Royaume d’Axoum

Le royaume d’Aksoum (ou Axoum; également connu sous le nom d’empire Aksoumite ou Axoumite) était une nation commerçante située dans le nord de l’Éthiopie et de l’Érythrée et qui existait entre environ 100 et 940 de notre ère.
Il s’est développé à partir de la période proto-aksoumite du 4ème siècle avant notre ère pour devenir célèbre dès le 1er siècle de notre ère et fut un agent majeur de la route commerciale entre l’empire romain et l’Inde antique. Les dirigeants d’Aksoumite facilitèrent les échanges en frappant leur propre monnaie aksoumite. L’État a établi son hégémonie sur le royaume en déclin de Koush et est régulièrement entré dans la politique des royaumes de la péninsule arabique, étendant par la suite son règne sur la région avec la conquête du royaume himyarite. Le prophète persan Mani considérait Axoum comme la troisième des quatre plus grandes puissances de son temps après Rome et la Perse, la Chine étant la quatrième.

Origines

On pensait qu’Aksoum avait été fondé par des Sabéens, un ancien peuple parlant une ancienne langue du sud de l’Arabie et qui vivait dans l’actuel Yémen, au sud-ouest de la péninsule arabique. Cependant, la plupart des spécialistes s’accordent désormais sur le fait qu’avant l’arrivée des Sabéens, il existait déjà une colonie africaine établie par le peuple Agäw et d’autres groupes éthiopiens sur le territoire. L’influence de sabéen est à présent considérée comme mineure, limitée à quelques localités et disparaissant après quelques décennies ou un siècle, représentant peut-être une colonie commerciale ou militaire.

Empire

À son apogée, l’empire axoumite s’étendait sur la plus grande partie de l’Érythrée actuelle, le nord de l’Éthiopie, l’ouest du Yémen, le sud de l’Arabie saoudite et le Soudan. La capitale de l’empire était Axoum, située au nord de l’Ethiopie. Aujourd’hui une petite communauté, la ville d’Axoum était autrefois une métropole et un centre culturel et économique animés. Sous le règne d’Endubis à la fin du 3ème siècle, l’empire avait commencé à frapper sa propre monnaie. Il se convertit au christianisme en 325 ou 328 sous le roi Ezana et fut le premier État à utiliser l’image de la croix sur ses pièces. Le royaume utilisa le nom «Ethiopie» dès le 4ème siècle.

Une pièce en or du roi aksoumite Ousas. . L’empire aksoumite fut l’une des premières puissances africaines sur le plan économique et politique suffisamment ambitieuse pour émettre ses propres pièces de monnaie, légendaires en ge’ez et en grec.

En 350, Aksoum a conquis le Royaume de Koush. Vers 520, le roi Kaleb envoya au Yémen une expédition contre le roi juif himyarite Dhu Nuwas, qui persécutait la communauté chrétienne / aksoumite de son royaume. Après plusieurs années de luttes politiques et militaires, le Yémen est tombé sous le règne du général aksoumite Abreha, qui a continué à promouvoir la foi chrétienne jusqu’à sa mort, peu de temps après sa victoire sur le Yémen. Selon Munro-Hay, ces guerres auraient pu être le chant du cygne d’Aksoum en tant que grande puissance, avec un affaiblissement général de l’autorité aksoumite et des dépenses excessives en argent et en main-d’œuvre. Il est également possible que l’Éthiopie ait été touchée par la peste de Justinien à cette époque, une maladie supposée être le premier cas enregistré de peste bubonique.

Commerce et culture

Couvrant une partie de l’actuel nord de l’Éthiopie et de l’Érythrée, Aksoum était profondément impliqué dans le réseau commercial entre l’Inde et la Méditerranée (Rome, plus tard Byzance), exportant de l’ivoire, des carapaces de tortue, de l’or et des émeraudes et important de la soie et des épices. L’accès d’Aksoum à la mer Rouge et au Nil supérieur a permis à sa forte marine de tirer profit des échanges commerciaux entre divers États africains (Nubie), arabes (Yémen) et indiens.
L’empire a commercé avec les commerçants romains aussi bien qu’avec les marchands égyptiens et persans.

Les principales exportations d’Aksoum étaient des produits agricoles. La terre était fertile à l’époque des Axoumites et les principales cultures étaient des céréales telles que le blé et l’orge. Les habitants d’Axoum élevèrent également du bétail, des moutons et des chameaux. Les animaux sauvages étaient chassés pour leurs cornes d’ivoire et de rhinocéros.
L’empire était riche en gisements d’or et de fer, et le sel était un minéral abondant et largement commercialisé.

Aksoum a bénéficié d’une transformation majeure du système de commerce maritime qui liait l’empire romain à l’Inde. Vers 100 avant notre ère, une route reliant l’Égypte à l’Inde a été établie, exploitant la mer Rouge et les vents de mousson pour traverser la mer d’Arabie directement vers le sud de l’Inde. Aksoum était idéalement situé pour tirer parti de la nouvelle situation commerciale. Adoulis devint rapidement le principal port d’exportation de produits africains, tels que l’ivoire, l’encens, l’or et des animaux exotiques. Les esclaves étaient également échangés le long des mêmes routes. Au cours des IIe et IIIe siècles, le royaume d’Aksoum a continué d’étendre son contrôle sur le sud du bassin de la mer Rouge. Une route de caravanes à destination de l’Égypte, qui contournait entièrement le corridor du Nil, a été établie. Aksoum a réussi à devenir le principal fournisseur de produits africains de l’empire romain.

L’empire axoumite se distingue par un certain nombre de réalisations, telles que son propre alphabet, l’alphabet Ge’ez, qui a finalement été modifié pour inclure les voyelles. En outre, dans les premiers temps de l’empire, des obélisques géants ont été construits pour marquer les tombes des empereurs (et des nobles), dont le plus célèbre est l’obélisque d’Aksoum.

Obélisque d’Axoum à Axoum (région du Tigré, Éthiopie)

Sous l’empereur Ezana, Aksoum a adopté le christianisme à la place de ses anciennes religions polythéistes et judaïques. Cela a donné naissance à l’actuelle église orthodoxe Tewahedo d’Éthiopie (qui n’a obtenu son autonomie par rapport à l’église copte qu’en 1953) et à l’église orthodoxe Erythréenne Tewahdo (qui a obtenu son autonomie par rapport à l’église orthodoxe éthiopienne en 1993). Depuis le schisme orthodoxe qui a suivi le concile de Chalcédoine (451), cette église est une église miaphysite importante. Ses écritures et sa liturgie continuent de se trouver à Géez.

Déclin

Finalement, l’empire islamique prit le contrôle de la mer Rouge et de la plus grande partie du Nil, forçant Aksoum à s’isoler sur le plan économique. Au nord-ouest d’Aksoum, dans le Soudan actuel, les États chrétiens de Makurie et d’Alodie ont duré jusqu’au XIIIe siècle avant de devenir islamiques. Axoum, isolé, resta néanmoins chrétien.

Après un deuxième âge d’or au début du 6ème siècle, l’empire commença à décliner et cessa finalement de produire des pièces de monnaie au début du 7ème siècle. Vers la même époque, la population aksoumite a été forcée d’aller se protéger plus à l’intérieur des terres, abandonnant Aksoum à la capitale. Les auteurs arabes de l’époque ont continué à décrire l’Éthiopie (qui n’était plus désignée sous le nom d’Aksoum) comme un État étendu et puissant, bien qu’il ait perdu le contrôle de la plus grande partie de la côte et de ses affluents. Si des terres ont été perdues dans le nord, elles ont été gagnées dans le sud et l’Éthiopie a toujours attiré les marchands arabes. La capitale a été déplacée vers un nouvel emplacement, inconnu à l’heure actuelle, mais pourrait s’appeler Ku’bar ou Jarmi.

Il existe différentes hypothèses sur la raison pour laquelle l’empire s’est effondré, mais les historiens s’accordent pour dire que les changements climatiques doivent avoir grandement contribué à la fin d’Aksoum. Face à la baisse des bénéfices internationaux générés par le réseau d’échanges, Aksoum a perdu sa capacité de contrôler ses propres sources de matières premières et ce réseau s’est effondré. La pression environnementale déjà persistante exercée par une population nombreuse pour maintenir un niveau élevé de production alimentaire régionale devait être intensifiée. Le résultat a été une vague d’érosion des sols qui a commencé à une échelle locale d’environ 650 ans et a atteint des proportions catastrophiques après 700 ans. Vraisemblablement, des facteurs socio-économiques complexes ont aggravé le problème. Celles-ci se traduisent traditionnellement par une maintenance en baisse, une détérioration et un abandon partiel des terres de cultures marginales, une évolution vers une exploitation pastorale destructive, et la dégradation en gros et irréversible des terres. Ce syndrome a probablement été accéléré par une baisse apparente de la fiabilité des précipitations à partir de 730–760, avec le résultat présumé qu’une saison de croissance moderne abrégée a été rétablie au 9ème siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *