racontés: sa découverte des restes du navire, sa récupération des provisions, la tempête qui détruit entièrement le navire, la construction de sa maison, etc. Il note qu’il a perdu la trace de quel jour est dimanche, et il est donc incapable d’observer le sabbat religieusement. Il enregistre la construction de divers meubles et outils. Il apprivoise sa première chèvre.

Résumé: Chapitre IX – Je jette les cosses de maïs

Poursuivant son journal, Crusoé enregistre sa tentative ratée d’apprivoiser les pigeons et sa fabrication de bougies à partir de graisse de chèvre. Il raconte sa découverte semi-maculeuse de l’orge: après avoir jeté quelques balles de maïs dans une zone ombragée, il est étonné de trouver des plantes d’orge saines qui y poussent plus tard. Il enregistre soigneusement la récolte pour planter à nouveau et peut ainsi se ravitailler en pain. Le 16 avril , un tremblement de terre l’a presque tué alors qu’il se tenait à l’entrée de sa cave. Après deux répliques, il est soulagé de sentir que cela se termine sans dommage pour sa vie ou ses biens.

Résumé: Chapitre X – Il souffle un ouragan des plus terribles

Immédiatement après le tremblement de terre, un ouragan arrive. Crusoé se réfugie dans sa grotte, coupant un drain pour sa maison et attendant les pluies torrentielles. Il est inquiet à l’idée qu’un autre tremblement de terre ferait tomber le précipice en surplomb sur son logement et décide de se déplacer. Mais il est distrait de ce plan par la découverte de tonneaux de poudre à canon et d’autres restes du navire qui ont été ramenés à terre par l’ouragan. Crusoé passe plusieurs jours à récupérer ces restes pour des objets plus utiles.

Résumé: Chapitre XI – Je suis très malade et effrayé

Pendant plus d’une semaine de temps pluvieux, Crusoé est gravement malade avec de la fièvre et de graves maux de tête. Il est presque trop faible pour se lever pour l’eau, bien qu’il meurt de soif. Il prie Dieu pour sa miséricorde. Dans une de ses crises de fièvre, il hallucine la vision d’un homme descendant d’un nuage noir sur une grande flamme. L’homme brandit une arme à Crusoé et lui dit que toutes ses souffrances ne l’ont pas encore conduit à la repentance. Crusoé émerge de la vision pour faire le bilan des nombreuses fois où il a été délivré de la mort et pleure sur son ingratitude. Il prononce sa première prière sérieuse à Dieu, demandant la fin de sa détresse. Le lendemain, Crusoé découvre qu’il commence à se remettre, bien qu’il soit encore si faible qu’il peut à peine tenir son arme. Il se débat avec des pensées d’auto-apitoiement suivies d’auto-reproche. Prenant du tabac et du rhum, son esprit est changé et il ouvre la Bible pour lire un verset sur l’invocation du Seigneur dans les moments difficiles, ce qui l’affecte profondément. Il tombe dans un sommeil profond de plus de vingt-quatre heures, ce qui jette à jamais ses calculs de calendrier. Dans les jours qui suivent, Crusoé se rétablit presque complètement et s’agenouille devant Dieu en signe de gratitude. Il préfère ne pas manger les oiseaux sauvages lorsqu’il est malade et mange plutôt des œufs de tortues qu’il trouve. Il commence une lecture sérieuse du Nouveau Testament et regrette sa vie antérieure. Il en vient à concevoir son isolement sur l’île comme une sorte de délivrance de son ancienne existence coupable. Dans les jours qui suivent, Crusoé se rétablit presque complètement et s’agenouille devant Dieu en signe de gratitude. Il préfère ne pas manger les oiseaux sauvages lorsqu’il est malade et mange plutôt des œufs de tortues qu’il trouve. Il commence une lecture sérieuse du Nouveau Testament et regrette sa vie antérieure. Il en vient à concevoir son isolement sur l’île comme une sorte de délivrance de son ancienne existence coupable. Dans les jours qui suivent, Crusoé se rétablit presque complètement et s’agenouille devant Dieu en signe de gratitude. Il préfère ne pas manger les oiseaux sauvages lorsqu’il est malade et mange plutôt des œufs de tortues qu’il trouve. Il commence une lecture sérieuse du Nouveau Testament et regrette sa vie antérieure. Il en vient à concevoir son isolement sur l’île comme une sorte de délivrance de son ancienne existence coupable.

Résumé: Chapitre XII – Je fais un relevé de l’île

Maintenant, au mois de juillet, dans son dixième mois sur l’île, Crusoé découvre que la saison des pluies est une période très malsaine. Ayant acquiescé à l’idée que seule la Providence contrôle sa délivrance de l’île, Crusoé décide d’explorer le lieu à fond. Il découvre la canne à sucre et le raisin, et se réjouit surtout de la beauté d’une vallée. Il exulte secrètement en s’imaginant le roi et le seigneur de tout le domaine. Crusoé dispose les raisins pour faire des raisins secs et porte à la maison un grand panier de citrons verts et de raisins. Il envisage de choisir ce site comme sa nouvelle maison, puis passe le reste du mois de juillet à construire un tonneau dans la vallée. Il note que son domicile abrite désormais des chats. Il célèbre le passage d’un an sur l’île en jeûnant toute la journée. Peu de temps après cette occasion, il manque d’encre et arrête son journal.

Analyse: chapitres VIII à XII

Le journal de Crusoé ne nous fournit que peu d’informations nouvelles intéressantes, car la plupart d’entre elles racontent des informations précédemment racontées. Mais cela offre un aperçu du caractère de Crusoé, en particulier sa conception de sa propre identité. Premièrement, il se présente comme «pauvre et misérable Robinson Crusoé», ce qui frappe une note surprenante d’apitoiement sur lui-même qui contredit l’image de soi solide et pleine de ressources de son récit. Il peut y avoir des postures grandioses dans ce journal. De plus, comme beaucoup l’ont remarqué, le journal de Crusoé est faux dans sa datation, malgré le souci bruyant de son auteur pour l’exactitude absolue. De l’aveu même de Crusoé, il déclare être arrivé sur l’île le 30 septembre. Son idée d’un journal ne vient que plus tard: «Après avoir été là-bas environ dix ou douze jours, cela m’est venu à l’esprit, que je perdrais mon compte du temps faute de livres, de plume et d’encre. . . . » Ainsi, il ne tient aucun journal pendant les dix ou douze premiers jours. Pourtant, sa première entrée de journal est datée de «septembre30 , 1659 », le jour de son arrivée. De toute évidence, Crusoé aime l’idée d’utiliser le journal pour rendre compte de tout son temps sur l’île, se donnant une aura d’exhaustivité, même si cela nécessite une comptabilité sournoise pour le faire. Cette tromperie nous suggère que son intérêt pour les faits concrets peut être moins qu’objectif, et peut en fait être plus subjectif et égoïste.

Le développement psychologique le plus important dans ces chapitres est la conversion né de nouveau de Crusoé. Crusoé a vécu de nombreux moments religieux, parfois rapidement oubliés. Un exemple de cet oubli se produit lorsqu’il qualifie pour la première fois le maïs en germination de miracle, puis l’attribue plus tard à une simple bonne chance. Mais pendant sa maladie, son virage vers la religion semble profond et durable. Son hallucination d’une figure d’ange courroucée qui le menace de ne pas se repentir de ses péchés est un événement majeur dans sa vie émotionnelle, qui jusqu’à présent a semblé libre de ces imaginations sauvages. Quand il prend plus tard du rhum imbibé de tabac et lit un verset de la Bible qui lui dit de faire appel à Dieu en cas de difficulté, il semble profondément affecté. En effet, sa perte d’un jour de son calendrier peut représenter son abandon du contrôle total de sa vie et sa reconnaissance d’un pouvoir supérieur en charge. Lorsqu’il tombe à genoux pour remercier Dieu de l’avoir délivré de sa maladie, sa foi semble sincère. Cette foi l’oblige à réévaluer l’île elle-même, qui, se dit-il, n’est peut-être pas un lieu de captivité, mais un lieu de délivrance de ses péchés antérieurs. Il redéfinit ainsi tout son paysage – et toute sa vie – avec beaucoup plus d’optimisme.

En partie à cause de l’expérience né de nouveau de Crusoé, son attitude envers l’île s’améliore considérablement. Ne le considérant plus comme un lieu de punition et de misère, il commence à le voir comme chez lui. En effet, il utilise désormais le mot «chez-soi» explicitement en référence à son camp. De manière significative, il remarque maintenant à quel point certaines parties de l’île sont belles lorsqu’il explore le terrain après sa récupération. Il décrit la «vallée délicieuse» qu’il découvre, dans laquelle il décide de construire un tonneau. Il arpente la région «avec une sorte de plaisir secret. . . penser que tout cela m’appartenait, que j’étais roi et seigneur de tout ce pays de manière indéfectible et que j’avais un droit de possession. Ce changement d’attitude est extraordinaire. Il ne se considère plus, comme il le fait dans son premier article de journal, comme «le pauvre et misérable Robinson, »Mais éprouve maintenant le plaisir de se dire roi et seigneur d’un délicieux val. Pourtant, son bonheur dans sa vie insulaire est de courte durée, puisque seulement quelques pages plus tard il évoque le «malheureux anniversaire de mon débarquement», comme pour oublier que son atterrissage, dans une autre perspective, semble se réjouir. Defoe souligne à quel point le sentiment du destin et de la souffrance de Crusoé n’est pas objectif, mais plutôt créé par son propre esprit.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *