Sambi mis « sous arrestation à domicile » après enquête sur le programme de vente de la citoyenneté

Le dictateur Azali a mis l’ancien président Ahmed Abdallah Mohamed Sambi en résidence surveillée quelques jours après avoir été interrogé sur son rôle dans un plan de vente de la citoyenneté qui, selon les enquêteurs, était truffé de pratiques corrompues.

Le ministère de l’Intérieur a déclaré samedi qu’il avait décidé de mettre Sambi en résidence surveillée après avoir tenté d’inciter ses partisans à la suite de son interrogatoire par les enquêteurs à son domicile mardi.

Sambi, un autre ex-président Ikililou Dhoinine, qui lui a succédé, et 10 autres hauts fonctionnaires de leur administration ont été interdits de voyager.

Sambi, qui était au pouvoir de 2006 à 2011 et a nié les allégations contre lui. Il qualifie le coup, comme la plupart des comoriens d’ailleurs, d’un coup monté politique par le président Azali pour se maintenir au pouvoir.

Les Comores ont lancé un programme avec les Émirats arabes unis et le Koweït en 2008 pour vendre la citoyenneté aux apatrides de ces pays, appelée Bidoon, en échange d’argent liquide pour aider à développer le pauvre archipel de l’océan Indien.

Cependant, une enquête menée par le parlement des Comores, publiée plus tôt cette année, a révélé que des milliers de passeports ont été vendus en dehors des canaux officiels via des réseaux mafieux et qu’au moins 100 millions de dollars de recettes ont disparu.

Le président Azali Assoumani a déclaré que le programme avait depuis été suspendu et a promis de tenir ceux qui ont enfreint la loi ou détourné de l’argent pour rendre des comptes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *