Robinson Crusoé: Résumé et analyse des chapitres XVIII à XXIII

Résumé: Chapitre XVIII – Je trouve l’empreinte du pied nu d’un homme

Crusoé est étonné de découvrir un jour l’empreinte unique d’un pied nu d’homme dans le sable. Crusoé est terrifié et se retire dans son «château», où il pense que le diable a visité l’île. Sa conclusion selon laquelle ce n’est pas l’empreinte du diable, mais celle d’un homme réel est tout aussi terrifiante, et Crusoé médite sur l’ironie d’être affamé de contact humain, puis effrayé par un homme. Poussé par la peur, Crusoé fortifie sa maison et lève des armes autour d’elle, veillant autant que possible. Soucieux de ses chèvres, il parvient à creuser une grotte souterraine dans laquelle les rassembler chaque nuit et crée un autre pâturage plus petit au loin pour garder un deuxième troupeau. Crusoé passe deux ans à vivre dans la peur.

Résumé: Chapitre XIX – Je vois le rivage se répandre avec des os

En descendant dans une partie éloignée du rivage, Crusoé trouve la plage étendue par le carnage des humains. Réalisant finalement qu’il n’est pas en danger d’être retrouvé par les cannibales, les pensées de Crusoé se tournent vers les tuer en tant qu’auteurs d’actes méchants et ainsi sauver leurs victimes prévues. Attendant tous les jours sur une colline entièrement armé, Crusoé finit par changer d’avis, pensant qu’il n’a aucune autorité divine pour juger les humains ou pour tuer. Il se rend également compte que les tuer pourrait entraîner une invasion à grande échelle par les autres sauvages.

Résumé: Chapitre XX – Je sors rarement de ma cellule

Crusoé décrit les mesures qu’il prend pour éviter d’être repéré par les cannibales. Il brûle rarement des feux, enlève toute trace de ses activités en quittant un endroit, et conçoit même un moyen de cuisiner sous terre. En descendant dans une grande grotte qu’il a découverte, il est choqué de voir des yeux le fixer. Crusoé a peur et revient avec un tison, seulement pour découvrir qu’il s’agit d’un vieux bouc. Crusoé est satisfait de cette nouvelle grotte et envisage de s’y installer. Montant à son point de vue plus tard, Crusoé aperçoit neuf sauvages nus sur la plage, s’attardant parmi les restes de leur festin cannibale. Il se dirige vers eux avec son fusil, mais quand il arrive, ils sont déjà repartis en mer. Crusoé inspecte le carnage humain avec dégoût.

Résumé: Chapitre XXI – Je vois l’épave d’un navire

Le 16 mai , Crusoé lit la Bible quand il est surpris par un coup de feu au loin suivi de près par un autre. Il sent que les tirs proviennent d’un navire et allume un feu pour avertir les marins de sa présence. À la lumière du jour, il s’aperçoit que les tirs proviennent de l’épave d’un navire dont les hommes sont maintenant partis ou morts. Une fois de plus, il remercie la Providence pour sa propre survie. En descendant vers le rivage, où il découvre un garçon noyé, il se prépare à pagayer vers le bateau dans sa pirogue. Il trouve que le navire est espagnol et contient du vin, des vêtements et un grand trésor en lingots d’or et en doublons, qu’il ramène tous à sa demeure.

Résumé: Chapitre XXII – J’entends le premier son d’une voix d’homme

Crusoé réfléchit au «péché originel» de désobéir à son père, racontant les décisions insensées qu’il a prises tout au long de sa vie. Une nuit, il rêve que onze cannibales arrivent sur son île pour tuer une victime qui s’échappe et court à Crusoé pour se protéger. Environ un an et demi après, Crusoé trouve cinq pirogues sur l’île et trente cannibales sur la plage préparant deux victimes à l’abattage. Une fois le premier tué, le second s’échappe et court vers la cachette de Crusoé. Il est poursuivi par deux cannibales mais est plus rapide qu’eux. Crusoé attaque les deux poursuivants et persuade la victime effrayée de s’approcher. Trouvant Crusoé amical, le natif fait vœu de dévotion à son libérateur. Après avoir enterré les restes des deux poursuivants afin de ne pas être traqués plus tard, Crusoé et le natif retournent à son camp, où le natif dort.

Résumé: Chapitre XXIII – Je l’appelle Vendredi

Crusoé nomme le natif Vendredi pour commémorer le jour où Crusoé sauve la vie de l’indigène. Vendredi affirme à nouveau sa soumission à Crusoé. Crusoé lui apprend des mots anglais simples et l’habille. Revenant ensemble à la scène de l’abattage, Crusoé a vendredi nettoyer les os et les crânes et tente de transmettre à son serviteur l’horreur du cannibalisme. Crusoé est ravi de son nouveau compagnon et lui apprend à manger de la viande de chèvre au lieu de la chair humaine. Il se rend compte qu’il doit étendre sa culture céréalière, ce que vendredi lui permet de faire.

Analyse: chapitres XVIII à XXIII

La découverte par Crusoé d’une mystérieuse empreinte unique dans le sable est l’un des événements les plus inoubliables et les plus significatifs du roman, car il condense en un moment l’attitude contradictoire de Crusoé envers les autres humains: il a soif de la société humaine, mais quand elle arrive, il est profondément peur de ça. Crusoé lui-même commente cette ironie quand il dit: «Comme la vie de l’homme est étrange à un vérificateur de Providence! . . . Aujourd’hui, nous aimons ce que nous détestons demain! En effet, il déteste cet intrus humain presque autant qu’il déteste le diable lui-même, dont il soupçonne à l’origine qu’il s’agit de l’empreinte. Il est difficile d’expliquer pourquoi Crusoé saute immédiatement à une conclusion négative sur l’empreinte de pas, pourquoi il est sûr que c’est le signe d’un ennemi plutôt que d’un ami. La réaction de Crusoé montre comment la solitude est devenue son état naturel,

L’apparition de vendredi est un développement majeur dans le roman, qui n’a eu qu’un seul personnage pour une grande partie. La douceur et la docilité de vendredi, qui est un cannibale, et l’extraordinaire facilité avec laquelle Crusoé surmonte les deux poursuivants de vendredi, nous amènent à repenser la peur antérieure de Crusoé. Crusoé vit dans la terreur des cannibales pendant de nombreuses années, osant à peine quitter sa caverne et réduit à une existence d’homme des cavernes. Puis, en quelques minutes seulement, il arrête deux cannibales et en fait un autre son serviteur de toujours. Soudain, il semble que Crusoé n’ait pas craint les sauvages eux-mêmes, mais sa propre image mentale exagérée d’eux. Ainsi, la conscience de soi de Crusoé apparaît comme un thème majeur du roman, et Crusoé illustre qu’une meilleure compréhension de lui-même et de ses peurs le conduit à plus de prospérité et de satisfaction dans la vie. La servitude instantanée de vendredi à Crusoé soulève également des questions sur le sens de Crusoé de son propre rang et pouvoir. Crusoé pourrait facilement soulever vendredi du sol alors que vendredi rampe devant lui, mais il ne le fait pas. Sans une seconde pensée, Crusoé accepte vendredi comme un serviteur et un inférieur, assumant sa propre supériorité. Vendredi est peut-être le premier «sauvage» du Nouveau Monde dans la littérature anglaise à forcer la question de savoir si les Blancs devraient automatiquement assumer la supériorité sur les autres races.

La conscience religieuse de Crusoé continue de croître dans ces chapitres. Presque chaque événement majeur est considéré comme une cause de repentir ou comme une preuve de la miséricorde de Dieu. La première hypothèse de Crusoé en voyant l’empreinte de pas sur la plage est que c’est une marque du diable, montrant que les explications surnaturelles ou divines ont priorité sur les explications naturelles dans son esprit. Quand les coups de feu sont entendus du navire naufragé, Crusoé lit la Bible, et quand il compare le sort des naufragés à son propre destin, il semble qu’il commence à voir tout le processus comme une leçon religieuse. Lorsque Crusoé décide de ne pas ouvrir le feu lors de la fête cannibale, il le fait par conviction religieuse qu’il n’a pas «l’autorité ou l’appel». . . prétendre être juge et bourreau sur ces hommes comme des criminels. «Bien qu’il admette plus tard qu’il y avait aussi des raisons pratiques de ne pas les tuer, sa raison religieuse apparaît avec sincérité. Peut-être plus frappant encore, dans le chapitre XXII, Crusoé compare sa désobéissance à son père à la désobéissance d’Adam et Eve à Dieu en Éden, se référant à son propre «péché originel». La Bible, le diable et Dieu sont tous de plus en plus étroitement liés au tissu de la vie quotidienne de Crusoé sur l’île.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *