Robinson Crusoé: Résumé et analyse des chapitres XIII à XVII

Résumé: Chapitre XIII – Je sème mon grain

Après avoir planté son grain pendant la saison sèche quand il ne peut pas germer, Crusoé apprend de son erreur et fait ensuite un tableau des mois secs et pluvieux pour faciliter son agriculture. Il découvre également que les piquets de bois qu’il a enfoncés dans le sol lors de la construction de son «bower», ou maison de campagne, ont poussé et grandi. Au cours de plusieurs années, ils se transforment en une sorte de haie abritant une ombre fraîche. Crusoé apprend aussi à fabriquer des paniers en osier, imitant les vanniers dont il se souvient depuis son enfance. À cette époque, il ne lui manque que des pipes à tabac, de la verrerie et une bouilloire.

Résumé: Chapitre XIV – Je voyage à travers l’île

Finalement, réalisant son souhait antérieur d’étudier l’île à fond, Crusoé se dirige vers l’extrémité ouest, où il découvre qu’il peut distinguer la terre au loin. Il conclut qu’il appartient à l’Amérique espagnole. Crusoé hésite à l’explorer par peur des cannibales. Il attrape un perroquet auquel il apprend à parler et découvre une colonie de manchots. Il prend un chevreau comme animal de compagnie, le gardant dans son tonneau où il meurt presque de faim jusqu’à ce que Crusoé s’en souvienne. À ce stade, Crusoé est sur l’île depuis deux ans, et ses moments de satisfaction alternent avec des humeurs désespérées. Il continue de lire la Bible et est consolé par le verset qui lui dit que Dieu ne l’abandonnera jamais.

Résumé: Chapitre XV – Je suis très rarement inactif

Crusoé passe des mois à fabriquer une étagère pour sa demeure. Pendant les mois pluvieux, il plante sa récolte de riz et de céréales, mais est furieux de découvrir que les oiseaux les endommagent. Il tire plusieurs des oiseaux et les accroche comme des épouvantails sur les plantes, et les oiseaux ne reviennent jamais. Crusoé récolte enfin le grain et apprend lentement le processus complexe de mouture de la farine et de fabrication du pain. Déterminé à fabriquer des pots en terre cuite, Crusoé tente de façonner des récipients en argile, échouant lamentablement au début. Finalement, il apprend à façonner, à brûler et même à glacer ses pots. Pensant à nouveau à naviguer vers le continent, Crusoé retourne à l’endroit où le bateau du navire a été retourné par la tempête. Il essaie pendant des semaines de le mettre du bon côté mais n’est pas assez fort.

Résumé: Chapitre XVI – Je me fais un canoë

«Pauvre Robin Crusoé! Où es-tu? Où étais-tu? Comment es-tu venu ici?

Décidant de fabriquer un canoë, Crusoé sélectionne et abat un énorme cèdre. Il passe de nombreux mois à couper les branches, à façonner l’extérieur et à creuser l’intérieur. Le résultat est un canoë bien plus grand qu’il n’en a jamais vu auparavant. Il se rend compte maintenant de l’erreur de ne pas envisager auparavant son transport, puisque pour lui seul il est inamovible. Il envisage de construire un canal pour amener l’eau au canot, mais il estime que cela prendrait trop de temps et abandonne l’idée. À ce stade, quatre ans se sont écoulés. Il pense que tous ses désirs sont satisfaits, puisqu’il a déjà tout ce qu’il peut éventuellement utiliser sur son île. Il ressent de la gratitude en imaginant à quel point sa situation pourrait être pire maintenant. Il réfléchit également à plusieurs coïncidences calendaires qu’il trouve remarquables: il a quitté sa famille le jour même où il a été asservi par le Maure; il s’est échappé du navire près de Yarmouth le même jour qu’il s’est échappé de Sallee; et il est né le même jour où il a été jeté à terre sur l’île. Crusoé entreprend de se fabriquer de nouveaux vêtements avec des peaux d’animaux, et il construit également un parapluie. Construisant un plus petit canoë, il entreprend un tour de l’île. Il est pris dans un courant dangereux qui menace de l’emmener en mer et loin de l’île pour toujours, et quand il est sauvé, il tombe au sol en signe de gratitude. Crusoé entend une voix dire son nom à plusieurs reprises à son retour, demandant où il a été, et Crusoé découvre que c’est son perroquet Poll. et il construit également un parapluie. Construisant un plus petit canoë, il entreprend un tour de l’île. Il est pris dans un courant dangereux qui menace de l’emmener en mer et loin de l’île pour toujours, et quand il est sauvé, il tombe au sol en signe de gratitude. Crusoé entend une voix dire son nom à plusieurs reprises à son retour, demandant où il a été, et Crusoé découvre que c’est son perroquet Poll. et il construit également un parapluie. Construisant un plus petit canoë, il entreprend un tour de l’île. Il est pris dans un courant dangereux qui menace de l’emmener en mer et loin de l’île pour toujours, et quand il est sauvé, il tombe au sol en signe de gratitude. Crusoé entend une voix dire son nom à plusieurs reprises à son retour, demandant où il a été, et Crusoé découvre que c’est son perroquet Poll.

Résumé: Chapitre XVII – Je m’améliore dans les exercices de mécanique

Méfiant des voyages en mer, Crusoé passe une année tranquille dans sa nouvelle maison, ne manquant rien d’autre que le contact humain. Il est satisfait de ses nouvelles compétences en vannerie et en poterie. Alarmé par son faible approvisionnement en poudre à canon et se demandant comment il se nourrira s’il est incapable de tirer sur les chèvres, Crusoé décide qu’il doit apprendre l’élevage et tente d’attraper un petit nombre de chèvres. Il construit une fosse dans laquelle il piège trois jeunes enfants et, en un an et demi, Crusoé a un troupeau de douze chèvres. Il apprend à les traire, en installant une laiterie qui lui fournit du fromage et du beurre. Il se réjouit de son «commandement absolu» sur tous les sujets de son royaume insulaire et aime dîner comme un roi entouré de son perroquet, de son chien sénile et de ses deux chats. Il nous fait un bref inventaire de son patrimoine insulaire: il possède deux «plantations» sur l’île, le premier sa maison d’origine ou «château», le second son «siège de campagne». Il a une tonnelle de raisin, des champs en culture et des enclos pour son «bétail» ou ses chèvres.

Analyse: chapitres XIII à XVII

Sa survie n’étant plus en cause, Crusoé commence à se redéfinir non pas comme un pauvre naufragé, mais comme un propriétaire foncier prospère. Nous voyons à nouveau à quel point son attitude est importante. Il commence à se référer à son habitation insulaire comme sa «maison» et son «château», et quand il construit une retraite ombragée à l’intérieur des terres, il l’appelle sa «tonnelle» ou «siège de campagne», les deux références ayant des connotations de la classe supérieure. Il se réfère à la totalité de sa terre comme ses «plantations» et se réfère même à ses chèvres comme son «bétail». Tous ces termes suggèrent que sa relation avec l’île devient de plus en plus propriétaire, impliquant un sentiment de fierté bien plus grand qu’auparavant, bien que la propriété soit bien sûr une fiction, car il n’y a pas d’acte sur cette terre. Naturellement, il a toujours une humeur sombre dans laquelle il déplore son sort et considère l’île comme une prison. Mais maintenant, l’alternance entre ses différentes humeurs nous permet de voir à quel point sa situation est subjective et à quel point il est presque impossible de définir objectivement l’expérience insulaire de Crusoé. Totalement dépendant de son état d’esprit, c’est, comme il le dit, «mon règne, ou ma captivité, ce qui vous plaira».

Le triste manque de contact humain de Crusoé dans une vie par ailleurs satisfaite est d’abord noté vers le début du chapitre XVII, quand il remarque que «je pensais vivre très heureux en toutes choses, sauf celle de la société». On sent à quel point les relations sociales lui manquent quand il prend la peine d’apprendre à parler à son perroquet, même si Defoe nous permet d’imaginer à quel point leurs conversations doivent être ennuyeuses, puisque le perroquet ne peut que dire le nom de Robinson et demander d’où il vient. Néanmoins, Crusoé appelle l’oiseau sa «créature sociable», et nous sommes conscients de la faim de compagnie de notre héros. Le même désir de relations affectueuses explique son penchant pour sa nouvelle chèvre de compagnie dans le chapitre XIV, bien que nous nous demandions à quel point Crusoé peut être dévoué quand il l’oublie pendant une semaine et la mourra presque de faim. L’idée de Crusoé d’un rassemblement social se présuppose lui-même au centre de la scène et avec le plus de pouvoir, comme on le voit quand il décrit les dîners qu’il a avec son perroquet, son chien et ses chats, où il les préside tous «comme un roi». L’empressement de Crusoé à afficher un pouvoir supérieur dans les relations sociales préfigure sa relation ultérieure avec son serviteur vendredi.

Avec le passage de nombreuses années sur l’île à la fin de ces chapitres, Crusoé commence à accepter son existence insulaire comme sa vie. En conséquence, il commence à montrer un désir d’intégrer le passé et le présent en une seule totalité. Ainsi, pour la première fois sur l’île, Crusoé évoque des souvenirs d’enfance au chapitre XIII, lorsque le sujet de la vannerie l’amène à rappeler les vanniers de la ville de son père. Il raconte: «Quand j’étais petit, je prenais beaucoup de plaisir à me tenir chez un vannier, dans la ville où vivait mon père, pour les voir fabriquer leur osier.» Le jeune Crusoé lui prêtait la main, de sorte que, lorsqu’il était adulte, il refait des paniers, son enfance et son âge adulte fusionnent un instant. La même union du passé et du présent est remarquable dans le nouvel intérêt de Crusoé pour les répétitions du calendrier de sa vie. Lorsqu’il se fixe sur le fait qu’il a quitté la maison de son père le jour même où il est entré en esclavage, ou est arrivé sur l’île le jour même de sa naissance, il manifeste le désir d’intégrer des parties de plus en plus tardives de sa vie. Ne plus simplement manquer le passé ou vivre le moment présent, il essaie de rapprocher les deux et de voir sa vie dans son ensemble.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *