Robinson Crusoé: Résumé et analyse des chapitres XXIV à XXVII

Résumé: Chapitre XXIV – Nous fabriquons un autre canoë

Crusoé commence à aimer vendredi et, au cours de conversations rudimentaires avec lui, apprend que les cannibales visitent périodiquement l’île. Crusoé acquiert également suffisamment d’informations géographiques pour se localiser près de Trinidad. Crusoé découvre que vendredi est au courant des Espagnols du continent qui tuent de nombreux hommes. Crusoé tente d’éduquer vendredi dans les questions religieuses et constate que son serviteur comprend facilement la notion de Dieu, à qui vendredi dessine des similitudes avec sa propre divinité Benamuckee. Vendredi a plus de difficulté à comprendre le diable, à ne pas saisir pourquoi Dieu ne débarrasse pas le monde de cet être maléfique de façon permanente, et Crusoé a du mal à répondre à cette question. Crusoé admet qu’il n’a pas les connaissances religieuses nécessaires pour instruire le vendredi dans tous les aspects de Dieu et du diable. Vendredi rapporte que les cannibales ont sauvé les hommes du naufrage découvert par Crusoé avant la libération de vendredi et que ces hommes vivent maintenant en sécurité parmi les indigènes. Quand vendredi exprime le désir de retourner dans son pays, Crusoé craint de le perdre, et quand Crusoé envisage d’essayer de rejoindre les survivants du naufrage, vendredi devient bouleversé et supplie Crusoé de ne pas le quitter. Ensemble, les deux construisent un bateau dans lequel ils prévoient de naviguer vers la terre de vendredi en novembre ou décembre.

Résumé: Chapitre XXV – Nous marchons contre les cannibales

Mon île était maintenant peuplée et je me croyais très riche en sujets. . . à quel point je ressemblais à un roi.

Avant que Crusoé et vendredi aient une chance pour leur voyage au pays des cannibales, les cannibales visitent l’île de Crusoé. Vingt et un indigènes viennent dans trois pirogues pour mener une autre attaque cannibale sur trois prisonniers. Hésitant pour des raisons morales à tuer autant de gens, Crusoé explique que, puisque vendredi appartient à une nation ennemie, la situation peut être interprétée comme un état de guerre dans lequel le meurtre est autorisé. En approchant du rivage, Crusoé observe que l’un des prisonniers est un Européen. Crusoé et Friday tombent sur les cannibales et les surmontent rapidement avec leurs armes supérieures, permettant à seulement quatre de s’échapper. Vendredi est ravi de constater qu’un autre des prisonniers est son propre père. Crusoé et Friday nourrissent les prisonniers étourdis et les ramènent au logement de Crusoé, où une tente est érigée pour eux.

Résumé: Chapitre XXVI – Nous planifions un voyage dans les colonies d’Amérique

Après s’être entretenu avec ses «deux nouveaux sujets», le père de vendredi et l’Espagnol, Crusoé revisite son rêve antérieur de retourner sur le continent. Crusoé demande à l’Espagnol s’il peut compter sur le soutien des hommes restants détenus sur le territoire des cannibales. L’Espagnol dit oui, mais rappelle à Crusoé que la production alimentaire devrait être étendue pour accueillir autant d’hommes supplémentaires. Avec l’aide de ses nouveaux ouvriers, Crusoé augmente sa capacité agricole. Il donne à chacun des nouveaux hommes une arme à feu.

Résumé: Chapitre XXVII – Nous réprimons une mutinerie

Un jour, vendredi arrive à Crusoé avec la nouvelle qu’un bateau s’approche de l’île, et Crusoé, avec sa lunette, découvre que c’est l’anglais. Crusoé est méfiant. Près du rivage, Crusoé et Friday découvrent que le bateau contient onze hommes, dont trois sont liés comme prisonniers. Vendredi soupçonne que les ravisseurs se préparent au cannibalisme. Lorsque les huit hommes libres errent autour de l’île, Crusoé s’approche des prisonniers, qui le prennent pour un ange. Un prisonnier explique qu’il est le capitaine du navire et que les marins se sont mutinés. Crusoé propose qu’en échange de sa libération, lui et les deux autres, vendredi, lui et vendredi se verraient accorder le libre passage en Angleterre. Le capitaine est d’accord et Crusoé lui donne une arme à feu. Crusoé se rend compte que les autres marins peuvent remarquer quelque chose de mal et envoyer plus d’hommes à terre pour vaincre les hommes de Crusoé.

Effectivement, dix marins arrivent du navire pour découvrir le bateau détruit. En laissant trois dans le deuxième bateau comme gardiens, les sept autres débarquent. Crusoé envoie alors vendredi et un autre crier sur les hommes de diverses directions, et Crusoé réussit à les confondre et à les fatiguer pour qu’ils soient enfin séparés. Les hommes du bateau finissent par arriver à l’intérieur des terres et sont submergés par les stratagèmes de Crusoé. Au nom de Crusoé, le capitaine, s’adressant enfin aux hommes restants, propose d’épargner la vie de tout le monde sauf celle du chef de file s’ils se rendent maintenant. Tous les mutins se rendent. Le capitaine invente une histoire selon laquelle l’île est une colonie royale et que le gouverneur se prépare à exécuter le chef de file le lendemain.

Analyse: chapitres XXIV à XXVII

Le lien affectueux et loyal entre Crusoé et vendredi est une caractéristique remarquable de ce premier roman. En effet, il est frappant que cette tendre amitié soit représentée à une époque où les Européens étaient engagés dans la dévastation à grande échelle des populations non blanches à travers le monde. Même représenter un Amérindien avec la caractérisation individuelle que Defoe donne vendredi, et encore moins en tant qu’individu aux traits admirables, était un geste sans précédent dans la littérature anglaise. Mais, conformément à l’attitude eurocentrique de l’époque, Defoe assure que vendredi n’est pas l’égal de Crusoé dans le roman. Il est clairement un serviteur et un inférieur en rang, en puissance et en respect. Néanmoins, lorsque Crusoé décrit sa propre «satisfaction singulière dans le camarade lui-même» et dit: «J’ai commencé à aimer vraiment la créature», son attachement émotionnel semble sincère.

Au fur et à mesure que le lien entre Crusoé et Friday se renforce, les similitudes entre les cultures des deux hommes prennent plus d’importance que leurs différences. Crusoé est frappé par la facilité avec laquelle vendredi apprend le Dieu chrétien, trouvant une ressemblance étroite avec la propre divinité de l’indigène Benamuckee. Vendredi est moins capable de comprendre le diable, mais il est vite révélé que Crusoé ne le comprend pas non plus parfaitement, quand Crusoé admet qu’il a plus de «sincérité que de connaissance» en matière d’instruction religieuse. Crusoé croit d’abord que les sauvages sont méchants, mais nous apprenons bientôt que les cannibales ont fait preuve d’une charité presque chrétienne en sauvant dix-sept Européens du naufrage. De plus, le chapitre XXVII, avec sa mutinerie et son exécution programmée, nous rappelle que les Européens tuent aussi les leurs, tout comme les gens de vendredi. L’équivalence numérique coïncidente entre les onze sauvages arrivant dans le rêve de Crusoé au chapitre XXII et les onze Européens arrivant maintenant après la mutinerie est la méthode de Defoe pour souligner les similitudes entre indigènes et européens. Les deux groupes peuvent être violents et meurtriers, mais les deux groupes peuvent également produire des individus – comme Crusoé et Friday – qui sont gentils et bons. Les généraliser au bien et au mal, ou au civilisé et au sauvage, s’avère impossible.

L’histoire de Crusoé, qui jusqu’à présent concernait principalement sa propre survie individuelle, prend une forte dimension politique et nationale lorsque Crusoé se demande s’il peut faire confiance aux seize autres Espagnols – qui sont, historiquement, souvent ennemis des Britanniques – comme ses camarades. d’armes contre les cannibales. Ironiquement, il s’avère qu’il peut faire beaucoup plus confiance à ces étrangers qu’à ses propres compatriotes, les huit mutins anglais qu’il rencontrera plus tard. De plus, les deux «nations» cannibales non européennes, comme les appelle vendredi, élargissent cette dimension nationale. Friday explique que les cannibales ne se mangent pas au hasard, mais que chaque nation ne mange que son ennemi. Par conséquent, ces actions cannibales qui semblent imprégnées de sauvagerie sont en fait gouvernées par des motifs politiques. Au chapitre XXV, Crusoé est réticent à tuer les cannibales jusqu’à ce qu’il raisonne que vendredi est en état de guerre, rendant ainsi le meurtre permis. Cette pensée nationaliste imprègne également le langage de Crusoé. Comme d’habitude, le vocabulaire de notre héros en dit long sur la façon dont il imagine son rôle sur l’île, et il commence à se décrire comme le «généralissime» d’une «armée», avec vendredi comme son «lieutenant-général». Ce n’est plus un simple naufragé, Crusoé se réfère désormais ouvertement à lui-même en tant que chef national des forces militaires. Lorsqu’il se réfère à ses deux nouveaux invités sur l’île comme ses «sujets», nous sentons à quel point son rôle national imaginé en tant que roi de l’île est devenu profondément ancré. le vocabulaire de notre héros en dit long sur la façon dont il imagine son rôle sur l’île, et il commence à se décrire comme le «généralissime» d’une «armée», avec vendredi comme son «lieutenant-général». Ce n’est plus un simple naufragé, Crusoé se réfère désormais ouvertement à lui-même en tant que chef national des forces militaires. Lorsqu’il se réfère à ses deux nouveaux invités sur l’île comme ses «sujets», nous sentons à quel point son rôle national imaginé en tant que roi de l’île est devenu profondément ancré. le vocabulaire de notre héros en dit long sur la façon dont il imagine son rôle sur l’île, et il commence à se décrire comme le «généralissime» d’une «armée», avec vendredi comme son «lieutenant-général». Ce n’est plus un simple naufragé, Crusoé se réfère désormais ouvertement à lui-même en tant que chef national des forces militaires. Lorsqu’il se réfère à ses deux nouveaux invités sur l’île comme ses «sujets», nous sentons à quel point son rôle national imaginé en tant que roi de l’île est devenu profondément ancré.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *